Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of an unfinished limestone sculpture found a few centimetres from a dog burial in the backfill of the foundation trench of Padiamenope’s pylon (TT 33). The statue represents a left human foot and is interpreted as a student’s practice piece performed in the context of a sculpture workshop engaged in carving the funerary furniture during the construction of the mausoleum. An inadvertent breaking of the stone interrupted the carving. The fact that this object appears in a stratified context is noteworthy, as this category of artifact, although well documented in museum collections, is generally decontextualized, which makes it difficult to determine their date and production background. The apprentice’s replica may have been deliberately associated with the dog’s grave, in the manner of a funerary tribute to a beloved pet, or their proximity may be purely coincidental.

Figure 1 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, vue orthographique du modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Identification et caractéristiques de la sculpture (fig. 1-2)

Numéro de fouille : Assassif-2018-1033-01.
Lieu de conservation :
En 2021, l’objet est conservé avec la majorité du mobilier découvert en 2018 et en 2019, dans la boîte « AS 2018 pied statue », dans la malle « 1 », protégée à l’intérieur de la salle 1 de la TT 33.
Dimensions :
Hauteur maximale conservée 8,2 cm. Plus grande diagonale du bloc 19,1 cm. Longueur maximale conservée du pied 13,2 cm. Largeur maximale du pied à la hauteur des orteils 5,8 cm. Longueur maximale conservée du socle sur la face latérale gauche 12,5 cm. Longueur maximale conservée du socle sur la face avant 10 cm. Épaisseur du socle sur la face avant entre 3,6 et 3,8 cm. Épaisseur du socle sur la face latérale gauche environ 3,7. Épaisseur du socle du côté droit entre 3,6 et 5,1 cm. Le socle est plus épais et déborde plus largement de la plante du pied que sur la plupart des parallèles didactiques (voir ci-dessous, figure 2 et note 9).
Matériau et état de conservation :
Calcaire de Tarawan. Le bloc est brisé sur toute la longueur du socle du côté droit du pied et sur la face arrière. Sont ainsi perdus le talon, un gros éclat du flanc gauche et le haut du membre à partir de la base du cou-de-pied. Il n’est donc pas absolument exclu que le pied ait appartenu à un projet de sculpture d’un personnage complet, ce qui expliquerait l’épaisseur du socle (voir « Dimensions »). Il est cependant vraisemblable que l’œuvre s’interrompait à la hauteur de la cheville, d’après les parallèles de statuettes représentant uniquement un pied gauche et selon l’équilibre général du bloc.
Datation de l’artefact :
La fabrication de la sculpture et les travaux de construction de la tombe de Padiamenopé (tombe 33) sont probablement synchrones.
Datation du contexte de découverte :
Le fragment de statue provient d’un remblai inclus dans la phase III.1, qui correspond à la construction initiale de l’enceinte du mausolée (Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, tableau 1). Selon les auteurs (De Meulenaere 2008 ; Coulon 2016, p. 111-115), le floruit de Padiamenopé est situé à la fin de la XXVe, au début de la XXVIe dynastie ou à cheval entre ces deux périodes, d’après des critères historiques. Le mobilier céramique trouvé dans le même niveau de construction est caractéristique du début de la XXVIe dynastie, avec quelques intrusions du Nouvel Empire provenant des phases antérieures du site (étude Sylvie Marchand).
Figure 2 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, vues orthographiques du haut, du bas, de droite, de gauche, de devant et de derrière, du modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Contexte archéologique

Le fragment de statue a été trouvé dans un remblai composé de cailloux et de gros blocs de calcaire (dimension maximale jusqu’à 49 cm) contenus dans une matrice peu abondante sablo-limoneuse (fig. 3). Les débris rocheux comportent régulièrement des traces d’outil caractéristiques du travail de carriers et, comme le bloc sculpté, proviennent probablement de la formation de Tarawan, dans laquelle la tombe 33 fut creusée. Ces matériaux furent déversés dans la tranchée de fondation du môle nord du pylône de Padiamenopé pour la combler, dans la phase de construction initiale de l’enceinte (phase III.1).

