Les briques estampillées du pylône de Padiamenopé

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of 47 mudbricks stamped in the name of Theban tomb 33’s owner, Padiamenope (based on the few readable specimens). These building materials all come from the main pylon of the mausoleum, of which a preliminary photogrammetric survey is produced to mutually contextualize the findings and the structure. The stamps include the main titles of Padiamenope, which are ẖry-ḥb, ḥry-tp, as usual. The author briefly discusses and interprets the meaning of this bicephalous designation as a complementary expression that could be translated as “lector-priest and master of ceremonies” (in preference to the formula “lector-priest and chief”, which does not sufficiently convey the ritual connotation shared by the two lexical components in this specific context). This practice of stamping mudbricks with the name of a private person, which is rare in the history of ancient Egypt, represents a further connection between the monuments of Padiamenope (TT 33) and Montuemhat (TT 34), whose builders obviously shared the same workshop culture. Among the expected long-term benefits, the stamping of mudbricks incorporated into a major mortuary cult structure may have been intended to perpetuate the name of the deceased, even deep within the walls.

Introduction

Dès les travaux de J. G. Wilkinson publiés en 18301, des archéologues ont observé ou postulé la présence d’une porte massive donnant accès à l’intérieur de l’enceinte de la tombe thébaine 33 (Padiamenopé), que les publications nomment généralement « premier pylône » (de la TT 33), à la suite de J. Dümichen2.

  1. Au siècle suivant, cependant, les vestiges du monument étaient toujours ensevelis sous les débris et les sédiments, en sorte que, pour dresser le plan masse de la TT 33, D. Eigner et J. Dorner durent restituer le tracé du pylône, après avoir pu en observer, entre 1975 et 1978, de petits segments à l’angle nord-ouest du môle nord et sur le parement ouest du môle sud3 (fig. 4, flèches jaunes).

  1. En 2017, une campagne de prospection archéologique et géophysique (fig. 1-2) menée par l’IFAO et l’Université de Strasbourg (CNRS, UMR 7044 Archimède et 7516 Institut de Physique du Globe de Strasbourg), en collaboration avec le Ministry of Tourism and Antiquities, a permis de confirmer la présence d’une vaste enceinte en briques crues et d’un pylône localisé dans l’axe de l’entrée en direction des salles souterraines du mausolée4.

Figure 1 : Sonia Brahimi en cours de prospection géophysique (2O17), à l’emplacement du mur est de l’enceinte, au nord du pylône, vue vers le sud-est. Cliché Fr. Colin.

Figure 2 : Bruno Gavazzi en cours de prospection géophysique (2017), à l’emplacement du chemin traversant le pylône, vue vers le nord-est. Cliché Fr. Colin.

Sur la carte d’intensité du champ magnétique réalisée par Br. Gavazzi et S. Brahimi, une anomalie confirmait alors clairement la présence du môle nord (fig. 3).

Figure 3 : Extrait d’une carte d’intensité magnétique révélant en 2017 la présence du mur est de l’enceinte et du môle nord du pylône de Padiamenopé (TT 33). Cartographie géophysique Bruno Gavazzi et Sonia Brahimi.

  1. En 2018, les sédiments de surface ont été décapés sur un carré d’environ 25 x 25 m (« Secteur 1 »), englobant l’emplacement présumé du pylône, et deux sondages plus profonds (« Opération A » et « B ») ont été implantés en son sein, pour étudier l’évolution du site dans la diachronie. Du 14 octobre au 3 novembre 2018, seuls ont été fouillés des dépôts sédimentaires ultérieurs au démontage antique du pylône et des couches liées aux perturbations des archéologues et des pilleurs modernes, intervenues à la suite de l’expédition de Bonaparte. Les figures 4 et 5 montrent l’état du site avant nos travaux et au terme de ce décapage préliminaire, qui a été suspendu lors de la mise en place des opérations « A » et « B ».

Figure 4 : Implantation du secteur 1 avant la fouille, vue en perspective, vers l’est, l’accès vers la dépression de la TT 33, modèle AS-2018-A+B-1. Relevé photogrammétrique, modélisation et dessin Fr. Colin.

Figure 5 : Pylône de la TT 33, décapage des strates sédimentaires superficielles en cours, après retrait des déblais de fouille et de pillage, vue en perspective vers l’est, modèle AS-2018-O-8 (voir Colin, Hartenstein 2021). Relevé photogrammétrique Fr. Colin et C. Hartenstein, modélisation et dessin Fr. Colin.

  1. Pendant cette phase de travail initiale, qui a duré 18 jours en tout, la fouille a livré 47 briques estampillées, souvent trop érodées pour être déchiffrées. Sur 13 exemplaires, les traces de signes étaient suffisamment conservées pour attribuer l’inscription, de façon certaine ou probable, au « prêtre-lecteur, maître de cérémonie » (ẖry-ḥb ḥry-tp5) Padiamenopé, le propriétaire de la tombe thébaine 33.

  1. Ces nouvelles données viennent utilement compléter l’état très inégal des connaissances sur le marquage de briques crues de construction au nom de personnes privées, une pratique peu répandue au long de l’histoire de l’Égypte ancienne6, mais dont des occurrences en lien avec les deux plus grandes tombes de l’Assassif ont déjà été observées sporadiquement.

  1. Des exemplaires au nom de Montouemhat, dont certains sont conservés dans des musées, ont été découverts soit en place dans le grand pylône et dans le mur d’enceinte7, soit en remploi dans des structures de l’Antiquité tardive, comme le monastère d’Épiphane, ou encore « aux alentours » de la TT 348, dans des contextes mal définis. Du côté de chez Padiamenopé, la situation est beaucoup moins claire. De rares briques estampillées, illisibles, ont été signalées dans l’environnement extérieur de la TT 33, mais aucune inscription n’a été publiée jusqu’ici et aucun contexte de provenance n’a été précisément défini, malgré les sondages exploratoires accomplis aux XIXe et XXe siècles (cf. « Ein leserlicher Stempel des Pedamenope könnte durch teilweises Abtragen des Mauerwerks gefunden werden. »9).

  1. Dans ces circonstances, le présent article a pour objectif de rendre rapidement accessibles les nouvelles données sur les estampilles de Padiamenopé, en développant les informations contextuelles qui établissent l’appartenance des briques de notre catalogue au pylône de la TT 33. Par la même occasion, plusieurs vues issues de relevés photogrammétriques de ce monument en cours de dégagement seront mises à la disposition du public.

Contexte archéologique

  1. L’« inventaire contextuel », ci-dessous, synthétise dans un tableau les différentes provenances de briques estampillées. Les contextes archéologiques ainsi définis se rattachent à cinq grandes périodes (indiquées par cinq nuances de vert dans la première colonne), depuis la construction du pylône au VIIe siècle jusqu’à son état constaté au moment de la fouille, au terme d’un long processus de destruction du monument.

  1. I. Quatre briques ont été observées en place sur l’arase du pylône, dont seule une petite partie a été décapée jusqu’à la maçonnerie superficielle (fig. 6-11). L’estampille observable était nécessairement toujours apposée sur la face supérieure de la brique, puisque nous avons seulement nettoyé les sédiments récents et n’avons démonté aucune partie de l’édifice. Sur trois de ces briques, l’inscription était suffisamment lisible, à condition de la comparer à l’ensemble de la série, pour y identifier Padiamenopé. Sans surprise, l’initiative de la construction du pylône est donc bien attribuée à ce personnage.

Figure 6 : Brique estampillée AS-2018-1004-01 en place sur l’arase du pylône, dans une assise du parement est. AS-2018-1002 : gravats provenant de la destruction du pylône. AS-2018-1032 : partie supérieure du comblement de la tranchée de fondation du pylône. Cliché Fr. Colin.

Figure 7 : Brique estampillée AS-2018-1004-01 en place sur l’arase du pylône, dans une assise du parement est. Cliché Fr. Colin.

Figure 8 : Brique estampillée AS-2018-1004-02 en place sur l’arase du pylône, dans la maçonnerie du môle nord. Cliché Fr. Colin.

Figure 9 : Brique estampillée AS-2018-1004-03 en place sur l’arase du pylône, dans la maçonnerie du môle nord. Cliché Fr. Colin.

Figure 10 : Brique estampillée AS-2018-1004-04 en place sur l’arase du pylône, dans la maçonnerie du môle nord. Cliché Fr. Colin.

Figure 11 : Pylône de la TT 33, décapage des strates sédimentaires superficielles en cours, après retrait des déblais de fouille et de pillage, vue orthographique zénithale, modèle AS-2018-O-8 (voir Colin, Hartenstein 2021). Relevé photogrammétrique Fr. Colin et C. Hartenstein, modélisation et dessin Fr. Colin.

  1. II. Au moins trois briques proviennent d’une couche de gravats formée dans une phase d’activité à l’intérieur de l’enceinte, sous le Haut-Empire romain. Elles ont été cuites ou rubéfiées à cause d’un feu violent, peut-être entretenu par des chaufourniers.

  1. III. Au moins quatre briques ont été prélevées dans une couche de destruction massive advenue au plus tôt sous le Haut-Empire romain. Ce niveau de gravats a scellé les sols anciens dans l’espace exigu de l’entrée du pylône (AS-2018-1054, fig. 5 ; 11).

  1. Ensuite commence une longue période d’érosion et de dépôts sédimentaires, qui s’achève par une série de perturbations anthropiques causées par des pilleurs et des archéologues, d’abord caractérisées par l’absence de déchets de polymères synthétiques dans les déblais (IV, au moins quatre briques, dont deux lisibles), puis par leur présence (V, au moins onze briques, dont deux lisibles). Les ultimes niveaux de destruction et de dépotoir, remontant au début du XXIe siècle, ont été produits dans le cadre d’opérations de fouilles et d’aménagement du site, notamment lors de la construction d’une voie carrossable au travers du pylône (fig. 4-5 ; 11), pour permettre aux véhicules à moteur d’accéder à la dépression en direction du Lichthof de la TT 33.

Inventaire contextuel

État des briques et des estampilles Contexte et remarques
AS-2018-1005-01

Estampille illisible ; grand module, larg. 6,3 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; long. 38,3 cm (fig. 21).

Couche de gravats provenant de la destruction récente de l’angle nord-ouest du môle sud du pylône de Padiamenopé pour installer une voie carrossable permettant de faire passer des voitures (début du XXIe siècle). Les briques ont roulé en contre-bas du chemin et gisaient en surface du site (fig. 4).
AS-2018-1006-33

Estampille illisible, couverte en partie par un liant de terre (muna) ; grand module, long. 15,6 cm ; larg. 6 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,2 cm (fig. 22).

