L’empreinte du roi Ahmosé Ier à Thèbes Expérimentation d’épigraphie numérique sur matériaux argileux

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: This paper reports on experiments in digital archaeology and epigraphy focused on stamped mudbricks discovered in al-Asasif in 2019 and 2021. It is intended both as a progress report on the project “Digital Archaeology in a Monumental Necropolis in Thebes, Egypt” sponsored by the University of Strasbourg Institute for Advanced Study and as a complement to the article “Un édifice au nom du roi Héqataoui (Ahmosé Ier) dans la nécropole thébaine” published in Polish Archaeology in the Mediterranean 30/1 (Colin 2021).

As a first objective, it will attempt to improve the methodology of the epigraphist by exploring the heuristic power of digital photogrammetry, a technical innovation whose potential is not yet fully explored. The main challenge is to reinforce the “falsifiability” (in Karl Popper’s sense) of the editor’s demonstration, and thus make the reader less dependent on subjective facsimiles produced in the field. A fast “digital squeezing” method was tested under real fieldwork conditions on prints typical of stamped clay materials. The “field survey” and “artifact survey” methods are described, as well as the building of models, the means of storage and publication, and most importantly, the heuristic tools used to highlight the inscribed micro-topography in order to decipher and edit the text, such as the QGIS software well-known to geographers and archaeologists. Counter-intuitively to anyone trained in 20th century methods (like the author), these tools allow for better viewing of details than the autopsy of the original would. The paper squeeze method used by Johannes Dümichen in the 19th century is also discussed on the basis of a specimen preserved at the University of Strasbourg, in order to place the experimentation into perspective and show that it responds to a methodological and practical preoccupation that was already of concern to the founders of our sciences. In the same vein, an unpublished request from 1892 preserved in the archives of the Kuratorium of the University of Strasbourg illustrates an early interest in photogrammetry among German art historians. At that time, this technique remained the exclusive domain of a specialized institute, the Meßbildanstalt. This methodological barrier has now been overcome, since the digitization and automation of photogrammetry has made it easily usable by all archaeologists and epigraphers in the field.

The second goal of this article is to confirm or refute the remaining uncertainties regarding the edition of the stamp of King Heqatawi, identified as Ahmose I. The tools for highlighting the micro-topography demonstrated that the inscriptions under study originate from the same stamp, despite the irregularities of the support and the prints that complicate the process of comparison. They also confirmed the presence of cord prints featuring the opening of a cartouche on the two examined specimens, an important conclusion for the royal status of the character named on the bricks. The most significant achievement resulted from 3D modeling’s ability to harmonize the philological and archaeological perspectives by encouraging a joint investigation of both approaches. In this case, it was possible not only to identify a common stamp on the two investigated bricks, but also to establish that the same workman had molded them both. In other words, to identify a brickmaker’s “industrious hand” in the same way that a paleographer identifies a scribe’s “writing hand”. The study thus enabled us to draw up a biography of artifacts from their production to their ultimate destination at the end of a sequence of uses. Finally, this online article is in itself a test of innovative publication of digital objects in 2, 3 or even 4 dimensions – since speech, movement and time are involved in the figures.

Je dédie affectueusement ces exercices d’épigraphie numérique à ma directrice de thèse Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier et à la mémoire de mon professeur Albert Deman, en me remémorant l’examen d’épigraphie latine, dans la Steinhalle du Landesmuseum à Mayence, où nous expérimentions la chorégraphie incidente de la lampe de poche.

Et à mon amie Valérie Vander Osieren, pour sa discrétion sur mon état au lendemain de la fête, pendant la visite du limes.

 

Sommaire

The figures in this article are permanently stored on nakala and freely available in full resolution by following this link: https://nakala.fr/u/collections/10.34847/nkl.42ff4hrc.

Pdf : Colin_2022_Empreinte_du_roi_Ahmose_2

Introduction

 

La campagne de fouille 2019 de la mission archéologique de l’Ifao et de l’Université de Strasbourg (UMR 7044 Archimède) dans l’Assassif a mis au jour, à l’intérieur de l’enceinte de Padiamenopé, neuf briques crues estampillées au nom d’un roi Héqataoui. Ces adobes, de module comparable, étaient remployées comme matériaux bruts dans des structures vernaculaires, qui étayaient les remblais accumulés pour construire une rampe, sur le passage de la chaussée processionnelle menant au temple de Thoutmosis III à Deir el-Bahari (Djeser-akhet). Ces résultats ont été présentés dans un article paru en 2021 dans Polish Archaeology in the Mediterranean 30/1, où Ahmosé Ier est identifié comme le commanditaire de ces briques, dont la découverte dans la nécropole thébaine constitue un jalon important pour la localisation du lieu d’inhumation originel du fondateur de la XVIIIe dynastie1.