  1. À la même altitude et à une distance de seu­lement 16 cm, gisait la dépouille d’un chien, dont les tissus avaient subi une momifi­cation naturelle partielle au niveau de la tête (y compris l’oreille gauche), de l’épaule et du membre antérieur gauche, ainsi que sur diverses faces osseuses (fig. 3-6). Le squelette, qui conservait des connexions anatomiques, était vraisemblablement situé en position primaire1.
Figure 3 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 et fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ. Cliché Fr. Colin.
Figure 4 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 ; détail de la tête et de la patte antérieure gauche naturellement momifiées. Cliché Fr. Colin.

Figure 5 : Relevé de l’inhumation de chien AS-2018-1033-02 accompagnée du fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ, échelle 1/5e. Relevé photogrammétrique, modélisation et dessin Fr. Colin.
  1. Dans l’environnement d’une couche de dé­bris accusant une forte pente vers le fond de la tranchée, le fait que le corps de canidé et le fragment de statue aient cependant été trouvés exactement au même niveau, à une faible distance, suggère qu’ils ont été jetés ou déposés à cet endroit simultanément, par la même personne ou le même groupe d’individus. Il peut s’agir d’une inhumation opportuniste profitant du remblaiement en cours de la tranchée.

Figure 6 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 accompagnée du fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ, modèle de terrain AS-2018-H-3 (voir Colin 2021). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin. Topographie Nerea Bernabeu Sepulcre.

Description

  1. Les lacunes de la pierre provoquées par au moins trois plans de fracture nécessitent de restituer l’état originel de l’objet avec les précautions de rigueur. Sans pouvoir totale­ment exclure l’éventualité que la statue, avant cassure, ait représenté un corps hu­main complet, les formes conservées permet­tent cependant, avec vraisemblance, de ratta­cher l’ouvrage à une série de statuettes, sou­vent en calcaire, figurant un pied gauche jusqu’à la hauteur de la cheville, bien attestée dans les collections muséales2 (fig. 7).
Figure 7 : Série de sculptures de pied en calcaire du Musée du Louvre, inv. E 5520, 10948, 14376, 18657, 24293, 10913 (Aile Sully, Niveau 1, Salle 644, Des derniers pharaons égyptiens à Cléopâtre, Vitrine 4). Cliché Fr. Colin.
  1. L’inachèvement patent de notre exem­plaire révèle des détails intéressants sur la technique de sculpture. On observe sur les surfaces façonnées quatre types de traces, correspondant à l’utilisation d’autant d’outils différents :

I. Un ciseau au tranchant droit et large, lais­sant des encoches parfois profondes, uti­lisé sur la face avant et sur la face supérieure du socle à la droite du pied (fig. 8-9). La largeur du taillant peut être estimée à envi­ron 2,3 cm, d’après la mesure des traces vi­sibles en surface.

Figure 8 : Encoches de ciseau large sur la face avant du socle de la sculpture AS-2018-1033-01. Cliché H. Smets.

II. Un ciseau droit beaucoup plus étroit (fig. 9), dont la largeur, environ 0,5 cm, est identifiable sur le plan supérieur du socle à la gauche du pied (où les bandes de taille sont souvent rendues encore plus étroites par leur superposition progressive). Employé pour sculpter avec plus de précision, cet outil a aussi servi à façonner les formes délicates du pied.

Figure 9 : Mise en évidence des traces d’outils à la lumière rasante, sur la sculpture AS-2018-1033-01. À gauche et sur le pied, ciseau étroit. À droite, ciseau large. Cliché Fr. Colin.

III. Le parement inférieur du socle a été dressé à l’aide d’un instrument traçant de longues rayures, larges de 0,4 cm à 0,5 cm. L’aspect régulier de ces sillons parallèles, en oblique par rapport aux bords du bloc, peut rappeler l’état de surface obtenu par la tech­nique du layage avec un taillant (fig. 2 et 10).

Figure 10 : Layage de la face inférieure et peut-être latérale gauche du socle de la sculpture AS-2018-1033-01. Cliché H. Smets.

IV. Sur le plan supérieur du socle s’observent des striures perpendiculaires au tranchant du ciseau et continues sur toute la longueur du bloc (bien visibles fig. 2 et 12). Elles paraissent témoigner d’un processus d’abrasion ultérieur à la taille, grâce à un objet de surface plane et granuleuse. Il pour­rait s’agir, par exemple, d’une râpe ou d’un polissoir en grès, dont des exemplaires cou­verts d’une poudre de calcaire ont été décou­verts dans la même phase de comblement de la tranchée de fondation du pylône de Padia­menopé3.

