Le pharaon Jules Grévy à Bibracte et la campagne de Tunisie contre les Khroumirs

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: How to bring together Captain Haddock, the Gauls of Bibracte and a little-known 19th Century Egyptologist around a translation exercise of Ancient Egyptian, about French colonial expansion during the Troisième République? The Egyptologist Philippe Virey dated his visit at Mont Beuvray in 1882 with a hieroglyphic formula following the regnal years of President Jules Grévy, inscribed in the Visitors’ Album. This interpretatio Ægyptiaca provides us with the most recent attestation of the name of a Berber nation transcribed in hieroglyphics. History of colonialism in the 19th century, history of Egyptology and Iron Age Archaeology.

Pdf : Colin_2020_Jules Grévy en pharaon_5_light

Figure 1. Page 52 de l’Album des visiteurs du Beuvray.

Je dédie cette recherche à Ma’m (un hypocoristique enfantin au départ de « Madame »), qui s’est occupée de ma tête blonde quand j’étais haut comme trois pommes, dans la Cité Benboulaïd. À mes parents, qui étaient alors coopérants belges au Technicum et au Lycée technique de Constantine. Aux Algériens et aux Tunisiens. Et sans rancune pour les bonnes sœurs françaises, de m’avoir un jour puni en m’enfermant dans le placard aux rats.


« Le hasard ne favorise que les esprits préparés »

Louis Pasteur

« … à condition d’écouter les femmes qui savent interpréter l’oracle de Google »

Cassandre


Introduction

Le hasard. Voici quelques mois, alors que la France vivait encore calfeutrée et que le temps suspendu se montrait propice au vagabondage intellectuel dans les sous-bois de dossiers buissonniers, l’équipe du projet Bulliot, Bibracte et moi. Transcription collaborative des archives archéologiques du site de Bibracte m’a transmis un feuillet numérisé de l’Album des visiteurs du Beuvray (figure 1) en me demandant s’il était possible de traduire les trois lignes de hiéroglyphes qui s’y trouvaient tracées1.

  1.      Au sein du vocabulaire déployé dans ce texte, l’enquête a révélé un hapax néologique, qui transcrit phonétiquement le nom d’une population berbère. Or, l’auteur des présentes lignes a mis en évidence, dans sa thèse de doctorat, les plus anciennes traces écrites de la langue ancestrale dont descendent les parlers berbères actuels, en répertoriant systématiquement les anthroponymes, les ethnonymes et quelques autres lexèmes issus des peuples que les égyptologues appellent traditionnellement les « Libyens ». Ce proto-langage, qui apparaît dans les sources à partir du XIVe siècle avant notre ère et n’est conservé qu’à l’état de fossile, fut baptisé « vieux libyque », en référence au stade plus récent et mieux documenté de la langue « libyque »2. Celle-ci fut pratiquée à l’intérieur d’une vaste aire géographique nord-africaine, qui s’étendait au moins des îles Canaries à la Libye modernes, comme en témoignent des inscriptions en écriture libyque (l’ancêtre des tifinaghs berbères3) et des transcriptions phonétiques occasionnelles que les épigraphies punique, grecque et latine attestent dans l’Antiquité classique.

  1.      Cet arrière-plan linguistique et historiographique invite à consacrer un commentaire spécifique à la notice égyptienne de l’Album des visiteurs : parmi les langues libyco-berbères dont le lexique fut emprunté par des locuteurs étrangers, le hapax de Bibracte constitue en effet, désormais, l’occurrence historique la plus récente d’un ethnonyme berbère transcrit phonétiquement en écriture hiéroglyphique.

  1.      L’Album, aujourd’hui conservé par la Société éduenne des lettres, sciences et arts d’Autun, comprend plus de 120 pages couvertes de notices manuscrites. De 1868 à 1897, ces textes commémorent des excursions sur le site de Bibracte, dont le fouilleur, Jacques-Gabriel Bulliot (1817-1902)4, est souvent loué pour son hospitalité. Pour manifester auprès de lui leur appartenance commune à la culture scolaire classique, les visiteurs font étalage de leur érudition en rédigeant en latin ou en grec des compositions dont la complexité s’échelonne entre le simple Vidi campos ubi Bibracte fuit, apposé par un enfant de douze ans et demi, et de savants poèmes versifiés en hexamètres dactyliques5.