  1. Lors de la campagne de 2021, deux exemplaires complets, dont une dixième pièce révélée par la progression de la fouille (AS-2021-1050-01)2, ont été prélevés en vue de protéger ces documents historiques fragiles et pour mener une expéri­mentation d’épigraphie photogrammétrique en laboratoire de terrain.
  1. Le présent article livre les résultats de ces expériences, en poursuivant un double objectif.

I. Améliorer la méthodologie de l’épigraphiste en explorant le potentiel heuristique d’une innovation technique. Alors qu’à partir du Nouvel Empire3, divers sites ont livré de nombreuses briques crues estampillées, la proportion de pièces publiées est faible et de qualité parfois médiocre. Les adobes, probablement perçues comme des matériaux frustes par rapport à des artefacts jugés plus nobles par les fouilleurs, n’ont généralement pas fait l’objet de la première attention4, quand la difficulté de déchiffrement inhérente à l’épigraphie sur supports plastiques et sensibles à l’érosion ne les a pas tout simplement découragés.

  1. Par conséquent, pour ce type d’objets encore plus que pour d’autres, le spécialiste regrette souvent de ne pas bénéficier d’une documentation qui permette de réfuter (au sens poppérien) l’interprétation de l’éditeur grâce à des données objectives et facilement réutilisables5.
  1. À la recherche de solutions nouvelles pour améliorer la réponse au devoir de publication du fouilleur, une méthode d’estampage numérique rapide a été testée dans des conditions réelles de terrain, c’est-à-dire le jour de la fermeture du chantier, à quelques minutes du conditionnement final du mobilier, avec des limites de temps d’action, d’équipement et d’aménagement plus contraignantes que dans un studio de ville.
  1. Pour renforcer l’intérêt de la démarche, l’exercice a été pratiqué sur des objets à grande valeur patrimoniale et historique, puisque ces adobes estampillées démontrent pour la première fois une activité édilitaire d’Ahmosé Ier dans la nécropole royale de Thèbes. Après avoir été employées dans un monument de la nécropole, puis démontées, transportées et remployées quelques décennies plus tard dans un nouveau chantier, ces briques matériellement vulnérables et leurs inscriptions imparfaitement imprimées sont de véritables miraculées épigraphiques.
Figure 1 : Fragments de briques estampillées AS-2019-1068-03 et 04 en place dans la hague 1068 + 1262. Avant (A) et après (B) retrait du mortier de terre. Clichés Fr. Colin et S. Nannucci.
Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.2e9aj9j6/8b6f2d715acead7fde13947ba4c338b5df79480c.

Continuer la lecture de « L’empreinte du roi Ahmosé Ier à Thèbes Expérimentation d’épigraphie numérique sur matériaux argileux »

  1. Colin 2021. []
  2. Colin et alii 2022. []
  3. Colin 28/08/2021, § 34, note 21. []
  4. Un sort longtemps réservé à l’architecture en briques en général, par opposition aux monuments de pierre, Spencer 1979, p. 1. On signalera un projet en cours (2021-2024), motivé notamment par le même diagnostic : « Nile’s Earth. Étude et conservation de l’architecture de terre de l’ancienne vallée du Nil », https://nilesearth.hypotheses.org/le-projet. []
  5. Voir par exemple les transcriptions et restitutions différentes d’une même empreinte par Lepsius et Quibell, dans Spencer 1979, p. 155, ou encore une estampille attribuée à Padiamenopé (TT 33), mais non éditée, dans Eigner 1984, p. 77. []

Les briques estampillées du pylône de Padiamenopé

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of 47 mudbricks stamped in the name of Theban tomb 33’s owner, Padiamenope (based on the few readable specimens). These building materials all come from the main pylon of the mausoleum, of which a preliminary photogrammetric survey is produced to mutually contextualize the findings and the structure. The stamps include the main titles of Padiamenope, which are ẖry-ḥb, ḥry-tp, as usual. The author briefly discusses and interprets the meaning of this bicephalous designation as a complementary expression that could be translated as “lector-priest and master of ceremonies” (in preference to the formula “lector-priest and chief”, which does not sufficiently convey the ritual connotation shared by the two lexical components in this specific context). This practice of stamping mudbricks with the name of a private person, which is rare in the history of ancient Egypt, represents a further connection between the monuments of Padiamenope (TT 33) and Montuemhat (TT 34), whose builders obviously shared the same workshop culture. Among the expected long-term benefits, the stamping of mudbricks incorporated into a major mortuary cult structure may have been intended to perpetuate the name of the deceased, even deep within the walls.