  1. L’identification de ces outils, la largeur des tranchants déduite des traces conservées et l’emploi pour une même œuvre de plu­sieurs ciseaux de dimensions différentes sont compatibles avec les techniques connues de la sculpture égyptienne, notamment dans la pierre tendre4.
  1. Sur le socle, le ciseau a progressé parallèle­ment à l’axe du pied, à sa droite et à sa gauche (fig. 9). Sur le dos du membre, égale­ment, le cheminement de l’outil a taillé des bandes caractéristiques (fig. 9), qui pour­raient rappeler la méthode de taille en « arêtes » et en « facettes », signalée depuis longtemps sur divers modèles de sculpteur5. Cependant, la ressemblance est superficielle, car sur ces œuvres achevées (par opposition à un ouvrage interrompu par accident), les facettes sont très régulières et parcourent toute la statue de façon rectiligne, en en souli­gnant les proportions. On a proposé d’y reconnaître une aide visuelle pour les appren­tis, qui leur servirait de repère idéal pour organiser leur stratégie de taille6 – en somme, un guide en trois dimensions pour obtenir progressivement les surfaces convexes souhaitées.
  1. En contraste avec ces bandes très uni­formes réalisées à des fins didactiques par des sculpteurs sûrs de leur art, les facettes plus étroites affectant le dos du pied AS-2018-1033-01 suivent un tracé irrégulier et appa­remment empirique (fig. 9). De même, l’imperfection de l’abrasion de surface, qui n’a pas effacé les marques du ciseau, dénote davantage un ouvrage involontairement ina­bouti qu’une œuvre conçue comme un mo­dèle. Parmi les doigts, seul le gros orteil com­portait déjà une ébauche du façonnage de l’ongle au moment où l’œuvre a été abandon­née.
  1. Enfin, le traitement du socle, de part et d’autre du pied, témoigne clairement de deux états d’avancement distincts. À gauche, un ciseau fin a été dirigé par petits à coups de faible impact et la surface obtenue est bien plane, régulière et horizontale. L’épaisseur du socle est d’ailleurs parfaite­ment homogène (environ 3,7 cm) sur toute la longueur (fig. 11, bas). À droite, un ciseau large a été frappé avec plus de puissance et dans un angle d’attaque probablement plus droit, d’où la formation d’encoches plus profondes. Cet état d’avancement prépara­toire s’observe aussi dans l’épaisseur irrégu­lière du socle, qui augmente sensiblement entre l’avant et l’arrière du bloc (entre 3,6 et 5,1 cm) (fig. 11, haut). Par voie de consé­quence, l’asymétrie gauche-droite se réper­cute mécaniquement sur la silhouette du pied. En résumé, la gauche du socle docu­mente une phase de finition, tandis que la droite dénote encore une étape du dégrossis­sage.
Figure 11 : Coupes longitudinales à droite et à gauche du pied de la sculpture AS-2018-1033-01, en vue orthographique d’après le modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation et dessin Fr. Colin.
  1. L’ensemble de ces indices pointe vers l’hypothèse d’une sculpture involontaire­ment inachevée, peut-être interrompue par la brisure du bloc. L’origine des lignes de fracture paraît d’ailleurs se situer du côté arrière droit de la statue, que le sculpteur était encore occupé à dégrossir au moment de l’accident (fig. 12).

Figure 12 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, modèle de terrain AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Commentaire