  1.      C’est dans cette veine didactique que se situent les trois lignes hiéroglyphiques. Elles ont été écrites sur un petit billet volant, rapporté dans un second temps à la page 52 de l’Album. Le champ inscrit se compose de trois textes, en haut un poème en français de douze lignes très cursives, rédigé apparemment avec le même crayon à papier que les hiéroglyphes, qui occupent la partie médiane de la séquence. Les initiales de la signature tracée à la fin de la troisième ligne égyptienne, « P.V. », sont sensiblement penchées vers la droite, comme l’écriture du poème. Un dernier texte, dont la paléographie désigne visiblement une autre main, se trouve à la base du billet. Le terme « beûverie » y constitue peut-être un jeu de mot de potache, évoquant simultanément une inspiration alcoolisée et le paysage du Mont Beuvray.

Édition

  1.      Composé de trois lignes écrites de gauche à droite (figure 2), le texte hiéroglyphique fait suite au petit poème, qu’il a manifestement pour fonction de dater.

  1.      Pour une raison inconnue, l’auteur a hachuré le nom de la peuplade mentionnée à la fin de la deuxième ligne, ainsi que l’espace laissé vide au début de la troisième ligne, avant la signature.

Figure 2. Détail du billet de Philippe et Jean Virey.

Continuer la lecture de « Le pharaon Jules Grévy à Bibracte et la campagne de Tunisie contre les Khroumirs »

  1. Je remercie Oriane Rousselet de m’avoir fait connaître ce document et d’avoir, la première, identifié le personnage caché derrière les mystérieuses initiales « P.V. ». Merci aussi, pour leurs précieuses relectures, à Alexis D’Hautcourt, à Valérie Vander Osieren et à Cassandre Hartenstein, à qui je dois également la première identification des Khroumirs. Merci, enfin, à Pascal Barret pour avoir retrouvé Le trésor de Rackham le Rouge au plus fort du confinement. []
  2. Fr. Colin, Les Libyens en Égypte (XVe s. a.C.-IIe s. p.C.). Onomastique et histoire I, Libyque et vieux libyque. Vieux libyque et Libyens, Bruxelles, 1996, thèse en ligne https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00120038 ; Idem, « Le « vieux libyque » dans les sources égyptiennes (du Nouvel Empire à l’époque romaine) et l’histoire des peuples libycophones dans le nord de l’Afrique », BACTHS, n.s., Afrique du Nord, 25, 1996-1998 [1999], p. 13-18. []
  3. D. Casajus, « Sur l’origine de l’écriture libyque. Quelques propositions », Afriques [En ligne], Débats et lectures, 4 juin 2013, consulté le 1er août 2020, http://journals.openedition.org/afriques/1203. []
  4. Site du Comité des travaux historiques et scientifiques, Société éduenne des lettres, sciences et arts – Autun, fiches prosopographiques, http://cths.fr/an/savant.php?id=1164. []
  5. M.-H. Lidec, « L’Album des visiteurs du Beuvray », Bulliot, Bibracte et moi, 21 novembre 2019, consulté le 1er août 2020, https://bbm.hypotheses.org/187. []

Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: New translation of the Napata sandstone stela, which was once attributed to Piankhy and is kept in the Sudan National Museum of Khartoum. The commentary highlights the scribe’s diglossia and his aptitude for code-switching. The historical meaning of the monument is clarified against the background of Third Intermediate Period institutions. The two categories of officials appointed by the king of Kush are not Sudanese and Egyptian kinglets, but Libyan chiefs and Egyptian recipients of the coronation ceremony.

Pdf : Fr. Colin, « Stèle de Napata », CLAE 6.5.2020_10

Fr. Cailliaud, Voyage à Méroé, au Fleuve Blanc au-delà de Fâzoql dans le midi du royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, I, Paris, 1823, pl. LIX : Vue de deux édifices à l’ouest du grand temple et d’une partie de la montagne prise du sud. Le pylône du temple B 700 est visible au deuxième plan, dans la moitié gauche de l’image. Le discours du dieu Amon, face à une scène de massacre des ennemis par le roi, y comporte une version parallèle d’une partie du texte de la stèle Khartoum, inv. 1851.

Introduction

Les conditions d’épure bibliographique que nous impose la Grande Quarantaine de 20201 sont l’occasion d’un retour vers des travaux anciens, parfois ensevelis dans un dossier en attente de publication ou tout simplement oubliés. La nécessité de trouver des exercices grammaticaux au bénéfice des étudiants dans le cadre de la « continuité pédagogique » à distance, en évitant les exemples les plus connus des grammaires de référence, a ainsi offert l’occasion de rouvrir un cours de lecture de textes qui fut consacré en 2007, à l’Université de Strasbourg, à la traduction du cintre d’une stèle découverte dans le grand temple d’Amon au Djebel Barkal2. L’essentiel de son intérêt est bien élucidé par les commentateurs3, qui ont notamment souligné la complémentarité du niveau de langage des dieux et du roi napatéen, plus traditionnel chez les premiers, plus moderne dans la bouche du second4.