Couche de déblais provenant du creusement de fosses (FS 1003 et 1014) autour de l’angle nord-ouest du môle nord du pylône, probablement à l’initiative d’archéologues à la recherche de l’angle. Les déblais ont été en partie repoussés dans la fosse pour la remblayer. Gravier, cailloux et quelques blocs de calcaire dans une matrice sablo-limoneuse pulvérulente, quelques morceaux de briques crues éclatées, mêlés à des artefacts antiques et modernes, remontant pour certains au début du xxe siècle. La fosse a servi à enfouir des déchets jusqu’à récemment, car une étiquette d’unité stratigraphique de la fouille de la tombe de Harwa (TT 37) y était datée de février 2006 (Colin et alii 2019, p. 239 ; Colin et alii 05/10/2020, § 3).
AS-2018-1020-10
Estampille illisible ; grand module, larg. 6,2 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,8 cm (fig. 23).
 Couche hétérogène remblayant une fosse 1031 creusée vers l’angle nord-est du môle nord du pylône, probablement à l’initiative d’archéologues à la recherche de l’angle. Gravier, cailloux, blocs de calcaire et fragments de briques crues dans une matrice sablo-limoneuse, mêlés à quelques artefacts anciens (fragment de figurine en faïence, fragments de tissus en lin, fragments de mobilier en bois, fragments informes de granite rose et de granodiorite).
AS-2018-1024-02
Estampille illisible ; petit module, long. 12,8 cm ; larg. 4,9 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal abondant (paille) ; larg. 18,6 cm (fig. 24).
 Tas de gravats de briques crues provenant du pylône, appuyé contre le parement ouest du môle nord, près de son angle nord-ouest. Dans la partie supérieure de la couche, mais clairement enfouis entre les briques, se trouvaient un paquet de cigarettes daté de 1969 et un ticket d’entrée à la Vallée des rois.
AS-2018-1024-03
Estampille illisible ; petit module, long. 12,6 cm ; larg. 5 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal (paille) ; larg. 17,9 cm (fig. 25).
Dito.
AS-2018-1024-04 Estampille illisible ; larg. 5,1 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19 cm (fig. 26). Dito.
AS-2018-1024-05
Estampille illisible ; petit module, long. 12,8 cm ; larg. 5,2 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18 cm (fig. 27).
Dito.
AS-2018-1024-06
Les dimensions de l’empreinte, son asymétrie et l’arrondi d’un de ses angles évoquent un autre objet qu’un estampoir ; larg. entre 6 et 7,5 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,2 cm (fig. 28).
Dito.
AS-2018-1024-07

Estampille au nom du [prêtre lecteur, maître de cérémonie] Padiamen[opé], reconnaissable à plusieurs signes conservés à l’état de traces.Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,4 cm (fig. 29-30).

Dito.
AS-2018-1056-02

Estampille au nom du [prêtre-lecteur, maître de cérémonie] Padi[a]men[opé], reconnaissable à plusieurs signes conservés à l’état de traces ; larg. 5,1 cm.Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19 cm (fig. 31).

En surface, dans le quart sud-est du môle nord, couche de déblais d’une fosse de pillage sans doute située à l’est du pylône. Ces déblais comblaient en partie la fosse de pillage 1057, elle-même pratiquée sur l’arase, à un emplacement arbitraire près du parement est. Éclats de calcaire, fragments de briques crues, fragment d’une figurine en faïence, mêlés à un sédiment sablo-limoneux.
AS-2018-1037-02
Estampille illisible ; grand module, larg. 5,5 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,4 cm (fig. 32).
Couche détritique (équivalente à 1042) de petits éclats de briques crues et de quelques fragments plus gros englobés dans un sédiment limoneux, provenant de l’érosion des matériaux environnants. Elle couvre l’arase du pylône et des tas de gravats, dans une phase ultérieure à son démontage pour la récupération des matériaux.
AS-2018-1042-02
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal (paille) (fig. 33).
Couche détritique (équivalente à 1037) de petits éclats de briques crues et de quelques fragments plus gros englobés dans un sédiment limoneux, provenant de l’érosion des matériaux environnants. Présence d’un fragment de paquet de cigarette de l’ère du polymère synthétique. Elle couvre l’arase du pylône et des tas de gravats, dans une phase ultérieure à son démontage pour la récupération des matériaux.

AS-2018-1008-07
Estampille au nom du prêtre lecteur, [maître de cérémonie] [Pa]diamen[opé] ; larg. 5,1 cm.

Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 34).

Sédiment de sol du chemin donnant accès à la TT 33 via la dépression matérialisant l’entrée du pylône, avant qu’un bulldozer ne l’élargisse et le stabilise au début du XXIe siècle pour faciliter l’accès des véhicules automobiles. Sédiment sablo-limoneux hétérogène, pulvérulent, contenant des fragments de briques crues, quelques cailloux, des brindilles végétales de provenance éolienne. Absence de polymère synthétique, quelques artefacts anciens (tissus de lin, cordelettes, un fragment de granodiorite), de la paille et des coprolithes animaux.

AS-2018-1018-01

Estampille illisible ; larg. 5,3 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,6 cm (fig. 35).

Couche hétérogène remblayant la fosse 1012 au moyen de ses propres déblais, notamment des fragments de briques crues provenant de l’encaissant. Cette fosse, implantée en avant de l’entrée du pylône, fut vraisemblablement creusée pour en révéler les limites et positionner le seuil, à l’initiative d’archéologues. Elle a tranché la couche de destruction massive des superstructures du pylône (1022, équivalente à 1054) et atteint les sédiments du sol romain sous-jacent (1023, équivalente à 1083). Quatre fragments de briques crues estampillées (dont deux enregistrés en 0000).
AS-2018-1018-02
Estampille globalement illisible, mais traces possibles de la partie droite du  ; larg. 5,3 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18 cm (fig. 36).
 Dito.

 AS-2018-1064-01
Estampille au nom du prêtre lecteur, maître de cérémonie Padi[a]men[opé] ; grand module, larg. 5,5 cm.

Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,4 cm (fig. 37).

Couche détritique de petits débris de briques crues englobés dans un sédiment limoneux, provenant de l’érosion des matériaux environnants. Elle couvre l’arase du pylône à l’angle nord-est du môle sud, après un décapage systématique visant peut-être à trouver les limites du monument. 

 AS-2018-1054-23

Estampille illisible ; grand module, long. 15,7 cm ; larg. 5,7 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; long. 38,5 cm (fig. 38).

Couche de gravats provenant de la destruction massive et rapide du pylône, couvrant le dernier sol d’époque romaine (vers le IIe siècle, étude préliminaire S. Marchand) dans l’entrée et à l’ouest du môle sud.

 AS-2018-1054-24

Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,6 cm (fig. 39).

Dito.

 AS-2018-1054-25

Estampille illisible ; larg. 4,9 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; long. 38,2 cm, larg. 18 cm (fig. 40).

Dito.

 AS-2018-1054-26

Estampille illisible ; larg. 5,4 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,6 cm (fig. 41).

Dito.

 AS-2018-1099-11

Estampille illisible ; les bords sont légèrement évasés vers les extrémités ; grand module, long. 17 cm, larg. 5,9 cm. Brique rubéfiée, voire cuite ; larg. 19,7 cm (fig. 42).

Couche de gravats associée à la destruction d’une structure appuyée au parement ouest du môle sud du pylône. Les briques originellement crues ont été rubéfiées, voire cuites dans un feu de température très élevée, d’après la vitrification observable sur plusieurs fragments. La cause de cette cuisson secondaire peut être un incendie violent ou la combustion d’un four à chaux tel que la tombe de Harwa (TT 37), mitoyenne de la TT 33, en a abrité lors d’une phase de fréquentation à l’époque romaine (cf. Tiradritti 2014, p. 15-17). Comme dans la TT 37, des fragments de bois en partie carbonisés témoignent de ce que du mobilier funéraire a servi de combustible. L’essentiel de la structure se situe sous la berme et n’a pas encore été fouillée, la date de construction n’est donc pas connue, mais l’abandon remonte à la période romaine (Ier ou IIe siècle, étude préliminaire S. Marchand), d’après la composition homogène du mobilier céramique associé (1083, équivalente à 1023). La suite de la fouille devrait permettre de déterminer si les briques étaient employées en position primaire ou remployées dans une structure tardive, éventuellement un four à haute température. Une brique rubéfiée complète a été mesurée : long. 38,4 cm ; larg. 20 cm ; ép. 12,5 cm.

 AS-2018-1099-12

Estampille illisible ; petit module, larg. 4,7 cm. Brique cuite et vitrifiée sur un bord, où colle un morceau vitrifié d’une brique voisine ; larg. 19,2 cm. (fig. 43).

Dito.

 AS-2018-1099-13

Estampille illisible ; grand module, larg. 5,5 cm. Brique rubéfiée, voire cuite ; larg. 19 cm. (fig. 44).

Dito.

AS-2018-1004-01

Estampille au nom du prêtre lecteur, maître de cérémonie Padiamen[opé] ; grand module, long. 16,3 cm ; larg. 6,1 cm.

Brique crue ; larg. 19 cm (fig. 6-7 ; 11).

Briques en place dans la maçonnerie du môle nord du pylône, visibles sur l’arase après son démontage pour récupérer des matériaux (fig. 6-11).

AS-2018-1004-02

Estampille au nom du [prêtre lecteur, maître de cérémonie] Padi[a]men[opé] ; (très) grand module, larg. 7 cm.

Brique crue ; larg. 18,8 cm (fig. 8 ; 11).

Dito.

AS-2018-1004-03

Estampille de Padia[menopé] difficile à lire, mais la silhouette des signes , , et se distingue confusément. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 9 ; 11).

Dito.

AS-2018-1004-04

Empreinte en relief d’un objet rectangulaire, évoquant une estampille, illisible ; grand module, long. 16 cm ; larg. 6 cm. (fig. 10 ; 11).

Dito.
Tableau 1.a. Inventaire contextuel des briques estampillées du pylône de Padiamenopé (TT 33). Seules les dimensions des longueurs et largeurs complètes sont précisées. Les crochets droits indiquent des signes dont la présence est déduite par le contexte et les parallèles ; les grisés signalent des signes érodés, mais dont les traces suffisent à établir une lecture assurée ; les cinq nuances de vert correspondent à autant de périodes.

Les briques suivantes, décontextualisées au moment du stockage post-fouille, proviennent des unités stratigraphiques décrites ci-dessus.

État des briques et des estampilles État des briques et des estampilles
AS-2018-0000-05
Estampille illisible ; grand module, long. 16,3 cm, larg. 5,8 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,3 cm (fig. 45).
AS-2018-0000-06
Estampille illisible ; grand module, larg. 5,7 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 46).
AS-2018-0000-07
Estampille illisible. Brique crue foncée, dégraissant végétal abondant (paille) ; larg. 19,3 cm (fig. 47).
AS-2018-0000-08
Estampille illisible ; petit module, larg. 4,8 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,4 cm (fig. 48).
AS-2018-0000-09
Estampille illisible ; grand module, long. 15,5 cm ; larg. 5,2 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 20 cm (fig. 49).
AS-2018-0000-10
Estampille illisible ; grand module, long. 15,2 cm ; larg. 5,5 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,4 cm (fig. 50).

AS-2018-0000-11
Estampille au nom du prêtre lecteur, maître de cérémonie [Padiamenopé], reconnaissable à plusieurs signes conservés à l’état de traces ; larg. 5,1 cm.

Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19 cm (fig. 51).

