Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires

Par Silvia Einaudi, Collaboratrice scientifique de l’UMR 8546 AOrOc Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (CNRS/ENS/EPHE)

Abstract: This lecture examines two particularly interesting aspects related to the monumental tombs of the Theban necropolis of Assassif (25th-26th dynasties). The first concerns the indissoluble link that exists between the elaborate decorative programs and the architecture of these funerary monuments. Based on the analysis of these elements and the relationship they have to each other, a specific function of the Late Period tombs come to light. They turn out to be the “theatrical scenery” for the double journey of the deceased, who – on the one hand – enters the monument (the Duat) and – on the other- leaves it to go forth by day. The second aspect is about the textual, iconographic and architectural models used to conceive these tombs and their decoration: these models date back to different periods (from the Old to the New Kingdoms) and refer to monuments scattered throughout Egypt: Saqqara, Lisht, Assiut, Abydos and Thebes.

Cite this paper as Silvia Einaudi, « Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 18 février 2021, https://clae.hypotheses.org/1613, accessed XX/XX/XXXX.

Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851

Abstract: New translation of the Napata sandstone stela, which was once attributed to Piankhy and is kept in the Sudan National Museum of Khartoum. The commentary highlights the scribe’s diglossia and his aptitude for code-switching. The historical meaning of the monument is clarified against the background of Third Intermediate Period institutions. The two categories of officials appointed by the king of Kush are not Sudanese and Egyptian kinglets, but Libyan chiefs and Egyptian recipients of the coronation ceremony.

Pdf :Fr. Colin, Stèle de Napata, CLAE 6.5.2020_10

Fr. Cailliaud, Voyage à Méroé, au Fleuve Blanc au-delà de Fâzoql dans le midi du royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, I, Paris, 1823, pl. LIX : Vue de deux édifices à l’ouest du grand temple et d’une partie de la montagne prise du sud. Le pylône du temple B 700 est visible au deuxième plan, dans la moitié gauche de l’image. Le discours du dieu Amon, face à une scène de massacre des ennemis par le roi, y comporte une version parallèle d’une partie du texte de la stèle Khartoum, inv. 1851.

Introduction

 

Les conditions d’épure bibliographique que nous impose la Grande Quarantaine de 20201 sont l’occasion d’un retour vers des travaux anciens, parfois ensevelis dans un dossier en attente de publication ou tout simplement oubliés. La nécessité de trouver des exercices grammaticaux au bénéfice des étudiants dans le cadre de la « continuité pédagogique » à distance, en évitant les exemples les plus connus des grammaires de référence, a ainsi offert l’occasion de rouvrir un cours de lecture de textes qui fut consacré en 2007, à l’Université de Strasbourg, à la traduction du cintre d’une stèle découverte dans le grand temple d’Amon au Djebel Barkal2. L’essentiel de son intérêt est bien élucidé par les commentateurs3, qui ont notamment souligné la complémentarité du niveau de langage des dieux et du roi napatéen, plus traditionnel chez les premiers, plus moderne dans la bouche du second4.

     § 2. À l’époque je m’étais surtout intéressé à cet aspect linguistique et les quelques apports du séminaire au commentaire m’avaient paru trop mineurs pour mériter une publication. Un article de Fr. Payraudeau paru entre-temps5, qui a opportunément discuté la signification du document dans le contexte des débuts de la domination soudanaise en Égypte, me fait prendre conscience de l’utilité éventuelle de rédiger cette note. Il s’agira de préciser des nuances de traduction, en prenant en compte une série de détails épigraphiques, en reconsidérant la structure et le découpage des propositions, en restituant aux formes verbales et pseudo-verbales l’expressivité inférée de leur valeur grammaticale et de leur emploi pragmatique et en tirant les conséquences de la diglossie de l’auteur du texte, dont l’art du code-switching au sein d’un même enchaînement d’idées invite à interpréter les tournures en envisageant différents stades de la diachronie égyptienne. Cette analyse formelle pourrait contribuer à la réflexion sur la signification historique et idéologique du monument. Continuer la lecture de « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 »

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: New translation of the Napata sandstone stela, which was once attributed to Piankhy and is kept in the Sudan National Museum of Khartoum. The commentary highlights the scribe’s diglossia and his aptitude for code-switching. The historical meaning of the monument is clarified against the background of Third Intermediate Period institutions. The two categories of officials appointed by the king of Kush are not Sudanese and Egyptian kinglets, but Libyan chiefs and Egyptian recipients of the coronation ceremony.