Pdf : Colin_2021_Assassif_2018_estampille_Padiamenopé_4

Introduction

Dès les travaux de J. G. Wilkinson publiés en 18301, des archéologues ont observé ou postulé la présence d’une porte massive donnant accès à l’intérieur de l’enceinte de la tombe thébaine 33 (Padiamenopé), que les publications nomment généralement « premier pylône » (de la TT 33), à la suite de J. Dümichen2.

  1. Au siècle suivant, cependant, les vestiges du monument étaient toujours ensevelis sous les débris et les sédiments, en sorte que, pour dresser le plan masse de la TT 33, D. Eigner et J. Dorner durent restituer le tracé du pylône, après avoir pu en observer, entre 1975 et 1978, de petits segments à l’angle nord-ouest du môle nord et sur le parement ouest du môle sud3 (fig. 4, flèches jaunes).

  1. En 2017, une campagne de prospection archéologique et géophysique (fig. 1-2) menée par l’IFAO et l’Université de Strasbourg (CNRS, UMR 7044 Archimède et 7516 Institut de Physique du Globe de Strasbourg), en collaboration avec le Ministry of Tourism and Antiquities, a permis de confirmer la présence d’une vaste enceinte en briques crues et d’un pylône localisé dans l’axe de l’entrée en direction des salles souterraines du mausolée4.

Figure 1 : Sonia Brahimi en cours de prospection géophysique (2O17), à l’emplacement du mur est de l’enceinte, au nord du pylône, vue vers le sud-est. Cliché Fr. Colin.

Figure 2 : Bruno Gavazzi en cours de prospection géophysique (2017), à l’emplacement du chemin traversant le pylône, vue vers le nord-est. Cliché Fr. Colin.

Sur la carte d’intensité du champ magnétique réalisée par Br. Gavazzi et S. Brahimi, une anomalie confirmait alors clairement la présence du môle nord (fig. 3).

Figure 3 : Extrait d’une carte d’intensité magnétique révélant en 2017 la présence du mur est de l’enceinte et du môle nord du pylône de Padiamenopé (TT 33). Cartographie géophysique Bruno Gavazzi et Sonia Brahimi.

  1. En 2018, les sédiments de surface ont été décapés sur un carré d’environ 25 x 25 m (« Secteur 1 »), englobant l’emplacement présumé du pylône, et deux sondages plus profonds (« Opération A » et « B ») ont été implantés en son sein, pour étudier l’évolution du site dans la diachronie. Du 14 octobre au 3 novembre 2018, seuls ont été fouillés des dépôts sédimentaires ultérieurs au démontage antique du pylône et des couches liées aux perturbations des archéologues et des pilleurs modernes, intervenues à la suite de l’expédition de Bonaparte. Les figures 4 et 5 montrent l’état du site avant nos travaux et au terme de ce décapage préliminaire, qui a été suspendu lors de la mise en place des opérations « A » et « B ».

Continuer la lecture de « Les briques estampillées du pylône de Padiamenopé »

  1. Wilkinson 1830 et 1835, p. 130. []
  2. Dümichen 1884, p. 50-51 (restitution en coupe et en élévation). []
  3. Voir les traits gras et les points topographiques indiqués sur les plans 1 et 29 de Eigner 1984. []
  4. Colin, Gavazzi, Brahimi 2018. []

Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of an unfinished limestone sculpture found a few centimetres from a dog burial in the backfill of the foundation trench of Padiamenope’s pylon (TT 33). The statue represents a left human foot and is interpreted as a student’s practice piece performed in the context of a sculpture workshop engaged in carving the funerary furniture during the construction of the mausoleum. An inadvertent breaking of the stone interrupted the carving. The fact that this object appears in a stratified context is noteworthy, as this category of artifact, although well documented in museum collections, is generally decontextualized, which makes it difficult to determine their date and production background. The apprentice’s replica may have been deliberately associated with the dog’s grave, in the manner of a funerary tribute to a beloved pet, or their proximity may be purely coincidental.

