Les briques estampillées du pylône de Padiamenopé

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of 47 mudbricks stamped in the name of Theban tomb 33’s owner, Padiamenope (based on the few readable specimens). These building materials all come from the main pylon of the mausoleum, of which a preliminary photogrammetric survey is produced to mutually contextualize the findings and the structure. The stamps include the main titles of Padiamenope, which are ẖry-ḥb, ḥry-tp, as usual. The author briefly discusses and interprets the meaning of this bicephalous designation as a complementary expression that could be translated as “lector-priest and master of ceremonies” (in preference to the formula “lector-priest and chief”, which does not sufficiently convey the ritual connotation shared by the two lexical components in this specific context). This practice of stamping mudbricks with the name of a private person, which is rare in the history of ancient Egypt, represents a further connection between the monuments of Padiamenope (TT 33) and Montuemhat (TT 34), whose builders obviously shared the same workshop culture. Among the expected long-term benefits, the stamping of mudbricks incorporated into a major mortuary cult structure may have been intended to perpetuate the name of the deceased, even deep within the walls.

Introduction

Dès les travaux de J. G. Wilkinson publiés en 18301, des archéologues ont observé ou postulé la présence d’une porte massive donnant accès à l’intérieur de l’enceinte de la tombe thébaine 33 (Padiamenopé), que les publications nomment généralement « premier pylône » (de la TT 33), à la suite de J. Dümichen2.

  1. Au siècle suivant, cependant, les vestiges du monument étaient toujours ensevelis sous les débris et les sédiments, en sorte que, pour dresser le plan masse de la TT 33, D. Eigner et J. Dorner durent restituer le tracé du pylône, après avoir pu en observer, entre 1975 et 1978, de petits segments à l’angle nord-ouest du môle nord et sur le parement ouest du môle sud3 (fig. 4, flèches jaunes).

  1. En 2017, une campagne de prospection archéologique et géophysique (fig. 1-2) menée par l’IFAO et l’Université de Strasbourg (CNRS, UMR 7044 Archimède et 7516 Institut de Physique du Globe de Strasbourg), en collaboration avec le Ministry of Tourism and Antiquities, a permis de confirmer la présence d’une vaste enceinte en briques crues et d’un pylône localisé dans l’axe de l’entrée en direction des salles souterraines du mausolée4.

Figure 1 : Sonia Brahimi en cours de prospection géophysique (2O17), à l’emplacement du mur est de l’enceinte, au nord du pylône, vue vers le sud-est. Cliché Fr. Colin.

Figure 2 : Bruno Gavazzi en cours de prospection géophysique (2017), à l’emplacement du chemin traversant le pylône, vue vers le nord-est. Cliché Fr. Colin.

Sur la carte d’intensité du champ magnétique réalisée par Br. Gavazzi et S. Brahimi, une anomalie confirmait alors clairement la présence du môle nord (fig. 3).

Figure 3 : Extrait d’une carte d’intensité magnétique révélant en 2017 la présence du mur est de l’enceinte et du môle nord du pylône de Padiamenopé (TT 33). Cartographie géophysique Bruno Gavazzi et Sonia Brahimi.

  1. En 2018, les sédiments de surface ont été décapés sur un carré d’environ 25 x 25 m (« Secteur 1 »), englobant l’emplacement présumé du pylône, et deux sondages plus profonds (« Opération A » et « B ») ont été implantés en son sein, pour étudier l’évolution du site dans la diachronie. Du 14 octobre au 3 novembre 2018, seuls ont été fouillés des dépôts sédimentaires ultérieurs au démontage antique du pylône et des couches liées aux perturbations des archéologues et des pilleurs modernes, intervenues à la suite de l’expédition de Bonaparte. Les figures 4 et 5 montrent l’état du site avant nos travaux et au terme de ce décapage préliminaire, qui a été suspendu lors de la mise en place des opérations « A » et « B ».

Figure 4 : Implantation du secteur 1 avant la fouille, vue en perspective, vers l’est, l’accès vers la dépression de la TT 33, modèle AS-2018-A+B-1. Relevé photogrammétrique, modélisation et dessin Fr. Colin.

Figure 5 : Pylône de la TT 33, décapage des strates sédimentaires superficielles en cours, après retrait des déblais de fouille et de pillage, vue en perspective vers l’est, modèle AS-2018-O-8 (voir Colin, Hartenstein 2021). Relevé photogrammétrique Fr. Colin et C. Hartenstein, modélisation et dessin Fr. Colin.

  1. Pendant cette phase de travail initiale, qui a duré 18 jours en tout, la fouille a livré 47 briques estampillées, souvent trop érodées pour être déchiffrées. Sur 13 exemplaires, les traces de signes étaient suffisamment conservées pour attribuer l’inscription, de façon certaine ou probable, au « prêtre-lecteur, maître de cérémonie » (ẖry-ḥb ḥry-tp5) Padiamenopé, le propriétaire de la tombe thébaine 33.

  1. Ces nouvelles données viennent utilement compléter l’état très inégal des connaissances sur le marquage de briques crues de construction au nom de personnes privées, une pratique peu répandue au long de l’histoire de l’Égypte ancienne6, mais dont des occurrences en lien avec les deux plus grandes tombes de l’Assassif ont déjà été observées sporadiquement.

  1. Des exemplaires au nom de Montouemhat, dont certains sont conservés dans des musées, ont été découverts soit en place dans le grand pylône et dans le mur d’enceinte7, soit en remploi dans des structures de l’Antiquité tardive, comme le monastère d’Épiphane, ou encore « aux alentours » de la TT 348, dans des contextes mal définis. Du côté de chez Padiamenopé, la situation est beaucoup moins claire. De rares briques estampillées, illisibles, ont été signalées dans l’environnement extérieur de la TT 33, mais aucune inscription n’a été publiée jusqu’ici et aucun contexte de provenance n’a été précisément défini, malgré les sondages exploratoires accomplis aux XIXe et XXe siècles (cf. « Ein leserlicher Stempel des Pedamenope könnte durch teilweises Abtragen des Mauerwerks gefunden werden. »9).

  1. Dans ces circonstances, le présent article a pour objectif de rendre rapidement accessibles les nouvelles données sur les estampilles de Padiamenopé, en développant les informations contextuelles qui établissent l’appartenance des briques de notre catalogue au pylône de la TT 33. Par la même occasion, plusieurs vues issues de relevés photogrammétriques de ce monument en cours de dégagement seront mises à la disposition du public.

Contexte archéologique

  1. L’« inventaire contextuel », ci-dessous, synthétise dans un tableau les différentes provenances de briques estampillées. Les contextes archéologiques ainsi définis se rattachent à cinq grandes périodes (indiquées par cinq nuances de vert dans la première colonne), depuis la construction du pylône au VIIe siècle jusqu’à son état constaté au moment de la fouille, au terme d’un long processus de destruction du monument.

  1. I. Quatre briques ont été observées en place sur l’arase du pylône, dont seule une petite partie a été décapée jusqu’à la maçonnerie superficielle (fig. 6-11). L’estampille observable était nécessairement toujours apposée sur la face supérieure de la brique, puisque nous avons seulement nettoyé les sédiments récents et n’avons démonté aucune partie de l’édifice. Sur trois de ces briques, l’inscription était suffisamment lisible, à condition de la comparer à l’ensemble de la série, pour y identifier Padiamenopé. Sans surprise, l’initiative de la construction du pylône est donc bien attribuée à ce personnage.

Figure 6 : Brique estampillée AS-2018-1004-01 en place sur l’arase du pylône, dans une assise du parement est. AS-2018-1002 : gravats provenant de la destruction du pylône. AS-2018-1032 : partie supérieure du comblement de la tranchée de fondation du pylône. Cliché Fr. Colin.

Figure 7 : Brique estampillée AS-2018-1004-01 en place sur l’arase du pylône, dans une assise du parement est. Cliché Fr. Colin.

Figure 8 : Brique estampillée AS-2018-1004-02 en place sur l’arase du pylône, dans la maçonnerie du môle nord. Cliché Fr. Colin.

Figure 9 : Brique estampillée AS-2018-1004-03 en place sur l’arase du pylône, dans la maçonnerie du môle nord. Cliché Fr. Colin.

Figure 10 : Brique estampillée AS-2018-1004-04 en place sur l’arase du pylône, dans la maçonnerie du môle nord. Cliché Fr. Colin.

Figure 11 : Pylône de la TT 33, décapage des strates sédimentaires superficielles en cours, après retrait des déblais de fouille et de pillage, vue orthographique zénithale, modèle AS-2018-O-8 (voir Colin, Hartenstein 2021). Relevé photogrammétrique Fr. Colin et C. Hartenstein, modélisation et dessin Fr. Colin.