AS-2018-0000-12
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 52).
AS-2018-0000-13
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,8 cm (fig. 53).
AS-2018-0000-14
Estampille illisible ; larg. 5,1 cm. Brique crue, dégraissant végétal abondant (paille) (fig. 54).
AS-2018-0000-15
Estampille illisible ; grand module, larg. 6 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 20 cm (fig. 55).

AS-2018-0000-16
Estampille au nom du [prêtre lecteur, maître de cérémonie] Padi[a]menopé.

Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 14 ; 56).

AS-2018-0000-17
Estampille illisible ; grand module, long. 15,6 cm. ; larg. 5,1 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; long. 38,3 cm ; larg. 17,9 cm (fig. 57).
AS-2018-0000-18
Estampille illisible ; grand module, larg. 6,2 cm. Brique crue foncée, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 19,5 cm (fig. 58).
AS-2018-0000-19
Estampille globalement illisible, mais le rectangle notant probablement le p de Padiamenopé se distingue clairement vers le milieu de l’empreinte ; grand module, long. 15 cm. ; larg. 5,5 cm ; un liant de terre (muna) couvrait en partie l’estampille. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille), un caillou de calcaire pris dans la pâte ; long. 37,9 cm ; larg. 18 cm (fig. 59).
AS-2018-0000-20
Estampille globalement illisible, mais le de Padiamenopé se distingue clairement ; traces probables de , et sous certains éclairages ; grand module, long. 15,6 cm. ; larg. 5,3 cm ; un liant de terre (muna) couvrait en partie l’estampille. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,3 cm (fig. 60).
AS-2018-0000-21
Estampille globalement illisible, mais traces possibles de la partie droite du  ; grand module, long. 15,7 cm. ; larg. 5,8 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,8 cm (fig. 61).
AS-2018-0000-22
Estampille globalement illisible, mais traces possibles de  ; petit module, larg. 4,7 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 17,9 cm (fig. 62).
AS-2018-0000-23
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) (fig. 63).
AS-2018-0000-24
Estampille illisible. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18 cm (fig. 64).
AS-2018-0000-25
Estampille illisible ; larg. 5 cm. Brique crue, dégraissant végétal très abondant (paille) ; larg. 18,8 cm (fig. 65).
 
Tableau 1.b. Inventaire des briques estampillées du pylône de Padiamenopé (TT 33). Seules les dimensions des longueurs et largeurs complètes sont précisées. Les crochets droits indiquent des signes dont la présence est déduite par le contexte et les parallèles ; les grisés signalent des signes érodés, mais dont les traces suffisent à établir une lecture assurée.

Édition des estampilles

  1. Les briques complètes mesurent en moyenne 38,3 cm de long x 18,9 cm de large (la seconde moyenne étant fondée sur un nombre beaucoup plus élevé d’exemplaires que la première, puisque les briques sont nécessairement plus fragiles dans leur largeur que dans leur longueur) ; l’épaisseur, 12,5 cm, a été mesurée sur un seul exemplaire. Ces dimensions correspondent au module déjà connu des briques de superstructure de la tombe de Padiamenopé (38 x 19 x 12,5 cm), dont D. Eigner a montré qu’elles sont les plus grandes parmi les monuments de la XXVe et de la XXVIe dynastie, dans l’Assassif (à l’exception de certaines briques de taille exceptionnelle dans la partie occidentale des superstructures de Montouemhat)10.

  1. D’une façon générale, les briques du pylône se caractérisent par leur forte concentration en dégraissant végétal, principalement constitué de paille. Selon les lots, leur couleur est plus ou moins foncée, comme on le voit, par exemple, au niveau actuel de l’arase du monument, où les briques de parement de la face est du môle nord sont beaucoup plus sombres que celles situées dans l’épaisseur de la maçonnerie, immédiatement à l’ouest (fig. 11).

  1. La comparaison des dimensions met clairement en évidence deux modules d’estampille différents (graph. 1), un grand (en moyenne 15,8 cm de long x 5,7 cm de large) et un petit (en moyenne 12,7 cm de long x 5 cm de large). La longueur est plus discriminante que la largeur pour établir l’appartenance d’un exemplaire à un de ces deux groupes, parce que la largeur du petit module est proche de celle des plus petits exemplaires du grand module.

Graphique 1. Dimension des estampilles complètes sur les briques provenant du pylône de la TT 33. En vert, nom ou titre de Padiamenopé certain ou probable. En orange, l’individu illisible décrit par Eigner 1984, p. 7.

  1. La variabilité dimensionnelle des estampilles de grand module, les mieux attestées, peut s’expliquer par plusieurs facteurs objectifs et subjectifs. Au moment de la fabrication, l’estampoir n’était pas enfoncé et retiré en un mouvement parfaitement vertical, car l’objet a souvent glissé latéralement – ce qui engendre sur l’empreinte des irrégularités aléatoires dans la distance d’un bord à l’autre. Ces fluctuations sont accentuées par la densité des débris végétaux incorporés comme dégraissant, qui atténue la plasticité de la pâte en surface et brouille la netteté de l’impression. Si l’on tient compte, enfin, de l’altération érosive et des choix arbitraires au moment de prendre une mesure entre des traces discontinues (en l’occurrence, de préférence dans le fond de l’empreinte), la variabilité des dimensions, dans l’ensemble des estampilles de grand module, s’explique en grande partie. Cependant, il n’est pas exclu que ce groupe ait compris plusieurs timbres différents mais de dimensions proches, car le mauvais état de conservation des empreintes ne permet pas d’infirmer cette hypothèse par la comparaison fine des éventuelles variantes épigraphiques.

  1. Outre les arguments de dimension, l’épigraphie assure, en tout cas, que le corpus des estampilles au nom de Padiamenopé a été produit par au moins deux tampons. En effet, si dans la majorité des cas identifiables (9 sur 13) l’inscription se lisait de gauche à droite sur l’empreinte (donc de droite à gauche sur le timbre), elle était sûrement dirigée dans le sens inverse sur un des exemplaires inventoriés (AS-2018-1008-07, fig. 14), qu’il est malheureusement impossible de rattacher à l’un des deux modules. Les quatre individus ressortissant clairement au grand module se lisent de gauche à droite.

  1. Aucune des estampilles de petit module n’est déchiffrable, à l’instar de l’exemple décrit par D. Eigner, dont les dimensions correspondent manifestement à ce groupe (voir graph. 1). Toutes trois proviennent de la même unité stratigraphique 1024 (un paquet de gravats poussés au pied de la face ouest du môle nord, fig. 5 ; 11) et se distinguent par leur couleur foncée.

  1. La plupart des estampilles ont été étudiées en post-fouille dans des conditions de luminosité idéales pour faire ressortir les maigres reliefs, c’est-à-dire dans la pénombre sous la tente ou dans une salle souterraine de la TT 33, en dirigeant un éclairage rasant, successivement, dans toutes les directions latérales. Cette méthode était impossible à appliquer pour les exemplaires demeurés in situ, sur l’arase du pylône, à défaut de pouvoir y travailler de nuit. En compensation, un relevé photogrammétrique de détail (31 clichés, longueur focale 135 mm) a été accompli pour l’empreinte AS-2018-1004-01 en raison de son enjeu épigraphique, car l’inscription était à la fois quasi-complète et difficile à lire (fig. 12). La modélisation du relief, en complément des informations de texture, et l’accentuation de détails grâce à différents viewers (via le logiciel meshlab) ont permis d’identifier la majorité des signes.

Figure 12 : Estampille AS-2018-1004-01 sur une brique crue en place dans le pylône, modèle de terrain AS-2018-K-3 (voir Colin 2021). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin.

  1. Comme les lectures s’acquièrent en combinant les formes révélées grâce aux éclairages successifs (photographie) ou grâce à l’observation des reliefs sous différents angles (photogrammétrie), et comme les hiéroglyphes imprimés dans la pâte sont à chaque fois évanescents, il n’a paru ni rigoureux, ni démonstratif pour la publication de réaliser un fac-similé au trait continu. Pour illustrer la paléographie de ces inscriptions tourmentées par le temps et par la nature impropre des matériaux du support, il sera plus objectif de pointer les traces les moins mal conservées sur un choix de trois photographies et d’une orthophotographie (fig. 13-15 ; 17).

  1. Toutes les empreintes sont en relief et ont donc été imprimées avec un estampoir figurant les hiéroglyphes en creux, d’un type comparable, par exemple, à celui du timbre contemporain utilisé pour les briques de Montouemhat (TT 34)11.

  1. Dans le groupe , la silhouette générale du signe ẖry, en particulier ses trois éléments verticaux assez boursouflés, se distinguent sur AS-2018-1004-01 (fig. 13) et 1008-07 (fig. 14), tandis que le signe ḥb se perçoit sur plusieurs exemplaires, mais n’est jamais imprimé ou conservé très nettement (la lecture n’est cependant pas douteuse).

Figure 13 : Estampille AS-2018-1004-01 sur une brique crue en place dans le pylône, vue orthographique zénithale, d’après le modèle de terrain AS-2018-K-2 (voir Colin 2021). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin.

Figure 14 : Estampille AS-2018-1008-07 sur une brique crue provenant du pylône. Cliché Fr. Colin

Figure 15 : Estampille AS-2018-0000-16 sur une brique crue provenant du pylône. Cliché Fr. Colin

Figure 16 : Comparaison de la silhouette du signe du visage ḥr dans le nom de Padiamenopé, sur l’estampille AS-2018-0000-16 ; dans la salle III de la TT 33, paroi est, au nord de la porte ; dans la salle II, paroi ouest de la nef latérale sud ; et sur un fragment de relief provenant de la TT 33, acheté par W. Spiegelberg à Drah Abou el-Naga en 1896 (IES-NI-5096). Clichés Fr. Colin et J. Beha.

  1. De même, le contour circulaire du visage apparaît très érodé sur plusieurs pièces (AS-2018-1004-01, fig. 13, et peut-être 0000-16, fig. 15, où la silhouette estompée rappelle des exemples de ce signe dans le décor de la TT 33, cf. fig. 16), mais le cadrat n’est jamais suffisamment conservé pour lire son voisin . Cependant, l’espace disponible dans les lacunes est adéquat à la restitution supposée par le contexte.

  1. Le rectangle du , nettement plus haut que large, est bien lisible sur plusieurs exemples, de même que le bras (AS-2018-0000-16, fig. 15 ; 1004-01, fig. 13 ; 1004-02, fig. 17), même s’il en manque régulièrement une des deux extrémités ; la partie proximale du membre remonte assez haut (cf. AS-2018-1004-01, fig. 13).

Figure 17 : Estampille AS-2018-1004-02 sur une brique crue provenant du pylône. Cliché Fr. Colin.

  1. On reconnaît aussi sans hésitation, dans ses deux orientations (AS-2018-1004-01, fig. 13 ; AS-2018-1008-07, fig. 14). Le est bien formé sur certaines empreintes (AS-2018-0000-16, fig. 15), mais apparaît comme fondu sur d’autres exemples, comme AS-2018-1004-01 (fig. 13), dont le contour globalement rectangulaire n’est incontestable que si l’on observe le relief du modèle 3D (fig. 12) sous un angle oblique. Le se devine, peut-être sous la forme d’un simple trait horizontal, sur un seul exemplaire, AS-2018-0000-16 (fig. 15), qui comporte aussi un brouillé par les irrégularités végétales de la pâte.

