Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne

Ce carnet de laboratoire est consacré aux expériences scientifiques, au sens de « manip de laboratoire » aussi bien que « d’histoire vécue », sur les terrains de l’archéologie égyptienne. La notion de « terrain » est ici entendue sous ses différents aspects, qu’il s’agisse d’un chantier de fouille, d’une collection muséale ou de l’environnement virtuel de l’archéologie numérique. Initié à l’occasion d’un Fellowship de l’University of Strasbourg Institute for Advanced Study (USIAS) intitulé « Archéologie numérique dans une nécropole monumentale à Thèbes d’Égypte », ce carnet a vocation à ouvrir son horizon chronologique et thématique, en s’adressant aux professionnels de l’archéologie égyptienne aussi bien qu’au public plus large.

Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of an unfinished limestone sculpture found a few centimetres from a dog burial in the backfill of the foundation trench of Padiamenope’s pylon (TT 33). The statue represents a left human foot and is interpreted as a student’s practice piece performed in the context of a sculpture workshop engaged in carving the funerary furniture during the construction of the mausoleum. An inadvertent breaking of the stone interrupted the carving. The fact that this object appears in a stratified context is noteworthy, as this category of artifact, although well documented in museum collections, is generally decontextualized, which makes it difficult to determine their date and production background. The apprentice’s replica may have been deliberately associated with the dog’s grave, in the manner of a funerary tribute to a beloved pet, or their proximity may be purely coincidental.

Figure 1 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, vue orthographique du modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Identification et caractéristiques de la sculpture (fig. 1-2)

Numéro de fouille : Assassif-2018-1033-01.
Lieu de conservation :
En 2021, l’objet est conservé avec la majorité du mobilier découvert en 2018 et en 2019, dans la boîte « AS 2018 pied statue », dans la malle « 1 », protégée à l’intérieur de la salle 1 de la TT 33.
Dimensions :
Hauteur maximale conservée 8,2 cm. Plus grande diagonale du bloc 19,1 cm. Longueur maximale conservée du pied 13,2 cm. Largeur maximale du pied à la hauteur des orteils 5,8 cm. Longueur maximale conservée du socle sur la face latérale gauche 12,5 cm. Longueur maximale conservée du socle sur la face avant 10 cm. Épaisseur du socle sur la face avant entre 3,6 et 3,8 cm. Épaisseur du socle sur la face latérale gauche environ 3,7. Épaisseur du socle du côté droit entre 3,6 et 5,1 cm. Le socle est plus épais et déborde plus largement de la plante du pied que sur la plupart des parallèles didactiques (voir ci-dessous, figure 2 et note 9).
Matériau et état de conservation :
Calcaire de Tarawan. Le bloc est brisé sur toute la longueur du socle du côté droit du pied et sur la face arrière. Sont ainsi perdus le talon, un gros éclat du flanc gauche et le haut du membre à partir de la base du cou-de-pied. Il n’est donc pas absolument exclu que le pied ait appartenu à un projet de sculpture d’un personnage complet, ce qui expliquerait l’épaisseur du socle (voir « Dimensions »). Il est cependant vraisemblable que l’œuvre s’interrompait à la hauteur de la cheville, d’après les parallèles de statuettes représentant uniquement un pied gauche et selon l’équilibre général du bloc.
Datation de l’artefact :
La fabrication de la sculpture et les travaux de construction de la tombe de Padiamenopé (tombe 33) sont probablement synchrones.
Datation du contexte de découverte :
Le fragment de statue provient d’un remblai inclus dans la phase III.1, qui correspond à la construction initiale de l’enceinte du mausolée (Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, tableau 1). Selon les auteurs (De Meulenaere 2008 ; Coulon 2016, p. 111-115), le floruit de Padiamenopé est situé à la fin de la XXVe, au début de la XXVIe dynastie ou à cheval entre ces deux périodes, d’après des critères historiques. Le mobilier céramique trouvé dans le même niveau de construction est caractéristique du début de la XXVIe dynastie, avec quelques intrusions du Nouvel Empire provenant des phases antérieures du site (étude Sylvie Marchand).
Figure 2 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, vues orthographiques du haut, du bas, de droite, de gauche, de devant et de derrière, du modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Contexte archéologique

Le fragment de statue a été trouvé dans un remblai composé de cailloux et de gros blocs de calcaire (dimension maximale jusqu’à 49 cm) contenus dans une matrice peu abondante sablo-limoneuse (fig. 3). Les débris rocheux comportent régulièrement des traces d’outil caractéristiques du travail de carriers et, comme le bloc sculpté, proviennent probablement de la formation de Tarawan, dans laquelle la tombe 33 fut creusée. Ces matériaux furent déversés dans la tranchée de fondation du môle nord du pylône de Padiamenopé pour la combler, dans la phase de construction initiale de l’enceinte (phase III.1).

  1. À la même altitude et à une distance de seu­lement 16 cm, gisait la dépouille d’un chien, dont les tissus avaient subi une momifi­cation naturelle partielle au niveau de la tête (y compris l’oreille gauche), de l’épaule et du membre antérieur gauche, ainsi que sur diverses faces osseuses (fig. 3-6). Le squelette, qui conservait des connexions anatomiques, était vraisemblablement situé en position primaire1.
Figure 3 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 et fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ. Cliché Fr. Colin.
Figure 4 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 ; détail de la tête et de la patte antérieure gauche naturellement momifiées. Cliché Fr. Colin.

Figure 5 : Relevé de l’inhumation de chien AS-2018-1033-02 accompagnée du fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ, échelle 1/5e. Relevé photogrammétrique, modélisation et dessin Fr. Colin.
  1. Dans l’environnement d’une couche de dé­bris accusant une forte pente vers le fond de la tranchée, le fait que le corps de canidé et le fragment de statue aient cependant été trouvés exactement au même niveau, à une faible distance, suggère qu’ils ont été jetés ou déposés à cet endroit simultanément, par la même personne ou le même groupe d’individus. Il peut s’agir d’une inhumation opportuniste profitant du remblaiement en cours de la tranchée.

Figure 6 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 accompagnée du fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ, modèle de terrain AS-2018-H-3 (voir Colin 2021). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin. Topographie Nerea Bernabeu Sepulcre.

Description

  1. Les lacunes de la pierre provoquées par au moins trois plans de fracture nécessitent de restituer l’état originel de l’objet avec les précautions de rigueur. Sans pouvoir totale­ment exclure l’éventualité que la statue, avant cassure, ait représenté un corps hu­main complet, les formes conservées permet­tent cependant, avec vraisemblance, de ratta­cher l’ouvrage à une série de statuettes, sou­vent en calcaire, figurant un pied gauche jusqu’à la hauteur de la cheville, bien attestée dans les collections muséales2 (fig. 7).
Figure 7 : Série de sculptures de pied en calcaire du Musée du Louvre, inv. E 5520, 10948, 14376, 18657, 24293, 10913 (Aile Sully, Niveau 1, Salle 644, Des derniers pharaons égyptiens à Cléopâtre, Vitrine 4). Cliché Fr. Colin.
  1. L’inachèvement patent de notre exem­plaire révèle des détails intéressants sur la technique de sculpture. On observe sur les surfaces façonnées quatre types de traces, correspondant à l’utilisation d’autant d’outils différents :

I. Un ciseau au tranchant droit et large, lais­sant des encoches parfois profondes, uti­lisé sur la face avant et sur la face supérieure du socle à la droite du pied (fig. 8-9). La largeur du taillant peut être estimée à envi­ron 2,3 cm, d’après la mesure des traces vi­sibles en surface.

Figure 8 : Encoches de ciseau large sur la face avant du socle de la sculpture AS-2018-1033-01. Cliché H. Smets.

II. Un ciseau droit beaucoup plus étroit (fig. 9), dont la largeur, environ 0,5 cm, est identifiable sur le plan supérieur du socle à la gauche du pied (où les bandes de taille sont souvent rendues encore plus étroites par leur superposition progressive). Employé pour sculpter avec plus de précision, cet outil a aussi servi à façonner les formes délicates du pied.

Figure 9 : Mise en évidence des traces d’outils à la lumière rasante, sur la sculpture AS-2018-1033-01. À gauche et sur le pied, ciseau étroit. À droite, ciseau large. Cliché Fr. Colin.

III. Le parement inférieur du socle a été dressé à l’aide d’un instrument traçant de longues rayures, larges de 0,4 cm à 0,5 cm. L’aspect régulier de ces sillons parallèles, en oblique par rapport aux bords du bloc, peut rappeler l’état de surface obtenu par la tech­nique du layage avec un taillant (fig. 2 et 10).

Figure 10 : Layage de la face inférieure et peut-être latérale gauche du socle de la sculpture AS-2018-1033-01. Cliché H. Smets.

IV. Sur le plan supérieur du socle s’observent des striures perpendiculaires au tranchant du ciseau et continues sur toute la longueur du bloc (bien visibles fig. 2 et 12). Elles paraissent témoigner d’un processus d’abrasion ultérieur à la taille, grâce à un objet de surface plane et granuleuse. Il pour­rait s’agir, par exemple, d’une râpe ou d’un polissoir en grès, dont des exemplaires cou­verts d’une poudre de calcaire ont été décou­verts dans la même phase de comblement de la tranchée de fondation du pylône de Padia­menopé3.

  1. L’identification de ces outils, la largeur des tranchants déduite des traces conservées et l’emploi pour une même œuvre de plu­sieurs ciseaux de dimensions différentes sont compatibles avec les techniques connues de la sculpture égyptienne, notamment dans la pierre tendre4.
  1. Sur le socle, le ciseau a progressé parallèle­ment à l’axe du pied, à sa droite et à sa gauche (fig. 9). Sur le dos du membre, égale­ment, le cheminement de l’outil a taillé des bandes caractéristiques (fig. 9), qui pour­raient rappeler la méthode de taille en « arêtes » et en « facettes », signalée depuis longtemps sur divers modèles de sculpteur5. Cependant, la ressemblance est superficielle, car sur ces œuvres achevées (par opposition à un ouvrage interrompu par accident), les facettes sont très régulières et parcourent toute la statue de façon rectiligne, en en souli­gnant les proportions. On a proposé d’y reconnaître une aide visuelle pour les appren­tis, qui leur servirait de repère idéal pour organiser leur stratégie de taille6 – en somme, un guide en trois dimensions pour obtenir progressivement les surfaces convexes souhaitées.
  1. En contraste avec ces bandes très uni­formes réalisées à des fins didactiques par des sculpteurs sûrs de leur art, les facettes plus étroites affectant le dos du pied AS-2018-1033-01 suivent un tracé irrégulier et appa­remment empirique (fig. 9). De même, l’imperfection de l’abrasion de surface, qui n’a pas effacé les marques du ciseau, dénote davantage un ouvrage involontairement ina­bouti qu’une œuvre conçue comme un mo­dèle. Parmi les doigts, seul le gros orteil com­portait déjà une ébauche du façonnage de l’ongle au moment où l’œuvre a été abandon­née.
  1. Enfin, le traitement du socle, de part et d’autre du pied, témoigne clairement de deux états d’avancement distincts. À gauche, un ciseau fin a été dirigé par petits à coups de faible impact et la surface obtenue est bien plane, régulière et horizontale. L’épaisseur du socle est d’ailleurs parfaite­ment homogène (environ 3,7 cm) sur toute la longueur (fig. 11, bas). À droite, un ciseau large a été frappé avec plus de puissance et dans un angle d’attaque probablement plus droit, d’où la formation d’encoches plus profondes. Cet état d’avancement prépara­toire s’observe aussi dans l’épaisseur irrégu­lière du socle, qui augmente sensiblement entre l’avant et l’arrière du bloc (entre 3,6 et 5,1 cm) (fig. 11, haut). Par voie de consé­quence, l’asymétrie gauche-droite se réper­cute mécaniquement sur la silhouette du pied. En résumé, la gauche du socle docu­mente une phase de finition, tandis que la droite dénote encore une étape du dégrossis­sage.
Figure 11 : Coupes longitudinales à droite et à gauche du pied de la sculpture AS-2018-1033-01, en vue orthographique d’après le modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation et dessin Fr. Colin.
  1. L’ensemble de ces indices pointe vers l’hypothèse d’une sculpture involontaire­ment inachevée, peut-être interrompue par la brisure du bloc. L’origine des lignes de fracture paraît d’ailleurs se situer du côté arrière droit de la statue, que le sculpteur était encore occupé à dégrossir au moment de l’accident (fig. 12).