  1. II. Au moins trois briques proviennent d’une couche de gravats formée dans une phase d’activité à l’intérieur de l’enceinte, sous le Haut-Empire romain. Elles ont été cuites ou rubéfiées à cause d’un feu violent, peut-être entretenu par des chaufourniers.

  1. III. Au moins quatre briques ont été prélevées dans une couche de destruction massive advenue au plus tôt sous le Haut-Empire romain. Ce niveau de gravats a scellé les sols anciens dans l’espace exigu de l’entrée du pylône (AS-2018-1054, fig. 5 ; 11).

  1. Ensuite commence une longue période d’érosion et de dépôts sédimentaires, qui s’achève par une série de perturbations anthropiques causées par des pilleurs et des archéologues, d’abord caractérisées par l’absence de déchets de polymères synthétiques dans les déblais (IV, au moins quatre briques, dont deux lisibles), puis par leur présence (V, au moins onze briques, dont deux lisibles). Les ultimes niveaux de destruction et de dépotoir, remontant au début du XXIe siècle, ont été produits dans le cadre d’opérations de fouilles et d’aménagement du site, notamment lors de la construction d’une voie carrossable au travers du pylône (fig. 4-5 ; 11), pour permettre aux véhicules à moteur d’accéder à la dépression en direction du Lichthof de la TT 33.

Inventaire contextuel

État des briques et des estampilles Contexte et remarques
AS-2018-1005-01

Estampille illisible ; grand module, larg. 6,3 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; long. 38,3 cm (fig. 21).

Couche de gravats provenant de la destruction récente de l’angle nord-ouest du môle sud du pylône de Padiamenopé pour installer une voie carrossable permettant de faire passer des voitures (début du XXIe siècle). Les briques ont roulé en contre-bas du chemin et gisaient en surface du site (fig. 4).
AS-2018-1006-33

Estampille illisible, couverte en partie par un liant de terre (muna) ; grand module, long. 15,6 cm ; larg. 6 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,2 cm (fig. 22).

Couche de déblais provenant du creusement de fosses (FS 1003 et 1014) autour de l’angle nord-ouest du môle nord du pylône, probablement à l’initiative d’archéologues à la recherche de l’angle. Les déblais ont été en partie repoussés dans la fosse pour la remblayer. Gravier, cailloux et quelques blocs de calcaire dans une matrice sablo-limoneuse pulvérulente, quelques morceaux de briques crues éclatées, mêlés à des artefacts antiques et modernes, remontant pour certains au début du xxe siècle. La fosse a servi à enfouir des déchets jusqu’à récemment, car une étiquette d’unité stratigraphique de la fouille de la tombe de Harwa (TT 37) y était datée de février 2006 (Colin et alii 2019, p. 239 ; Colin et alii 05/10/2020, § 3).
AS-2018-1020-10
Estampille illisible ; grand module, larg. 6,2 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,8 cm (fig. 23).
 Couche hétérogène remblayant une fosse 1031 creusée vers l’angle nord-est du môle nord du pylône, probablement à l’initiative d’archéologues à la recherche de l’angle. Gravier, cailloux, blocs de calcaire et fragments de briques crues dans une matrice sablo-limoneuse, mêlés à quelques artefacts anciens (fragment de figurine en faïence, fragments de tissus en lin, fragments de mobilier en bois, fragments informes de granite rose et de granodiorite).
AS-2018-1024-02
Estampille illisible ; petit module, long. 12,8 cm ; larg. 4,9 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal abondant (paille) ; larg. 18,6 cm (fig. 24).
 Tas de gravats de briques crues provenant du pylône, appuyé contre le parement ouest du môle nord, près de son angle nord-ouest. Dans la partie supérieure de la couche, mais clairement enfouis entre les briques, se trouvaient un paquet de cigarettes daté de 1969 et un ticket d’entrée à la Vallée des rois.
AS-2018-1024-03
Estampille illisible ; petit module, long. 12,6 cm ; larg. 5 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal (paille) ; larg. 17,9 cm (fig. 25).
Dito.
AS-2018-1024-04 Estampille illisible ; larg. 5,1 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19 cm (fig. 26). Dito.
AS-2018-1024-05
Estampille illisible ; petit module, long. 12,8 cm ; larg. 5,2 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18 cm (fig. 27).
Dito.
AS-2018-1024-06
Les dimensions de l’empreinte, son asymétrie et l’arrondi d’un de ses angles évoquent un autre objet qu’un estampoir ; larg. entre 6 et 7,5 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,2 cm (fig. 28).
Dito.
AS-2018-1024-07

Estampille au nom du [prêtre lecteur, maître de cérémonie] Padiamen[opé], reconnaissable à plusieurs signes conservés à l’état de traces.Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,4 cm (fig. 29-30).

Dito.
AS-2018-1056-02

Estampille au nom du [prêtre-lecteur, maître de cérémonie] Padi[a]men[opé], reconnaissable à plusieurs signes conservés à l’état de traces ; larg. 5,1 cm.Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19 cm (fig. 31).

En surface, dans le quart sud-est du môle nord, couche de déblais d’une fosse de pillage sans doute située à l’est du pylône. Ces déblais comblaient en partie la fosse de pillage 1057, elle-même pratiquée sur l’arase, à un emplacement arbitraire près du parement est. Éclats de calcaire, fragments de briques crues, fragment d’une figurine en faïence, mêlés à un sédiment sablo-limoneux.
AS-2018-1037-02
Estampille illisible ; grand module, larg. 5,5 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,4 cm (fig. 32).
Couche détritique (équivalente à 1042) de petits éclats de briques crues et de quelques fragments plus gros englobés dans un sédiment limoneux, provenant de l’érosion des matériaux environnants. Elle couvre l’arase du pylône et des tas de gravats, dans une phase ultérieure à son démontage pour la récupération des matériaux.
AS-2018-1042-02
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal (paille) (fig. 33).
Couche détritique (équivalente à 1037) de petits éclats de briques crues et de quelques fragments plus gros englobés dans un sédiment limoneux, provenant de l’érosion des matériaux environnants. Présence d’un fragment de paquet de cigarette de l’ère du polymère synthétique. Elle couvre l’arase du pylône et des tas de gravats, dans une phase ultérieure à son démontage pour la récupération des matériaux.

AS-2018-1008-07
Estampille au nom du prêtre lecteur, [maître de cérémonie] [Pa]diamen[opé] ; larg. 5,1 cm.

Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 34).

Sédiment de sol du chemin donnant accès à la TT 33 via la dépression matérialisant l’entrée du pylône, avant qu’un bulldozer ne l’élargisse et le stabilise au début du XXIe siècle pour faciliter l’accès des véhicules automobiles. Sédiment sablo-limoneux hétérogène, pulvérulent, contenant des fragments de briques crues, quelques cailloux, des brindilles végétales de provenance éolienne. Absence de polymère synthétique, quelques artefacts anciens (tissus de lin, cordelettes, un fragment de granodiorite), de la paille et des coprolithes animaux.

AS-2018-1018-01

Estampille illisible ; larg. 5,3 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,6 cm (fig. 35).

Couche hétérogène remblayant la fosse 1012 au moyen de ses propres déblais, notamment des fragments de briques crues provenant de l’encaissant. Cette fosse, implantée en avant de l’entrée du pylône, fut vraisemblablement creusée pour en révéler les limites et positionner le seuil, à l’initiative d’archéologues. Elle a tranché la couche de destruction massive des superstructures du pylône (1022, équivalente à 1054) et atteint les sédiments du sol romain sous-jacent (1023, équivalente à 1083). Quatre fragments de briques crues estampillées (dont deux enregistrés en 0000).
AS-2018-1018-02
Estampille globalement illisible, mais traces possibles de la partie droite du  ; larg. 5,3 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18 cm (fig. 36).
 Dito.

 AS-2018-1064-01
Estampille au nom du prêtre lecteur, maître de cérémonie Padi[a]men[opé] ; grand module, larg. 5,5 cm.

Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,4 cm (fig. 37).

Couche détritique de petits débris de briques crues englobés dans un sédiment limoneux, provenant de l’érosion des matériaux environnants. Elle couvre l’arase du pylône à l’angle nord-est du môle sud, après un décapage systématique visant peut-être à trouver les limites du monument. 

 AS-2018-1054-23

Estampille illisible ; grand module, long. 15,7 cm ; larg. 5,7 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; long. 38,5 cm (fig. 38).