  1. La description de la statue permet de la rat­tacher à l’ensemble des sculptures inache­vées et, en son sein, à la série bien attestée des pieds gauches réalisés dans une pierre tendre à des fins didactiques – un thème qui paraît bien avoir constitué une « figure impo­sée » dans la formation des sculpteurs.
  1. Mais dans ce cadre clairement défini, quel est le statut spécifique de notre exemplaire, modèle de l’instructeur ou exercice de l’apprenti ? Dans le domaine de l’écrit sur ostraca ou sur papyrus, l’identification d’une copie scolaire comme un « modèle » du maître ou comme un « exercice » de l’élève relève d’un jugement qu’il est parfois difficile d’objectiver totalement. Il en va de même pour les productions didactiques dans l’art de sculpter, où les borderline cases ne man­quent pas7. Néanmoins, les imperfections de taille observées sur le pied AS-2018-1033-01, qui se conclurent par un éclatement de la pierre accidentel et irrémédiable, invitent à l’identifier plus probablement comme l’exercice d’un novice (student’s practice piece) que comme la démonstration d’un sculpteur confirmé (model, sculptor’s study8).
  1. La plupart des parallèles, conservés dans des musées et acquis anciennement ou dans des conditions obscures, sont totalement décontextualisés9. Les conditions de leur production et leur destination sont donc supposées au départ de leurs caractéristiques intrinsèques. Leur datation, elle-même, est bien évidemment sujette à caution10 et fait généralement l’objet, dans les notices mu­séales, d’une estimation large, « entre la Basse Époque et la période ptolémaïque », parfois appuyée sur un vague renvoi au « style ». Dans ces conditions, la découverte d’un exemplaire issu d’un contexte bien dé­fini livre à la discussion des données nou­velles et précieuses.
  1. La datation, absolue comme relative, est intéressante en soi, puisque la statue, trouvée en compagnie de céramiques caractéristiques du début de la XXVIe dynastie (datation S. Marchand), provient d’un remblai précisé­ment rattaché à la phase de construc­tion de la tombe du prêtre lecteur en chef Padiamenopé. On se situe donc au tout dé­but du créneau chronologique traditionnelle­ment attribué à la série des sculptures « didac­tiques ».
  1. Le contexte topographique et stratigra­phique est lui aussi révélateur de l’environnement dans lequel ces œuvres étaient produites. Une étude consacrée aux rebuts de sculpture en pierre non locale (roches magmatiques, grès) répertoriés dans la fouille de l’« Opération A » a montré que de nombreux éclats de granite rose et de granodiorite, portant parfois les indices d’un travail de taille, se sont trouvés piégés dans les couches constituées pendant la période de construction de la tombe 33 (phases III.1 et III.2)11. Selon notre interprétation, ces ves­tiges témoignent de l’activité d’un atelier de sculpteurs travaillant in situ, au plus près de l’emplacement auquel était destiné le mobi­lier funéraire de Padiamenopé. Or, c’est préci­sément dans le même contexte stratigra­phique, au sein de la phase III.1, que l’exercice de sculpteur en Calcaire de Tara­wan a été mis au jour. Constitué d’un bloc issu d’un banc géologique local que les car­riers étaient, par ailleurs, en train de creuser, il cohabitait dans la même unité stratigra­phique avec 47 éclats de granite rose, 74 éclats de granodiorite, un fragment de micro­quartzite et dix-sept polissoirs en grès, dont trois couverts d’une poudre de calcaire, prélevés à divers niveaux du remblai12.
  1. Cette combinaison de rebuts, dénotant un travail d’initiation (exercice dans une pierre tendre locale facile à façonner) dans un environnement professionnel aguerri (emploi de roches exogènes coûteuses, maté­riaux durs et nobles), est cohérente dans le contexte d’un vaste projet collectif auquel participe un atelier de sculpteurs. On ima­gine une équipe organisée par un maître, où les artistes expérimentés profitent du chan­tier pour initier des apprentis.
  1. La contextualisation de notre trouvaille contribue également à la discussion sur la finalité de ces petites sculptures représentant des parties du corps humain, que certains ont été tentés d’interpréter comme des ex voto, à l’image des pièces « anatomiques » offertes à des divinités guérisseuses dans un cadre cultuel grec ou romain13. Il ne s’agit pas, bien entendu, de faire entrer à tout prix l’ensemble d’un corpus multiforme dans une interprétation unique, indépendamment de la date et des caractéristiques individuelles des objets. Cependant, dans l’exemple de l’Assassif, nous nous situons clairement à l’origine de la chaîne de production statuaire – en d’autres termes, dans un atelier – et ni le paysage cultuel local, ni les circonstances du chantier de construction du mausolée de Padiamenopé ne suggèrent une finalité vo­tive et/ou thérapeutique. La présence d’une équipe d’artistes en situation professionnelle sur le terrain, comprenant des anciens et des apprentis qu’il s’agit d’initier et d’entraîner, suffit à expliquer le façonnage de notre objet comme une activité d’instruction périphé­rique, en annexe de la production principale.