Figure 12 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, modèle de terrain AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Commentaire

  1. La description de la statue permet de la rat­tacher à l’ensemble des sculptures inache­vées et, en son sein, à la série bien attestée des pieds gauches réalisés dans une pierre tendre à des fins didactiques – un thème qui paraît bien avoir constitué une « figure impo­sée » dans la formation des sculpteurs.
  1. Mais dans ce cadre clairement défini, quel est le statut spécifique de notre exemplaire, modèle de l’instructeur ou exercice de l’apprenti ? Dans le domaine de l’écrit sur ostraca ou sur papyrus, l’identification d’une copie scolaire comme un « modèle » du maître ou comme un « exercice » de l’élève relève d’un jugement qu’il est parfois difficile d’objectiver totalement. Il en va de même pour les productions didactiques dans l’art de sculpter, où les borderline cases ne man­quent pas7. Néanmoins, les imperfections de taille observées sur le pied AS-2018-1033-01, qui se conclurent par un éclatement de la pierre accidentel et irrémédiable, invitent à l’identifier plus probablement comme l’exercice d’un novice (student’s practice piece) que comme la démonstration d’un sculpteur confirmé (model, sculptor’s study8).
  1. La plupart des parallèles, conservés dans des musées et acquis anciennement ou dans des conditions obscures, sont totalement décontextualisés9. Les conditions de leur production et leur destination sont donc supposées au départ de leurs caractéristiques intrinsèques. Leur datation, elle-même, est bien évidemment sujette à caution10 et fait généralement l’objet, dans les notices mu­séales, d’une estimation large, « entre la Basse Époque et la période ptolémaïque », parfois appuyée sur un vague renvoi au « style ». Dans ces conditions, la découverte d’un exemplaire issu d’un contexte bien dé­fini livre à la discussion des données nou­velles et précieuses.
  1. La datation, absolue comme relative, est intéressante en soi, puisque la statue, trouvée en compagnie de céramiques caractéristiques du début de la XXVIe dynastie (datation S. Marchand), provient d’un remblai précisé­ment rattaché à la phase de construc­tion de la tombe du prêtre lecteur en chef Padiamenopé. On se situe donc au tout dé­but du créneau chronologique traditionnelle­ment attribué à la série des sculptures « didac­tiques ».
  1. Le contexte topographique et stratigra­phique est lui aussi révélateur de l’environnement dans lequel ces œuvres étaient produites. Une étude consacrée aux rebuts de sculpture en pierre non locale (roches magmatiques, grès) répertoriés dans la fouille de l’« Opération A » a montré que de nombreux éclats de granite rose et de granodiorite, portant parfois les indices d’un travail de taille, se sont trouvés piégés dans les couches constituées pendant la période de construction de la tombe 33 (phases III.1 et III.2)11. Selon notre interprétation, ces ves­tiges témoignent de l’activité d’un atelier de sculpteurs travaillant in situ, au plus près de l’emplacement auquel était destiné le mobi­lier funéraire de Padiamenopé. Or, c’est préci­sément dans le même contexte stratigra­phique, au sein de la phase III.1, que l’exercice de sculpteur en Calcaire de Tara­wan a été mis au jour. Constitué d’un bloc issu d’un banc géologique local que les car­riers étaient, par ailleurs, en train de creuser, il cohabitait dans la même unité stratigra­phique avec 47 éclats de granite rose, 74 éclats de granodiorite, un fragment de micro­quartzite et dix-sept polissoirs en grès, dont trois couverts d’une poudre de calcaire, prélevés à divers niveaux du remblai12.
  1. Cette combinaison de rebuts, dénotant un travail d’initiation (exercice dans une pierre tendre locale facile à façonner) dans un environnement professionnel aguerri (emploi de roches exogènes coûteuses, maté­riaux durs et nobles), est cohérente dans le contexte d’un vaste projet collectif auquel participe un atelier de sculpteurs. On ima­gine une équipe organisée par un maître, où les artistes expérimentés profitent du chan­tier pour initier des apprentis.
  1. La contextualisation de notre trouvaille contribue également à la discussion sur la finalité de ces petites sculptures représentant des parties du corps humain, que certains ont été tentés d’interpréter comme des ex voto, à l’image des pièces « anatomiques » offertes à des divinités guérisseuses dans un cadre cultuel grec ou romain13. Il ne s’agit pas, bien entendu, de faire entrer à tout prix l’ensemble d’un corpus multiforme dans une interprétation unique, indépendamment de la date et des caractéristiques individuelles des objets. Cependant, dans l’exemple de l’Assassif, nous nous situons clairement à l’origine de la chaîne de production statuaire – en d’autres termes, dans un atelier – et ni le paysage cultuel local, ni les circonstances du chantier de construction du mausolée de Padiamenopé ne suggèrent une finalité vo­tive et/ou thérapeutique. La présence d’une équipe d’artistes en situation professionnelle sur le terrain, comprenant des anciens et des apprentis qu’il s’agit d’initier et d’entraîner, suffit à expliquer le façonnage de notre objet comme une activité d’instruction périphé­rique, en annexe de la production principale.
  1. L’atelier de sculpteurs de Padiamenopé ins­tallé au cœur de la nécropole, au plus près du lieu de destination des œuvres, ne consti­tue pas un cas isolé. À Saqqara, par exemple, dans le contexte particulier des cultes mor­tuaires animaliers-régaliens, Katja Lembke14 a interprété un ensemble de bustes royaux volontairement inachevés comme des mo­dèles de sculpteur, qu’il conviendrait de da­ter du début de la période ptolémaïque. Les informations contextuelles livrées par Auguste Mariette, qui les découvrit en 1860, sont très vagues – d’après des recoupements incertains, l’emplacement de la trouvaille pourrait s’être situé quelque part au nord du Serapeum ou de la partie ouest de son dromos. Cependant, la ressemblance stylis­tique entre les modèles de portraits royaux et les têtes royales des sphinx de l’allée menant au Serapeum suggère à l’autrice une hypo­thèse astucieuse : le Bildhauerwerkstatt aurait été consacré à la fabrique des œuvres for­mant la panoplie monumentale du célèbre dromos. Suivant le même principe pratique que dans l’Assassif, l’atelier aurait été monté à deux pas de la chaussée où les statues allaient être exposées.
  1. Ce qui est vrai pour un atelier implanté dans une nécropole l’est potentiellement aussi lorsque les artisans avaient pignon sur rue (ou sur dromos) à proximité d’un temple. Cette remarque pourrait éclairer une des rares trouvailles anciennes dont le con­texte soit à peu près connu, la découverte en 1919 d’un ensemble de sculptures didac­tiques en calcaire près de Karnak (deux pieds gauches, trois bustes, quatre plaques et pla­quettes gravées). D’après la description et un croquis sommaire de la fouille, le site se trou­vait à une vingtaine de mètres à l’ouest du dromos menant au temple de Khonsou à Karnak, à l’extérieur de la grande enceinte. Le fouilleur interprétait l’assemblage, de façon vraisemblable, comme des rebuts jetés auprès d’un atelier de sculpteurs15. Du point de vue de la « clientèle » visée, l’emplacement du gisement était en tout cas opportun pour développer cette industrie, à proximité des grands patrons institutionnels à l’intérieur du temple, tout comme des dé­vots extérieurs en visite à Karnak.
  1. Pour conclure ces réflexions contextuelles, nous reviendrons sur la question de l’« association » entre l’inhumation d’un chien et le dépôt d’un exercice de sculpteur, que le titre de la présente notice suggère. Faire la part entre la circonstance contin­gente et le détail porteur de sens conduit sans doute à quitter le domaine de l’histoire de l’art et des métiers pour celui de la micro-histoire – ou, plus exactement, de la micro-archéologie passée au crible cognitif de l’archéologue. La co-occurrence de ces deux faits, l’enterrement d’un canidé et la mise au rebut d’un raté de sculpture, à quelques centi­mètres de distance sur un terrain pour­tant accidenté, procède-t-elle d’une pure coïncidence ? C’est évidemment possible. L’idée d’une « association » découlerait alors d’un biais de singularité frappant l’esprit de l’observateur en raison de l’unicité des deux dépôts au sein des nombreux mètres cubes de remblais fouillés : aucune autre dépouille animale mise au jour, aucun autre exercice de sculpteur – et pourtant on rencontre ces deux raretés statistiques côte à côte.
  1. Cependant, l’anthropomorphisme du trai­tement funéraire des animaux de compa­gnie dans la tradition égyptienne est suffisam­ment documenté – notamment à la Basse Époque –16 pour considérer comme plausible l’éventualité d’une association volon­taire et signifiante entre un défunt ani­mal et un objet d’accompagnement funé­raire. Une valeur sentimentale était-elle atta­chée à l’exercice inachevé ? Son auteur – un apprenti sculpteur au service de Padiame­nopé – et le chien enterré à la faveur des travaux de fondation de son pylône entrete­naient-ils une relation particulière ? Autant de questions qui n’appellent pas de réponse incontestable, en l’absence d’une série suscep­tible de généraliser les faits observés.
  1. Mais dans toutes les hypothèses, la proxi­mité stratigraphique et chronologique des deux dépôts – qu’elle fût aléatoire ou intentionnelle –, permet d’affirmer sans trop d’audace que l’auteur de l’exercice AS-2018-1033-01 et le chien AS-2018-1033-02 parta­geaient un environnement commun, tout comme aujourd’hui les travailleurs de la nécro­pole, gardiens et archéologues, occu­pent le terrain sous la surveillance de compa­gnons distants mais attentifs (fig. 13), dans une entente prudente, virant parfois à la démonstration d’une franche sympathie (fig. 14).
Figure 13 : Meute de chiens veillant sur la chaussée de Thoutmosis III au petit matin du 12 novembre 2019. Cliché Fr. Colin.
Figure 14 : Soutien moral des travailleurs de la nécropole devant la tente-atelier, 27 novembre 2018. Cliché Fr. Colin.

Bibliographie


Cite this article as: Frédéric Colin, « Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 21 juillet 2021, https://clae.hypotheses.org/1653, consulté le 27 juillet 2021.
  1. Le relevé de la figure 2 a été accompli alors que le fouilleur avait déjà partiellement démonté la partie centrale et postérieure du squelette. L’interprétation doit rester prudente, car dans un environnement très sec, le caractère primaire ou secondaire d’une inhumation ne peut être totalement assuré d’après l’état des connexions anatomiques, en raison de phénomènes de momification naturelle susceptibles de préserver la position des os malgré le déplacement éventuel d’un cadavre. []
  2. Tomoum 2005, p. 74-81 (où l’on adhère à la conclusion de l’autrice : « (…) The assumption that the feet worked in the round were also intended primarily for practical use in a sculptor’s workshop remains valid ») ; p. 225-226, cat. 91-97. Voir aussi ci-dessous note 9. []
  3. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, § 17 ; tableau 1. []
  4. Devaux 1998, p. 60-62. []
  5. Young 1964, p. 253 ; Tomoum 2005, p. 76. []
  6. Devaux 1998, p. 68. []
  7. Tomoum 2005, p. 27-28. []
  8. Pour une définition de ces concepts, voir Tomoum 2005, p. 23-28. []
  9. Aux exemplaires répertoriés par Edgar 1906, inv. 33378-33388 (p. 45-48 ; pl. 19) et Tomoum 2005, p. 225-226, cat. 91-97, on peut ajouter Brooklyn Museum, Charles Edwin Wilbour Fund, 34.1001, modèle de pied gauche en calcaire, provenance possible Saïs, Brooklyn Museum, Collection online, 34.1001 ; Collections privées, vente Christie’s, 07/10/2010 Live Auction 5488, lots 34 et 330, modèles de pied gauche et de pied droit en calcaire, Catalogue Christie’s en ligne 07/10/2010 ; Los Angeles County Museum of Art, M.80.199.41, modèle de pied droit en terre cuite (selon la notice du musée), LACMA, Collections Online, M.80.199.41 ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 08.202.45, modèle de pied gauche en calcaire, Young 1964, p. 255, fig. 13 ; MMA, accession number 08.202.45 ; Paris, Musée du Louvre, E 5520, E 10913, E 10948, E 14376, E 18657, E 24293, modèles de pied gauche en calcaire, Musée du Louvre, Collections, E 5520, E 10913, E 10948, E 14376, E 18657, E 24293 ; l’exemplaire E 10913, plus grand, dépourvu de socle et entaillé à la cheville ressortit peut-être à une autre typologie (partie de statue originellement emboîtée à une jambe ?). []
  10. La difficulté de la datation est discutée par Tomoum 2005, p. 178-180. []
  11. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021. []
  12. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, tableau 1. []
  13. Voir les discussions critiques et la bibliographie dans Young 1964, p. 248-250, Lembke 1998, p. 267-268 et Tomoum 2005, p. 74-81. []
  14. Lembke 1998. []
  15. Abou Seif 1921, p. 221. []
  16. Colin, Adam, Pranjic 2014. []

L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts. Entre texte et pratique

Par Isabelle Régen, Ingénieure de recherche, université Paul Valéry – Montpellier 3, UMR 5140 CNRS

Abstract: The archaeology of ritual in the Book of the Dead raises the question of the relationship between two media of expression of ritual, text and archaeology (without forgetting the existence of a third form, oral, since these formulas were recited). This notion was highlighted more than twenty years ago by John Scheid in an article in which he called for scholars to become a kind of scientific policemen adopting an interdisciplinary approach in the analysis of the most tenuous traces of a ritual act. In the absence of being able, like the ethnologist, to witness the ritual in vivo, the Egyptologist finds himself confronted with “cold cases”. In this research, an immaterial part of the ritual is difficult to access, in particular the sensory aspect, which reminds us that our knowledge of the Egyptian ritual world is more than fragmentary.

     In the absence of being able to assemble a multidisciplinary team, a relatively accessible approach is that which consists in confronting texts and archaeology for a given ritual. Indeed, in the different types of notices accompanying the spells of the Book of the Dead, there are what are commonly called “prescriptive notes” or “prescription notes”, so named because they seem to describe the modus operandi of the ritualist. The relevance of this term will be questioned by invoking cases where text and archaeology agree, and others where they diverge. We will ask to what degree the archaeological and the textual data are connected, and what function(s) these so-called “prescriptive” notices fulfil.

Résumé : L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts soulève, en filigrane, la question des relations entre deux médias d’expression du rituel, le texte et l’archéologie (sans oublier l’existence d’une troisième forme, orale, puisque ces formules étaient déclamées). Cette notion a été mise en lumière il y a plus de vingt ans par John Scheid dans un article où il appelait de ses vœux les antiquisants à se muer en policiers scientifiques adoptant une approche interdisciplinaire dans l’analyse des traces les plus ténues d’un acte rituel. À défaut de pouvoir, comme l’ethnologue, assister au rituel in vivo, l’égyptologue se retrouve en effet face à des « cold cases ». Dans cette recherche, un pan immatériel du rituel est difficilement accessible, en particulier l’aspect sensoriel, ce qui vient nous rappeler que notre connaissance du monde rituel des égyptiens est plus que fragmentaire.