Couche de gravats provenant de la destruction massive et rapide du pylône, couvrant le dernier sol d’époque romaine (vers le IIe siècle, étude préliminaire S. Marchand) dans l’entrée et à l’ouest du môle sud.

 AS-2018-1054-24

Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,6 cm (fig. 39).

Dito.

 AS-2018-1054-25

Estampille illisible ; larg. 4,9 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; long. 38,2 cm, larg. 18 cm (fig. 40).

Dito.

 AS-2018-1054-26

Estampille illisible ; larg. 5,4 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,6 cm (fig. 41).

Dito.

 AS-2018-1099-11

Estampille illisible ; les bords sont légèrement évasés vers les extrémités ; grand module, long. 17 cm, larg. 5,9 cm. Brique rubéfiée, voire cuite ; larg. 19,7 cm (fig. 42).

Couche de gravats associée à la destruction d’une structure appuyée au parement ouest du môle sud du pylône. Les briques originellement crues ont été rubéfiées, voire cuites dans un feu de température très élevée, d’après la vitrification observable sur plusieurs fragments. La cause de cette cuisson secondaire peut être un incendie violent ou la combustion d’un four à chaux tel que la tombe de Harwa (TT 37), mitoyenne de la TT 33, en a abrité lors d’une phase de fréquentation à l’époque romaine (cf. Tiradritti 2014, p. 15-17). Comme dans la TT 37, des fragments de bois en partie carbonisés témoignent de ce que du mobilier funéraire a servi de combustible. L’essentiel de la structure se situe sous la berme et n’a pas encore été fouillée, la date de construction n’est donc pas connue, mais l’abandon remonte à la période romaine (Ier ou IIe siècle, étude préliminaire S. Marchand), d’après la composition homogène du mobilier céramique associé (1083, équivalente à 1023). La suite de la fouille devrait permettre de déterminer si les briques étaient employées en position primaire ou remployées dans une structure tardive, éventuellement un four à haute température. Une brique rubéfiée complète a été mesurée : long. 38,4 cm ; larg. 20 cm ; ép. 12,5 cm.

 AS-2018-1099-12

Estampille illisible ; petit module, larg. 4,7 cm. Brique cuite et vitrifiée sur un bord, où colle un morceau vitrifié d’une brique voisine ; larg. 19,2 cm. (fig. 43).

Dito.

 AS-2018-1099-13

Estampille illisible ; grand module, larg. 5,5 cm. Brique rubéfiée, voire cuite ; larg. 19 cm. (fig. 44).

Dito.

AS-2018-1004-01

Estampille au nom du prêtre lecteur, maître de cérémonie Padiamen[opé] ; grand module, long. 16,3 cm ; larg. 6,1 cm.

Brique crue ; larg. 19 cm (fig. 6-7 ; 11).

Briques en place dans la maçonnerie du môle nord du pylône, visibles sur l’arase après son démontage pour récupérer des matériaux (fig. 6-11).

AS-2018-1004-02

Estampille au nom du [prêtre lecteur, maître de cérémonie] Padi[a]men[opé] ; (très) grand module, larg. 7 cm.

Brique crue ; larg. 18,8 cm (fig. 8 ; 11).

Dito.

AS-2018-1004-03

Estampille de Padia[menopé] difficile à lire, mais la silhouette des signes , , et se distingue confusément. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 9 ; 11).

Dito.

AS-2018-1004-04

Empreinte en relief d’un objet rectangulaire, évoquant une estampille, illisible ; grand module, long. 16 cm ; larg. 6 cm. (fig. 10 ; 11).

Dito.
Tableau 1.a. Inventaire contextuel des briques estampillées du pylône de Padiamenopé (TT 33). Seules les dimensions des longueurs et largeurs complètes sont précisées. Les crochets droits indiquent des signes dont la présence est déduite par le contexte et les parallèles ; les grisés signalent des signes érodés, mais dont les traces suffisent à établir une lecture assurée ; les cinq nuances de vert correspondent à autant de périodes.

Les briques suivantes, décontextualisées au moment du stockage post-fouille, proviennent des unités stratigraphiques décrites ci-dessus.

État des briques et des estampilles État des briques et des estampilles
AS-2018-0000-05
Estampille illisible ; grand module, long. 16,3 cm, larg. 5,8 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,3 cm (fig. 45).
AS-2018-0000-06
Estampille illisible ; grand module, larg. 5,7 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 46).
AS-2018-0000-07
Estampille illisible. Brique crue foncée, dégraissant végétal abondant (paille) ; larg. 19,3 cm (fig. 47).
AS-2018-0000-08
Estampille illisible ; petit module, larg. 4,8 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,4 cm (fig. 48).
AS-2018-0000-09
Estampille illisible ; grand module, long. 15,5 cm ; larg. 5,2 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 20 cm (fig. 49).
AS-2018-0000-10
Estampille illisible ; grand module, long. 15,2 cm ; larg. 5,5 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,4 cm (fig. 50).

AS-2018-0000-11
Estampille au nom du prêtre lecteur, maître de cérémonie [Padiamenopé], reconnaissable à plusieurs signes conservés à l’état de traces ; larg. 5,1 cm.

Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19 cm (fig. 51).

AS-2018-0000-12
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 52).
AS-2018-0000-13
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,8 cm (fig. 53).
AS-2018-0000-14
Estampille illisible ; larg. 5,1 cm. Brique crue, dégraissant végétal abondant (paille) (fig. 54).
AS-2018-0000-15
Estampille illisible ; grand module, larg. 6 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 20 cm (fig. 55).

AS-2018-0000-16
Estampille au nom du [prêtre lecteur, maître de cérémonie] Padi[a]menopé.

Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 14 ; 56).

AS-2018-0000-17
Estampille illisible ; grand module, long. 15,6 cm. ; larg. 5,1 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; long. 38,3 cm ; larg. 17,9 cm (fig. 57).
AS-2018-0000-18
Estampille illisible ; grand module, larg. 6,2 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,5 cm (fig. 58).
AS-2018-0000-19
Estampille globalement illisible, mais le rectangle notant probablement le p de Padiamenopé se distingue clairement vers le milieu de l’empreinte ; grand module, long. 15 cm. ; larg. 5,5 cm ; un liant de terre (muna) couvrait en partie l’estampille. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille), un caillou de calcaire pris dans la pâte ; long. 37,9 cm ; larg. 18 cm (fig. 59).
AS-2018-0000-20
Estampille globalement illisible, mais le de Padiamenopé se distingue clairement ; traces probables de , et sous certains éclairages ; grand module, long. 15,6 cm. ; larg. 5,3 cm ; un liant de terre (muna) couvrait en partie l’estampille. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,3 cm (fig. 60).
AS-2018-0000-21
Estampille globalement illisible, mais traces possibles de la partie droite du  ; grand module, long. 15,7 cm. ; larg. 5,8 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,8 cm (fig. 61).
AS-2018-0000-22
Estampille globalement illisible, mais traces possibles de  ; petit module, larg. 4,7 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 17,9 cm (fig. 62).
AS-2018-0000-23
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 63).
AS-2018-0000-24
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18 cm (fig. 64).
AS-2018-0000-25
Estampille illisible ; larg. 5 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,8 cm (fig. 65).
 
Tableau 1.b. Inventaire des briques estampillées du pylône de Padiamenopé (TT 33). Seules les dimensions des longueurs et largeurs complètes sont précisées. Les crochets droits indiquent des signes dont la présence est déduite par le contexte et les parallèles ; les grisés signalent des signes érodés, mais dont les traces suffisent à établir une lecture assurée.

Édition des estampilles

  1. Les briques complètes mesurent en moyenne 38,3 cm de long x 18,9 cm de large (la seconde moyenne étant fondée sur un nombre beaucoup plus élevé d’exemplaires que la première, puisque les briques sont nécessairement plus fragiles dans leur largeur que dans leur longueur) ; l’épaisseur, 12,5 cm, a été mesurée sur un seul exemplaire. Ces dimensions correspondent au module déjà connu des briques de superstructure de la tombe de Padiamenopé (38 x 19 x 12,5 cm), dont D. Eigner a montré qu’elles sont les plus grandes parmi les monuments de la XXVe et de la XXVIe dynastie, dans l’Assassif (à l’exception de certaines briques de taille exceptionnelle dans la partie occidentale des superstructures de Montouemhat)10.

  1. D’une façon générale, les briques du pylône se caractérisent par leur forte concentration en dégraissant végétal, principalement constitué de paille. Selon les lots, leur couleur est plus ou moins foncée, comme on le voit, par exemple, au niveau actuel de l’arase du monument, où les briques de parement de la face est du môle nord sont beaucoup plus sombres que celles situées dans l’épaisseur de la maçonnerie, immédiatement à l’ouest (fig. 11).