  1. L’atelier de sculpteurs de Padiamenopé ins­tallé au cœur de la nécropole, au plus près du lieu de destination des œuvres, ne consti­tue pas un cas isolé. À Saqqara, par exemple, dans le contexte particulier des cultes mor­tuaires animaliers-régaliens, Katja Lembke14 a interprété un ensemble de bustes royaux volontairement inachevés comme des mo­dèles de sculpteur, qu’il conviendrait de da­ter du début de la période ptolémaïque. Les informations contextuelles livrées par Auguste Mariette, qui les découvrit en 1860, sont très vagues – d’après des recoupements incertains, l’emplacement de la trouvaille pourrait s’être situé quelque part au nord du Serapeum ou de la partie ouest de son dromos. Cependant, la ressemblance stylis­tique entre les modèles de portraits royaux et les têtes royales des sphinx de l’allée menant au Serapeum suggère à l’autrice une hypo­thèse astucieuse : le Bildhauerwerkstatt aurait été consacré à la fabrique des œuvres for­mant la panoplie monumentale du célèbre dromos. Suivant le même principe pratique que dans l’Assassif, l’atelier aurait été monté à deux pas de la chaussée où les statues allaient être exposées.
  1. Ce qui est vrai pour un atelier implanté dans une nécropole l’est potentiellement aussi lorsque les artisans avaient pignon sur rue (ou sur dromos) à proximité d’un temple. Cette remarque pourrait éclairer une des rares trouvailles anciennes dont le con­texte soit à peu près connu, la découverte en 1919 d’un ensemble de sculptures didac­tiques en calcaire près de Karnak (deux pieds gauches, trois bustes, quatre plaques et pla­quettes gravées). D’après la description et un croquis sommaire de la fouille, le site se trou­vait à une vingtaine de mètres à l’ouest du dromos menant au temple de Khonsou à Karnak, à l’extérieur de la grande enceinte. Le fouilleur interprétait l’assemblage, de façon vraisemblable, comme des rebuts jetés auprès d’un atelier de sculpteurs15. Du point de vue de la « clientèle » visée, l’emplacement du gisement était en tout cas opportun pour développer cette industrie, à proximité des grands patrons institutionnels à l’intérieur du temple, tout comme des dé­vots extérieurs en visite à Karnak.
  1. Pour conclure ces réflexions contextuelles, nous reviendrons sur la question de l’« association » entre l’inhumation d’un chien et le dépôt d’un exercice de sculpteur, que le titre de la présente notice suggère. Faire la part entre la circonstance contin­gente et le détail porteur de sens conduit sans doute à quitter le domaine de l’histoire de l’art et des métiers pour celui de la micro-histoire – ou, plus exactement, de la micro-archéologie passée au crible cognitif de l’archéologue. La co-occurrence de ces deux faits, l’enterrement d’un canidé et la mise au rebut d’un raté de sculpture, à quelques centi­mètres de distance sur un terrain pour­tant accidenté, procède-t-elle d’une pure coïncidence ? C’est évidemment possible. L’idée d’une « association » découlerait alors d’un biais de singularité frappant l’esprit de l’observateur en raison de l’unicité des deux dépôts au sein des nombreux mètres cubes de remblais fouillés : aucune autre dépouille animale mise au jour, aucun autre exercice de sculpteur – et pourtant on rencontre ces deux raretés statistiques côte à côte.
  1. Cependant, l’anthropomorphisme du trai­tement funéraire des animaux de compa­gnie dans la tradition égyptienne est suffisam­ment documenté – notamment à la Basse Époque –16 pour considérer comme plausible l’éventualité d’une association volon­taire et signifiante entre un défunt ani­mal et un objet d’accompagnement funé­raire. Une valeur sentimentale était-elle atta­chée à l’exercice inachevé ? Son auteur – un apprenti sculpteur au service de Padiame­nopé – et le chien enterré à la faveur des travaux de fondation de son pylône entrete­naient-ils une relation particulière ? Autant de questions qui n’appellent pas de réponse incontestable, en l’absence d’une série suscep­tible de généraliser les faits observés.
  1. Mais dans toutes les hypothèses, la proxi­mité stratigraphique et chronologique des deux dépôts – qu’elle fût aléatoire ou intentionnelle –, permet d’affirmer sans trop d’audace que l’auteur de l’exercice AS-2018-1033-01 et le chien AS-2018-1033-02 parta­geaient un environnement commun, tout comme aujourd’hui les travailleurs de la nécro­pole, gardiens et archéologues, occu­pent le terrain sous la surveillance de compa­gnons distants mais attentifs (fig. 13), dans une entente prudente, virant parfois à la démonstration d’une franche sympathie (fig. 14).
Figure 13 : Meute de chiens veillant sur la chaussée de Thoutmosis III au petit matin du 12 novembre 2019. Cliché Fr. Colin.
Figure 14 : Soutien moral des travailleurs de la nécropole devant la tente-atelier, 27 novembre 2018. Cliché Fr. Colin.