Pdf :Fr. Colin, Stèle de Napata, CLAE 6.5.2020_10

Fr. Cailliaud, Voyage à Méroé, au Fleuve Blanc au-delà de Fâzoql dans le midi du royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, I, Paris, 1823, pl. LIX : Vue de deux édifices à l’ouest du grand temple et d’une partie de la montagne prise du sud. Le pylône du temple B 700 est visible au deuxième plan, dans la moitié gauche de l’image. Le discours du dieu Amon, face à une scène de massacre des ennemis par le roi, y comporte une version parallèle d’une partie du texte de la stèle Khartoum, inv. 1851.

Introduction

 

Les conditions d’épure bibliographique que nous impose la Grande Quarantaine de 20206 sont l’occasion d’un retour vers des travaux anciens, parfois ensevelis dans un dossier en attente de publication ou tout simplement oubliés. La nécessité de trouver des exercices grammaticaux au bénéfice des étudiants dans le cadre de la « continuité pédagogique » à distance, en évitant les exemples les plus connus des grammaires de référence, a ainsi offert l’occasion de rouvrir un cours de lecture de textes qui fut consacré en 2007, à l’Université de Strasbourg, à la traduction du cintre d’une stèle découverte dans le grand temple d’Amon au Djebel Barkal7. L’essentiel de son intérêt est bien élucidé par les commentateurs8, qui ont notamment souligné la complémentarité du niveau de langage des dieux et du roi napatéen, plus traditionnel chez les premiers, plus moderne dans la bouche du second9.

     § 2. À l’époque je m’étais surtout intéressé à cet aspect linguistique et les quelques apports du séminaire au commentaire m’avaient paru trop mineurs pour mériter une publication. Un article de Fr. Payraudeau paru entre-temps10, qui a opportunément discuté la signification du document dans le contexte des débuts de la domination soudanaise en Égypte, me fait prendre conscience de l’utilité éventuelle de rédiger cette note. Il s’agira de préciser des nuances de traduction, en prenant en compte une série de détails épigraphiques, en reconsidérant la structure et le découpage des propositions, en restituant aux formes verbales et pseudo-verbales l’expressivité inférée de leur valeur grammaticale et de leur emploi pragmatique et en tirant les conséquences de la diglossie de l’auteur du texte, dont l’art du code-switching au sein d’un même enchaînement d’idées invite à interpréter les tournures en envisageant différents stades de la diachronie égyptienne. Cette analyse formelle pourrait contribuer à la réflexion sur la signification historique et idéologique du monument. Continuer la lecture de « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 »