  1. La comparaison des dimensions met clairement en évidence deux modules d’estampille différents (graph. 1), un grand (en moyenne 15,8 cm de long x 5,7 cm de large) et un petit (en moyenne 12,7 cm de long x 5 cm de large). La longueur est plus discriminante que la largeur pour établir l’appartenance d’un exemplaire à un de ces deux groupes, parce que la largeur du petit module est proche de celle des plus petits exemplaires du grand module.

Graphique 1. Dimension des estampilles complètes sur les briques provenant du pylône de la TT 33. En vert, nom ou titre de Padiamenopé certain ou probable. En orange, l’individu illisible décrit par Eigner 1984, p. 7.

  1. La variabilité dimensionnelle des estampilles de grand module, les mieux attestées, peut s’expliquer par plusieurs facteurs objectifs et subjectifs. Au moment de la fabrication, l’estampoir n’était pas enfoncé et retiré en un mouvement parfaitement vertical, car l’objet a souvent glissé latéralement – ce qui engendre sur l’empreinte des irrégularités aléatoires dans la distance d’un bord à l’autre. Ces fluctuations sont accentuées par la densité des débris végétaux incorporés comme dégraissant, qui atténue la plasticité de la pâte en surface et brouille la netteté de l’impression. Si l’on tient compte, enfin, de l’altération érosive et des choix arbitraires au moment de prendre une mesure entre des traces discontinues (en l’occurrence, de préférence dans le fond de l’empreinte), la variabilité des dimensions, dans l’ensemble des estampilles de grand module, s’explique en grande partie. Cependant, il n’est pas exclu que ce groupe ait compris plusieurs timbres différents mais de dimensions proches, car le mauvais état de conservation des empreintes ne permet pas d’infirmer cette hypothèse par la comparaison fine des éventuelles variantes épigraphiques.

  1. Outre les arguments de dimension, l’épigraphie assure, en tout cas, que le corpus des estampilles au nom de Padiamenopé a été produit par au moins deux tampons. En effet, si dans la majorité des cas identifiables (9 sur 13) l’inscription se lisait de gauche à droite sur l’empreinte (donc de droite à gauche sur le timbre), elle était sûrement dirigée dans le sens inverse sur un des exemplaires inventoriés (AS-2018-1008-07, fig. 14), qu’il est malheureusement impossible de rattacher à l’un des deux modules. Les quatre individus ressortissant clairement au grand module se lisent de gauche à droite.

  1. Aucune des estampilles de petit module n’est déchiffrable, à l’instar de l’exemple décrit par D. Eigner, dont les dimensions correspondent manifestement à ce groupe (voir graph. 1). Toutes trois proviennent de la même unité stratigraphique 1024 (un paquet de gravats poussés au pied de la face ouest du môle nord, fig. 5 ; 11) et se distinguent par leur couleur foncée.

  1. La plupart des estampilles ont été étudiées en post-fouille dans des conditions de luminosité idéales pour faire ressortir les maigres reliefs, c’est-à-dire dans la pénombre sous la tente ou dans une salle souterraine de la TT 33, en dirigeant un éclairage rasant, successivement, dans toutes les directions latérales. Cette méthode était impossible à appliquer pour les exemplaires demeurés in situ, sur l’arase du pylône, à défaut de pouvoir y travailler de nuit. En compensation, un relevé photogrammétrique de détail (31 clichés, longueur focale 135 mm) a été accompli pour l’empreinte AS-2018-1004-01 en raison de son enjeu épigraphique, car l’inscription était à la fois quasi-complète et difficile à lire (fig. 12). La modélisation du relief, en complément des informations de texture, et l’accentuation de détails grâce à différents viewers (via le logiciel meshlab) ont permis d’identifier la majorité des signes.

Figure 12 : Estampille AS-2018-1004-01 sur une brique crue en place dans le pylône, modèle de terrain AS-2018-K-3 (voir Colin 2021). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin.

  1. Comme les lectures s’acquièrent en combinant les formes révélées grâce aux éclairages successifs (photographie) ou grâce à l’observation des reliefs sous différents angles (photogrammétrie), et comme les hiéroglyphes imprimés dans la pâte sont à chaque fois évanescents, il n’a paru ni rigoureux, ni démonstratif pour la publication de réaliser un fac-similé au trait continu. Pour illustrer la paléographie de ces inscriptions tourmentées par le temps et par la nature impropre des matériaux du support, il sera plus objectif de pointer les traces les moins mal conservées sur un choix de trois photographies et d’une orthophotographie (fig. 13-15 ; 17).

  1. Toutes les empreintes sont en relief et ont donc été imprimées avec un estampoir figurant les hiéroglyphes en creux, d’un type comparable, par exemple, à celui du timbre contemporain utilisé pour les briques de Montouemhat (TT 34)11.

  1. Dans le groupe , la silhouette générale du signe ẖry, en particulier ses trois éléments verticaux assez boursouflés, se distinguent sur AS-2018-1004-01 (fig. 13) et 1008-07 (fig. 14), tandis que le signe ḥb se perçoit sur plusieurs exemplaires, mais n’est jamais imprimé ou conservé très nettement (la lecture n’est cependant pas douteuse).

Figure 13 : Estampille AS-2018-1004-01 sur une brique crue en place dans le pylône, vue orthographique zénithale, d’après le modèle de terrain AS-2018-K-2 (voir Colin 2021). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin.

Figure 14 : Estampille AS-2018-1008-07 sur une brique crue provenant du pylône. Cliché Fr. Colin

Figure 15 : Estampille AS-2018-0000-16 sur une brique crue provenant du pylône. Cliché Fr. Colin

Figure 16 : Comparaison de la silhouette du signe du visage ḥr dans le nom de Padiamenopé, sur l’estampille AS-2018-0000-16 ; dans la salle III de la TT 33, paroi est, au nord de la porte ; dans la salle II, paroi ouest de la nef latérale sud ; et sur un fragment de relief provenant de la TT 33, acheté par W. Spiegelberg à Drah Abou el-Naga en 1896 (IES-NI-5096). Clichés Fr. Colin et J. Beha.

  1. De même, le contour circulaire du visage apparaît très érodé sur plusieurs pièces (AS-2018-1004-01, fig. 13, et peut-être 0000-16, fig. 15, où la silhouette estompée rappelle des exemples de ce signe dans le décor de la TT 33, cf. fig. 16), mais le cadrat n’est jamais suffisamment conservé pour lire son voisin . Cependant, l’espace disponible dans les lacunes est adéquat à la restitution supposée par le contexte.

  1. Le rectangle du , nettement plus haut que large, est bien lisible sur plusieurs exemples, de même que le bras (AS-2018-0000-16, fig. 15 ; 1004-01, fig. 13 ; 1004-02, fig. 17), même s’il en manque régulièrement une des deux extrémités ; la partie proximale du membre remonte assez haut (cf. AS-2018-1004-01, fig. 13).

Figure 17 : Estampille AS-2018-1004-02 sur une brique crue provenant du pylône. Cliché Fr. Colin.

  1. On reconnaît aussi sans hésitation, dans ses deux orientations (AS-2018-1004-01, fig. 13 ; AS-2018-1008-07, fig. 14). Le est bien formé sur certaines empreintes (AS-2018-0000-16, fig. 15), mais apparaît comme fondu sur d’autres exemples, comme AS-2018-1004-01 (fig. 13), dont le contour globalement rectangulaire n’est incontestable que si l’on observe le relief du modèle 3D (fig. 12) sous un angle oblique. Le se devine, peut-être sous la forme d’un simple trait horizontal, sur un seul exemplaire, AS-2018-0000-16 (fig. 15), qui comporte aussi un brouillé par les irrégularités végétales de la pâte.

  1. Enfin, la place disponible à la fin de l’inscription ne paraît pas suffisante pour restituer l’expression mȝʿ-ḫrw, qui ne figure pas non plus sur l’estampille de Montouemhat12.

  1. Au total, la mise en série de ces leçons partielles permet de reconstituer la composition générale du texte de ces estampilles, qu’un regard progressivement exercé par la comparaison parvient à reconnaître malgré l’état de conservation souvent très mauvais.