  1. Enfin, la place disponible à la fin de l’inscription ne paraît pas suffisante pour restituer l’expression mȝʿ-ḫrw, qui ne figure pas non plus sur l’estampille de Montouemhat12.

  1. Au total, la mise en série de ces leçons partielles permet de reconstituer la composition générale du texte de ces estampilles, qu’un regard progressivement exercé par la comparaison parvient à reconnaître malgré l’état de conservation souvent très mauvais.

Commentaire

  1. Si l’on compare, au sein de la TT 33, le texte de nos estampilles avec les autres occurrences du titre principal de Padiamenopé, ẖry-ḥb ḥry-tp, suivi de l’anthroponyme, on observe une répartition des signes et un équilibre des cadrats similaires. Sur les parois décorées des salles rupestres de la tombe, ainsi que sur le mobilier inscrit13, la graphie (fig. 18-19) alterne cependant avec son équivalent moins compact  (fig. 20).
Figure 20 : détail d’une graphie moins compacte du titre et du nom de Padiamenopé dans le décor de la TT 33, dans la salle IV, paroi sud. Cliché Fr. Colin.
  1. La signification de ce titre bicéphale a été souvent discutée14. Jan Quaegebeur a démontré que les deux composantes, ẖry-ḥb et ḥry-tp, ne devaient pas se comprendre comme un substantif suivi d’un adjectif indiquant « un degré supérieur à l’intérieur de la fonction » (prêtre-lecteur en chef), mais comme deux substantifs autonomes15 – ou plus exactement deux adjectifs nisbés substantivés l’un et l’autre (prêtre-lecteur et chef). Cette distinction est depuis lors admise et la coordination souvent adoptée, à juste titre, dans les traductions. Cependant, si l’analyse lexicale et grammaticale paraît entendue, la question sémantique est plus délicate. En effet, le savant reconnaissait lui-même que, pour définir la fonction de certains titulaires, les deux titres paraissent intimement liés : « (…) Même si l’on admet que ẖry-ḥb ḥry-tp présente une certaine unité – et je l’admets à cause de la fréquence de la combinaison –, cela n’exclut pas d’envisager un autre rapport entre les deux termes ; référons-nous aux titres rpʿ ḥȝ.tj-ʿ qui sont si souvent associés »16. Or, le décalque littéral désormais répandu dans les traductions, « prêtre-lecteur et chef », laisse dans l’ombre le lien sémantique unissant probablement le binôme lexical.
  1. Une solution simple pourrait résoudre ce problème de traduction. L’association systématique des deux syntagmes, par exemple dans la titulature de Padiamenopé, suggère qu’ils concourent à exprimer deux aspects complémentaires d’une même charge. Le premier titre définit l’office d’une façon générique en pointant les compétences liturgiques mises en œuvre : la capacité d’interpréter et de lire à voix haute le texte du rituel (ḥry-ḥb)17. Le second affirme en outre l’autorité que détient le titulaire pour organiser et guider la cérémonie dans les règles de l’art. C’est lui « qui prend la tête (ḥry-tp) » (de la célébration) et jouit probablement aussi de la préséance (ḥry-tp) parmi les ritualistes. La traduction adoptée au long de cet article vise donc à suggérer la complémentarité fonctionnelle tout en formulant une expression double : le « prêtre-lecteur, maître de cérémonie ».
  1. À la question que posait Jan Quaegebeur, « de savoir s’il faut traiter ẖry-ḥb ḥry-tp comme un tout ou comme deux termes distincts »18, il faudrait ainsi répondre : les deux à la fois. Cette identification d’une complémentarité lexicale est, notons-le, entièrement compatible avec la capacité qu’ont les deux titres d’endosser aussi des fonctions syntaxiques autonomes, lorsque la prestation du titulaire se spécialise. Dans cette perspective, on peut considérer, par exemple, que l’acception « magicien » parfois perçue dans le titre ḥry-tp procède du sens fondamental de « maître de cérémonie ». Celui-ci, grâce à sa science, supervise les actes, les gestes et les paroles qui assureront le bon fonctionnement du rituel19 – fût-il d’ordre magique.
  1. Le double syntagme compose en quelque sorte le titre « essentiel » de Padiamenopé. Comme l’a souligné Isabelle Régen20, si les hiérogrammates souhaitaient abréger sa titulature en y retenant seulement la fonction principale, ils sélectionnaient spécifiquement et systématiquement sa qualité de prêtre-lecteur, maître de cérémonie (ẖry-ḥb, ḥry-tp), parmi ses nombreux titres attestés (voir par exemple fig. 18-19). La publication des estampilles de son pylône fournit désormais une jolie confirmation de ce principe, dans un contexte plus pragmatique et moins ostensible que les monuments d’apparat – puisque les inscriptions n’étaient plus visibles une fois les briques mises en place dans la maçonnerie.
  1. La finalité de ces marques, qui n’étaient pas destinées à être lues par les visiteurs contemporains, se situe probablement à la croisée d’une affirmation statutaire et de préoccupations pragmatiques. À propos des estampilles apposées au nom de rois, Alan J. Spencer suggère : « probably it is a way of emphasising the king’s involvement in the construction of the entire fabric of the building. In this case, like much in Egyptian Architecture, it would be a symbolic custom, since the inscription on the bricks would not be visible once they had been built together » (1979, p. 146.). Au début de la XVIIIe dynastie, lorsque cette pratique apparut dans les ateliers de construction d’Ahmosé Ier21, les autorités responsables de la fabrique des monuments publics, dans les domaines funéraires et cultuels, avaient acquis une longue expérience des ravages que la succession des générations pouvait causer contre l’intégrité du bâti. Les démontages de monuments hérités des anciens, pour leur en substituer d’autres au nom des nouveaux maîtres régnants, voire remployer leurs matériaux dans les constructions en cours, constituaient une pratique bien ancrée dans les usages de l’espace public. Il est possible que parmi les bénéfices attendus sur le long terme, le marquage des briques incorporées dans un dispositif de culte mortuaire majeur ait poursuivi l’objectif de pérenniser, jusque dans l’épaisseur des murs, le nom du défunt bénéficiaire (qu’il fût royal ou privé). Cet acte d’identification et d’appropriation du terrain bâti anticiperait l’éventualité, lorsque la mémoire familiale et institutionnelle se serait estompée, que de nouvelles autorités entreprennent de transformer le paysage architectural de la nécropole aux dépens des générations précédentes.

Conclusion

  1. Les briques crues estampillées au nom d’un souverain n’apparaissent pas avant le Nouvel Empire, se rencontrent surtout sous la XVIIIe dynastie et deviennent rares après la XXIe dynastie. Il en existe cependant à nouveau des exemples au tournant de la XXVe et de la XXVIe dynastie. Les briques crues estampillées au nom de personnes privées sont très peu attestées, à toutes les périodes22. Dans ces conditions, il n’est probablement pas fortuit que le meilleur parallèle des briques estampillées nommant le prêtre-lecteur, maître de cérémonie Padiamenopé (TT 33) se trouvent chez son grand voisin et contemporain Montouemhat, le propriétaire de la TT 34, dont des briques crues signalent le nom et les titres de quatrième prophète d’Amon, gouverneur de Thèbes et chef de la Haute-Égypte.
  1. Ce point commun dans la culture technique des maçons constitue un nouvel argument à verser au dossier des pratiques et savoir-faire partagés par les ateliers qui conçurent et réalisèrent les monuments de Montouemhat et de Padiamenopé23. Ce rapprochement est assez frappant, si l’on considère la rareté des occurrences de briques estampillées en dehors des contextes royaux. Il s’ajoute aux similitudes remarquablement mises en évidence par Laurent Coulon, dans le domaine de la statuaire24, et par Isabelle Régen, à propos des parentés décoratives observables dans les tombes thébaines 34 et 3325. Ces auteurs ont démontré que les œuvres produites au nom de Montouemhat et de Padiamenopé entretenaient des liens si étroits qu’elles paraissent parfois issues d’un même atelier. Les corps de métier collaborant autour de leurs deux grands projets monumentaux partageaient incontestablement une culture littéraire, artistique et technique commune.
  1. La sélection des titres retenus par l’un et l’autre personnage pour figurer dans l’espace épigraphique nécessairement limité des estampilles est elle aussi cohérente avec les traits biographiques souvent observés sur les autres catégories de monuments. D’après les courtes inscriptions maçonniques (si l’on se permet d’enrichir ce terme d’une nouvelle acception), les prérogatives de Montouemhat lui viennent essentiellement de ses fonctions de « quatrième prophète d’Amon, gouverneur de Thèbes et chef de la Haute-Égypte » (ḥm-nṯr 4-nw (n) Ỉmn, ḥȝty-ʿ nỉw.t, mr šmʿw, Mnṯw-m-ḥȝ.t). Une position sociale dominante dans la hiérarchie sacerdotale et politique de la Thébaïde. En contraste avec ce portrait très institutionnel, le choix des titres inclus dans les estampilles suggère que le prestige de Padiamenopé procédait essentiellement de ses compétences de ritualiste (ẖry-ḥb), dirigeant la manœuvre (ḥry-tp) lors des grandes manifestations cultuelles du royaume. Cette interprétation du binôme lexical, qui exprimerait deux aspects complémentaires de la fonction de maître de cérémonie expert en rituels, entrerait parfaitement dans le cadre hypothétique, fécond et stimulant, que Claude Traunecker26 a proposé de dresser pour comprendre le statut de ce personnage, dont la tombe d’une ampleur inégalée manifeste à l’évidence le caractère exceptionnel.