À défaut de pouvoir rassembler une équipe pluridisciplinaire, une approche relativement accessible est celle qui consiste à confronter pour un rituel donné, les textes et l’archéologie. En effet, dans les différents types de notices accompagnant les formules du Livre des Morts, figurent ce que l’on désigne communément sous l’appellation « notices prescriptives » ou « notices de prescription » nommées ainsi car elles paraissent décrire le modus operandi du ritualiste. On s’interrogera sur la pertinence de cette dénomination en invoquant des cas où texte et archéologie concordent, et d’autres où ils divergent. On se demandera jusqu’à quel point les données archéologiques et les données textuelles sont connectées et quelle(s) fonction(s) remplissai(en)t ces notices dites « prescriptives ».

Cite this paper as Isabelle Régen, « L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts. Entre texte et pratique », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 1er avril 2021, https://clae.hypotheses.org/1634, accessed XX/XX/XXXX.

Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires

Par Silvia Einaudi, Collaboratrice scientifique de l’UMR 8546 AOrOc Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (CNRS/ENS/EPHE)

Abstract: This lecture examines two particularly interesting aspects related to the monumental tombs of the Theban necropolis of Assassif (25th-26th dynasties). The first concerns the indissoluble link that exists between the elaborate decorative programs and the architecture of these funerary monuments. Based on the analysis of these elements and the relationship they have to each other, a specific function of the Late Period tombs come to light. They turn out to be the “theatrical scenery” for the double journey of the deceased, who – on the one hand – enters the monument (the Duat) and – on the other- leaves it to go forth by day. The second aspect is about the textual, iconographic and architectural models used to conceive these tombs and their decoration: these models date back to different periods (from the Old to the New Kingdoms) and refer to monuments scattered throughout Egypt: Saqqara, Lisht, Assiut, Abydos and Thebes.

Cite this paper as Silvia Einaudi, « Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 18 février 2021, https://clae.hypotheses.org/1613, accessed XX/XX/XXXX.

Sarcophages en contexte : étude multiscalaire d’un dépôt funéraire au début de la 18e dynastie

Par Frédéric Colin, Université de StrasbourgCNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Avec la collaboration d’Eweis Abdel Rady (MoTA), Yunis Ahmed (IFAO, Cairo), Nerea Bernabeu (Strasbourg Univ.), Sonia Brahimi (Strasbourg Univ.), Garance Clapuyt (Brussels Univ. & Strasbourg Univ.), Jean-Philippe Droux (Strasbourg Univ.), Christian Dupuis (Mons Univ.), Bruno Gavazzi (Strasbourg Univ.), Eman Hagag (MoTA), Cassandre Hartenstein (Strasbourg Univ.), Ayman Hussein (IFAO, Cairo), Khalid S. Essa (Cairo University), Sylvie Marchand (IFAO Cairo), Filippo Mi (Strasbourg Univ.), Sayed Mohamed Abd el-Rahim (raïs, Luxor), Sayed Mohamed Ahmed (MoTA), Simone Nannucci (Strasbourg Univ.), Sayed Mohamed el-Qurany (MoTA), Olivier Onézime (IFAO, Cairo), Anita Quiles (IFAO, Cairo), Asmaa Sayed (MoTA), Héloïse Smets (Strasbourg Univ.)

Abstract: Paper about the interpretation of a funerary deposit that was uncovered in an earthwork supporting the processional causeway leading from the Nile floodplain to the temple of Thutmose III in Deir el-Bahari. A guiding thread on multi-scale surveys combining successive digital recordings following a “matrioshka doll” scheme, as a basis for historical and anthropological issues. A set of digital models of decreasing size, nested within each other, from the global topographic and geophysical context, through the basic stratigraphy, the assemblage of sarcophagi, the microstratigraphy inside the coffins, the assemblage of the objects accompanying the mummy, to the shape and geometry of its individual artifacts. Geophysics, photogrammetry, prosopography, typology, semiology hand in hand.

Cite this paper as: Frédéric Colin et alii, « Sarcophages en contexte : étude multiscalaire d’un dépôt funéraire au début de la 18e dynastie », conférence du cycle « Les rendez-vous de l’archéologie », organisé par l’IFE et l’Ifao, 29 novembre 2020, https://clae.hypotheses.org/1434, consulté le XX/XX/XXXX.

 

Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019)

Par Frédéric Colin, Université de StrasbourgCNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of a bronze mirror figuring a bifrons head of Hathor, four lionesses and a papyriform column. It was uncovered in December 2019 amongst a rich assemblage of objects accompanying a mummy, within a sarcophagus from the beginning of the 18th Dynasty. As the first published record of the catalogue of artifacts found during the excavations of the French Archaeological Mission in Asasif – and in the circumstances of a worldwide lockdown because of pandemic –, this article will serve as a template for our project of contextual publication in rapid and full open access. May the usefulness for scholarly information of this fast result-report process overpass the defaults of a preliminary bibliographic survey.

Pdf : Colin_2020_Catalogue_Assassif_2019_1244_P_4
Figure 1. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A. © Frédéric Colin, 2019.

Identification et caractérisation du miroir (fig. 1-2)

Numéro de fouille : Assassif-2019-1244-P.
Numéro d’inventaire : Salle 33 du Magasin Carter, inv. n° 700. Le Ministry of Tourism and Antiquities a inventorié l’objet sous un numéro d’inventaire unique, commun aux items découverts dans le même sarcophage (Assassif-1244-A-Q), selon le principe d’un enregistrement contextuel.
Lieu de conservation :
L’objet a été déposé en décembre 2019 dans le magasin Carter à Gourna et est conservé dans des compartiments sur mesure au sein d’une boîte regroupant les pièces provenant du sarcophage Assassif-1244.
Dimensions :
Poids 1,622 kg. Hauteur maximale du miroir 26,9 cm. Diamètres vertical et horizontal du disque 12 et 14 cm. Largeur maximale du support arqué (de la pointe d’une extrémité à l’autre) 11,5 cm. Longueur de la lionne à la droite d’Hathor, sur la face A 3,16 cm. Distance de la base de la crinière en collerette à l’oreille droite de cette lionne 1,06 cm. Longueur de la lionne à la gauche d’Hathor, sur la face A 2,9 cm. Distance de la base de la crinière en collerette à l’oreille droite de cette lionne 1,05 cm.
Matériau et état de conservation :
Alliage cuivreux doré. L’objet a été trouvé complet. Les images publiées dans le présent dossier montrent le miroir dans l’état où il se trouvait au moment de la découverte, avant toute restauration. Des particules de dorure, présentant parfois l’aspect de gouttelettes, sont conservées en divers emplacements, en particulier sur la face A. L’examen macroscopique suggère qu’une des causes de la détérioration de la dorure est le développement de la corrosion de l’alliage cuivreux sous-jacent1, mais cette hypothèse devrait être confrontée à une étude archéométrique.

Datation de l’artefact :
Aux origines de la 18e dynastie, d’après les parallèles typologiques de miroirs datés, d’après la typologie mixte du sarcophage contenant l’objet (couvercle rishi, cuve à fond blanc) et selon la datation au radiocarbone d’une sangle scellant un autre sarcophage rishi au sein du même assemblage (1633-1501 cal BCE à 2 σ, 95,4%, Pôle d’archéométrie de l’IFAO, Laboratoire de datation par le radiocarbone, Rapport d’analyse IFAO-0825).

Datation du contexte de découverte :
Vers la fin du règne de Thoutmosis III, d’après la position topographique et la séquence stratigraphique (cf. ci-dessous).
Figure 2. Miroir Assassif-2019-1244-P, face B. © Frédéric Colin, 2019.

Contexte archéologique

Cet artefact fait partie de l’ensemble des objets qui accompagnaient la momie contenue dans le sarcophage AS-2019-1244, au nom d’une dame Ta-abou (Tỉ-Ȝbw). Il cohabitait ainsi avec un pot à kohl (AS-2019-1244-C et O) et son bâtonnet applicateur (AS-2019-1244-M), deux cuillères en bois figurées (AS-2019-1244-E et G), trois rasoirs (AS-2019-1244-H, K2 et K3) dont deux rangés dans un étui en bois (AS-2019-1244-K1), un panier en vannerie (AS-2019-1244-B et F), un filet (AS-2019-1244-L), un rhyton en faïence bleue (AS-2019-1244-D), un petit vase en terre cuite à engobe noir brillant conservant une poudre orange (AS-2019-1244-J), pourvu d’un couvercle en albâtre (AS-2019-1244-N), un vase (AS-2019-1244-I) et son couvercle (AS-2019-1244-Q), contenant apparemment des restes alimentaires figés, un appuie-tête en bois et en os (AS-2019-1244-A), ainsi que des graines et des fruits dispersés dans la cuve.

  1. Le miroir était déposé sur la tranche et appuyé, du côté de sa face B, contre le flanc gauche de la momie (fig. 3), dont le tissu de lin collait au disque, au support courbe et aux figurines de lionnes (fig. 2 ; 13-14), en raison d’une réaction chimique advenue au contact entre les fibres et le métal2. Dans l’agencement des objets, le miroir était étroitement associé, voire en contact direct avec le pot à kohl (AS-2019-1244-C), les cuillères figurées, le rasoir AS-2019-1244-H et avec le rhyton inséré un peu plus loin (fig. 3 a-b).

Figure 3. L’assemblage en place (gauche) et étape 4 du démontage (droite). © Frédéric Colin

  1. Le sarcophage de Ta-abou (AS-2019-1244), composé d’une cuve à fond blanc et d’un couvercle rishi, formait un assemblage avec quatre autres sarcophages, de type rishi (AS-2018-1090), à fond banc et colonnes jaunes (AS-2018-1070), à fond jaune et colonnes blanches (AS-2019-1245) et d’un type intermédiaire entre les cercueils rishi et à fond blanc (AS-2019-1246)3.

  1. À quelques mètres à l’ouest du môle nord du pylône de la TT 33, l’ensemble était inhumé en pleine terre (englobé dans les US 1240 et 1072)4, sur deux niveaux, dans un remblai stabilisé grâce à des structures cellulaires composées de murets de briques crues et de pierres entassées sans liant5. Toutes ces sépultures ont été aménagées pendant la même phase de construction d’un terrassement, qui nivelait le terrain pour y faire passer l’allée processionnelle menant au temple de Thoutmosis III à Deir el-Bahari. Une série d’indices révèle que les sarcophages avaient été inhumés dans un autre environnement avant d’être déplacés et installés sous cette chaussée6.

Description

  1. Le miroir est composé principalement de deux pièces assemblées, le disque et le manche, sur le couronnement duquel quatre figurines de félins sont appliquées (fig. 4-6).

Figure 4. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A. © Frédéric Colin, 2019.

Figure 5. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, détail des lionnes à la gauche d’Hathor. © Frédéric Colin, 2019.

Figure 6. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, détail des lionnes à la droite d’Hathor. © Frédéric Colin, 2019.

  1. Le diamètre du disque est plus large horizontalement que verticalement, conformément au type oblong le plus couramment attesté7. Une soie prolongeant la base du disque, à laquelle elle est visiblement soudée, s’insère dans une fente ménagée dans la partie sommitale du manche (fig. 7). Les deux pièces sont maintenues par une cheville métallique traversant la soie et le manche de part en part, au-dessus du front du visage hathorique. Les deux composantes sont ainsi solidarisées, mais la manipulation de l’objet révèle un léger jeu entre elles, car le disque se meut latéralement et d’avant en arrière selon la position du centre de gravité.

Figure 7. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, détail de l’insertion de la soie dans le manche. © Frédéric Colin, 2019.

  1. Le profil et le décor du manche évoquent le fût d’une colonne papyriforme, dont la base galbée8 est pourvue de nervures finement gravées, formant des motifs foliacés. Comme dans l’architecture, ce détail stylisé représente les feuilles lancéolées brunes disposées en écailles au pied de la tige du papyrus à l’état naturel9.

  1. En haut du manche, sous le menton de la déesse, trois tores horizontaux rappellent les liens qui, selon les codes de la transposition végétale dans le langage de l’architecture, attachent le faisceau des ombellifères sous le chapiteau des colonnes de type papyriforme10. Dans la configuration du miroir, le visage hathorique paraît émerger des tiges de papyrus, qui se prolongent en coiffe sous la forme d’un double panache retombant de part et d’autre de la tête (fig. 4). Selon cette analyse, il ne faudrait pas assimiler « le cintrage de la garde » à « une paire de cornes »11 tournée vers le sol, mais à la représentation stylisée en vision aspective, de face, d’une ramée d’ombelles épanouies en bouquet (ou d’une ombelle unique, selon une autre interprétation). Il s’agit du « Hathor and papyrus umbel-type », pour reprendre la nomenclature plus judicieuse de Christine Lilyquist12.

  1. Le visage simple et harmonieux de la déesse aux oreilles de vache est très finement sculpté (fig. 8). Le menton est souligné par un boudin horizontal tellement marqué, à la base du visage-chapiteau, qu’il confère à l’ensemble un accent quasi-cubiste (fig. 9). Les lèvres expriment un léger sourire, que ne dément pas l’expression des yeux fardés. La pilosité des sourcils et des oreilles est suggérée par des motifs gravés en épis, qui rythment également les bandes verticales du bandeau disposé sur le front.

Figure 8. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, détail du visage d’Hathor. © Frédéric Colin, 2019.

Figure 9. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, mise en évidence des profils. © Frédéric Colin, 2019.

  1. Sur le support arqué ont été fixées quatre appliques semblables, qui représentent des félins allongés, dos au disque. Leur position est décontractée, le visage tourné vers l’observateur, perpendiculairement à l’axe de l’échine, les pattes antérieures croisées et la queue ramenée le long du corps vers l’avant (fig. 4-6 ; 9). Ces fauves peuvent s’interpréter comme des lionnes, d’après la forme du museau, des oreilles et du pelage en collier souligné de traits rayonnants13 (fig. 10 a) – un attribut caractéristique, partagé par les femelles (fig. 10 b) et les mâles, qui se complèterait chez ceux-ci d’une crinière sous-jacente arborée sur le poitrail et remontant vers la nuque (fig. 10 c).