Commentaire

  1. Si l’on compare, au sein de la TT 33, le texte de nos estampilles avec les autres occurrences du titre principal de Padiamenopé, ẖry-ḥb ḥry-tp, suivi de l’anthroponyme, on observe une répartition des signes et un équilibre des cadrats similaires. Sur les parois décorées des salles rupestres de la tombe, ainsi que sur le mobilier inscrit13, la graphie (fig. 18-19) alterne cependant avec son équivalent moins compact  (fig. 20).
Figure 20 : détail d’une graphie moins compacte du titre et du nom de Padiamenopé dans le décor de la TT 33, dans la salle IV, paroi sud. Cliché Fr. Colin.
  1. La signification de ce titre bicéphale a été souvent discutée14. Jan Quaegebeur a démontré que les deux composantes, ẖry-ḥb et ḥry-tp, ne devaient pas se comprendre comme un substantif suivi d’un adjectif indiquant « un degré supérieur à l’intérieur de la fonction » (prêtre-lecteur en chef), mais comme deux substantifs autonomes15 – ou plus exactement deux adjectifs nisbés substantivés l’un et l’autre (prêtre-lecteur et chef). Cette distinction est depuis lors admise et la coordination souvent adoptée, à juste titre, dans les traductions. Cependant, si l’analyse lexicale et grammaticale paraît entendue, la question sémantique est plus délicate. En effet, le savant reconnaissait lui-même que, pour définir la fonction de certains titulaires, les deux titres paraissent intimement liés : « (…) Même si l’on admet que ẖry-ḥb ḥry-tp présente une certaine unité – et je l’admets à cause de la fréquence de la combinaison –, cela n’exclut pas d’envisager un autre rapport entre les deux termes ; référons-nous aux titres rpʿ ḥȝ.tj-ʿ qui sont si souvent associés »16. Or, le décalque littéral désormais répandu dans les traductions, « prêtre-lecteur et chef », laisse dans l’ombre le lien sémantique unissant probablement le binôme lexical.
  1. Une solution simple pourrait résoudre ce problème de traduction. L’association systématique des deux syntagmes, par exemple dans la titulature de Padiamenopé, suggère qu’ils concourent à exprimer deux aspects complémentaires d’une même charge. Le premier titre définit l’office d’une façon générique en pointant les compétences liturgiques mises en œuvre : la capacité d’interpréter et de lire à voix haute le texte du rituel (ḥry-ḥb)17. Le second affirme en outre l’autorité que détient le titulaire pour organiser et guider la cérémonie dans les règles de l’art. C’est lui « qui prend la tête (ḥry-tp) » (de la célébration) et jouit probablement aussi de la préséance (ḥry-tp) parmi les ritualistes. La traduction adoptée au long de cet article vise donc à suggérer la complémentarité fonctionnelle tout en formulant une expression double : le « prêtre-lecteur, maître de cérémonie ».
  1. À la question que posait Jan Quaegebeur, « de savoir s’il faut traiter ẖry-ḥb ḥry-tp comme un tout ou comme deux termes distincts »18, il faudrait ainsi répondre : les deux à la fois. Cette identification d’une complémentarité lexicale est, notons-le, entièrement compatible avec la capacité qu’ont les deux titres d’endosser aussi des fonctions syntaxiques autonomes, lorsque la prestation du titulaire se spécialise. Dans cette perspective, on peut considérer, par exemple, que l’acception « magicien » parfois perçue dans le titre ḥry-tp procède du sens fondamental de « maître de cérémonie ». Celui-ci, grâce à sa science, supervise les actes, les gestes et les paroles qui assureront le bon fonctionnement du rituel19 – fût-il d’ordre magique.
  1. Le double syntagme compose en quelque sorte le titre « essentiel » de Padiamenopé. Comme l’a souligné Isabelle Régen20, si les hiérogrammates souhaitaient abréger sa titulature en y retenant seulement la fonction principale, ils sélectionnaient spécifiquement et systématiquement sa qualité de prêtre-lecteur, maître de cérémonie (ẖry-ḥb, ḥry-tp), parmi ses nombreux titres attestés (voir par exemple fig. 18-19). La publication des estampilles de son pylône fournit désormais une jolie confirmation de ce principe, dans un contexte plus pragmatique et moins ostensible que les monuments d’apparat – puisque les inscriptions n’étaient plus visibles une fois les briques mises en place dans la maçonnerie.
  1. La finalité de ces marques, qui n’étaient pas destinées à être lues par les visiteurs contemporains, se situe probablement à la croisée d’une affirmation statutaire et de préoccupations pragmatiques. À propos des estampilles apposées au nom de rois, Alan J. Spencer suggère : « probably it is a way of emphasising the king’s involvement in the construction of the entire fabric of the building. In this case, like much in Egyptian Architecture, it would be a symbolic custom, since the inscription on the bricks would not be visible once they had been built together » (1979, p. 146.). Au début de la XVIIIe dynastie, lorsque cette pratique apparut dans les ateliers de construction d’Ahmosé Ier21, les autorités responsables de la fabrique des monuments publics, dans les domaines funéraires et cultuels, avaient acquis une longue expérience des ravages que la succession des générations pouvait causer contre l’intégrité du bâti. Les démontages de monuments hérités des anciens, pour leur en substituer d’autres au nom des nouveaux maîtres régnants, voire remployer leurs matériaux dans les constructions en cours, constituaient une pratique bien ancrée dans les usages de l’espace public. Il est possible que parmi les bénéfices attendus sur le long terme, le marquage des briques incorporées dans un dispositif de culte mortuaire majeur ait poursuivi l’objectif de pérenniser, jusque dans l’épaisseur des murs, le nom du défunt bénéficiaire (qu’il fût royal ou privé). Cet acte d’identification et d’appropriation du terrain bâti anticiperait l’éventualité, lorsque la mémoire familiale et institutionnelle se serait estompée, que de nouvelles autorités entreprennent de transformer le paysage architectural de la nécropole aux dépens des générations précédentes.

Conclusion

  1. Les briques crues estampillées au nom d’un souverain n’apparaissent pas avant le Nouvel Empire, se rencontrent surtout sous la XVIIIe dynastie et deviennent rares après la XXIe dynastie. Il en existe cependant à nouveau des exemples au tournant de la XXVe et de la XXVIe dynastie. Les briques crues estampillées au nom de personnes privées sont très peu attestées, à toutes les périodes22. Dans ces conditions, il n’est probablement pas fortuit que le meilleur parallèle des briques estampillées nommant le prêtre-lecteur, maître de cérémonie Padiamenopé (TT 33) se trouvent chez son grand voisin et contemporain Montouemhat, le propriétaire de la TT 34, dont des briques crues signalent le nom et les titres de quatrième prophète d’Amon, gouverneur de Thèbes et chef de la Haute-Égypte.
  1. Ce point commun dans la culture technique des maçons constitue un nouvel argument à verser au dossier des pratiques et savoir-faire partagés par les ateliers qui conçurent et réalisèrent les monuments de Montouemhat et de Padiamenopé23. Ce rapprochement est assez frappant, si l’on considère la rareté des occurrences de briques estampillées en dehors des contextes royaux. Il s’ajoute aux similitudes remarquablement mises en évidence par Laurent Coulon, dans le domaine de la statuaire24, et par Isabelle Régen, à propos des parentés décoratives observables dans les tombes thébaines 34 et 3325. Ces auteurs ont démontré que les œuvres produites au nom de Montouemhat et de Padiamenopé entretenaient des liens si étroits qu’elles paraissent parfois issues d’un même atelier. Les corps de métier collaborant autour de leurs deux grands projets monumentaux partageaient incontestablement une culture littéraire, artistique et technique commune.
  1. La sélection des titres retenus par l’un et l’autre personnage pour figurer dans l’espace épigraphique nécessairement limité des estampilles est elle aussi cohérente avec les traits biographiques souvent observés sur les autres catégories de monuments. D’après les courtes inscriptions maçonniques (si l’on se permet d’enrichir ce terme d’une nouvelle acception), les prérogatives de Montouemhat lui viennent essentiellement de ses fonctions de « quatrième prophète d’Amon, gouverneur de Thèbes et chef de la Haute-Égypte » (ḥm-nṯr 4-nw (n) Ỉmn, ḥȝty-ʿ nỉw.t, mr šmʿw, Mnṯw-m-ḥȝ.t). Une position sociale dominante dans la hiérarchie sacerdotale et politique de la Thébaïde. En contraste avec ce portrait très institutionnel, le choix des titres inclus dans les estampilles suggère que le prestige de Padiamenopé procédait essentiellement de ses compétences de ritualiste (ẖry-ḥb), dirigeant la manœuvre (ḥry-tp) lors des grandes manifestations cultuelles du royaume. Cette interprétation du binôme lexical, qui exprimerait deux aspects complémentaires de la fonction de maître de cérémonie expert en rituels, entrerait parfaitement dans le cadre hypothétique, fécond et stimulant, que Claude Traunecker26 a proposé de dresser pour comprendre le statut de ce personnage, dont la tombe d’une ampleur inégalée manifeste à l’évidence le caractère exceptionnel.