Figure 1 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, vue orthographique du modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Identification et caractéristiques de la sculpture (fig. 1-2)

Numéro de fouille : Assassif-2018-1033-01.
Lieu de conservation :
En 2021, l’objet est conservé avec la majorité du mobilier découvert en 2018 et en 2019, dans la boîte « AS 2018 pied statue », dans la malle « 1 », protégée à l’intérieur de la salle 1 de la TT 33.
Dimensions :
Hauteur maximale conservée 8,2 cm. Plus grande diagonale du bloc 19,1 cm. Longueur maximale conservée du pied 13,2 cm. Largeur maximale du pied à la hauteur des orteils 5,8 cm. Longueur maximale conservée du socle sur la face latérale gauche 12,5 cm. Longueur maximale conservée du socle sur la face avant 10 cm. Épaisseur du socle sur la face avant entre 3,6 et 3,8 cm. Épaisseur du socle sur la face latérale gauche environ 3,7. Épaisseur du socle du côté droit entre 3,6 et 5,1 cm. Le socle est plus épais et déborde plus largement de la plante du pied que sur la plupart des parallèles didactiques (voir ci-dessous, figure 2 et note 9).
Matériau et état de conservation :
Calcaire de Tarawan. Le bloc est brisé sur toute la longueur du socle du côté droit du pied et sur la face arrière. Sont ainsi perdus le talon, un gros éclat du flanc gauche et le haut du membre à partir de la base du cou-de-pied. Il n’est donc pas absolument exclu que le pied ait appartenu à un projet de sculpture d’un personnage complet, ce qui expliquerait l’épaisseur du socle (voir « Dimensions »). Il est cependant vraisemblable que l’œuvre s’interrompait à la hauteur de la cheville, d’après les parallèles de statuettes représentant uniquement un pied gauche et selon l’équilibre général du bloc.
Datation de l’artefact :
La fabrication de la sculpture et les travaux de construction de la tombe de Padiamenopé (tombe 33) sont probablement synchrones.
Datation du contexte de découverte :
Le fragment de statue provient d’un remblai inclus dans la phase III.1, qui correspond à la construction initiale de l’enceinte du mausolée (Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, tableau 1). Selon les auteurs (De Meulenaere 2008 ; Coulon 2016, p. 111-115), le floruit de Padiamenopé est situé à la fin de la XXVe, au début de la XXVIe dynastie ou à cheval entre ces deux périodes, d’après des critères historiques. Le mobilier céramique trouvé dans le même niveau de construction est caractéristique du début de la XXVIe dynastie, avec quelques intrusions du Nouvel Empire provenant des phases antérieures du site (étude Sylvie Marchand).
Figure 2 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, vues orthographiques du haut, du bas, de droite, de gauche, de devant et de derrière, du modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Contexte archéologique

Le fragment de statue a été trouvé dans un remblai composé de cailloux et de gros blocs de calcaire (dimension maximale jusqu’à 49 cm) contenus dans une matrice peu abondante sablo-limoneuse (fig. 3). Les débris rocheux comportent régulièrement des traces d’outil caractéristiques du travail de carriers et, comme le bloc sculpté, proviennent probablement de la formation de Tarawan, dans laquelle la tombe 33 fut creusée. Ces matériaux furent déversés dans la tranchée de fondation du môle nord du pylône de Padiamenopé pour la combler, dans la phase de construction initiale de l’enceinte (phase III.1).

Continuer la lecture de « Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé »

Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires

Par Silvia Einaudi, Collaboratrice scientifique de l’UMR 8546 AOrOc Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (CNRS/ENS/EPHE)

Abstract: This lecture examines two particularly interesting aspects related to the monumental tombs of the Theban necropolis of Assassif (25th-26th dynasties). The first concerns the indissoluble link that exists between the elaborate decorative programs and the architecture of these funerary monuments. Based on the analysis of these elements and the relationship they have to each other, a specific function of the Late Period tombs come to light. They turn out to be the “theatrical scenery” for the double journey of the deceased, who – on the one hand – enters the monument (the Duat) and – on the other- leaves it to go forth by day. The second aspect is about the textual, iconographic and architectural models used to conceive these tombs and their decoration: these models date back to different periods (from the Old to the New Kingdoms) and refer to monuments scattered throughout Egypt: Saqqara, Lisht, Assiut, Abydos and Thebes.