Figure 10. Codes de figuration de la crinière léonine. a) Femelle, miroir Assassif-2019-1244-P, face A. b) Femelle, statue de Sekhmet au Musée du Louvre, A 2 (règne d’Amenhotep III). c) Mâle, avec la crinière sur le poitrail, remontant vers la nuque, lion allongé de Saqqara, Musée du Louvre, N 432 C (30e dynastie). © Frédéric Colin, 2019 et 2020.

  1. Depuis le cou jusqu’à l’arrière-train, et sur les membres antérieurs, la fourrure est évoquée par une série de petits traits, selon une convention attestée, par exemple, sur des figurines de lionnes en or entourant un visage hathorique, appliquées sur un vase ramesside provenant du trésor de Tell Basta (New York, Metropolitan Museum of Art, Accession Number 30.8.370 ; fig. 11 b)14. Sur deux bracelets appartenant à des épouses de Thoutmosis III, le pelage de figurines de lionnes est pareillement évoqué par de petits traits, voire de simples ponctuations15 (fig. 11 a & d), tandis que sur deux autres bracelets, seule l’échine des chats correspondants est soulignée par une linéation de stries en biais (fig. 12)16.

Figure 11. Tiretés et ponctuations comme modes de figuration du pelage léonin sur des figurines. a) Sur le bracelet Metropolitan Museum of Art, accession number 26.8.123a–g, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication. b) Sur le vase Metropolitan Museum of Art, accession number 30.8.370, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication. c) Sur le miroir Assassif-2019-1244-P, face A. d) Sur le bracelet Metropolitan Museum of Art, accession number 26.8.124a–g, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication.

Figure 12. Tiretés de biais soulignant l’échine, sur des figurines de chat en or et en cornaline, bracelet Metropolitan Museum of Art, accession number 26.8.121a, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication.

Commentaire

  1. Les dimensions du miroir sont proches de la moyenne pour ce type d’artefact. Si l’on compare, par exemple, avec les mesures observées par Georges Bénédite sur la collection hétérogène du Musée du Caire, le disque (hauteur 12 x largeur 14 cm) se range dans la partie basse de la « catégorie intermédiaire » (hauteur entre 11,8 et 17,1 cm ; largeur entre 13,5 et 16,8 cm), la moyenne de hauteur et de largeur des 69 individus se situant à 14 et 15,5 cm respectivement17. En revanche, du point de vue du poids, notre exemplaire (1,622 kg) se situe nettement parmi les individus les plus lourds. Il occuperait, en effet, la quatrième place s’il était inséré dans la série du Caire. On notera à ce propos que, dans cette collection, le parallèle technique et stylistique le plus proche – il ne diffère du nôtre que par ses dimensions maximales et par l’absence d’appliques figurées – est précisément la pièce la plus lourde du corpus (CGC 44032, 2,825 kg).

  1. Au contact du tissu de lin de la momie, la corrosion de l’alliage cuivreux a provoqué la minéralisation de la structure du textile, qui s’observe en plusieurs points de la face B, dans la partie droite du disque ainsi que sur le visage et les pattes des figurines, et sur le support ombelliforme (fig. 2 ; 13 ; 15). Ce phénomène, qui se manifeste souvent en contexte funéraire sur les miroirs égyptiens en bronze, a été bien décrit dans une étude portant sur une série conservée au Petrie Museum18. En se fondant étrangement sur de supposés parallèles issus des civilisations étrusque et chinoise, sans recourir de première main à la documentation proprement égyptienne, les auteurs considèrent que « it is likely that mirrors were purposely covered with textiles probably for more than pragmatic reasons, and that these textiles aided the controlling of their supernatural power within mortuary contexts »19. Toutefois, si l’on s’extrait de l’environnement strictement muséologique pour examiner les exemples décrits dans leur contexte funéraire, on constate que les conditions physiques des dépôts suffisent à expliquer l’interaction bronze-tissu par des facteurs matériels et pratiques, qui ne nécessitent pas de recourir à l’hypothèse d’une symbolique de l’occultation. Les auteurs de l’étude observent que plusieurs miroirs de leur corpus comportaient des traces de tissu minéralisé sur les deux faces : « mineralized textile traces on both faces, wrapping around the edge and preserving overlapping folds »20. Or, deux des quatre miroirs découverts par Bernard Bruyère dans le cimetière de l’est à Deir el-Médina, par exemple, étaient insérés entre les couches de tissu de la momie – ce qui implique un contact étroit sur les deux faces21. En outre, le miroir Assassif-2019-1244-P comporte lui aussi des fragments de lin repliés sur la tranche (fig. 13), alors qu’il n’était pas emballé, mais simplement appuyé sur le flanc de la momie, tandis que les yeux d’Hathor étaient laissés libres et grands ouverts vers l’espace vide du cercueil (fig. 3)… La présence de tissu sur le rebord du disque s’explique dans ce cas par l’affaissement de la momie, qui callait solidement le miroir au moment de la découverte – au point d’en rendre le prélèvement très délicat. Ces exemples contextualisés appellent à la prudence lorsqu’on remonte depuis les traces matérielles jusqu’aux gestes et, a fortiori, lorsqu’on interprète ces derniers en postulant une intentionnalité symbolique.

Figure 13. Miroir Assassif-2019-1244-P, tranche et face A du disque, fragments de tissu minéralisé à cheval sur les deux faces. © Frédéric Colin, 2019.

  1. Le thème composite intégrant une tête hathorique bifrons au miroir à manche papyriformeest attesté par une série de parallèles datés du Moyen Empire au début de la 18e dynastie22. Des origines du Nouvel Empire au règne de Thoutmosis III, deux modèles de figuration du visage se rencontrent : l’un présente la déesse coiffée d’une perruque, par-dessus laquelle les oreilles sont modelées en faible relief (Musée du Caire, JE 45630 ; New York, MMA, 36.3.13), tandis que l’autre (fig. 14) la montre sans perruque, avec les oreilles dégagées et très saillantes (toutes les autres pièces citées en note 22). Notre miroir, de même que l’exemplaire du Musée du Caire (CGC 44032) mentionné ci-dessus, appartient au second type, techniquement et stylistiquement homogène, malgré des variantes mineures dans la gravure du décor. Tous les exemplaires contextualisés (Assassif-2019-1244-P ; Berlin, Äg. Mus., 2818 ; New York, MMA, 16.10.449, 26.8.97 et 26.8.98) de ce groupe proviennent de la nécropole thébaine, au début de la 18e dynastie. Cette série fournit clairement le témoignage, si ce n’est d’un atelier, du moins d’une école bien délimitée dans le temps et dans l’espace.

Figure 14. Miroir en bronze provenant de la cour de la tombe thébaine C 62, Pit 3, Chamber D (terminus ante quem règne d’Hatchepsout), Metropolitan Museum of Art, accession number 16.10.449, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication.

  1. L’originalité du nouvel exemplaire Assassif-2019-1244-P réside dans les quatre appliques figurant des lionnes allongées, sur le dessus de la coiffe ombellifère de la déesse. Un détail présente un réel intérêt iconologique : les félins n’adoptent pas la posture hiératique du sphinx, mais se reposent dans une attitude décontractée, la tête tournée de côté et l’une des pattes antérieures croisée sous l’autre (fig. 5 ; 9 ; 15). C’est la position caractéristique des lions du Sérapeum conservés au Musée du Louvre (fig. 16), et de leurs analogues du Museo Gregoriano Egizio au Vatican (inv. 22676 et 22677)23, sous la 30e dynastie (en l’occurrence une patte postérieure passe également sous le tronc). L’origine de cette composition dans la grande statuaire remonte au moins au règne d’Amenhotep III, comme en témoignent les lions « Prudhoe » du British Museum (fig. 17), originellement exposés à Soleb, puis transportés à Napata24.

Figure 15. Miroir Assassif-2019-1244-P, lionnes à la droite d’Hathor sur la face A, détail des pattes croisées. © Frédéric Colin, 2019.

Figure 16. Lion allongé de Saqqara, Musée du Louvre, N 432 C (30e dynastie). Cliché Frédéric Colin, 2020.

Figure 17. Lion « Prudhoe » provenant de Napata et auparavant de Soleb, British Museum, EA2 (Amenhotep III). © The Trustees of the British Museum. Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). https://www.britishmuseum.org/collection/image/775539001.

  1. Dans la petite plastique métallique, la position léonine décontractée s’observe déjà sur les bracelets des épouses de Thoutmosis III évoqués ci-dessus (fig. 11 a ; 11 d ; 12). La répartition des perles et des figurines sur ces quatre parures fut brillamment reconstituée par Christine Lilyquist25. Dans son hypothèse, deux bracelets portaient chacun cinq figurines de chats, en cornaline et en or alternativement, tandis que les deux autres sertissaient cinq petits lions d’or : « The cat identification is based on the pointed ears and more triangular, lean faces, and the lion cubs’ on the spotted bodies, block-like heads, and rounded ears » (p. 177). On observera une différence supplémentaire, dans les détails de représentation des deux espèces : tandis que les pattes antérieures des chats se croisent en convergeant symétriquement, les figures léonines n’infléchissent qu’une seule patte et maintiennent l’autre dans l’axe principal du corps.

  1. Au contraire des exemplaires de la Basse Époque, le membre antérieur courbé repose par-dessus la patte alignée, dans cet exemple de petit mobilier comme dans la grande ronde bosse (lions « Prudhoe »). En revanche, les lionnes allongées sur le miroir Assassif-2019-1244-P disposent leurs pattes antérieures de la même façon que les lions au repos de la Basse Époque (Louvre et Vatican), avec la patte croisée en dessous du membre aligné. Ces variantes formelles équivalentes expriment chacune la quiétude d’un fauve qui n’est pas sur le point de bondir, mais tourne son visage avec attention vers l’humain qui se présente à lui.

  1. La comparaison entre les bracelets des épouses de Thoutmosis III et le miroir de l’Assassif, manufacturé seulement quelques générations plus tôt, invite à nuancer l’interprétation de Christine Lilyquist sur un seul point. Sur le plan de la dénotation26, la crinière en collier suggérée, à l’échelle de la toreutique, par de petits traits rayonnants autour du cou (fig. 10 a ; 11 a ; 18), rappelle la représentation conventionnelle des femelles attestée dans la grande ronde bosse (fig. 10 b)27. Selon ce critère, on serait enclin à identifier ces félins comme des lionnes, plutôt que comme des lionceaux (« lion cubs »), même si cette dernière hypothèse est envisageable si l’on fait abstraction des parallèles. Sur le plan de la connotation, il est tentant de reconnaître en ces fauves décontractés une évocation propitiatoire d’Hathor – l’œil de Rê potentiellement furieux28 –, sous sa forme apaisée et bienveillante. Cette thématique féminine prendrait place avec cohérence aussi bien sur les bijoux de deux épouses royales qu’au sein du trousseau de toilette accompagnant dans l’au-delà la défunte Ta-abou.

Figure 18. Détail de la crinière en colerette, sur le vase Metropolitan Museum of Art, Accession Number 30.8.370 et sur le bracelet MMA, Accession Number 26.8.123a–g, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication.

  1. Cette hypothèse invite d’ailleurs à revenir sur l’interprétation du décor d’un fragment de miroir du Moyen Empire, découvert dans le mobilier funéraire de princesses à Dahchour et conservé au Musée du Caire (CGC 53104). En haut du manche, une tête féline en or incrusté de pierres semi-précieuses, au sommet de laquelle s’insérait à l’origine la soie du miroir, fit l’objet d’identifications divergentes. Émile Vernier y voyait un lion29, tandis qu’Herbert Winlock la comptait dans une liste de têtes de léopard figurées sur des œuvres de joaillerie associées à des propriétaires féminines30. Cette seconde classification reposait manifestement sur l’absence de crinière crânienne et nucale, caractéristique des individus mâles (cf. « Heretofore these heads have been called those of lions, but I do not believe that the Egyptian in representing the lion would have omitted the lion’s most prominent feature – his mane », p. 42, à propos d’un collier). Cependant, sur le manche de miroir CGC 53104, seuls le museau et la tête de l’animal sont représentés ou conservés (l’objet est fragmentaire). Il est ainsi possible d’exclure l’hypothèse d’un lion mâle (absence de crinière crânienne), mais nullement celle d’une femelle panthera leo leo, dont le signe iconographique distinctif se situerait sous le niveau du museau. Au lieu d’un lion ou d’un léopard mâles, le manche de Dahchour, au même titre que celui de l’Assassif, est donc tout à fait susceptible d’avoir illustré, lui aussi, le thème de la lionne tournée avec bienveillance vers l’utilisatrice du miroir.

  1. Dans ce champ sémantique visuel, l’association de quatre lionnes détendues avec les visages attentifs d’une Hathor bifrons aux oreilles grandes ouvertes compose une compagnie fonctionnelle cohérente. Les commentatrices ont bien élucidé les connotations suggérées par la tête de déesse sur le manche papyriforme31. Cette combinaison manifeste l’écosystème symbolique de la vache divine, évoluant dans les fourrés de papyrus du Delta et aux abords inondables du Nil – tout en évoquant l’idée de fraîcheur et de rajeunissement, que véhicule la valeur idéographique = « wȝḏ » du manche-hiéroglyphe.