Bibliographie

  • Colin, Fr., 2021, « Asasif 2018, Sector 1, Stamped Mudbrick on Theban Tomb 33’s Pylon », Field Survey AS-2018-K-3, Strasbourg, DOI : 10.34847/nkl.8375w900, modèle publié en ligne sur la plate-forme Pount https://pount.unistra.fr/items/ec5867a6-4675-4422-b27a-a08dcd24051f/viewer  et sur la plate-forme Sketchfab https://sketchfab.com/3d-models/stamped-mudbrick-on-theban-tomb-33s-pylon-559f656ed50547b49067c309b2124fbb.
  • Colin, Fr., Clapuyt, G., Dupuis, C., Gavazzi, Br., Hartenstein, C., Marchand, S., Mi, F., Nannucci, S., Smets, H., 05/10/2020, « Assassif », BAEFE 05/10/2020, https://journals.openedition.org/baefe/985.
  • Colin, Fr., Gavazzi, Br., Brahimi, S., 2018, « Le temple funéraire de Padiamenopé dans l’environnement de l’Assassif », in L. Bavay (éd.), Rapport d’activité 2016-2017. Supplément au BIFAO 117, Le Caire, p. 299-303.
  • Coulon, L., 2016, « Padiaménopé et Montouemhat. L’apport d’une statue inédite à l’analyse des relations entre les deux personnages », in Ph. Collombert, D. Lefèvre, St. Polis, J. Winand (éd.), Aere Perennius. Mélanges égyptologiques en l’honneur de Pascal Vernus, Leuven, Paris, Bristol (OLA 242), p. 91-119.
  • Dümichen, J., 1884, Der Grabpalast des Patuamenap in der thebanischen Nekropolis: in vollständiger Copie seiner Inschriften und bildlichen Darstellungen und mit Übersetzung und Erläuterungen derselben, vol. 1, Leipzig.
  • Eigner, D., 1984, Die monumentalen Grabbauten der Spätzeit in der thebanischen Nekropole, Wien (ÖAWDG 8).
  • Einaudi, S., 2012, « Le Livre des morts dans les tombes monumentales tardives de l’Assassif, BSFÉ 183, p. 14-36.
  • Einaudi, S., 2013, « Le Livre des Morts dans les deux salles hypostyles de la tombe de Padiamenopé (TT 33). Étude en cours », in J. Budka, R. Gundacker, G. Pieke (éd.), Florilegium Aegyptiacum – eine wissenschaftliche Blütenlese von Schülern und Freunden für Helmut Satzinger zum 75. Geburtstag am 21. Jänner 2013, Göttingen (GMBh 14), p. 59-74.
  • Harvey, S. P., 2007, « King Heqatawy: Notes on a Forgotten Eighteenth Dynasty Royal Name », in Z. Hawass, J. E. Richards (éd.), The Archaeology and Art of Ancient Egypt: Essays in Honor of David B. O’Connor, Le Caire (SASAE 36), p. 343-356.
  • Harvey, S. P., 2008, « Report on Abydos, Ahmose and Tetisheri Project, 2006-2007 Season », ASAE 82, p. 143-155.
  • Jansen-Winkeln, K., 2009, Inschriften der Spätzeit III: Die 25. Dynastie, Wiesbaden.
  • Jansen-Winkeln, K., 2014, Inschriften der Spätzeit, Teil IV: Die 26. Dynastie, I-II, Wiesbaden.
  • Leclant, J., 1961, Montouemhat quatrième prophète d’Amon prince de la Ville, Le Caire, 1961 (BdÉ 35).
  • MMA, accession number 08.202.45, base de données en ligne, https://www.metmuseum.org/art/collection/search/553818, consultée le 09/08/2021.
  • Mouron, G., 2008-2010, « À propos de la fonction de conducteur de fête », BSFÉ 28, p. 97-117.
  • Quaegebeur, J., 1987, « La désignation  (pȝ-)ḥry-tp : phritob », in J. Osing, G. Dreyer (éd.), Form und Mass. Beiträge zur Literatur, Sprache und Kunst des alten Ägypten. Festschrift für Gerhard Fecht zum 65. Geburtstag am 6. Februar 1987, Wiesbaden (ÄAT 12), p. 368-394.
  • Quaegebeur, J., 1989, « Phritob comme titre d’un haut fonctionnaire ptolémaïque », AncSoc 20, p. 159-168.
  • Régen, I., 2018, « The Book of Nut in the Late Period Tombs of the Asasif Necropolis: With a Focus on the Decorative Layout in the Tombs of Padiamenope (TT 33) and Montuemhat (TT 34) », in E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC: Art and Archaeology of the Kushite Period and Beyond, London (GHP Egyptology 27), p. 162-176.
  • Spencer, A. J., 1979, Brick Architecture in Ancient Egypt, Warminster.
  • Tiradritti, Fr., 2014, « Of Kilns and Corpses: Theban Plague Victims », EA 44, p. 15-18.
  • Traunecker, Cl., Régen, I., 2016, « La tombe du prêtre Padiamenopé (TT 33) : éclairages nouveaux », BSFÉ 193-194, p. 52-82.
  • Traunecker, Cl., Régen, I., 2018, « La tombe d’un intellectuel dans la Thèbes des divines adoratrices », in Fl. Gombert-Meurice, Fr. Payraudeau (éd.), Servir les dieux d’Égypte. Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d’Amon à Thèbes, Paris, p. 60-63.
  • Wilkinson, J. G., 1830, Topographical Survey of Thebes, Tápé, Thaba, or Diospolis Magna, London.
  • Wilkinson, J. G., 1835, Topography of Thebes and General View of Egypt, London.

Figure 21 : Brique crue estampillée AS-2018-1005-01. Cliché Fr. Colin.

Figure 22 : Brique crue estampillée AS-2018-1006-33. Cliché Fr. Colin.

Figure 23 : Brique crue estampillée AS-2018-1020-10. Cliché Fr. Colin.

Figure 24 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 25 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-03. Cliché Fr. Colin.

Figure 26 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-04. Cliché Fr. Colin.

Figure 27 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-05. Cliché Fr. Colin.

Figure 28 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-06. Cliché Fr. Colin.

Figure 29 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-07. Cliché Fr. Colin.

Figure 30 : Brique crue estampillée AS-2018-1024-07. Cliché Fr. Colin.

Figure 31 : Brique crue estampillée AS-2018-1056-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 32 : Brique crue estampillée AS-2018-1037-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 33 : Brique crue estampillée AS-2018-1042-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 34 : Brique crue estampillée AS-2018-1008-07. Cliché Fr. Colin.

Figure 35 : Brique crue estampillée AS-2018-1018-01. Cliché Fr. Colin.

Figure 36 : Brique crue estampillée AS-2018-1018-02. Cliché Fr. Colin.

Figure 37 : Brique crue estampillée AS-2018-1064-01. Cliché Fr. Colin.

Figure 38 : Brique crue estampillée AS-2018-1054-23. Cliché Fr. Colin.

Figure 39 : Brique crue estampillée AS-2018-1054-24. Cliché Fr. Colin.

Figure 40 : Brique crue estampillée AS-2018-1054-25. Cliché Fr. Colin.

Figure 41 : Brique crue estampillée AS-2018-1054-26. Cliché Fr. Colin.

Figure 42 : Brique crue estampillée AS-2018-1099-11. Cliché Fr. Colin.

Figure 43 : Brique crue estampillée AS-2018-1099-12. Cliché Fr. Colin.

Figure 44 : Brique crue estampillée AS-2018-1099-12. Cliché Fr. Colin.

Figure 45 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-05. Cliché Fr. Colin.

Figure 46 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-06. Cliché Fr. Colin.

Figure 47 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-07. Cliché Fr. Colin.

Figure 48 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-08. Cliché Fr. Colin.

Figure 49 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-09. Cliché Fr. Colin.

Figure 50 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-10. Cliché Fr. Colin.

Figure 51 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-11. Cliché Fr. Colin.

Figure 52 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-12. Cliché Fr. Colin.

Figure 53 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-13. Cliché Fr. Colin.

Figure 54 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-14. Cliché Fr. Colin.

Figure 55 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-15. Cliché Fr. Colin.

Figure 56 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-16. Cliché Fr. Colin.

Figure 57 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-17. Cliché Fr. Colin.

Figure 58 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-18. Cliché Fr. Colin.

Figure 59 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-19. Cliché Fr. Colin.

Figure 60 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-20. Cliché Fr. Colin.

Figure 61 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-21. Cliché Fr. Colin.

Figure 62 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-22. Cliché Fr. Colin.
Figure 63 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-23. Cliché Fr. Colin.

Figure 64 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-24. Cliché Fr. Colin.

Figure 65 : Brique crue estampillée AS-2018-0000-25. Cliché Fr. Colin.


Cite this article as: Frédéric Colin, « Les briques estampillées du pylône de Padiamenopé », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 28 août 2021, https://clae.hypotheses.org/1856, consulté le 28 septembre 2021.

 

  1. Wilkinson 1830 et 1835, p. 130. []
  2. Dümichen 1884, p. 50-51 (restitution en coupe et en élévation). []
  3. Voir les traits gras et les points topographiques indiqués sur les plans 1 et 29 de Eigner 1984. []
  4. Colin, Gavazzi, Brahimi 2018. []
  5. À propos de cette traduction, voir infra, au chapitre Commentaire. []
  6. Spencer 1979, p. 146. []
  7. Eigner 1984, p. 75. []
  8. Leclant 1961, p. 155 ; Spencer 1979, pl. 38 ; Eigner 1984, pl. 36C ; Jansen-Winkeln 2009, p. 479, n° 227 ; New York, Metropolitan Museum of Art, brique crue estampillée, MMA, accession number 08.202.45. []
  9. Eigner 1984, p. 77. []
  10. Eigner 1984, p. 71-72 ; 75-76. []
  11. Voir Leclant 1961, pl. 51 ; Eigner 1984, pl. 36C. []
  12. Voir ci-dessus note 8. []
  13. Jansen-Winkeln 2014, p. 130-148. []
  14. Pour la bibliographie abondante sur ce titre, voir Einaudi 2012, p. 19, n. 19, et 2013 p. 60, n. 15. []
  15. Quaegebeur 1987, à compléter par Idem 1989. []
  16. Quaegebeur 1987, p. 378. []
  17. Gardiner 1947, p. 55*. []
  18. Quaegebeur 1987, p. 375. []
  19. Cette responsabilité serait à distinguer d’une autre fonction, bien attestée du Nouvel Empire à la Troisième Période Intermédiaire, celle du « conducteur de fête » (sšm ḥb), que peuvent assumer divers responsables de haut niveau, chargés de remplacer le roi en son absence lors d’une cérémonie festive, éventuellement en portant une statue de substitution du souverain représenté dans un geste d’offrande et de consécration (Mouron 2008-2010). []
  20. Traunecker, Régen 2016, p. 82 et note 64. []
  21. Aux exemples abydéniens bien connus (Spencer 1979, p. 144 ; Harvey 2007, p. 343 ; 348-350 ; fig. 1, et 2008, p. 144-145 ; fig. 5-6), on peut désormais ajouter l’occurrence d’une estampille au nom d’Héqataoui (Ahmosé) dans la montagne thébaine (Colin et alii 05/10/2020, § 18 ; la publication de ce dossier est en préparation). []
  22. Spencer 1979, p. 144-146. []
  23. On relèvera d’ailleurs que l’exemplaire publié dans Eigner 1984, pl. 36C, paraît présenter une concentration de dégraissant végétal particulièrement élevée en surface, qui rappelle l’aspect caractéristique des briques de Padiamenopé. []
  24. Coulon 2016, p. 92 ; 97-108 ; 113-115. []
  25. Régen 2018, p. 168-169. []
  26. Selon Traunecker, Régen 2016, p. 74-76 (cf. aussi Coulon 2016, p. 118 et Traunecker, Régen 2018, p. 60), l’histoire personnelle de Padiamenopé l’aurait mené à jouer le rôle d’un chargé d’affaires rituelles, plénipotentiaire, qui remplaçait le roi dans les grandes cérémonies cultuelles. En ce qui concerne l’identité de ce roi, kouchite ou saïte, il convient de laisser la question ouverte en attendant le renouvellement du dossier avec des arguments nouveaux. []

Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of an unfinished limestone sculpture found a few centimetres from a dog burial in the backfill of the foundation trench of Padiamenope’s pylon (TT 33). The statue represents a left human foot and is interpreted as a student’s practice piece performed in the context of a sculpture workshop engaged in carving the funerary furniture during the construction of the mausoleum. An inadvertent breaking of the stone interrupted the carving. The fact that this object appears in a stratified context is noteworthy, as this category of artifact, although well documented in museum collections, is generally decontextualized, which makes it difficult to determine their date and production background. The apprentice’s replica may have been deliberately associated with the dog’s grave, in the manner of a funerary tribute to a beloved pet, or their proximity may be purely coincidental.