Bibliographie


Cite this article as: Frédéric Colin, « Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 21 juillet 2021, https://clae.hypotheses.org/1653, consulté le 27 juillet 2021.
  1. Le relevé de la figure 2 a été accompli alors que le fouilleur avait déjà partiellement démonté la partie centrale et postérieure du squelette. L’interprétation doit rester prudente, car dans un environnement très sec, le caractère primaire ou secondaire d’une inhumation ne peut être totalement assuré d’après l’état des connexions anatomiques, en raison de phénomènes de momification naturelle susceptibles de préserver la position des os malgré le déplacement éventuel d’un cadavre. []
  2. Tomoum 2005, p. 74-81 (où l’on adhère à la conclusion de l’autrice : « (…) The assumption that the feet worked in the round were also intended primarily for practical use in a sculptor’s workshop remains valid ») ; p. 225-226, cat. 91-97. Voir aussi ci-dessous note 9. []
  3. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, § 17 ; tableau 1. []
  4. Devaux 1998, p. 60-62. []
  5. Young 1964, p. 253 ; Tomoum 2005, p. 76. []
  6. Devaux 1998, p. 68. []
  7. Tomoum 2005, p. 27-28. []
  8. Pour une définition de ces concepts, voir Tomoum 2005, p. 23-28. []
  9. Aux exemplaires répertoriés par Edgar 1906, inv. 33378-33388 (p. 45-48 ; pl. 19) et Tomoum 2005, p. 225-226, cat. 91-97, on peut ajouter Brooklyn Museum, Charles Edwin Wilbour Fund, 34.1001, modèle de pied gauche en calcaire, provenance possible Saïs, Brooklyn Museum, Collection online, 34.1001 ; Collections privées, vente Christie’s, 07/10/2010 Live Auction 5488, lots 34 et 330, modèles de pied gauche et de pied droit en calcaire, Catalogue Christie’s en ligne 07/10/2010 ; Los Angeles County Museum of Art, M.80.199.41, modèle de pied droit en terre cuite (selon la notice du musée), LACMA, Collections Online, M.80.199.41 ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 08.202.45, modèle de pied gauche en calcaire, Young 1964, p. 255, fig. 13 ; MMA, accession number 08.202.45 ; Paris, Musée du Louvre, E 5520, E 10913, E 10948, E 14376, E 18657, E 24293, modèles de pied gauche en calcaire, Musée du Louvre, Collections, E 5520, E 10913, E 10948, E 14376, E 18657, E 24293 ; l’exemplaire E 10913, plus grand, dépourvu de socle et entaillé à la cheville ressortit peut-être à une autre typologie (partie de statue originellement emboîtée à une jambe ?). []
  10. La difficulté de la datation est discutée par Tomoum 2005, p. 178-180. []
  11. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021. []
  12. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, tableau 1. []
  13. Voir les discussions critiques et la bibliographie dans Young 1964, p. 248-250, Lembke 1998, p. 267-268 et Tomoum 2005, p. 74-81. []
  14. Lembke 1998. []
  15. Abou Seif 1921, p. 221. []
  16. Colin, Adam, Pranjic 2014. []

Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires

Par Silvia Einaudi, Collaboratrice scientifique de l’UMR 8546 AOrOc Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (CNRS/ENS/EPHE)

Abstract: This lecture examines two particularly interesting aspects related to the monumental tombs of the Theban necropolis of Assassif (25th-26th dynasties). The first concerns the indissoluble link that exists between the elaborate decorative programs and the architecture of these funerary monuments. Based on the analysis of these elements and the relationship they have to each other, a specific function of the Late Period tombs come to light. They turn out to be the “theatrical scenery” for the double journey of the deceased, who – on the one hand – enters the monument (the Duat) and – on the other- leaves it to go forth by day. The second aspect is about the textual, iconographic and architectural models used to conceive these tombs and their decoration: these models date back to different periods (from the Old to the New Kingdoms) and refer to monuments scattered throughout Egypt: Saqqara, Lisht, Assiut, Abydos and Thebes.

Cite this paper as Silvia Einaudi, « Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 18 février 2021, https://clae.hypotheses.org/1613, accessed XX/XX/XXXX.