  1. Parmi les nombreuses illustrations de ce thème, une jarre du Nouvel Empire conservée au Princeton University Art Museum représente deux vaches pourvues de coiffes hathoriques, convergeant vers un fourré de papyrus32. Sur le col, un décor appliqué et peint figure un visage très stylisé, probablement celui d’Hathor. Deux pastilles évoquant des seins, sur l’épaule, suggèrent que le corps de la déesse s’incarne physiquement dans le vase, en la révélant comme une pourvoyeuse de boisson fraîche. Cette composition permet d’établir un lien thématique avec une jarre miniature en bronze conservée à Strasbourg33. Ce récipient anthropomorphe est semblable, en plus petit, au vase du Musée de Princeton : deux pastilles représentent les seins d’une déesse, dont le visage hathorique est ici très explicitement figuré sur le col (fig. 19). En outre, deux lionnes tournant la tête vers le spectateur, perchées sur la lèvre et coiffant symétriquement le visage hathorique, forment une structure comparable au triangle figuratif « lionne – Hathor – lionne » que compose le miroir Assassif-2019-1244-P. En l’occurrence, une dédicace à Anoukis invite à comprendre que la déesse vache est ici assimilée à la patronne syénite des sources mythiques du Nil. Ce détail, combiné à la fonction du contenant à liquide – vraisemblablement employé dans un contexte rituel où de l’eau intervenait –, suggère de rattacher l’imagerie d’Hathor encadrée de ses lionnes au champ sémantique de la fertilité retrouvée au retour de la crue du Nil34. Ce compagnonnage mythologique pourrait découler d’une observation écologique, si l’on suit une jolie hypothèse d’Anaïs Tillier : « Aux abords du désert, la présence de mares d’eau (prémices ou résidus de la crue) attirait de nombreux animaux assoiffés, et en particulier les lionnes chassant dans le désert. La lionne, image privilégiée de la Déesse Lointaine, se rapprochait volontiers de la vallée pour mettre bas »35.

Figure 19. Jarre anthropoïde du Nouvel Empire au Princeton University Art Museum, https://artmuseum.princeton.edu/collections/objects/24441, consulté le 28/11/2020.

Figure 20. Vase en bronze de la collection égyptienne de l’Université de Strasbourg, IES-NI-1190. © Frédéric Colin, 2020.

  1. Pour en revenir à l’architectonique des miroirs, le disque inséré au-dessus du visage hathorique a souvent été interprété comme une représentation du soleil36. Cette exégèse est validée explicitement sur un exemplaire conservé au British Museum (EA29428)37, où le sommet du manche présente un visage féminin coiffé d’une perruque, dont s’élancent deux cornes de vache enserrant la base du disque à la manière de la couronne solaire d’Hathor (fig. 21). La déesse apaisée et apaisante, assistée de ses léonines compagnes, est affiliée au dieu Rê par des liens dont on connaît des illustrations mythiques, rituelles et généalogiques38.

Figure 21. Miroir à visage féminin couronné d’une coiffe hathorique. On note les oreilles humaines et l’absence de motif papyriforme. British Museum, BM/Big number EA29428. © The Trustees of the British Museum. Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA29428

  1. Le relevé photogrammétrique détaillé de la scène funéraire conservée dans le sarcophage AS-2019-1244 permettra, dans une autre publication, d’examiner les derniers gestes posés par les fossoyeurs dans les circonstances d’une performance rituelle particulière. La cohabitation du miroir avec un pot à kohl, des cuillères et un rasoir, au sein du mobilier d’accompagnement de la défunte, contribue en effet à éclairer le fonctionnement du champ sémantique visuel que nous venons d’étudier, dans les circonstances spécifiques d’une inhumation. Dans ce cadre, la mise en image de la déesse sur un miroir la présente comme une patronne de la toilette ritualisée, laquelle jouait un rôle majeur dans différents contextes domestiques et funéraires39.


Bibliographie

  • Anlen, L. & Padiou, 1989, R., Les miroirs de Bronze anciens : symbolisme et tradition. Collection des auteurs et pièces des musées, Paris.
  • Arnette, M.-L., 2014, « Purification du post-partum et rites des relevailles dans l’Égypte ancienne », BIFAO 114, p. 19-71.
  • Backhouse, J., 2020, ‘Scènes de gynécées’. Figured Ostraca from New Kingdom Egypt: Iconography and Intent, Oxford (Archaeopress Egyptology 26).
  • Bénédite, G., 1907, Miroirs, Le Caire (CGC 4401-44102).
  • BM, Collection online, https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA2. https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA29428. https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA38150.
  • Bruyère, B., 1937, Rapport sur les fouilles de Deir el Médineh (1934-1935), II, La nécropole de l’est, Le Caire (FIFAO 15).
  • Budge, E. A. Wallis, 1925, The Mummy: a Handbook of Egyptian Funerary Archaeology, Cambridge.
  • Burges, M., Sandkühler, B. (éd.), 2013, Ägypten, base de données d’images en ligne, Uni Dia Verlag, https://www.uni-dia-verlag.de/katalog/aegypten.html, consulté le 10 novembre 2020.
  • Capel, A. K., Markoe, G. E., 1996, (éd.), Mistress of the House, Mistress of Heaven: Women in Ancient Egypt, New York.
  • Colin, Fr., 2019, « Archéologie urbaine dans une nécropole monumentale : Assassif 2017­2018 (Ifao/Université de Strasbourg) », BSFÉ 201, p. 121-147.
  • Colin, Fr., 07/02/2020, « L’archéologie n’est pas une chasse aux trésors, c’est une fabrique d’histoire(s) », communication à la Nuit Alumni 2020 : Le Bal des Talents de l’Université de Strasbourg, https://clae.hypotheses.org/166, consulté le 23 novembre 2020.
  • Colin, Fr., 28/08/2020, « Anoukis, Hathor et les lionnes sur un vase à libation en bronze (IES-NI-1190) », Recollecta Aegyptiaca, https://recaeg.hypotheses.org/577, consulté le 05/11/2020.
  • Colin, Fr., 2020, « Des femmes nues dans le Sahara égyptien (Bahariya, 750-600 av. notre ère). Champ sémantique visuel et approche contextuelle », in S. Donnat, R. Hunziker-Rodewald, I. Weygand (éd.), Figurines féminines nues. De l’Égypte à l’Asie centrale, Paris, p. 75-106.
  • Colin, Fr. et alii, 06/09/2020, « Early 18th Dynasty Burials at Al-Asasif, Luxor (Field Seasons 2017-2019, MoTA, Ifao, University of Strasbourg) », communication au workshop « Upper Egypt: The Last Five Years of Archaeological Discovery », organisé par Luxor University, https://clae.hypotheses.org/860, consulté le 23 novembre 2020.
  • Colin, Fr. et alii, 29/11/2020, « Sarcophages en contexte : étude multiscalaire d’un dépôt funéraire au début de la 18e dy­nastie », conférence du cycle « Les rendez-vous de l’archéologie », organisé par l’IFE et l’Ifao, https://clae.hypotheses.org/1434, consulté le 30 novembre 2020.
  • Colin, Fr., Clapuyt, G., Dupuis, C., Gavazzi, Br., Hartenstein, C., Marchand, S., Mi, F., Nannucci, S., Smets, H., 01/11/2020, « Assassif », BAÉFÉ, http://journals.openedition.org/baefe/985 consulté le 27/11/2020.
  • Coulon, L., 2011, « Les uræi gardiens du fétiche abydénien. Un motif osirien et sa diffusion à l’époque saïte », in D. Devauchelle (éd.), La XXVIe dynastie continuités et ruptures, Paris, p. 85-108.
  • Coulon, L., 2017, « La chapelle d’Osiris qui préside aux occidentaux connue par une série de blocs découverts à Médamoud », in N. Favry, C. Ragazzoli, Cl. Somaglino, P. Tallet (éd.), Du Sinaï au Soudan. Itinéraires d’une égyptologue (Mélanges offerts à Dominique Valbelle), Paris (Orient & Méditerranée. Archéologie 23), p. 63-73.
  • Craig Patch, D., 2005, « Jewelry in the Early Eighteenth Dynasty », in C. H. Roehrig (éd.), Hatshepsut from Queen to Pharaoh, New York, p. 191-222.
  • Daressy, G., 1893, « Notes et remarques », RecTrav 14, p. 165-185.
  • Daumas, Fr., 1977, « Hathor », in II, col. 1024-1033.
  • Fekri, M. M., 2004, « Les attributs de la déesse Hathor », ASAE 79, p. 95-105.
  • Goedicke, H., 1993, « The Living Image », GM 134, p. 41-54.
  • Griffiths, J. G., 2001, « Solar Cycle », in D. B. Redford (éd.), The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, II, p. 476-480.
  • Hugues, H. R., 1959, « The Cosmetic Arts in Ancient Egypt », Journal of the Society of Cosmetic Chemists 10/3, p. 159-176.
  • Lansing, A., 1917, « The Egyptian Expedition 1915-16: Excavations in the Assasîf at Thebes », BMMA 12 (5, Supplement), p. 7-26.
  • Laroche, D., Laroche-Traunecker, Fr., à paraître, « La conception d’éléments de colonnes égyptiennes et gréco-romaines : fûts, chapiteaux, abaques et dés ».
  • LGG II : Leitz, C., 2002, Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen, Leuven, Paris, Dudley (OLA 111).
  • Lilyquist, C., 1979, Ancient Egyptian Mirrors from the Earliest Times trough the Middle Kingdom, München, Berlin (MÄS 27).
  • Lilyquist, C., 2003, The Tomb of Three Foreign Wives of Tuthmosis III, New York.
  • Lilyquist, C. (éd.), 2020, Excavations at Thebes: The Earl of Carnarvon and the Metropolitan Museum of Art at Carnarvon Tomb 62 and Surrounds, New York, Digital publication, https://oi.uchicago.edu/research/individual-scholarship/individual-scholarship-christine-lilyquist.
  • Menei, E., 2017, « Le papyrus comme support d’écriture », in C. Laroque (éd.), Papiers et protopapiers : les supports de l’écrit ou de la peinture, Paris, p. 138-160, https://hicsa.univ-paris1.fr/documents/pdf/PublicationsLigne/Actes Laroque 2017/08_Menei.pdf.
  • MMA, site web, accession numbers 16.10.449, 36.3.13, 26.8.121a, 26.8.123a-g, 26.8.124a-g https://www.metmuseum.org/, consulté les 06 et 25.11.2020.
  • Möller, G., 1910, « Goldschmiedearbeiten in ägyptischem Stil », in H. Schäfer (éd.), Ägyptische Goldschmiedearbeiten, Berlin (Mitteilungen aus der Ägyptischen Sammlung 1), p. 11-80.
  • Morris, E., 2017, « Middle Kingdom Clappers, Dancers, Birth Magic, and the Reinvention of Ritual », in G. Miniaci, M. Betrò, S. Quirke (éd.), Company of Images. Modelling the Imaginary World of Middle Kingdom Egypt (2000-1500 BC). Proceedings of the International Conference of the EPOCHS Project Held 18th-20th September 2014 at UCL, London, Leuven, Paris, Bristol (OLA 262), p. 285-335.
  • Passalacqua, J., 1826, Catalogue raisonné et historique des antiquités découvertes en Égypte, Paris.
  • Pinch, G., 1993, Votive Offerings to Hathor, Oxford.
  • Price, K., Gleba, M., 2012, « Textiles on Egyptian Mirrors: Pragmatics or Religion », Archaeological Textiles Review 54, p. 2-14.
  • Robcis, D., Descamps-Lequime, S., Pingaud, N., Mille, B., 2017, « Dorure et redorure de la statuaire antique en bronze : une nouvelle lecture de l’Apollon de Lillebonne », Technè, 45, mis en ligne le 19/12/2019, http://journals.openedition.org/techne/1324, consulté le 06/11/2020.
  • Roehrig, C. H., 2002, « Life along the Nile: Three Egyptians of Ancient Thebes », BMMA 60/1, p. 1-56.
  • Smith, S. T., 1992, « Intact Tombs of the Seventeenth and Eighteenth Dynasties from Thebes and the New Kingdom Burial System », MDAIK 48, p. 193-231.
  • Tillier, A., 2010, « Notes sur l’icherou », ENiM 3, p. 167-176.
  • Vatican, Musée Grégorien égyptien, chefs d’œuvre en ligne, http://www.museivaticani.va/content/museivaticani/it/collezioni/musei/museo-gregoriano-egizio/terrazza-del-nicchione/leoni-di-nectanebo.html.
  • Vernier, E., 1925, Bijoux et orfèvreries, III, Le Caire (CGC 52640-53171).
  • Vischak, D., 2001, « Hathor », in D. B. Redford (éd.), The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, II, p. 82-85.
  • Winlock, H. E., 1934, The Treasure of El Lâhûn, New York.