Figure 1 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, vue orthographique du modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Identification et caractéristiques de la sculpture (fig. 1-2)

Numéro de fouille : Assassif-2018-1033-01.
Lieu de conservation :
En 2021, l’objet est conservé avec la majorité du mobilier découvert en 2018 et en 2019, dans la boîte « AS 2018 pied statue », dans la malle « 1 », protégée à l’intérieur de la salle 1 de la TT 33.
Dimensions :
Hauteur maximale conservée 8,2 cm. Plus grande diagonale du bloc 19,1 cm. Longueur maximale conservée du pied 13,2 cm. Largeur maximale du pied à la hauteur des orteils 5,8 cm. Longueur maximale conservée du socle sur la face latérale gauche 12,5 cm. Longueur maximale conservée du socle sur la face avant 10 cm. Épaisseur du socle sur la face avant entre 3,6 et 3,8 cm. Épaisseur du socle sur la face latérale gauche environ 3,7. Épaisseur du socle du côté droit entre 3,6 et 5,1 cm. Le socle est plus épais et déborde plus largement de la plante du pied que sur la plupart des parallèles didactiques (voir ci-dessous, figure 2 et note 9).
Matériau et état de conservation :
Calcaire de Tarawan. Le bloc est brisé sur toute la longueur du socle du côté droit du pied et sur la face arrière. Sont ainsi perdus le talon, un gros éclat du flanc gauche et le haut du membre à partir de la base du cou-de-pied. Il n’est donc pas absolument exclu que le pied ait appartenu à un projet de sculpture d’un personnage complet, ce qui expliquerait l’épaisseur du socle (voir « Dimensions »). Il est cependant vraisemblable que l’œuvre s’interrompait à la hauteur de la cheville, d’après les parallèles de statuettes représentant uniquement un pied gauche et selon l’équilibre général du bloc.
Datation de l’artefact :
La fabrication de la sculpture et les travaux de construction de la tombe de Padiamenopé (tombe 33) sont probablement synchrones.
Datation du contexte de découverte :
Le fragment de statue provient d’un remblai inclus dans la phase III.1, qui correspond à la construction initiale de l’enceinte du mausolée (Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, tableau 1). Selon les auteurs (De Meulenaere 2008 ; Coulon 2016, p. 111-115), le floruit de Padiamenopé est situé à la fin de la XXVe, au début de la XXVIe dynastie ou à cheval entre ces deux périodes, d’après des critères historiques. Le mobilier céramique trouvé dans le même niveau de construction est caractéristique du début de la XXVIe dynastie, avec quelques intrusions du Nouvel Empire provenant des phases antérieures du site (étude Sylvie Marchand).
Figure 2 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, vues orthographiques du haut, du bas, de droite, de gauche, de devant et de derrière, du modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Contexte archéologique

Le fragment de statue a été trouvé dans un remblai composé de cailloux et de gros blocs de calcaire (dimension maximale jusqu’à 49 cm) contenus dans une matrice peu abondante sablo-limoneuse (fig. 3). Les débris rocheux comportent régulièrement des traces d’outil caractéristiques du travail de carriers et, comme le bloc sculpté, proviennent probablement de la formation de Tarawan, dans laquelle la tombe 33 fut creusée. Ces matériaux furent déversés dans la tranchée de fondation du môle nord du pylône de Padiamenopé pour la combler, dans la phase de construction initiale de l’enceinte (phase III.1).

  1. À la même altitude et à une distance de seu­lement 16 cm, gisait la dépouille d’un chien, dont les tissus avaient subi une momifi­cation naturelle partielle au niveau de la tête (y compris l’oreille gauche), de l’épaule et du membre antérieur gauche, ainsi que sur diverses faces osseuses (fig. 3-6). Le squelette, qui conservait des connexions anatomiques, était vraisemblablement situé en position primaire1.
Figure 3 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 et fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ. Cliché Fr. Colin.
Figure 4 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 ; détail de la tête et de la patte antérieure gauche naturellement momifiées. Cliché Fr. Colin.
Figure 5 : Relevé de l’inhumation de chien AS-2018-1033-02 accompagnée du fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ, échelle 1/5e. Relevé photogrammétrique, modélisation et dessin Fr. Colin.
  1. Dans l’environnement d’une couche de dé­bris accusant une forte pente vers le fond de la tranchée, le fait que le corps de canidé et le fragment de statue aient cependant été trouvés exactement au même niveau, à une faible distance, suggère qu’ils ont été jetés ou déposés à cet endroit simultanément, par la même personne ou le même groupe d’individus. Il peut s’agir d’une inhumation opportuniste profitant du remblaiement en cours de la tranchée.

Figure 6 : Inhumation de chien AS-2018-1033-02 accompagnée du fragment de sculpture AS-2018-1033-01 in situ, modèle de terrain AS-2018-H-3 (voir Colin 2021). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin. Topographie Nerea Bernabeu Sepulcre.

Description

  1. Les lacunes de la pierre provoquées par au moins trois plans de fracture nécessitent de restituer l’état originel de l’objet avec les précautions de rigueur. Sans pouvoir totale­ment exclure l’éventualité que la statue, avant cassure, ait représenté un corps hu­main complet, les formes conservées permet­tent cependant, avec vraisemblance, de ratta­cher l’ouvrage à une série de statuettes, sou­vent en calcaire, figurant un pied gauche jusqu’à la hauteur de la cheville, bien attestée dans les collections muséales2 (fig. 7).
Figure 7 : Série de sculptures de pied en calcaire du Musée du Louvre, inv. E 5520, 10948, 14376, 18657, 24293, 10913 (Aile Sully, Niveau 1, Salle 644, Des derniers pharaons égyptiens à Cléopâtre, Vitrine 4). Cliché Fr. Colin.
  1. L’inachèvement patent de notre exem­plaire révèle des détails intéressants sur la technique de sculpture. On observe sur les surfaces façonnées quatre types de traces, correspondant à l’utilisation d’autant d’outils différents :

I. Un ciseau au tranchant droit et large, lais­sant des encoches parfois profondes, uti­lisé sur la face avant et sur la face supérieure du socle à la droite du pied (fig. 8-9). La largeur du taillant peut être estimée à envi­ron 2,3 cm, d’après la mesure des traces vi­sibles en surface.

Figure 8 : Encoches de ciseau large sur la face avant du socle de la sculpture AS-2018-1033-01. Cliché H. Smets.

II. Un ciseau droit beaucoup plus étroit (fig. 9), dont la largeur, environ 0,5 cm, est identifiable sur le plan supérieur du socle à la gauche du pied (où les bandes de taille sont souvent rendues encore plus étroites par leur superposition progressive). Employé pour sculpter avec plus de précision, cet outil a aussi servi à façonner les formes délicates du pied.

Figure 9 : Mise en évidence des traces d’outils à la lumière rasante, sur la sculpture AS-2018-1033-01. À gauche et sur le pied, ciseau étroit. À droite, ciseau large. Cliché Fr. Colin.

III. Le parement inférieur du socle a été dressé à l’aide d’un instrument traçant de longues rayures, larges de 0,4 cm à 0,5 cm. L’aspect régulier de ces sillons parallèles, en oblique par rapport aux bords du bloc, peut rappeler l’état de surface obtenu par la tech­nique du layage avec un taillant (fig. 2 et 10).

Figure 10 : Layage de la face inférieure et peut-être latérale gauche du socle de la sculpture AS-2018-1033-01. Cliché H. Smets.

IV. Sur le plan supérieur du socle s’observent des striures perpendiculaires au tranchant du ciseau et continues sur toute la longueur du bloc (bien visibles fig. 2 et 12). Elles paraissent témoigner d’un processus d’abrasion ultérieur à la taille, grâce à un objet de surface plane et granuleuse. Il pour­rait s’agir, par exemple, d’une râpe ou d’un polissoir en grès, dont des exemplaires cou­verts d’une poudre de calcaire ont été décou­verts dans la même phase de comblement de la tranchée de fondation du pylône de Padia­menopé3.

  1. L’identification de ces outils, la largeur des tranchants déduite des traces conservées et l’emploi pour une même œuvre de plu­sieurs ciseaux de dimensions différentes sont compatibles avec les techniques connues de la sculpture égyptienne, notamment dans la pierre tendre4.
  1. Sur le socle, le ciseau a progressé parallèle­ment à l’axe du pied, à sa droite et à sa gauche (fig. 9). Sur le dos du membre, égale­ment, le cheminement de l’outil a taillé des bandes caractéristiques (fig. 9), qui pour­raient rappeler la méthode de taille en « arêtes » et en « facettes », signalée depuis longtemps sur divers modèles de sculpteur5. Cependant, la ressemblance est superficielle, car sur ces œuvres achevées (par opposition à un ouvrage interrompu par accident), les facettes sont très régulières et parcourent toute la statue de façon rectiligne, en en souli­gnant les proportions. On a proposé d’y reconnaître une aide visuelle pour les appren­tis, qui leur servirait de repère idéal pour organiser leur stratégie de taille6 – en somme, un guide en trois dimensions pour obtenir progressivement les surfaces convexes souhaitées.
  1. En contraste avec ces bandes très uni­formes réalisées à des fins didactiques par des sculpteurs sûrs de leur art, les facettes plus étroites affectant le dos du pied AS-2018-1033-01 suivent un tracé irrégulier et appa­remment empirique (fig. 9). De même, l’imperfection de l’abrasion de surface, qui n’a pas effacé les marques du ciseau, dénote davantage un ouvrage involontairement ina­bouti qu’une œuvre conçue comme un mo­dèle. Parmi les doigts, seul le gros orteil com­portait déjà une ébauche du façonnage de l’ongle au moment où l’œuvre a été abandon­née.
  1. Enfin, le traitement du socle, de part et d’autre du pied, témoigne clairement de deux états d’avancement distincts. À gauche, un ciseau fin a été dirigé par petits à coups de faible impact et la surface obtenue est bien plane, régulière et horizontale. L’épaisseur du socle est d’ailleurs parfaite­ment homogène (environ 3,7 cm) sur toute la longueur (fig. 11, bas). À droite, un ciseau large a été frappé avec plus de puissance et dans un angle d’attaque probablement plus droit, d’où la formation d’encoches plus profondes. Cet état d’avancement prépara­toire s’observe aussi dans l’épaisseur irrégu­lière du socle, qui augmente sensiblement entre l’avant et l’arrière du bloc (entre 3,6 et 5,1 cm) (fig. 11, haut). Par voie de consé­quence, l’asymétrie gauche-droite se réper­cute mécaniquement sur la silhouette du pied. En résumé, la gauche du socle docu­mente une phase de finition, tandis que la droite dénote encore une étape du dégrossis­sage.
Figure 11 : Coupes longitudinales à droite et à gauche du pied de la sculpture AS-2018-1033-01, en vue orthographique d’après le modèle AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation et dessin Fr. Colin.
  1. L’ensemble de ces indices pointe vers l’hypothèse d’une sculpture involontaire­ment inachevée, peut-être interrompue par la brisure du bloc. L’origine des lignes de fracture paraît d’ailleurs se situer du côté arrière droit de la statue, que le sculpteur était encore occupé à dégrossir au moment de l’accident (fig. 12).