Cite this paper as Silvia Einaudi, « Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 18 février 2021, https://clae.hypotheses.org/1613, accessed XX/XX/XXXX.

Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019)

Par Frédéric Colin, Université de StrasbourgCNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of a bronze mirror figuring a bifrons head of Hathor, four lionesses and a papyriform column. It was uncovered in December 2019 amongst a rich assemblage of objects accompanying a mummy, within a sarcophagus from the beginning of the 18th Dynasty. As the first published record of the catalogue of artifacts found during the excavations of the French Archaeological Mission in Asasif – and in the circumstances of a worldwide lockdown because of pandemic –, this article will serve as a template for our project of contextual publication in rapid and full open access. May the usefulness for scholarly information of this fast result-report process overpass the defaults of a preliminary bibliographic survey.

Pdf : Colin_2020_Catalogue_Assassif_2019_1244_P_4
Figure 1. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A. © Frédéric Colin, 2019.

Identification et caractérisation du miroir (fig. 1-2)

Numéro de fouille : Assassif-2019-1244-P.
Numéro d’inventaire : Salle 33 du Magasin Carter, inv. n° 700. Le Ministry of Tourism and Antiquities a inventorié l’objet sous un numéro d’inventaire unique, commun aux items découverts dans le même sarcophage (Assassif-1244-A-Q), selon le principe d’un enregistrement contextuel.
Lieu de conservation :
L’objet a été déposé en décembre 2019 dans le magasin Carter à Gourna et est conservé dans des compartiments sur mesure au sein d’une boîte regroupant les pièces provenant du sarcophage Assassif-1244.
Dimensions :
Poids 1,622 kg. Hauteur maximale du miroir 26,9 cm. Diamètres vertical et horizontal du disque 12 et 14 cm. Largeur maximale du support arqué (de la pointe d’une extrémité à l’autre) 11,5 cm. Longueur de la lionne à la droite d’Hathor, sur la face A 3,16 cm. Distance de la base de la crinière en collerette à l’oreille droite de cette lionne 1,06 cm. Longueur de la lionne à la gauche d’Hathor, sur la face A 2,9 cm. Distance de la base de la crinière en collerette à l’oreille droite de cette lionne 1,05 cm.
Matériau et état de conservation :
Alliage cuivreux doré. L’objet a été trouvé complet. Les images publiées dans le présent dossier montrent le miroir dans l’état où il se trouvait au moment de la découverte, avant toute restauration. Des particules de dorure, présentant parfois l’aspect de gouttelettes, sont conservées en divers emplacements, en particulier sur la face A. L’examen macroscopique suggère qu’une des causes de la détérioration de la dorure est le développement de la corrosion de l’alliage cuivreux sous-jacent1, mais cette hypothèse devrait être confrontée à une étude archéométrique.

Datation de l’artefact :
Aux origines de la 18e dynastie, d’après les parallèles typologiques de miroirs datés, d’après la typologie mixte du sarcophage contenant l’objet (couvercle rishi, cuve à fond blanc) et selon la datation au radiocarbone d’une sangle scellant un autre sarcophage rishi au sein du même assemblage (1633-1501 cal BCE à 2 σ, 95,4%, Pôle d’archéométrie de l’IFAO, Laboratoire de datation par le radiocarbone, Rapport d’analyse IFAO-0825).

Datation du contexte de découverte :
Vers la fin du règne de Thoutmosis III, d’après la position topographique et la séquence stratigraphique (cf. ci-dessous).
Figure 2. Miroir Assassif-2019-1244-P, face B. © Frédéric Colin, 2019.

Contexte archéologique

Cet artefact fait partie de l’ensemble des objets qui accompagnaient la momie contenue dans le sarcophage AS-2019-1244, au nom d’une dame Ta-abou (Tỉ-Ȝbw). Il cohabitait ainsi avec un pot à kohl (AS-2019-1244-C et O) et son bâtonnet applicateur (AS-2019-1244-M), deux cuillères en bois figurées (AS-2019-1244-E et G), trois rasoirs (AS-2019-1244-H, K2 et K3) dont deux rangés dans un étui en bois (AS-2019-1244-K1), un panier en vannerie (AS-2019-1244-B et F), un filet (AS-2019-1244-L), un rhyton en faïence bleue (AS-2019-1244-D), un petit vase en terre cuite à engobe noir brillant conservant une poudre orange (AS-2019-1244-J), pourvu d’un couvercle en albâtre (AS-2019-1244-N), un vase (AS-2019-1244-I) et son couvercle (AS-2019-1244-Q), contenant apparemment des restes alimentaires figés, un appuie-tête en bois et en os (AS-2019-1244-A), ainsi que des graines et des fruits dispersés dans la cuve. Continuer la lecture de « Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019) »