Cite this article as: Frédéric Colin, « Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019) », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 30 novembre 2020, https://clae.hypotheses.org/1041, consulté le 27 juillet 2021.
  1. Comparer par exemple avec la stratigraphie de la corrosion d’une dorure couvrant une statue en bronze dans Robcis et alii 2017, fig. 6. []
  2. À cause d’un processus de corrosion décrit sur des miroirs égyptiens en bronze par Price & Gleba 2012, p. 2. []
  3. Colin 07/02/2020 ; Colin et alii 06/09/2020 ; Colin et alii 29/11/2020. []
  4. US 1240 : gravier de fragments de shale mêlé à du sable fin comprenant des débris végétaux très fins et peu abondants ; couleur de la fraction fine : 7.5 YR 5/3 brown. Le sédiment englobait quelques fragments de briques crues et un gros fragment de liant de terre conservant l’empreinte de trois briques. US 1072 : cette couche, couvrant la précédente, était aussi composée d’un gravier de shale, englobant aussi des cailloux, mais elle contenait une fraction de silt plus marquée et plus claire (7.5 YR 6/4 light brown). []
  5. Colin et alii 01/11/2020, § 15-16. []
  6. Colin 2019, p. 142-143. []
  7. Bénédite 1907, p. III-IV. []
  8. Laroche & Laroche-Traunecker à paraître, fig. 3c (d’après Borchardt). []
  9. Voir par exemple Menei 2017, fig. 7. []
  10. Ibidem. []
  11. Bénédite 1907, p. XXIII. []
  12. Lilyquist 2003, p. 152. []
  13. Colin 28/08/2020, fig. 8-10. []
  14. Ibidem, fig. 14-15. []
  15. Lilyquist 2003, p. 235 ; fig. 169, cat. 138 ; MMA, site web, accession number 26.8.123a-g et 26.8.124a-g. []
  16. MMA, site web, accession number 26.8.121a. À propos de ces bracelets, voir le commentaire ci-dessous. []
  17. Bénédite 1907, p. XIII-XVII. []
  18. Price & Gleba 2012. []
  19. Ibidem, p. 12. []
  20. Ibidem, p. 5 ; 7. []
  21. Bruyère 1937, p. 76. []
  22. Par exemple Musée du Caire, CGC 44035 (11e dynastie, miroir d’une prêtresse d’Hathor inhumée à Deir el-Bahari ; alliage cuivreux, argent, or, incrustations diverses ; Bénédite 1907, p. 18 ; Lilyquist 1979, p. 26, n. 291 ; fig. 35 ; pl. IX ; Anlen & Padiou 1989, p. 494-495 ; Fekri 2004, fig. 3 A, cf. Daressy 1893, p. 166) ; Musée du Caire, CGC 52663 (mobilier funéraire de la princesse Sat-Hathor-Iounet à El-Lahoun, règne d’Amenemhat III, or, électrum, argent, pierres semi-précieuses ; Vernier 1925, p. 213-214 ; pl. XLVII ; Winlock 1934, p. 60-62 ; pl. XV ; Lilyquist 1979, p. 34-35 ; fig. 64 ; Anlen & Padiou 1989, p. 486-487 ; Fekri 2004, fig. 3 B) ; Chicago, Oriental Institute (visage hathorique au sommet d’un manche papyriforme, comportant le nom d’Ahmes Nefertari, selon Capel & Markoe 1996, p. 197 et Lilyquist 2003, p. 152, renvoyant à Hugues 1959, p. 175, fig. 8, où la mauvaise photographie ne permet pas de lire l’inscription ; alliage cuivreux) ; Musée du Caire, JE 45630 (début de la 18e dynastie, terminus ante quem lors de la construction de la chaussée d’Hatchepsout ; cour de la tombe C 62, Pit 3, Chamber B ; Lansing 2017, p. 21 ; Lilyquist 2020, Objects, cat. 764) ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 16.10.449 [début de la 18e dynastie, terminus ante quem lors de la construction de la chaussée d’Hatchepsout ; cour de la tombe C 62, Pit 3, Chamber D ; Lansing 2017, p. 22 ; fig. 8 ; MMA, site web, accession number 16.10.449 ; Lilyquist 2020, Objects, cat. 802] ; Berlin, Ägyptisches Museum, 2818 (début de la 18e dynastie d’après la typologie, sépulture multiple dans la nécropole thébaine, à l’intérieur d’un sarcophage, sous la tête de la momie ; alliage cuivreux ; Möller 1910, p. 25 ; 29 ; pl. 7 ; Passalacqua 1826, p. 37 ; 158-160 ; 199-203 ; 238 ; 255-256) ; Berlin, Ägyptisches Museum, 2774 (début de la 18e dynastie d’après la typologie ; alliage cuivreux ; cité par Möller 1910, p. 29 ; cf. Burges, Sandkühler 2013, Uni-Dia-Nr. : 32257) ; Cincinnati Art Museum, 1947.366 (début de la 18e dynastie d’après la typologie, provenance inconnue ; alliage cuivreux ; Capel & Markoe 1996, p. 76-77) ; London, British Museum, EA38150 (début de la 18e dynastie d’après la typologie ; BM, Collection online, EA38150, consulté le 15/11/2020, cf. Budge 1925, p. 262) ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 36.3.13 (inhumation sous le règne d’Hatchepsout/Thoutmosis III ; le miroir provient de la tombe de Hatnefer et Ramosé, les parents de Senenmout, à Cheikh Abd el-Gourna (cf. PM I, 1, p. 139), et se trouvait dans un autre sarcophage que ceux qui abritaient ces personnages ; alliage cuivreux ; Smith 1992, p. 207, Table 10 ; 225-227 ; Roehrig 2002, p. 5 ; 25-39 ; fig. 35 ; MMA, site web, accession number 36.3.13) ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 26.8.97 et 26.8.98 (deux miroirs appartenant à des épouses de Thoutmosis III, nécropole thébaine ; disques en argent, manches dorés ; Lilyquist 2003, p. 152, n. 106 et 107 ; p. 222, fig. 149-151 ; Craig Patch 2005, p. 221-222 ; MMA, site web, accession number 26.8.97 et 26.8.98). []
  23. Vatican, Musée Grégorien égyptien, chefs d’œuvre en ligne, Invv. 22676, 22677, consulté le 22//11/2020. []
  24. Goedicke 1993 ; BM, Collection online, EA2, consulté le 17/11/2020. []
  25. Lilyquist 2003, p. 176-178 ; fig. 169-170. []
  26. J’emploie ici les concepts sémiologiques de dénotation, de connotation, de performance et de champ sémantique visuel tels que définis dans Colin 2020, p. 76-78. []
  27. Colin 28/08/2020, fig. 10. []
  28. Pinch 1993, p. 286 ; 297 (la lionne comme personnification d’Hathor protectrice du soleil) ; Griffiths 2001, p. 478. []
  29. Vernier 1925, p. 361 ; pl. LXXX. []
  30. Winlock 1934, p. 43, n. 29. Identification suivie notamment par Lilyquist 1979, p. 31, n. 358 ; fig. 65 ; p. 95, avec une réflexion intéressante : « The leopard heads are more difficult to explain, however: they occur on pieces of Middle Kingdom jewelry, and have been suggested to have amuletic value, but their precise meaning is not known; it may be that they too have a connection with Hathor ». []
  31. Backhouse 2020, p. 82. []
  32. Colin 28/08/2020, fig. 16. []
  33. Ibidem, fig. 2. []
  34. Sur le rôle d’Anoukis pour l’arrivée de la crue du Nil, LGG II, p. 172 B3a-173Da-c. []
  35. Tillier 2010, p. 174. []
  36. Backhouse 2020, p. 82, 5.4e. []
  37. BM, Collection online, EA29428, consulté le 15/11/2020. []
  38. Daumas 1977, col. 1026 ; Pinch 1993, p. 191-193 ; Vischak 2001, p. 84 ; Morris 2017, p. 307-308 (sur les liens entre Hathor, Rê et les miroirs). Signalons encore que la configuration quaternaire des lionnes rappelle les carrés protecteurs, comme par exemple celui que forment quatre uræi à tête de lionne sur la façade du sanctuaire de la chapelle d’Osiris Ounnefer Neb-djefaou (26e dynastie), à Karnak, montant la garde à l’approche du fétiche abydénien (Coulon 2011, p. 102, et 2017, p. 67), comme me le signale Laurent Coulon, que je remercie de ce rapprochement. En outre, sur le miroir, le traitement iconographique du visage des fauves comme point focal de l’expressivité n’est pas sans rappeler, dans le champ lexical, les épithètes attirant l’attention sur le « visage » (ḥr) de ces quatuors d’uræus. []
  39. Arnette 2014 ; Backhouse 2020. []

De l’acquisition à la publication numérique en archéologie : quelle solution pour la 3D ?

Par Catherine Duvette et Frédéric Colin, Université de StrasbourgCNRS, UMR 7044 Archimède

Abstract: Epigraphic path from the aggressive paper stamping methods (Abklatsch) of Dümichen in Deir el-Bahari (19th century) to the new non-destructive digital stamping methods. These digital tools enable us to live the dreams of epigraphic dematerialisation pursued by pioneering Egyptologists 150 years ago, but they raise specific questions for a perennial publication. Today, scholarly mankind must no longer adapt the writing medium from the volumen to the codex, nor from the codex to a digital mimetic medium, but must invent ways of sharing intellectual objects that are inherently born in the virtual world.

Cite this paper as: Catherine Duvette, Frédéric Colin, « De l’acquisition à la publication numérique en archéologie : quelle solution pour la 3D ? », communication au colloque Des données aux savoirs. Les enjeux du numérique dans la recherche en Sciences Humaines et Sociales, organisé par la MISHA, 2 octobre 2018, https://clae.hypotheses.org/860, consulté le XX/XX/XXXX.

Substantif + épithète adverbiale sujet de la Prédication de qualité. Les fluctuations de l’attracteur dominant en égyptien de tradition productif. À propos des conceptions kouchites de la légitimité royale

Par Pascal Vernus, Paris

Abstract: A substantive with an adverbial attribute as subject of an adjectival predicate is to be recognized in a text from Napata in « égyptien de tradition productif ». The text expresses the Kushite vision of pharaonic legitimacy. First Phase Egyptian is the dominant attractor in the passage implementing traditional conceptions, while Second Phase Egyptian is the dominating attractor in the passages reflecting new conceptions.

Pdf : Vernus_2020_égyptien_tradition_productif

On doit à Fr. Colin1 une admirable analyse d’un texte exprimant la conception de la légitimité royale à l’Époque Kouchite. Elle est formulée sur une stèle du Musée de Khartoum provenant de Napata, et rédigée en ce que j’appelle « égyptien de tradition productif », notion pas toujours bien comprise2. Le rédacteur a pris comme modèle idéal un état de langue jugé par lui reflétant au plus près la langue originelle, c’est-à-dire, en termes de linguistique égyptologique, l’Égyptien de la Première Phase ou Earlier Egyptian, ce qui correspond grosso modo à l’Ancien Égyptien et au Moyen égyptien, et non pas seulement à ce dernier, comme le suggèrent à tort des dénominations telles « Spätmittelägyptisch » ou « Neo-Mittelägyptisch »3.

  1.      Bien entendu, cette tension vers un modèle idéal procède avant tout d’une intention, plus ou moins pleinement réalisée. S’agit-il d’idées enracinées loin dans le temps que le rédacteur a beau jeu de puiser dans un répertoire reflétant l’Égyptien de la Première Phase, souvent à travers son utilisation au Nouvel Empire. C’est évident dans les lignes 2-4, qui mettent en oeuvre le thème de la prédestination du souverain, thème remontant au Moyen Empire4. L’attraction de la langue contemporaine ne se manifeste guère que dans l’emploi des sḏm⸗f perfectifs, substituts/successeurs néo-égyptiens du sḏm-n⸗f5 : Ḏd⸗ỉ r⸗k m ẖ.t n mw.t⸗k « j’ai dit à ton sujet dans le ventre de ta mère » ; rḫ⸗ỉ tw m my wnn⸗k m swḥ.t « je t’ai reconnu dans la semence alors que tu étais dans l’oeuf ».

  1.      Mais à la Période Kouchite, de nouvelles conceptions sont apparues s’ajoutant, voire modifiant la doctrine traditionnelle de légitimité royale. Elles sont fondamentalement exprimées dans une langue reflétant l’état contemporain de leur apparition6. Le rédacteur de la stèle leur fait droit à partir de leurs formulations originelles, se contentant de les adapter à un environnement sacralisé par le support, par l’apparat formel, par l’écriture hiéroglyphique. Quant à la sacralisation par la langue, elle s’effectue a minima, par quelques traits grammaticaux et/ou orthographiques, clairement utilisés comme indices d’un égyptien prestigieux parce que jugé proche des temps originaux, afin de donner une allure mimétique de l’Égyptien de la Première Phase. Selon le principe que j’ai défini ailleurs7, l’état de langue contemporain devient l’attracteur dominant, tandis que l’attraction des états linguistiques révolus ne s’y manifeste que très faiblement. C’est le cas des lignes 17-23, où la syntaxe, le vocabulaire et même les graphies sont fondamentalement ceux de l’Égyptien de la Seconde Phase, tandis que le filtrage des traits sentis comme trop contemporains se limite à la forme du participe sans l’augment j ou sans périphrase avec j.jr, et à la forme jn en place du néo-égyptien m de l’opérateur de la « cleft-sentence », comme l’a fort judicieusement noté Fr. Colin. Dans le même texte s’opposent donc :

  • d’une part des passages reflétant fondamentalement l’Égyptien de la Première Phase – par delà l’attraction restreinte de la langue contemporaine – s’agissant de notions traditionnelles, comme la prédestination du souverain ;
  • d’autre part, de passages reflétant fondamentalement l’Égyptien de la Seconde Phase – par delà l’attraction restreinte des états de langue du passé – s’agissant d’idées nouvelles, comme la doctrine révisée de la légitimité royale.

     Ce genre de disparité linguistique n’est pas rare. Elle est illustrée, pour rester dans la même période, entre autres, par la proclamation de Taharqa à Karnak8. Là, à l’hymne à Amon, où l’Égyptien de la Première Phase est l’attracteur dominant, s’oppose la supplique du Pharaon impliquant l’évocation de l’actualité, et où c’est l’Égyptien de la Seconde Phase qui est l’attracteur dominant. Je ne puis dans cette courte note développer plus avant ce sujet complexe.

  1.      Je me bornerai à signaler une interprétation possible du passage, lignes 7-8, où l’attracteur dominant est l’Égyptien de la Première Phase :     šsp n⸗k wr.tj sḫʿ rʿ m zp tpy nfr jt ḥr smnḫ sȝ⸗f. 