Figure 12 : Bloc sculpté AS-2019-1033-01, modèle de terrain AS-2019-OBJ-A-4 (voir Smets, Colin 2021). Relevé photogrammétrique H. Smets, modélisation Fr. Colin.

Commentaire

  1. La description de la statue permet de la rat­tacher à l’ensemble des sculptures inache­vées et, en son sein, à la série bien attestée des pieds gauches réalisés dans une pierre tendre à des fins didactiques – un thème qui paraît bien avoir constitué une « figure impo­sée » dans la formation des sculpteurs.
  1. Mais dans ce cadre clairement défini, quel est le statut spécifique de notre exemplaire, modèle de l’instructeur ou exercice de l’apprenti ? Dans le domaine de l’écrit sur ostraca ou sur papyrus, l’identification d’une copie scolaire comme un « modèle » du maître ou comme un « exercice » de l’élève relève d’un jugement qu’il est parfois difficile d’objectiver totalement. Il en va de même pour les productions didactiques dans l’art de sculpter, où les borderline cases ne man­quent pas7. Néanmoins, les imperfections de taille observées sur le pied AS-2018-1033-01, qui se conclurent par un éclatement de la pierre accidentel et irrémédiable, invitent à l’identifier plus probablement comme l’exercice d’un novice (student’s practice piece) que comme la démonstration d’un sculpteur confirmé (model, sculptor’s study8).
  1. La plupart des parallèles, conservés dans des musées et acquis anciennement ou dans des conditions obscures, sont totalement décontextualisés9. Les conditions de leur production et leur destination sont donc supposées au départ de leurs caractéristiques intrinsèques. Leur datation, elle-même, est bien évidemment sujette à caution10 et fait généralement l’objet, dans les notices mu­séales, d’une estimation large, « entre la Basse Époque et la période ptolémaïque », parfois appuyée sur un vague renvoi au « style ». Dans ces conditions, la découverte d’un exemplaire issu d’un contexte bien dé­fini livre à la discussion des données nou­velles et précieuses.
  1. La datation, absolue comme relative, est intéressante en soi, puisque la statue, trouvée en compagnie de céramiques caractéristiques du début de la XXVIe dynastie (datation S. Marchand), provient d’un remblai précisé­ment rattaché à la phase de construc­tion de la tombe du prêtre lecteur en chef Padiamenopé. On se situe donc au tout dé­but du créneau chronologique traditionnelle­ment attribué à la série des sculptures « didac­tiques ».
  1. Le contexte topographique et stratigra­phique est lui aussi révélateur de l’environnement dans lequel ces œuvres étaient produites. Une étude consacrée aux rebuts de sculpture en pierre non locale (roches magmatiques, grès) répertoriés dans la fouille de l’« Opération A » a montré que de nombreux éclats de granite rose et de granodiorite, portant parfois les indices d’un travail de taille, se sont trouvés piégés dans les couches constituées pendant la période de construction de la tombe 33 (phases III.1 et III.2)11. Selon notre interprétation, ces ves­tiges témoignent de l’activité d’un atelier de sculpteurs travaillant in situ, au plus près de l’emplacement auquel était destiné le mobi­lier funéraire de Padiamenopé. Or, c’est préci­sément dans le même contexte stratigra­phique, au sein de la phase III.1, que l’exercice de sculpteur en Calcaire de Tara­wan a été mis au jour. Constitué d’un bloc issu d’un banc géologique local que les car­riers étaient, par ailleurs, en train de creuser, il cohabitait dans la même unité stratigra­phique avec 47 éclats de granite rose, 74 éclats de granodiorite, un fragment de micro­quartzite et dix-sept polissoirs en grès, dont trois couverts d’une poudre de calcaire, prélevés à divers niveaux du remblai12.
  1. Cette combinaison de rebuts, dénotant un travail d’initiation (exercice dans une pierre tendre locale facile à façonner) dans un environnement professionnel aguerri (emploi de roches exogènes coûteuses, maté­riaux durs et nobles), est cohérente dans le contexte d’un vaste projet collectif auquel participe un atelier de sculpteurs. On ima­gine une équipe organisée par un maître, où les artistes expérimentés profitent du chan­tier pour initier des apprentis.
  1. La contextualisation de notre trouvaille contribue également à la discussion sur la finalité de ces petites sculptures représentant des parties du corps humain, que certains ont été tentés d’interpréter comme des ex voto, à l’image des pièces « anatomiques » offertes à des divinités guérisseuses dans un cadre cultuel grec ou romain13. Il ne s’agit pas, bien entendu, de faire entrer à tout prix l’ensemble d’un corpus multiforme dans une interprétation unique, indépendamment de la date et des caractéristiques individuelles des objets. Cependant, dans l’exemple de l’Assassif, nous nous situons clairement à l’origine de la chaîne de production statuaire – en d’autres termes, dans un atelier – et ni le paysage cultuel local, ni les circonstances du chantier de construction du mausolée de Padiamenopé ne suggèrent une finalité vo­tive et/ou thérapeutique. La présence d’une équipe d’artistes en situation professionnelle sur le terrain, comprenant des anciens et des apprentis qu’il s’agit d’initier et d’entraîner, suffit à expliquer le façonnage de notre objet comme une activité d’instruction périphé­rique, en annexe de la production principale.
  1. L’atelier de sculpteurs de Padiamenopé ins­tallé au cœur de la nécropole, au plus près du lieu de destination des œuvres, ne consti­tue pas un cas isolé. À Saqqara, par exemple, dans le contexte particulier des cultes mor­tuaires animaliers-régaliens, Katja Lembke14 a interprété un ensemble de bustes royaux volontairement inachevés comme des mo­dèles de sculpteur, qu’il conviendrait de da­ter du début de la période ptolémaïque. Les informations contextuelles livrées par Auguste Mariette, qui les découvrit en 1860, sont très vagues – d’après des recoupements incertains, l’emplacement de la trouvaille pourrait s’être situé quelque part au nord du Serapeum ou de la partie ouest de son dromos. Cependant, la ressemblance stylis­tique entre les modèles de portraits royaux et les têtes royales des sphinx de l’allée menant au Serapeum suggère à l’autrice une hypo­thèse astucieuse : le Bildhauerwerkstatt aurait été consacré à la fabrique des œuvres for­mant la panoplie monumentale du célèbre dromosSuivant le même principe pratique que dans l’Assassif, l’atelier aurait été monté à deux pas de la chaussée où les statues allaient être exposées.
  1. Ce qui est vrai pour un atelier implanté dans une nécropole l’est potentiellement aussi lorsque les artisans avaient pignon sur rue (ou sur dromos) à proximité d’un temple. Cette remarque pourrait éclairer une des rares trouvailles anciennes dont le con­texte soit à peu près connu, la découverte en 1919 d’un ensemble de sculptures didac­tiques en calcaire près de Karnak (deux pieds gauches, trois bustes, quatre plaques et pla­quettes gravées). D’après la description et un croquis sommaire de la fouille, le site se trou­vait à une vingtaine de mètres à l’ouest du dromos menant au temple de Khonsou à Karnak, à l’extérieur de la grande enceinte. Le fouilleur interprétait l’assemblage, de façon vraisemblable, comme des rebuts jetés auprès d’un atelier de sculpteurs15. Du point de vue de la « clientèle » visée, l’emplacement du gisement était en tout cas opportun pour développer cette industrie, à proximité des grands patrons institutionnels à l’intérieur du temple, tout comme des dé­vots extérieurs en visite à Karnak.
  1. Pour conclure ces réflexions contextuelles, nous reviendrons sur la question de l’« association » entre l’inhumation d’un chien et le dépôt d’un exercice de sculpteur, que le titre de la présente notice suggère. Faire la part entre la circonstance contin­gente et le détail porteur de sens conduit sans doute à quitter le domaine de l’histoire de l’art et des métiers pour celui de la micro-histoire – ou, plus exactement, de la micro-archéologie passée au crible cognitif de l’archéologue. La co-occurrence de ces deux faits, l’enterrement d’un canidé et la mise au rebut d’un raté de sculpture, à quelques centi­mètres de distance sur un terrain pour­tant accidenté, procède-t-elle d’une pure coïncidence ? C’est évidemment possible. L’idée d’une « association » découlerait alors d’un biais de singularité frappant l’esprit de l’observateur en raison de l’unicité des deux dépôts au sein des nombreux mètres cubes de remblais fouillés : aucune autre dépouille animale mise au jour, aucun autre exercice de sculpteur – et pourtant on rencontre ces deux raretés statistiques côte à côte.
  1. Cependant, l’anthropomorphisme du trai­tement funéraire des animaux de compa­gnie dans la tradition égyptienne est suffisam­ment documenté – notamment à la Basse Époque –16 pour considérer comme plausible l’éventualité d’une association volon­taire et signifiante entre un défunt ani­mal et un objet d’accompagnement funé­raire. Une valeur sentimentale était-elle atta­chée à l’exercice inachevé ? Son auteur – un apprenti sculpteur au service de Padiamenopé – et le chien enterré à la faveur des travaux de fondation de son pylône entrete­naient-ils une relation particulière ? Autant de questions qui n’appellent pas de réponse incontestable, en l’absence d’une série suscep­tible de généraliser les faits observés.
  1. Mais dans toutes les hypothèses, la proxi­mité stratigraphique et chronologique des deux dépôts – qu’elle fût aléatoire ou intentionnelle –, permet d’affirmer sans trop d’audace que l’auteur de l’exercice AS-2018-1033-01 et le chien AS-2018-1033-02 parta­geaient un environnement commun, tout comme aujourd’hui les travailleurs de la nécro­pole, gardiens et archéologues, occu­pent le terrain sous la surveillance de compa­gnons distants mais attentifs (fig. 13), dans une entente prudente, virant parfois à la démonstration d’une franche sympathie (fig. 14).
Figure 13 : Meute de chiens veillant sur la chaussée de Thoutmosis III au petit matin du 12 novembre 2019. Cliché Fr. Colin.
Figure 14 : Soutien moral des travailleurs de la nécropole devant la tente-atelier, 27 novembre 2018. Cliché Fr. Colin.