Bibliographie

  • Colin, Fr., 2021, « Asasif 2018, Sector 1, Stamped Mudbrick on Theban Tomb 33’s Pylon », Field Survey AS-2018-K-3, Strasbourg, DOI : 10.34847/nkl.8375w900, modèle publié en ligne sur la plate-forme Pount https://pount.unistra.fr/items/ec5867a6-4675-4422-b27a-a08dcd24051f/viewer  et sur la plate-forme Sketchfab https://sketchfab.com/3d-models/stamped-mudbrick-on-theban-tomb-33s-pylon-559f656ed50547b49067c309b2124fbb.
  • Colin, Fr., Clapuyt, G., Dupuis, C., Gavazzi, Br., Hartenstein, C., Marchand, S., Mi, F., Nannucci, S., Smets, H., 05/10/2020, « Assassif », BAEFE 05/10/2020, https://journals.openedition.org/baefe/985.
  • Colin, Fr., Gavazzi, Br., Brahimi, S., 2018, « Le temple funéraire de Padiamenopé dans l’environnement de l’Assassif », in L. Bavay (éd.), Rapport d’activité 2016-2017. Supplément au BIFAO 117, Le Caire, p. 299-303.
  • Coulon, L., 2016, « Padiaménopé et Montouemhat. L’apport d’une statue inédite à l’analyse des relations entre les deux personnages », in Ph. Collombert, D. Lefèvre, St. Polis, J. Winand (éd.), Aere Perennius. Mélanges égyptologiques en l’honneur de Pascal Vernus, Leuven, Paris, Bristol (OLA 242), p. 91-119.
  • Dümichen, J., 1884, Der Grabpalast des Patuamenap in der thebanischen Nekropolis: in vollständiger Copie seiner Inschriften und bildlichen Darstellungen und mit Übersetzung und Erläuterungen derselben, vol. 1, Leipzig.
  • Eigner, D., 1984, Die monumentalen Grabbauten der Spätzeit in der thebanischen Nekropole, Wien (ÖAWDG 8).
  • Einaudi, S., 2012, « Le Livre des morts dans les tombes monumentales tardives de l’Assassif, BSFÉ 183, p. 14-36.
  • Einaudi, S., 2013, « Le Livre des Morts dans les deux salles hypostyles de la tombe de Padiamenopé (TT 33). Étude en cours », in J. Budka, R. Gundacker, G. Pieke (éd.), Florilegium Aegyptiacum – eine wissenschaftliche Blütenlese von Schülern und Freunden für Helmut Satzinger zum 75. Geburtstag am 21. Jänner 2013, Göttingen (GMBh 14), p. 59-74.
  • Harvey, S. P., 2007, « King Heqatawy: Notes on a Forgotten Eighteenth Dynasty Royal Name », in Z. Hawass, J. E. Richards (éd.), The Archaeology and Art of Ancient Egypt: Essays in Honor of David B. O’Connor, Le Caire (SASAE 36), p. 343-356.
  • Harvey, S. P., 2008, « Report on Abydos, Ahmose and Tetisheri Project, 2006-2007 Season », ASAE 82, p. 143-155.
  • Jansen-Winkeln, K., 2009, Inschriften der Spätzeit III: Die 25. Dynastie, Wiesbaden.
  • Jansen-Winkeln, K., 2014, Inschriften der Spätzeit, Teil IV: Die 26. Dynastie, I-II, Wiesbaden.
  • Leclant, J., 1961, Montouemhat quatrième prophète d’Amon prince de la Ville, Le Caire, 1961 (BdÉ 35).
  • MMA, accession number 08.202.45, base de données en ligne, https://www.metmuseum.org/art/collection/search/553818, consultée le 09/08/2021.
  • Mouron, G., 2008-2010, « À propos de la fonction de conducteur de fête », BSFÉ 28, p. 97-117.
  • Quaegebeur, J., 1987, « La désignation  (pȝ-)ḥry-tp : phritob », in J. Osing, G. Dreyer (éd.), Form und Mass. Beiträge zur Literatur, Sprache und Kunst des alten Ägypten. Festschrift für Gerhard Fecht zum 65. Geburtstag am 6. Februar 1987, Wiesbaden (ÄAT 12), p. 368-394.
  • Quaegebeur, J., 1989, « Phritob comme titre d’un haut fonctionnaire ptolémaïque », AncSoc 20, p. 159-168.
  • Régen, I., 2018, « The Book of Nut in the Late Period Tombs of the Asasif Necropolis: With a Focus on the Decorative Layout in the Tombs of Padiamenope (TT 33) and Montuemhat (TT 34) », in E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC: Art and Archaeology of the Kushite Period and Beyond, London (GHP Egyptology 27), p. 162-176.
  • Spencer, A. J., 1979, Brick Architecture in Ancient Egypt, Warminster.
  • Tiradritti, Fr., 2014, « Of Kilns and Corpses: Theban Plague Victims », EA 44, p. 15-18.
  • Traunecker, Cl., Régen, I., 2016, « La tombe du prêtre Padiamenopé (TT 33) : éclairages nouveaux », BSFÉ 193-194, p. 52-82.
  • Traunecker, Cl., Régen, I., 2018, « La tombe d’un intellectuel dans la Thèbes des divines adoratrices », in Fl. Gombert-Meurice, Fr. Payraudeau (éd.), Servir les dieux d’Égypte. Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d’Amon à Thèbes, Paris, p. 60-63.
  • Wilkinson, J. G., 1830, Topographical Survey of Thebes, Tápé, Thaba, or Diospolis Magna, London.
  • Wilkinson, J. G., 1835, Topography of Thebes and General View of Egypt, London.

Figure 21 : Brique crue estampillée AS-2018-1005-01. Cliché Fr. Colin.

Figure 22 : Brique crue estampillée AS-2018-1006-33. Cliché Fr. Colin.

Figure 23 : Brique crue estampillée AS-2018-1020-10. Cliché Fr. Colin.

Figure 24 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 25 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-03. Cliché Fr. Colin.

Figure 26 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-04. Cliché Fr. Colin.

Figure 27 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-05. Cliché Fr. Colin.

Figure 28 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-06. Cliché Fr. Colin.

Figure 29 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-07. Cliché Fr. Colin.

Figure 30 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-07. Cliché Fr. Colin.

Figure 31 : Brique crue estampillée AS-2018-1056-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 32 : Brique crue estampillée AS-2018-1037-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 33 : Brique crue estampillée AS-2018-1042-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 34 : Brique crue estampillée AS-2018-1008-07. Cliché Fr. Colin.

Figure 35 : Brique crue estampillée AS-2018-1018-01. Cliché Fr. Colin.

Figure 36 : Brique crue estampillée AS-2018-1018-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 37 : Brique crue estampillée AS-2018-1064-01. Cliché Fr. Colin.

Figure 38 : Brique crue estampillée AS-2018-1054-23. Cliché Fr. Colin.

Figure 39 : Brique crue estampillée AS-2018-1054-24. Cliché Fr. Colin.

Figure 40 : Brique crue estampillée AS-2018-1054-25. Cliché Fr. Colin.

Figure 41 : Brique crue estampillée AS-2018-1054-26. Cliché Fr. Colin.

Figure 42 : Brique crue estampillée AS-2018-1099-11. Cliché Fr. Colin.

Figure 43 : Brique crue estampillée AS-2018-1099-12. Cliché Fr. Colin.

Figure 44 : Brique crue estampillée AS-2018-1099-12. Cliché Fr. Colin.

Figure 45 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-05. Cliché Fr. Colin.

Figure 46 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-06. Cliché Fr. Colin.

Figure 47 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-07. Cliché Fr. Colin.

Figure 48 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-08. Cliché Fr. Colin.

Figure 49 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-09. Cliché Fr. Colin.

Figure 50 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-10. Cliché Fr. Colin.

Figure 51 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-11. Cliché Fr. Colin.

Figure 52 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-12. Cliché Fr. Colin.

Figure 53 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-13. Cliché Fr. Colin.

Figure 54 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-14. Cliché Fr. Colin.

Figure 55 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-15. Cliché Fr. Colin.

Figure 56 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-16. Cliché Fr. Colin.

Figure 57 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-17. Cliché Fr. Colin.

Figure 58 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-18. Cliché Fr. Colin.

Figure 59 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-19. Cliché Fr. Colin.

Figure 60 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-20. Cliché Fr. Colin.

Figure 61 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-21. Cliché Fr. Colin.