    « Reçois les deux Puissantes que Rê a fait apparaître (ou : (dont) Rê s’est couronné9) la Première Fois. Un père est bien à parachever-le-statut-de son fils (lit. : à parfaire son fils). »

  2.      Je serais enclin à présenter la segmentation suivante de ce passage. L’expression zp tpy nfr me paraissant bien suspecte, même si l’expression zp tpy « la Première fois »10 était perçue comme un composé devenu spécifique ou pré-assigné11, je placerais après zp tpy la fin de la première phrase : « Reçois les deux Puissantes que Rê a fait apparaître (ou : (dont) Rê s’est couronné) la Première Fois. » Je postulerais ensuite une phrase construite sur la matrice de la Prédication de qualité (« Adjectival Predicate »). Nfr en constitue le prédicat, et le syntagme nominal jt ḥr smnḫ sȝ⸗f en constitue le participant unique fonctionnant comme sujet. Ce syntagme nominal est lui même constitué d’un substantif pourvu d’une épithète adverbiale constituée de ḥr, préposition ici grammaticalisée en tant que morphème régissant un infinitif dans la construction bien connue (Sujet) + ḥr + infinitif. L’infinitif est lui-même pourvu d’un participant immédiat, le syntagme nominal sȝ⸗f, fonctionnant comme objet direct, puisque le sujet de l’action exprimée par cet infinitif est représenté par jt « père ». L’ensemble constitue une formulation de style gnomique12.

Continuer la lecture de « Substantif + épithète adverbiale sujet de la Prédication de qualité. Les fluctuations de l’attracteur dominant en égyptien de tradition productif. À propos des conceptions kouchites de la légitimité royale »

  1. « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 6 mai 2020, § 1-§ 30, https://clae.hypotheses.org/189, consulté le 15/9/2020. []
  2. La mauvaise compréhension de cette notion, due à une vison un peu simplifiée, voire simpliste du problème, est particulièrement évidente dans les commentaires de J. Quack, « Recension », BiOr 75, 2018, p. 300-301. []
  3. Pour le problème, voir P. Vernus, « Traditional Egyptian 1 (Dynamics) », in J. Stauder Porchet, A. Stauder & W. Wendrich (éds), UCLA Encyclopedia of Egyptology, 22 juin 2016, http://digital2.library.ucla.edu/viewItem.do?ark=21198/zz002k6th5. []
  4. E. Blumenthal, Untersuchungen zum ägyptischen Königtum des Mittleren Reiches I : Die Phraseologie, Berlin, 1970 (Abhandlungen der Sächsischen Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse 61), p. 35-37. []
  5. Sur cette vaste question, voir, exempli gratia, A. Spalinger, The Transformation of an Ancient Egyptian Narrative P. Sallier III and the Battle of Kadesh, Wiesbaden, 2002 (GÖF IV, 40), p. 204 sq. []
  6. A priori, les nouvelles idées sont exprimées dans un état de langue contemporain de leur apparition. C’est le cas, entre autres, des nouvelles conceptions de la piété personnelle au Nouvel Empire, voir P. Vernus, « Traditional Egyptian 1 (Dynamics) … ». Cela posé, secondairement, elles peuvent donner lieu à des adaptations s’efforçant, avec plus ou moins de réussite, d’imiter les états de langue jugés ceux d’un passé proche de l’origine, c’est-à-dire l’Égyptien de le Première Phase. []
  7. P. Vernus, « Modelling the Relationship between Reproduction and Production of « Sacralized » Texts in Pharaonic Egypt », in T. Gillen (éd.), Production and Reproduction in Ancient Egypt Proceedings of the Conference held at the University of Liege, 6th-8th February 2013, Liège, 2017 (Aegyptiaca Leodiensia 10), p. 482, § 13. []
  8. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 65-66. []
  9. En postulant l’omission de jm=sn, ou simplement de jm. []
  10. Pour cette notion cruciale, voir P. Vernus, Essai sur la conscience de l’Histoire dans l’Égypte pharaonique, Paris, 1995 (Bibliothèque de l’École des Hautes Etudes, Sciences historiques et philologiques 332), p. 36-39. []
  11. Sur la notion de pré-assignation, bien utile pour clarifier la lexicographie, voir P. Vernus, « Lexique et grammaire en égyptien : lexicalisations en substantif préassigné », In I. Hafemann (éd.), Wege zu einem digitalen Corpus ägyptischer Texte. Akten der Tagung ”Datenbanken im Verbund” (Berlin, 30 September – 2 Oktober 1999), Berlin, 2003 (Thesaurus Linguae Aegyptiae 2), p. 237-276. []
  12. Pour la relation père fils, voir J. Assmann, « Das Bild des Vaters im Alten Ägypten », in G. Bornkamm, H. G. Gadamer et alii (éds), Das Vaterbild in Mythos und Geschichte, Stuttgart 1976, particulièrement p. 26-29. []

Early 18th Dynasty Burials at Al-Asasif, Luxor (Field Seasons 2017-2019, MoTA, Ifao, University of Strasbourg)

By Frédéric Colin, Université de StrasbourgCNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

with the collaboration of Eweis Abdel Rady (MoTA), Yunis Ahmed (IFAO, Cairo), Nerea Bernabeu (Strasbourg Univ.), Sonia Brahimi (Strasbourg Univ.), Garance Clapuyt (Brussels Univ. & Strasbourg Univ.), Jean-Philippe Droux (Strasbourg Univ.), Christian Dupuis (Mons Univ.), Bruno Gavazzi (Strasbourg Univ.), Eman Hagag (MoTA), Cassandre Hartenstein (Strasbourg Univ.), Ayman Hussein (IFAO, Cairo), Khalid S. Essa (Cairo University), Sylvie Marchand (IFAO Cairo), Filippo Mi (Strasbourg Univ.), Sayed Mohamed Abd el-Rahim (raïs, Luxor), Sayed Mohamed Ahmed (MoTA), Simone Nannucci (Strasbourg Univ.), Sayed Mohamed el-Qurany (MoTA), Olivier Onézime (IFAO, Cairo), Anita Quiles (IFAO, Cairo), Asmaa Sayed (MoTA), Héloïse Smets (Strasbourg Univ.)

Abstract: Paper about the discovery in Al-Asasif, in 2017-2018, of a secondary cemetery installed in a construction earthwork of the causeway leading to the temple of Thutmose III, in Dayr al-Bahri. The assemblage of funerary objects and the decoration of one of the sarcophagi provide complementary evidence of the pattern of offerings by the participants in the funeral, all of whom are female except for one young boy.

Cite this paper as: Frédéric Colin et alii, “Early 18th Dynasty Burials at Al-Asasif, Luxor (Field Seasons 2017-2019, MoTA, Ifao, University of Strasbourg)”, paper at the workshop “Upper Egypt: The Last Five Years of Archaeological Discovery”, organized by Luxor University, September 6, 2020, https://clae.hypotheses.org/860, accessed XX/XX/XXXX.

Le pharaon Jules Grévy à Bibracte et la campagne de Tunisie contre les Khroumirs

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: How to bring together Captain Haddock, the Gauls of Bibracte and a little-known 19th Century Egyptologist around a translation exercise of Ancient Egyptian, about French colonial expansion during the Troisième République? The Egyptologist Philippe Virey dated his visit at Mont Beuvray in 1882 with a hieroglyphic formula following the regnal years of President Jules Grévy, inscribed in the Visitors’ Album. This interpretatio Ægyptiaca provides us with the most recent attestation of the name of a Berber nation transcribed in hieroglyphics. History of colonialism in the 19th century, history of Egyptology and Iron Age Archaeology.

Pdf : Colin_2020_Jules Grévy en pharaon_5_light

Figure 1. Page 52 de l’Album des visiteurs du Beuvray.

Je dédie cette recherche à Ma’m (un hypocoristique enfantin au départ de « Madame »), qui s’est occupée de ma tête blonde quand j’étais haut comme trois pommes, dans la Cité Benboulaïd. À mes parents, qui étaient alors coopérants belges au Technicum et au Lycée technique de Constantine. Aux Algériens et aux Tunisiens. Et sans rancune pour les bonnes sœurs françaises, de m’avoir un jour puni en m’enfermant dans le placard aux rats.


« Le hasard ne favorise que les esprits préparés »

Louis Pasteur

« … à condition d’écouter les femmes qui savent interpréter l’oracle de Google »

Cassandre


Introduction

Le hasard. Voici quelques mois, alors que la France vivait encore calfeutrée et que le temps suspendu se montrait propice au vagabondage intellectuel dans les sous-bois de dossiers buissonniers, l’équipe du projet Bulliot, Bibracte et moi. Transcription collaborative des archives archéologiques du site de Bibracte m’a transmis un feuillet numérisé de l’Album des visiteurs du Beuvray (figure 1) en me demandant s’il était possible de traduire les trois lignes de hiéroglyphes qui s’y trouvaient tracées1.

  1.      Au sein du vocabulaire déployé dans ce texte, l’enquête a révélé un hapax néologique, qui transcrit phonétiquement le nom d’une population berbère. Or, l’auteur des présentes lignes a mis en évidence, dans sa thèse de doctorat, les plus anciennes traces écrites de la langue ancestrale dont descendent les parlers berbères actuels, en répertoriant systématiquement les anthroponymes, les ethnonymes et quelques autres lexèmes issus des peuples que les égyptologues appellent traditionnellement les « Libyens ». Ce proto-langage, qui apparaît dans les sources à partir du XIVe siècle avant notre ère et n’est conservé qu’à l’état de fossile, fut baptisé « vieux libyque », en référence au stade plus récent et mieux documenté de la langue « libyque »2. Celle-ci fut pratiquée à l’intérieur d’une vaste aire géographique nord-africaine, qui s’étendait au moins des îles Canaries à la Libye modernes, comme en témoignent des inscriptions en écriture libyque (l’ancêtre des tifinaghs berbères3) et des transcriptions phonétiques occasionnelles que les épigraphies punique, grecque et latine attestent dans l’Antiquité classique.

  1.      Cet arrière-plan linguistique et historiographique invite à consacrer un commentaire spécifique à la notice égyptienne de l’Album des visiteurs : parmi les langues libyco-berbères dont le lexique fut emprunté par des locuteurs étrangers, le hapax de Bibracte constitue en effet, désormais, l’occurrence historique la plus récente d’un ethnonyme berbère transcrit phonétiquement en écriture hiéroglyphique.

  1.      L’Album, aujourd’hui conservé par la Société éduenne des lettres, sciences et arts d’Autun, comprend plus de 120 pages couvertes de notices manuscrites. De 1868 à 1897, ces textes commémorent des excursions sur le site de Bibracte, dont le fouilleur, Jacques-Gabriel Bulliot (1817-1902)4, est souvent loué pour son hospitalité. Pour manifester auprès de lui leur appartenance commune à la culture scolaire classique, les visiteurs font étalage de leur érudition en rédigeant en latin ou en grec des compositions dont la complexité s’échelonne entre le simple Vidi campos ubi Bibracte fuit, apposé par un enfant de douze ans et demi, et de savants poèmes versifiés en hexamètres dactyliques5.

  1.      C’est dans cette veine didactique que se situent les trois lignes hiéroglyphiques. Elles ont été écrites sur un petit billet volant, rapporté dans un second temps à la page 52 de l’Album. Le champ inscrit se compose de trois textes, en haut un poème en français de douze lignes très cursives, rédigé apparemment avec le même crayon à papier que les hiéroglyphes, qui occupent la partie médiane de la séquence. Les initiales de la signature tracée à la fin de la troisième ligne égyptienne, « P.V. », sont sensiblement penchées vers la droite, comme l’écriture du poème. Un dernier texte, dont la paléographie désigne visiblement une autre main, se trouve à la base du billet. Le terme « beûverie » y constitue peut-être un jeu de mot de potache, évoquant simultanément une inspiration alcoolisée et le paysage du Mont Beuvray.

Édition

  1.      Composé de trois lignes écrites de gauche à droite (figure 2), le texte hiéroglyphique fait suite au petit poème, qu’il a manifestement pour fonction de dater.

  1.      Pour une raison inconnue, l’auteur a hachuré le nom de la peuplade mentionnée à la fin de la deuxième ligne, ainsi que l’espace laissé vide au début de la troisième ligne, avant la signature.

Figure 2. Détail du billet de Philippe et Jean Virey.

Continuer la lecture de « Le pharaon Jules Grévy à Bibracte et la campagne de Tunisie contre les Khroumirs »

  1. Je remercie Oriane Rousselet de m’avoir fait connaître ce document et d’avoir, la première, identifié le personnage caché derrière les mystérieuses initiales « P.V. ». Merci aussi, pour leurs précieuses relectures, à Alexis D’Hautcourt, à Valérie Vander Osieren et à Cassandre Hartenstein, à qui je dois également la première identification des Khroumirs. Merci, enfin, à Pascal Barret pour avoir retrouvé Le trésor de Rackham le Rouge au plus fort du confinement. []
  2. Fr. Colin, Les Libyens en Égypte (XVe s. a.C.-IIe s. p.C.). Onomastique et histoire I, Libyque et vieux libyque. Vieux libyque et Libyens, Bruxelles, 1996, thèse en ligne https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00120038 ; Idem, « Le « vieux libyque » dans les sources égyptiennes (du Nouvel Empire à l’époque romaine) et l’histoire des peuples libycophones dans le nord de l’Afrique », BACTHS, n.s., Afrique du Nord, 25, 1996-1998 [1999], p. 13-18. []
  3. D. Casajus, « Sur l’origine de l’écriture libyque. Quelques propositions », Afriques [En ligne], Débats et lectures, 4 juin 2013, consulté le 1er août 2020, http://journals.openedition.org/afriques/1203. []
  4. Site du Comité des travaux historiques et scientifiques, Société éduenne des lettres, sciences et arts – Autun, fiches prosopographiques, http://cths.fr/an/savant.php?id=1164. []
  5. M.-H. Lidec, « L’Album des visiteurs du Beuvray », Bulliot, Bibracte et moi, 21 novembre 2019, consulté le 1er août 2020, https://bbm.hypotheses.org/187. []

Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851

Abstract: New translation of the Napata sandstone stela, which was once attributed to Piankhy and is kept in the Sudan National Museum of Khartoum. The commentary highlights the scribe’s diglossia and his aptitude for code-switching. The historical meaning of the monument is clarified against the background of Third Intermediate Period institutions. The two categories of officials appointed by the king of Kush are not Sudanese and Egyptian kinglets, but Libyan chiefs and Egyptian recipients of the coronation ceremony.