  1. Comparer par exemple avec la stratigraphie de la corrosion d’une dorure couvrant une statue en bronze dans Robcis et alii 2017, fig. 6. []

Early 18th Dynasty Burials at Al-Asasif, Luxor (Field Seasons 2017-2019, MoTA, Ifao, University of Strasbourg)

By Frédéric Colin, Université de StrasbourgCNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

with the collaboration of Eweis Abdel Rady (MoTA), Yunis Ahmed (IFAO, Cairo), Nerea Bernabeu (Strasbourg Univ.), Sonia Brahimi (Strasbourg Univ.), Garance Clapuyt (Brussels Univ. & Strasbourg Univ.), Jean-Philippe Droux (Strasbourg Univ.), Christian Dupuis (Mons Univ.), Bruno Gavazzi (Strasbourg Univ.), Eman Hagag (MoTA), Cassandre Hartenstein (Strasbourg Univ.), Ayman Hussein (IFAO, Cairo), Khalid S. Essa (Cairo University), Sylvie Marchand (IFAO Cairo), Filippo Mi (Strasbourg Univ.), Sayed Mohamed Abd el-Rahim (raïs, Luxor), Sayed Mohamed Ahmed (MoTA), Simone Nannucci (Strasbourg Univ.), Sayed Mohamed el-Qurany (MoTA), Olivier Onézime (IFAO, Cairo), Anita Quiles (IFAO, Cairo), Asmaa Sayed (MoTA), Héloïse Smets (Strasbourg Univ.)

Abstract: Paper about the discovery in Al-Asasif, in 2017-2018, of a secondary cemetery installed in a construction earthwork of the causeway leading to the temple of Thutmose III, in Dayr al-Bahri. The assemblage of funerary objects and the decoration of one of the sarcophagi provide complementary evidence of the pattern of offerings by the participants in the funeral, all of whom are female except for one young boy.

Cite this paper as: Frédéric Colin et alii, “Early 18th Dynasty Burials at Al-Asasif, Luxor (Field Seasons 2017-2019, MoTA, Ifao, University of Strasbourg)”, paper at the workshop “Upper Egypt: The Last Five Years of Archaeological Discovery”, organized by Luxor University, September 6, 2020, https://clae.hypotheses.org/860, accessed XX/XX/XXXX.

Stratigraphie de la grippe espagnole (Assassif, février 1919)

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Discovery of a human anxiety proxy in an archaeological layer whose artifacts probably originate from the excavations conducted by the Metropolitan Museum of Art in al-Asasif (Luxor) in 1918-1919. Thoughts on coincidence and contingency.

Pdf : Fr. Colin, Stratigraphie de la grippe espagnole (février 1919)_11_light

Le jour où le Président de la République française a annoncé à la population un renforcement des mesures pour lutter contre Covid-19, lundi 16 mars 2020, j’ai vécu une de ces petites coïncidences créatives qui nous étonnent chaque fois que les facéties de la contingence ont décidé de faire passer le hasard pour le révélateur d’un sens qui nous dépasserait – en fait, un écheveau de big data dont notre cerveau peine à dénouer les fils.

     § 2. En travaillant à la rédaction du rapport 2019 des fouilles menées par l’Ifao, l’Université de Strasbourg et le CNRS (UMR 7044 Archimède) dans l’Assassif, je suis retombé sur ce fragment de journal (figures 1 & 2), que nous avions trouvé l’année précédente incrusté dans des gravats. Comme un message roulé dans une bouteille jetée à la mer – ou plutôt, en l’occurrence, aux quatre vents du Sahara –, par nos grands devanciers du siècle passé.

Photographie du fragment de journal découvert en contexte archéologique. Assassif 2018, US 1045-05, côté A. Photo Garance Clapuyt, 2019
Figure 1 : Assassif 2018, US 1045-05, côté A. Photo Garance Clapuyt, 2019

Continuer la lecture de « Stratigraphie de la grippe espagnole (Assassif, février 1919) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search