Figure 62 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-22. Cliché Fr. Colin.
Figure 63 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-23. Cliché Fr. Colin.

Figure 64 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-24. Cliché Fr. Colin.

Figure 65 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-25. Cliché Fr. Colin.


Cite this article as: Frédéric Colin, « Les briques estampillées du pylône de Padiamenopé », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 28 août 2021, https://clae.hypotheses.org/1856, consulté le 29 septembre 2021.

 

  1. Wilkinson 1830 et 1835, p. 130. []
  2. Dümichen 1884, p. 50-51 (restitution en coupe et en élévation). []
  3. Voir les traits gras et les points topographiques indiqués sur les plans 1 et 29 de Eigner 1984. []
  4. Colin, Gavazzi, Brahimi 2018. []
  5. À propos de cette traduction, voir infra, au chapitre Commentaire. []
  6. Spencer 1979, p. 146. []
  7. Eigner 1984, p. 75. []
  8. Leclant 1961, p. 155 ; Spencer 1979, pl. 38 ; Eigner 1984, pl. 36C ; Jansen-Winkeln 2009, p. 479, n° 227 ; New York, Metropolitan Museum of Art, brique crue estampillée, MMA, accession number 08.202.45. []
  9. Eigner 1984, p. 77. []
  10. Eigner 1984, p. 71-72 ; 75-76. []
  11. Voir Leclant 1961, pl. 51 ; Eigner 1984, pl. 36C. []
  12. Voir ci-dessus note 8. []
  13. Jansen-Winkeln 2014, p. 130-148. []
  14. Pour la bibliographie abondante sur ce titre, voir Einaudi 2012, p. 19, n. 19, et 2013 p. 60, n. 15. []
  15. Quaegebeur 1987, à compléter par Idem 1989. []
  16. Quaegebeur 1987, p. 378. []
  17. Gardiner 1947, p. 55*. []
  18. Quaegebeur 1987, p. 375. []
  19. Cette responsabilité serait à distinguer d’une autre fonction, bien attestée du Nouvel Empire à la Troisième Période Intermédiaire, celle du « conducteur de fête » (sšm ḥb), que peuvent assumer divers responsables de haut niveau, chargés de remplacer le roi en son absence lors d’une cérémonie festive, éventuellement en portant une statue de substitution du souverain représenté dans un geste d’offrande et de consécration (Mouron 2008-2010). []
  20. Traunecker, Régen 2016, p. 82 et note 64. []
  21. Aux exemples abydéniens bien connus (Spencer 1979, p. 144 ; Harvey 2007, p. 343 ; 348-350 ; fig. 1, et 2008, p. 144-145 ; fig. 5-6), on peut désormais ajouter l’occurrence d’une estampille au nom d’Héqataoui (Ahmosé) dans la montagne thébaine (Colin et alii 05/10/2020, § 18 ; la publication de ce dossier est en préparation). []
  22. Spencer 1979, p. 144-146. []
  23. On relèvera d’ailleurs que l’exemplaire publié dans Eigner 1984, pl. 36C, paraît présenter une concentration de dégraissant végétal particulièrement élevée en surface, qui rappelle l’aspect caractéristique des briques de Padiamenopé. []
  24. Coulon 2016, p. 92 ; 97-108 ; 113-115. []
  25. Régen 2018, p. 168-169. []
  26. Selon Traunecker, Régen 2016, p. 74-76 (cf. aussi Coulon 2016, p. 118 et Traunecker, Régen 2018, p. 60), l’histoire personnelle de Padiamenopé l’aurait mené à jouer le rôle d’un chargé d’affaires rituelles, plénipotentiaire, qui remplaçait le roi dans les grandes cérémonies cultuelles. En ce qui concerne l’identité de ce roi, kouchite ou saïte, il convient de laisser la question ouverte en attendant le renouvellement du dossier avec des arguments nouveaux. []

Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires

Par Silvia Einaudi, Collaboratrice scientifique de l’UMR 8546 AOrOc Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (CNRS/ENS/EPHE)

Abstract: This lecture examines two particularly interesting aspects related to the monumental tombs of the Theban necropolis of Assassif (25th-26th dynasties). The first concerns the indissoluble link that exists between the elaborate decorative programs and the architecture of these funerary monuments. Based on the analysis of these elements and the relationship they have to each other, a specific function of the Late Period tombs come to light. They turn out to be the “theatrical scenery” for the double journey of the deceased, who – on the one hand – enters the monument (the Duat) and – on the other- leaves it to go forth by day. The second aspect is about the textual, iconographic and architectural models used to conceive these tombs and their decoration: these models date back to different periods (from the Old to the New Kingdoms) and refer to monuments scattered throughout Egypt: Saqqara, Lisht, Assiut, Abydos and Thebes.

Cite this paper as Silvia Einaudi, « Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 18 février 2021, https://clae.hypotheses.org/1613, accessed XX/XX/XXXX.

Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851

Abstract: New translation of the Napata sandstone stela, which was once attributed to Piankhy and is kept in the Sudan National Museum of Khartoum. The commentary highlights the scribe’s diglossia and his aptitude for code-switching. The historical meaning of the monument is clarified against the background of Third Intermediate Period institutions. The two categories of officials appointed by the king of Kush are not Sudanese and Egyptian kinglets, but Libyan chiefs and Egyptian recipients of the coronation ceremony.

Pdf :Fr. Colin, Stèle de Napata, CLAE 6.5.2020_10

Fr. Cailliaud, Voyage à Méroé, au Fleuve Blanc au-delà de Fâzoql dans le midi du royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, I, Paris, 1823, pl. LIX : Vue de deux édifices à l’ouest du grand temple et d’une partie de la montagne prise du sud. Le pylône du temple B 700 est visible au deuxième plan, dans la moitié gauche de l’image. Le discours du dieu Amon, face à une scène de massacre des ennemis par le roi, y comporte une version parallèle d’une partie du texte de la stèle Khartoum, inv. 1851.

Introduction

 

Les conditions d’épure bibliographique que nous impose la Grande Quarantaine de 20201 sont l’occasion d’un retour vers des travaux anciens, parfois ensevelis dans un dossier en attente de publication ou tout simplement oubliés. La nécessité de trouver des exercices grammaticaux au bénéfice des étudiants dans le cadre de la « continuité pédagogique » à distance, en évitant les exemples les plus connus des grammaires de référence, a ainsi offert l’occasion de rouvrir un cours de lecture de textes qui fut consacré en 2007, à l’Université de Strasbourg, à la traduction du cintre d’une stèle découverte dans le grand temple d’Amon au Djebel Barkal2. L’essentiel de son intérêt est bien élucidé par les commentateurs3, qui ont notamment souligné la complémentarité du niveau de langage des dieux et du roi napatéen, plus traditionnel chez les premiers, plus moderne dans la bouche du second4.

     § 2. À l’époque je m’étais surtout intéressé à cet aspect linguistique et les quelques apports du séminaire au commentaire m’avaient paru trop mineurs pour mériter une publication. Un article de Fr. Payraudeau paru entre-temps5, qui a opportunément discuté la signification du document dans le contexte des débuts de la domination soudanaise en Égypte, me fait prendre conscience de l’utilité éventuelle de rédiger cette note. Il s’agira de préciser des nuances de traduction, en prenant en compte une série de détails épigraphiques, en reconsidérant la structure et le découpage des propositions, en restituant aux formes verbales et pseudo-verbales l’expressivité inférée de leur valeur grammaticale et de leur emploi pragmatique et en tirant les conséquences de la diglossie de l’auteur du texte, dont l’art du code-switching au sein d’un même enchaînement d’idées invite à interpréter les tournures en envisageant différents stades de la diachronie égyptienne. Cette analyse formelle pourrait contribuer à la réflexion sur la signification historique et idéologique du monument. Continuer la lecture de « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 »

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: New translation of the Napata sandstone stela, which was once attributed to Piankhy and is kept in the Sudan National Museum of Khartoum. The commentary highlights the scribe’s diglossia and his aptitude for code-switching. The historical meaning of the monument is clarified against the background of Third Intermediate Period institutions. The two categories of officials appointed by the king of Kush are not Sudanese and Egyptian kinglets, but Libyan chiefs and Egyptian recipients of the coronation ceremony.

Pdf :Fr. Colin, Stèle de Napata, CLAE 6.5.2020_10

Fr. Cailliaud, Voyage à Méroé, au Fleuve Blanc au-delà de Fâzoql dans le midi du royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, I, Paris, 1823, pl. LIX : Vue de deux édifices à l’ouest du grand temple et d’une partie de la montagne prise du sud. Le pylône du temple B 700 est visible au deuxième plan, dans la moitié gauche de l’image. Le discours du dieu Amon, face à une scène de massacre des ennemis par le roi, y comporte une version parallèle d’une partie du texte de la stèle Khartoum, inv. 1851.