  1. J’adresse de chaleureux remerciements à Roberto Gozzoli, Simone Nannucci, Nicolas Roudet et Pascal Vernus pour leur solidarité bibliographique, qui me fut précieuse dans cette période étrange. []
  2. G. A. Reisner, « Inscribed Monuments from Gebel Barkal », ZÄS 66, 1931, p. 89-100 (n° 26) ; PM VII, p. 217 (19). []
  3. K. A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt (1100-650 B.C.), Warminster, 1973, p. 359, § 321 ; J. Leclant, « L’empire de Koush : Napata et Meroé », in G. Mokhtar (éd.), Histoire générale de l’Afrique, II, Afrique ancienne, Paris, 1980, p. 298 ; N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Paris, 1986 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres n.s. 6), p. 217-219 ; FHN I, p. 60-62 ; L. Török, The Kingdom of Kush. Handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leiden, New York, Köln, 1997 (HdO 1), p. 154-155 ; R. B. Gozzoli, The Writing of History in Ancient Egypt during the First Millennium BC (ca.1070-180 BC). Trends and Perspectives, London, 2009 (Golden House Publications Egyptology 5), p. 51-52 ; 59 ; 81 ; 306 ; R. K. Ritner, The Libyan Anarchy. Inscriptions from Egypt’s Third Intermediate Period, Atlanta, 2009 (Writings from the Ancient World 21), p. 461-464 ; R. B. Gozzoli, « Old Formats, New Experiments and Royal Ideology in the Early Nubian Period (ca. 721–664 BCE) », in L. Bareš, F. Coppens, K. Smoláriková (éd.), Egypt in Transition. Social and Religious Development of Egypt in the First Millennium BCE. Proceedings of an International Conference Prague, September 1–4, 2009, Prague, 2010, p. 186-187 ; J. Pope, The Double Kingdom under Taharqo: Studies in the History of Kush and Egypt, c. 690–664 BC, Leiden, Boston, 2014 (CHANE 69), p. 260 ; O. Cabon, V. Francigny, B. François, M. Maillot, M. Musa Ibrahim, O. Nicoloso, Cl. Rilly, O. Rolin, Histoire et civilisations du Soudan de la préhistoire à nos jours, Paris 2017 (2019) (Études d’égyptologie 15), p. 134-135 ; L. Török, « Nubians Move from the Margins to the Center of their History », in P. Steiner, A. Tsakos, E. H. Seland (éd.), From the Fjords to the Nile. Essays in honour of Richard Holton Pierce on his 80th Birthday, Oxford, 2018, p. 6-7 ; R. B. Gozzoli, « Egyptian Hieroglyphs as God’s Language in the Kingdom of Kush. Tradition and Innovation », in S.-W. Hsu, V. P.-M. Laisney, J. Moje (éd.), Ein Kundiger, der in die Gottesworte eingedrungen ist. Festschrift für den Ägyptologen K. Jansen-Winkeln zum 65. Geburtstag, Münster, 2020 (ÄAT 99), p. 40-42 ; 49. []
  4. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 66. []
  5. Fr. Payraudeau, « Les obscurs débuts de la domination soudanaise en Égypte (deuxième moitié du VIIIe s. av. J.-C.), CRAIBL 2014, 4 (nov.-déc.), p. 1597-1611. []
  6. J’adresse de chaleureux remerciements à Roberto Gozzoli, Simone Nannucci, Nicolas Roudet et Pascal Vernus pour leur solidarité bibliographique, qui me fut précieuse dans cette période étrange. []
  7. G. A. Reisner, « Inscribed Monuments from Gebel Barkal », ZÄS 66, 1931, p. 89-100 (n° 26) ; PM VII, p. 217 (19). []
  8. K. A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt (1100-650 B.C.), Warminster, 1973, p. 359, § 321 ; J. Leclant, « L’empire de Koush : Napata et Meroé », in G. Mokhtar (éd.), Histoire générale de l’Afrique, II, Afrique ancienne, Paris, 1980, p. 298 ; N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Paris, 1986 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres n.s. 6), p. 217-219 ; FHN I, p. 60-62 ; L. Török, The Kingdom of Kush. Handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leiden, New York, Köln, 1997 (HdO 1), p. 154-155 ; R. B. Gozzoli, The Writing of History in Ancient Egypt during the First Millennium BC (ca.1070-180 BC). Trends and Perspectives, London, 2009 (Golden House Publications Egyptology 5), p. 51-52 ; 59 ; 81 ; 306 ; R. K. Ritner, The Libyan Anarchy. Inscriptions from Egypt’s Third Intermediate Period, Atlanta, 2009 (Writings from the Ancient World 21), p. 461-464 ; R. B. Gozzoli, « Old Formats, New Experiments and Royal Ideology in the Early Nubian Period (ca. 721–664 BCE) », in L. Bareš, F. Coppens, K. Smoláriková (éd.), Egypt in Transition. Social and Religious Development of Egypt in the First Millennium BCE. Proceedings of an International Conference Prague, September 1–4, 2009, Prague, 2010, p. 186-187 ; J. Pope, The Double Kingdom under Taharqo: Studies in the History of Kush and Egypt, c. 690–664 BC, Leiden, Boston, 2014 (CHANE 69), p. 260 ; O. Cabon, V. Francigny, B. François, M. Maillot, M. Musa Ibrahim, O. Nicoloso, Cl. Rilly, O. Rolin, Histoire et civilisations du Soudan de la préhistoire à nos jours, Paris 2017 (2019) (Études d’égyptologie 15), p. 134-135 ; L. Török, « Nubians Move from the Margins to the Center of their History », in P. Steiner, A. Tsakos, E. H. Seland (éd.), From the Fjords to the Nile. Essays in honour of Richard Holton Pierce on his 80th Birthday, Oxford, 2018, p. 6-7 ; R. B. Gozzoli, « Egyptian Hieroglyphs as God’s Language in the Kingdom of Kush. Tradition and Innovation », in S.-W. Hsu, V. P.-M. Laisney, J. Moje (éd.), Ein Kundiger, der in die Gottesworte eingedrungen ist. Festschrift für den Ägyptologen K. Jansen-Winkeln zum 65. Geburtstag, Münster, 2020 (ÄAT 99), p. 40-42 ; 49. []
  9. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 66. []
  10. Fr. Payraudeau, « Les obscurs débuts de la domination soudanaise en Égypte (deuxième moitié du VIIIe s. av. J.-C.), CRAIBL 2014, 4 (nov.-déc.), p. 1597-1611. []