Pdf :Fr. Colin, Stèle de Napata, CLAE 6.5.2020_10

Fr. Cailliaud, Voyage à Méroé, au Fleuve Blanc au-delà de Fâzoql dans le midi du royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, I, Paris, 1823, pl. LIX : Vue de deux édifices à l’ouest du grand temple et d’une partie de la montagne prise du sud. Le pylône du temple B 700 est visible au deuxième plan, dans la moitié gauche de l’image. Le discours du dieu Amon, face à une scène de massacre des ennemis par le roi, y comporte une version parallèle d’une partie du texte de la stèle Khartoum, inv. 1851.

Introduction

 

Les conditions d’épure bibliographique que nous impose la Grande Quarantaine de 20201 sont l’occasion d’un retour vers des travaux anciens, parfois ensevelis dans un dossier en attente de publication ou tout simplement oubliés. La nécessité de trouver des exercices grammaticaux au bénéfice des étudiants dans le cadre de la « continuité pédagogique » à distance, en évitant les exemples les plus connus des grammaires de référence, a ainsi offert l’occasion de rouvrir un cours de lecture de textes qui fut consacré en 2007, à l’Université de Strasbourg, à la traduction du cintre d’une stèle découverte dans le grand temple d’Amon au Djebel Barkal2. L’essentiel de son intérêt est bien élucidé par les commentateurs3, qui ont notamment souligné la complémentarité du niveau de langage des dieux et du roi napatéen, plus traditionnel chez les premiers, plus moderne dans la bouche du second4.

     § 2. À l’époque je m’étais surtout intéressé à cet aspect linguistique et les quelques apports du séminaire au commentaire m’avaient paru trop mineurs pour mériter une publication. Un article de Fr. Payraudeau paru entre-temps5, qui a opportunément discuté la signification du document dans le contexte des débuts de la domination soudanaise en Égypte, me fait prendre conscience de l’utilité éventuelle de rédiger cette note. Il s’agira de préciser des nuances de traduction, en prenant en compte une série de détails épigraphiques, en reconsidérant la structure et le découpage des propositions, en restituant aux formes verbales et pseudo-verbales l’expressivité inférée de leur valeur grammaticale et de leur emploi pragmatique et en tirant les conséquences de la diglossie de l’auteur du texte, dont l’art du code-switching au sein d’un même enchaînement d’idées invite à interpréter les tournures en envisageant différents stades de la diachronie égyptienne. Cette analyse formelle pourrait contribuer à la réflexion sur la signification historique et idéologique du monument. Continuer la lecture de « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 »

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: New translation of the Napata sandstone stela, which was once attributed to Piankhy and is kept in the Sudan National Museum of Khartoum. The commentary highlights the scribe’s diglossia and his aptitude for code-switching. The historical meaning of the monument is clarified against the background of Third Intermediate Period institutions. The two categories of officials appointed by the king of Kush are not Sudanese and Egyptian kinglets, but Libyan chiefs and Egyptian recipients of the coronation ceremony.

Pdf :Fr. Colin, Stèle de Napata, CLAE 6.5.2020_10

Fr. Cailliaud, Voyage à Méroé, au Fleuve Blanc au-delà de Fâzoql dans le midi du royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, I, Paris, 1823, pl. LIX : Vue de deux édifices à l’ouest du grand temple et d’une partie de la montagne prise du sud. Le pylône du temple B 700 est visible au deuxième plan, dans la moitié gauche de l’image. Le discours du dieu Amon, face à une scène de massacre des ennemis par le roi, y comporte une version parallèle d’une partie du texte de la stèle Khartoum, inv. 1851.

Introduction

 

Les conditions d’épure bibliographique que nous impose la Grande Quarantaine de 20206 sont l’occasion d’un retour vers des travaux anciens, parfois ensevelis dans un dossier en attente de publication ou tout simplement oubliés. La nécessité de trouver des exercices grammaticaux au bénéfice des étudiants dans le cadre de la « continuité pédagogique » à distance, en évitant les exemples les plus connus des grammaires de référence, a ainsi offert l’occasion de rouvrir un cours de lecture de textes qui fut consacré en 2007, à l’Université de Strasbourg, à la traduction du cintre d’une stèle découverte dans le grand temple d’Amon au Djebel Barkal7. L’essentiel de son intérêt est bien élucidé par les commentateurs8, qui ont notamment souligné la complémentarité du niveau de langage des dieux et du roi napatéen, plus traditionnel chez les premiers, plus moderne dans la bouche du second9.

     § 2. À l’époque je m’étais surtout intéressé à cet aspect linguistique et les quelques apports du séminaire au commentaire m’avaient paru trop mineurs pour mériter une publication. Un article de Fr. Payraudeau paru entre-temps10, qui a opportunément discuté la signification du document dans le contexte des débuts de la domination soudanaise en Égypte, me fait prendre conscience de l’utilité éventuelle de rédiger cette note. Il s’agira de préciser des nuances de traduction, en prenant en compte une série de détails épigraphiques, en reconsidérant la structure et le découpage des propositions, en restituant aux formes verbales et pseudo-verbales l’expressivité inférée de leur valeur grammaticale et de leur emploi pragmatique et en tirant les conséquences de la diglossie de l’auteur du texte, dont l’art du code-switching au sein d’un même enchaînement d’idées invite à interpréter les tournures en envisageant différents stades de la diachronie égyptienne. Cette analyse formelle pourrait contribuer à la réflexion sur la signification historique et idéologique du monument. Continuer la lecture de « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 »

  1. J’adresse de chaleureux remerciements à Roberto Gozzoli, Simone Nannucci, Nicolas Roudet et Pascal Vernus pour leur solidarité bibliographique, qui me fut précieuse dans cette période étrange. []
  2. G. A. Reisner, « Inscribed Monuments from Gebel Barkal », ZÄS 66, 1931, p. 89-100 (n° 26) ; PM VII, p. 217 (19). []
  3. K. A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt (1100-650 B.C.), Warminster, 1973, p. 359, § 321 ; J. Leclant, « L’empire de Koush : Napata et Meroé », in G. Mokhtar (éd.), Histoire générale de l’Afrique, II, Afrique ancienne, Paris, 1980, p. 298 ; N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Paris, 1986 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres n.s. 6), p. 217-219 ; FHN I, p. 60-62 ; L. Török, The Kingdom of Kush. Handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leiden, New York, Köln, 1997 (HdO 1), p. 154-155 ; R. B. Gozzoli, The Writing of History in Ancient Egypt during the First Millennium BC (ca.1070-180 BC). Trends and Perspectives, London, 2009 (Golden House Publications Egyptology 5), p. 51-52 ; 59 ; 81 ; 306 ; R. K. Ritner, The Libyan Anarchy. Inscriptions from Egypt’s Third Intermediate Period, Atlanta, 2009 (Writings from the Ancient World 21), p. 461-464 ; R. B. Gozzoli, « Old Formats, New Experiments and Royal Ideology in the Early Nubian Period (ca. 721–664 BCE) », in L. Bareš, F. Coppens, K. Smoláriková (éd.), Egypt in Transition. Social and Religious Development of Egypt in the First Millennium BCE. Proceedings of an International Conference Prague, September 1–4, 2009, Prague, 2010, p. 186-187 ; J. Pope, The Double Kingdom under Taharqo: Studies in the History of Kush and Egypt, c. 690–664 BC, Leiden, Boston, 2014 (CHANE 69), p. 260 ; O. Cabon, V. Francigny, B. François, M. Maillot, M. Musa Ibrahim, O. Nicoloso, Cl. Rilly, O. Rolin, Histoire et civilisations du Soudan de la préhistoire à nos jours, Paris 2017 (2019) (Études d’égyptologie 15), p. 134-135 ; L. Török, « Nubians Move from the Margins to the Center of their History », in P. Steiner, A. Tsakos, E. H. Seland (éd.), From the Fjords to the Nile. Essays in honour of Richard Holton Pierce on his 80th Birthday, Oxford, 2018, p. 6-7 ; R. B. Gozzoli, « Egyptian Hieroglyphs as God’s Language in the Kingdom of Kush. Tradition and Innovation », in S.-W. Hsu, V. P.-M. Laisney, J. Moje (éd.), Ein Kundiger, der in die Gottesworte eingedrungen ist. Festschrift für den Ägyptologen K. Jansen-Winkeln zum 65. Geburtstag, Münster, 2020 (ÄAT 99), p. 40-42 ; 49. []
  4. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 66. []
  5. Fr. Payraudeau, « Les obscurs débuts de la domination soudanaise en Égypte (deuxième moitié du VIIIe s. av. J.-C.), CRAIBL 2014, 4 (nov.-déc.), p. 1597-1611. []
  6. J’adresse de chaleureux remerciements à Roberto Gozzoli, Simone Nannucci, Nicolas Roudet et Pascal Vernus pour leur solidarité bibliographique, qui me fut précieuse dans cette période étrange. []
  7. G. A. Reisner, « Inscribed Monuments from Gebel Barkal », ZÄS 66, 1931, p. 89-100 (n° 26) ; PM VII, p. 217 (19). []
  8. K. A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt (1100-650 B.C.), Warminster, 1973, p. 359, § 321 ; J. Leclant, « L’empire de Koush : Napata et Meroé », in G. Mokhtar (éd.), Histoire générale de l’Afrique, II, Afrique ancienne, Paris, 1980, p. 298 ; N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Paris, 1986 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres n.s. 6), p. 217-219 ; FHN I, p. 60-62 ; L. Török, The Kingdom of Kush. Handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leiden, New York, Köln, 1997 (HdO 1), p. 154-155 ; R. B. Gozzoli, The Writing of History in Ancient Egypt during the First Millennium BC (ca.1070-180 BC). Trends and Perspectives, London, 2009 (Golden House Publications Egyptology 5), p. 51-52 ; 59 ; 81 ; 306 ; R. K. Ritner, The Libyan Anarchy. Inscriptions from Egypt’s Third Intermediate Period, Atlanta, 2009 (Writings from the Ancient World 21), p. 461-464 ; R. B. Gozzoli, « Old Formats, New Experiments and Royal Ideology in the Early Nubian Period (ca. 721–664 BCE) », in L. Bareš, F. Coppens, K. Smoláriková (éd.), Egypt in Transition. Social and Religious Development of Egypt in the First Millennium BCE. Proceedings of an International Conference Prague, September 1–4, 2009, Prague, 2010, p. 186-187 ; J. Pope, The Double Kingdom under Taharqo: Studies in the History of Kush and Egypt, c. 690–664 BC, Leiden, Boston, 2014 (CHANE 69), p. 260 ; O. Cabon, V. Francigny, B. François, M. Maillot, M. Musa Ibrahim, O. Nicoloso, Cl. Rilly, O. Rolin, Histoire et civilisations du Soudan de la préhistoire à nos jours, Paris 2017 (2019) (Études d’égyptologie 15), p. 134-135 ; L. Török, « Nubians Move from the Margins to the Center of their History », in P. Steiner, A. Tsakos, E. H. Seland (éd.), From the Fjords to the Nile. Essays in honour of Richard Holton Pierce on his 80th Birthday, Oxford, 2018, p. 6-7 ; R. B. Gozzoli, « Egyptian Hieroglyphs as God’s Language in the Kingdom of Kush. Tradition and Innovation », in S.-W. Hsu, V. P.-M. Laisney, J. Moje (éd.), Ein Kundiger, der in die Gottesworte eingedrungen ist. Festschrift für den Ägyptologen K. Jansen-Winkeln zum 65. Geburtstag, Münster, 2020 (ÄAT 99), p. 40-42 ; 49. []
  9. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 66. []
  10. Fr. Payraudeau, « Les obscurs débuts de la domination soudanaise en Égypte (deuxième moitié du VIIIe s. av. J.-C.), CRAIBL 2014, 4 (nov.-déc.), p. 1597-1611. []

Stratigraphie de la grippe espagnole (Assassif, février 1919)

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Discovery of a human anxiety proxy in an archaeological layer whose artifacts probably originate from the excavations conducted by the Metropolitan Museum of Art in al-Asasif (Luxor) in 1918-1919. Thoughts on coincidence and contingency.

Pdf : Fr. Colin, Stratigraphie de la grippe espagnole (février 1919)_11_light

Le jour où le Président de la République française a annoncé à la population un renforcement des mesures pour lutter contre Covid-19, lundi 16 mars 2020, j’ai vécu une de ces petites coïncidences créatives qui nous étonnent chaque fois que les facéties de la contingence ont décidé de faire passer le hasard pour le révélateur d’un sens qui nous dépasserait – en fait, un écheveau de big data dont notre cerveau peine à dénouer les fils.

     § 2. En travaillant à la rédaction du rapport 2019 des fouilles menées par l’Ifao, l’Université de Strasbourg et le CNRS (UMR 7044 Archimède) dans l’Assassif, je suis retombé sur ce fragment de journal (figures 1 & 2), que nous avions trouvé l’année précédente incrusté dans des gravats. Comme un message roulé dans une bouteille jetée à la mer – ou plutôt, en l’occurrence, aux quatre vents du Sahara –, par nos grands devanciers du siècle passé.

Photographie du fragment de journal découvert en contexte archéologique. Assassif 2018, US 1045-05, côté A. Photo Garance Clapuyt, 2019
Figure 1 : Assassif 2018, US 1045-05, côté A. Photo Garance Clapuyt, 2019

Continuer la lecture de « Stratigraphie de la grippe espagnole (Assassif, février 1919) »