Introduction

 

Les conditions d’épure bibliographique que nous impose la Grande Quarantaine de 20206 sont l’occasion d’un retour vers des travaux anciens, parfois ensevelis dans un dossier en attente de publication ou tout simplement oubliés. La nécessité de trouver des exercices grammaticaux au bénéfice des étudiants dans le cadre de la « continuité pédagogique » à distance, en évitant les exemples les plus connus des grammaires de référence, a ainsi offert l’occasion de rouvrir un cours de lecture de textes qui fut consacré en 2007, à l’Université de Strasbourg, à la traduction du cintre d’une stèle découverte dans le grand temple d’Amon au Djebel Barkal7. L’essentiel de son intérêt est bien élucidé par les commentateurs8, qui ont notamment souligné la complémentarité du niveau de langage des dieux et du roi napatéen, plus traditionnel chez les premiers, plus moderne dans la bouche du second9.

     § 2. À l’époque je m’étais surtout intéressé à cet aspect linguistique et les quelques apports du séminaire au commentaire m’avaient paru trop mineurs pour mériter une publication. Un article de Fr. Payraudeau paru entre-temps10, qui a opportunément discuté la signification du document dans le contexte des débuts de la domination soudanaise en Égypte, me fait prendre conscience de l’utilité éventuelle de rédiger cette note. Il s’agira de préciser des nuances de traduction, en prenant en compte une série de détails épigraphiques, en reconsidérant la structure et le découpage des propositions, en restituant aux formes verbales et pseudo-verbales l’expressivité inférée de leur valeur grammaticale et de leur emploi pragmatique et en tirant les conséquences de la diglossie de l’auteur du texte, dont l’art du code-switching au sein d’un même enchaînement d’idées invite à interpréter les tournures en envisageant différents stades de la diachronie égyptienne. Cette analyse formelle pourrait contribuer à la réflexion sur la signification historique et idéologique du monument. Continuer la lecture de « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 »

  1. J’adresse de chaleureux remerciements à Roberto Gozzoli, Simone Nannucci, Nicolas Roudet et Pascal Vernus pour leur solidarité bibliographique, qui me fut précieuse dans cette période étrange. []
  2. G. A. Reisner, « Inscribed Monuments from Gebel Barkal », ZÄS 66, 1931, p. 89-100 (n° 26) ; PM VII, p. 217 (19). []
  3. K. A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt (1100-650 B.C.), Warminster, 1973, p. 359, § 321 ; J. Leclant, « L’empire de Koush : Napata et Meroé », in G. Mokhtar (éd.), Histoire générale de l’Afrique, II, Afrique ancienne, Paris, 1980, p. 298 ; N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Paris, 1986 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres n.s. 6), p. 217-219 ; FHN I, p. 60-62 ; L. Török, The Kingdom of Kush. Handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leiden, New York, Köln, 1997 (HdO 1), p. 154-155 ; R. B. Gozzoli, The Writing of History in Ancient Egypt during the First Millennium BC (ca.1070-180 BC). Trends and Perspectives, London, 2009 (Golden House Publications Egyptology 5), p. 51-52 ; 59 ; 81 ; 306 ; R. K. Ritner, The Libyan Anarchy. Inscriptions from Egypt’s Third Intermediate Period, Atlanta, 2009 (Writings from the Ancient World 21), p. 461-464 ; R. B. Gozzoli, « Old Formats, New Experiments and Royal Ideology in the Early Nubian Period (ca. 721–664 BCE) », in L. Bareš, F. Coppens, K. Smoláriková (éd.), Egypt in Transition. Social and Religious Development of Egypt in the First Millennium BCE. Proceedings of an International Conference Prague, September 1–4, 2009, Prague, 2010, p. 186-187 ; J. Pope, The Double Kingdom under Taharqo: Studies in the History of Kush and Egypt, c. 690–664 BC, Leiden, Boston, 2014 (CHANE 69), p. 260 ; O. Cabon, V. Francigny, B. François, M. Maillot, M. Musa Ibrahim, O. Nicoloso, Cl. Rilly, O. Rolin, Histoire et civilisations du Soudan de la préhistoire à nos jours, Paris 2017 (2019) (Études d’égyptologie 15), p. 134-135 ; L. Török, « Nubians Move from the Margins to the Center of their History », in P. Steiner, A. Tsakos, E. H. Seland (éd.), From the Fjords to the Nile. Essays in honour of Richard Holton Pierce on his 80th Birthday, Oxford, 2018, p. 6-7 ; R. B. Gozzoli, « Egyptian Hieroglyphs as God’s Language in the Kingdom of Kush. Tradition and Innovation », in S.-W. Hsu, V. P.-M. Laisney, J. Moje (éd.), Ein Kundiger, der in die Gottesworte eingedrungen ist. Festschrift für den Ägyptologen K. Jansen-Winkeln zum 65. Geburtstag, Münster, 2020 (ÄAT 99), p. 40-42 ; 49. []
  4. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 66. []
  5. Fr. Payraudeau, « Les obscurs débuts de la domination soudanaise en Égypte (deuxième moitié du VIIIe s. av. J.-C.), CRAIBL 2014, 4 (nov.-déc.), p. 1597-1611. []
  6. J’adresse de chaleureux remerciements à Roberto Gozzoli, Simone Nannucci, Nicolas Roudet et Pascal Vernus pour leur solidarité bibliographique, qui me fut précieuse dans cette période étrange. []
  7. G. A. Reisner, « Inscribed Monuments from Gebel Barkal », ZÄS 66, 1931, p. 89-100 (n° 26) ; PM VII, p. 217 (19). []
  8. K. A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt (1100-650 B.C.), Warminster, 1973, p. 359, § 321 ; J. Leclant, « L’empire de Koush : Napata et Meroé », in G. Mokhtar (éd.), Histoire générale de l’Afrique, II, Afrique ancienne, Paris, 1980, p. 298 ; N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Paris, 1986 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres n.s. 6), p. 217-219 ; FHN I, p. 60-62 ; L. Török, The Kingdom of Kush. Handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leiden, New York, Köln, 1997 (HdO 1), p. 154-155 ; R. B. Gozzoli, The Writing of History in Ancient Egypt during the First Millennium BC (ca.1070-180 BC). Trends and Perspectives, London, 2009 (Golden House Publications Egyptology 5), p. 51-52 ; 59 ; 81 ; 306 ; R. K. Ritner, The Libyan Anarchy. Inscriptions from Egypt’s Third Intermediate Period, Atlanta, 2009 (Writings from the Ancient World 21), p. 461-464 ; R. B. Gozzoli, « Old Formats, New Experiments and Royal Ideology in the Early Nubian Period (ca. 721–664 BCE) », in L. Bareš, F. Coppens, K. Smoláriková (éd.), Egypt in Transition. Social and Religious Development of Egypt in the First Millennium BCE. Proceedings of an International Conference Prague, September 1–4, 2009, Prague, 2010, p. 186-187 ; J. Pope, The Double Kingdom under Taharqo: Studies in the History of Kush and Egypt, c. 690–664 BC, Leiden, Boston, 2014 (CHANE 69), p. 260 ; O. Cabon, V. Francigny, B. François, M. Maillot, M. Musa Ibrahim, O. Nicoloso, Cl. Rilly, O. Rolin, Histoire et civilisations du Soudan de la préhistoire à nos jours, Paris 2017 (2019) (Études d’égyptologie 15), p. 134-135 ; L. Török, « Nubians Move from the Margins to the Center of their History », in P. Steiner, A. Tsakos, E. H. Seland (éd.), From the Fjords to the Nile. Essays in honour of Richard Holton Pierce on his 80th Birthday, Oxford, 2018, p. 6-7 ; R. B. Gozzoli, « Egyptian Hieroglyphs as God’s Language in the Kingdom of Kush. Tradition and Innovation », in S.-W. Hsu, V. P.-M. Laisney, J. Moje (éd.), Ein Kundiger, der in die Gottesworte eingedrungen ist. Festschrift für den Ägyptologen K. Jansen-Winkeln zum 65. Geburtstag, Münster, 2020 (ÄAT 99), p. 40-42 ; 49. []
  9. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 66. []
  10. Fr. Payraudeau, « Les obscurs débuts de la domination soudanaise en Égypte (deuxième moitié du VIIIe s. av. J.-C.), CRAIBL 2014, 4 (nov.-déc.), p. 1597-1611. []