     §2. À l’époque je m’étais surtout intéressé à cet aspect linguistique et les quelques apports du séminaire au commentaire m’avaient paru trop mineurs pour mériter une publication. Un article de Fr. Payraudeau paru entre-temps5, qui a opportunément discuté la signification du document dans le contexte des débuts de la domination soudanaise en Égypte, me fait prendre conscience de l’utilité éventuelle de rédiger cette note. Il s’agira de préciser des nuances de traduction, en prenant en compte une série de détails épigraphiques, en reconsidérant la structure et le découpage des propositions, en restituant aux formes verbales et pseudo-verbales l’expressivité inférée de leur valeur grammaticale et de leur emploi pragmatique et en tirant les conséquences de la diglossie de l’auteur du texte, dont l’art du code-switching au sein d’un même enchaînement d’idées invite à interpréter les tournures en envisageant différents stades de la diachronie égyptienne. Cette analyse formelle pourrait contribuer à la réflexion sur la signification historique et idéologique du monument. Continuer la lecture de « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 »

  1. J’adresse de chaleureux remerciements à Roberto Gozzoli, Simone Nannucci, Nicolas Roudet et Pascal Vernus pour leur solidarité bibliographique, qui me fut précieuse dans cette période étrange. []
  2. G. A. Reisner, « Inscribed Monuments from Gebel Barkal », ZÄS 66, 1931, p. 89-100 (n° 26) ; PM VII, p. 217 (19). []
  3. K. A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt (1100-650 B.C.), Warminster, 1973, p. 359, § 321 ; J. Leclant, « L’empire de Koush : Napata et Meroé », in G. Mokhtar (éd.), Histoire générale de l’Afrique, II, Afrique ancienne, Paris, 1980, p. 298 ; N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Paris, 1986 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres n.s. 6), p. 217-219 ; FHN I, p. 60-62 ; L. Török, The Kingdom of Kush. Handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leiden, New York, Köln, 1997 (HdO 1), p. 154-155 ; R. B. Gozzoli, The Writing of History in Ancient Egypt during the First Millennium BC (ca.1070-180 BC). Trends and Perspectives, London, 2009 (Golden House Publications Egyptology 5), p. 51-52 ; 59 ; 81 ; 306 ; R. K. Ritner, The Libyan Anarchy. Inscriptions from Egypt’s Third Intermediate Period, Atlanta, 2009 (Writings from the Ancient World 21), p. 461-464 ; R. B. Gozzoli, « Old Formats, New Experiments and Royal Ideology in the Early Nubian Period (ca. 721–664 BCE) », in L. Bareš, F. Coppens, K. Smoláriková (éd.), Egypt in Transition. Social and Religious Development of Egypt in the First Millennium BCE. Proceedings of an International Conference Prague, September 1–4, 2009, Prague, 2010, p. 186-187 ; J. Pope, The Double Kingdom under Taharqo: Studies in the History of Kush and Egypt, c. 690–664 BC, Leiden, Boston, 2014 (CHANE 69), p. 260 ; O. Cabon, V. Francigny, B. François, M. Maillot, M. Musa Ibrahim, O. Nicoloso, Cl. Rilly, O. Rolin, Histoire et civilisations du Soudan de la préhistoire à nos jours, Paris 2017 (2019) (Études d’égyptologie 15), p. 134-135 ; L. Török, « Nubians Move from the Margins to the Center of their History », in P. Steiner, A. Tsakos, E. H. Seland (éd.), From the Fjords to the Nile. Essays in honour of Richard Holton Pierce on his 80th Birthday, Oxford, 2018, p. 6-7 ; R. B. Gozzoli, « Egyptian Hieroglyphs as God’s Language in the Kingdom of Kush. Tradition and Innovation », in S.-W. Hsu, V. P.-M. Laisney, J. Moje (éd.), Ein Kundiger, der in die Gottesworte eingedrungen ist. Festschrift für den Ägyptologen K. Jansen-Winkeln zum 65. Geburtstag, Münster, 2020 (ÄAT 99), p. 40-42 ; 49. []
  4. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 66. []
  5. Fr. Payraudeau, « Les obscurs débuts de la domination soudanaise en Égypte (deuxième moitié du VIIIe s. av. J.-C.), CRAIBL 2014, 4 (nov.-déc.), p. 1597-1611. []