Bibliographie


Cite this article as: Frédéric Colin, « Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 21 juillet 2021, https://clae.hypotheses.org/2513, consulté le 28 septembre 2021.
  1. Le relevé de la figure 2 a été accompli alors que le fouilleur avait déjà partiellement démonté la partie centrale et postérieure du squelette. L’interprétation doit rester prudente, car dans un environnement très sec, le caractère primaire ou secondaire d’une inhumation ne peut être totalement assuré d’après l’état des connexions anatomiques, en raison de phénomènes de momification naturelle susceptibles de préserver la position des os malgré le déplacement éventuel d’un cadavre. []
  2. Tomoum 2005, p. 74-81 (où l’on adhère à la conclusion de l’autrice : « (…) The assumption that the feet worked in the round were also intended primarily for practical use in a sculptor’s workshop remains valid ») ; p. 225-226, cat. 91-97. Voir aussi ci-dessous note 9. []
  3. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, § 17 ; tableau 1. []
  4. Devaux 1998, p. 60-62. []
  5. Young 1964, p. 253 ; Tomoum 2005, p. 76. []
  6. Devaux 1998, p. 68. []
  7. Tomoum 2005, p. 27-28. []
  8. Pour une définition de ces concepts, voir Tomoum 2005, p. 23-28. []
  9. Aux exemplaires répertoriés par Edgar 1906, inv. 33378-33388 (p. 45-48 ; pl. 19) et Tomoum 2005, p. 225-226, cat. 91-97, on peut ajouter Brooklyn Museum, Charles Edwin Wilbour Fund, 34.1001, modèle de pied gauche en calcaire, provenance possible Saïs, Brooklyn Museum, Collection online, 34.1001 ; Collections privées, vente Christie’s, 07/10/2010 Live Auction 5488, lots 34 et 330, modèles de pied gauche et de pied droit en calcaire, Catalogue Christie’s en ligne 07/10/2010 ; Los Angeles County Museum of Art, M.80.199.41, modèle de pied droit en terre cuite (selon la notice du musée), LACMA, Collections Online, M.80.199.41 ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 08.202.45, modèle de pied gauche en calcaire, Young 1964, p. 255, fig. 13 ; MMA, accession number 08.202.45 ; Paris, Musée du Louvre, E 5520, E 10913, E 10948, E 14376, E 18657, E 24293, modèles de pied gauche en calcaire, Musée du Louvre, Collections, E 5520, E 10913, E 10948, E 14376, E 18657, E 24293 ; l’exemplaire E 10913, plus grand, dépourvu de socle et entaillé à la cheville ressortit peut-être à une autre typologie (partie de statue originellement emboîtée à une jambe ?). []
  10. La difficulté de la datation est discutée par Tomoum 2005, p. 178-180. []
  11. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021. []
  12. Colin, Dupuis, Hartenstein 30/05/2021, tableau 1. []
  13. Voir les discussions critiques et la bibliographie dans Young 1964, p. 248-250, Lembke 1998, p. 267-268 et Tomoum 2005, p. 74-81. []
  14. Lembke 1998. []
  15. Abou Seif 1921, p. 221. []
  16. Colin, Adam, Pranjic 2014. []

L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts. Entre texte et pratique

Par Isabelle Régen, Ingénieure de recherche, université Paul Valéry – Montpellier 3, UMR 5140 CNRS

Abstract: The archaeology of ritual in the Book of the Dead raises the question of the relationship between two media of expression of ritual, text and archaeology (without forgetting the existence of a third form, oral, since these formulas were recited). This notion was highlighted more than twenty years ago by John Scheid in an article in which he called for scholars to become a kind of scientific policemen adopting an interdisciplinary approach in the analysis of the most tenuous traces of a ritual act. In the absence of being able, like the ethnologist, to witness the ritual in vivo, the Egyptologist finds himself confronted with “cold cases”. In this research, an immaterial part of the ritual is difficult to access, in particular the sensory aspect, which reminds us that our knowledge of the Egyptian ritual world is more than fragmentary.

     In the absence of being able to assemble a multidisciplinary team, a relatively accessible approach is that which consists in confronting texts and archaeology for a given ritual. Indeed, in the different types of notices accompanying the spells of the Book of the Dead, there are what are commonly called “prescriptive notes” or “prescription notes”, so named because they seem to describe the modus operandi of the ritualist. The relevance of this term will be questioned by invoking cases where text and archaeology agree, and others where they diverge. We will ask to what degree the archaeological and the textual data are connected, and what function(s) these so-called “prescriptive” notices fulfil.

Résumé : L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts soulève, en filigrane, la question des relations entre deux médias d’expression du rituel, le texte et l’archéologie (sans oublier l’existence d’une troisième forme, orale, puisque ces formules étaient déclamées). Cette notion a été mise en lumière il y a plus de vingt ans par John Scheid dans un article où il appelait de ses vœux les antiquisants à se muer en policiers scientifiques adoptant une approche interdisciplinaire dans l’analyse des traces les plus ténues d’un acte rituel. À défaut de pouvoir, comme l’ethnologue, assister au rituel in vivo, l’égyptologue se retrouve en effet face à des « cold cases ». Dans cette recherche, un pan immatériel du rituel est difficilement accessible, en particulier l’aspect sensoriel, ce qui vient nous rappeler que notre connaissance du monde rituel des égyptiens est plus que fragmentaire.

À défaut de pouvoir rassembler une équipe pluridisciplinaire, une approche relativement accessible est celle qui consiste à confronter pour un rituel donné, les textes et l’archéologie. En effet, dans les différents types de notices accompagnant les formules du Livre des Morts, figurent ce que l’on désigne communément sous l’appellation « notices prescriptives » ou « notices de prescription » nommées ainsi car elles paraissent décrire le modus operandi du ritualiste. On s’interrogera sur la pertinence de cette dénomination en invoquant des cas où texte et archéologie concordent, et d’autres où ils divergent. On se demandera jusqu’à quel point les données archéologiques et les données textuelles sont connectées et quelle(s) fonction(s) remplissai(en)t ces notices dites « prescriptives ».

Cite this paper as Isabelle Régen, « L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts. Entre texte et pratique », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 1er avril 2021, https://clae.hypotheses.org/1634, accessed XX/XX/XXXX.

Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires

Par Silvia Einaudi, Collaboratrice scientifique de l’UMR 8546 AOrOc Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (CNRS/ENS/EPHE)

Abstract: This lecture examines two particularly interesting aspects related to the monumental tombs of the Theban necropolis of Assassif (25th-26th dynasties). The first concerns the indissoluble link that exists between the elaborate decorative programs and the architecture of these funerary monuments. Based on the analysis of these elements and the relationship they have to each other, a specific function of the Late Period tombs come to light. They turn out to be the “theatrical scenery” for the double journey of the deceased, who – on the one hand – enters the monument (the Duat) and – on the other- leaves it to go forth by day. The second aspect is about the textual, iconographic and architectural models used to conceive these tombs and their decoration: these models date back to different periods (from the Old to the New Kingdoms) and refer to monuments scattered throughout Egypt: Saqqara, Lisht, Assiut, Abydos and Thebes.

Cite this paper as Silvia Einaudi, « Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 18 février 2021, https://clae.hypotheses.org/1613, accessed XX/XX/XXXX.

Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019)

Par Frédéric Colin, Université de StrasbourgCNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of a bronze mirror figuring a bifrons head of Hathor, four lionesses and a papyriform column. It was uncovered in December 2019 amongst a rich assemblage of objects accompanying a mummy, within a sarcophagus from the beginning of the 18th Dynasty. As the first published record of the catalogue of artifacts found during the excavations of the French Archaeological Mission in Asasif – and in the circumstances of a worldwide lockdown because of pandemic –, this article will serve as a template for our project of contextual publication in rapid and full open access. May the usefulness for scholarly information of this fast result-report process overpass the defaults of a preliminary bibliographic survey.

Pdf : Colin_2020_Catalogue_Assassif_2019_1244_P_4
Figure 1. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A. © Frédéric Colin, 2019.

Identification et caractérisation du miroir (fig. 1-2)

Numéro de fouille : Assassif-2019-1244-P.
Numéro d’inventaire : Salle 33 du Magasin Carter, inv. n° 700. Le Ministry of Tourism and Antiquities a inventorié l’objet sous un numéro d’inventaire unique, commun aux items découverts dans le même sarcophage (Assassif-1244-A-Q), selon le principe d’un enregistrement contextuel.
Lieu de conservation :
L’objet a été déposé en décembre 2019 dans le magasin Carter à Gourna et est conservé dans des compartiments sur mesure au sein d’une boîte regroupant les pièces provenant du sarcophage Assassif-1244.
Dimensions :
Poids 1,622 kg. Hauteur maximale du miroir 26,9 cm. Diamètres vertical et horizontal du disque 12 et 14 cm. Largeur maximale du support arqué (de la pointe d’une extrémité à l’autre) 11,5 cm. Longueur de la lionne à la droite d’Hathor, sur la face A 3,16 cm. Distance de la base de la crinière en collerette à l’oreille droite de cette lionne 1,06 cm. Longueur de la lionne à la gauche d’Hathor, sur la face A 2,9 cm. Distance de la base de la crinière en collerette à l’oreille droite de cette lionne 1,05 cm.
Matériau et état de conservation :
Alliage cuivreux doré. L’objet a été trouvé complet. Les images publiées dans le présent dossier montrent le miroir dans l’état où il se trouvait au moment de la découverte, avant toute restauration. Des particules de dorure, présentant parfois l’aspect de gouttelettes, sont conservées en divers emplacements, en particulier sur la face A. L’examen macroscopique suggère qu’une des causes de la détérioration de la dorure est le développement de la corrosion de l’alliage cuivreux sous-jacent1, mais cette hypothèse devrait être confrontée à une étude archéométrique.

Datation de l’artefact :
Aux origines de la 18e dynastie, d’après les parallèles typologiques de miroirs datés, d’après la typologie mixte du sarcophage contenant l’objet (couvercle rishi, cuve à fond blanc) et selon la datation au radiocarbone d’une sangle scellant un autre sarcophage rishi au sein du même assemblage (1633-1501 cal BCE à 2 σ, 95,4%, Pôle d’archéométrie de l’IFAO, Laboratoire de datation par le radiocarbone, Rapport d’analyse IFAO-0825).

Datation du contexte de découverte :
Vers la fin du règne de Thoutmosis III, d’après la position topographique et la séquence stratigraphique (cf. ci-dessous).
Figure 2. Miroir Assassif-2019-1244-P, face B. © Frédéric Colin, 2019.

Contexte archéologique

Cet artefact fait partie de l’ensemble des objets qui accompagnaient la momie contenue dans le sarcophage AS-2019-1244, au nom d’une dame Ta-abou (Tỉ-Ȝbw). Il cohabitait ainsi avec un pot à kohl (AS-2019-1244-C et O) et son bâtonnet applicateur (AS-2019-1244-M), deux cuillères en bois figurées (AS-2019-1244-E et G), trois rasoirs (AS-2019-1244-H, K2 et K3) dont deux rangés dans un étui en bois (AS-2019-1244-K1), un panier en vannerie (AS-2019-1244-B et F), un filet (AS-2019-1244-L), un rhyton en faïence bleue (AS-2019-1244-D), un petit vase en terre cuite à engobe noir brillant conservant une poudre orange (AS-2019-1244-J), pourvu d’un couvercle en albâtre (AS-2019-1244-N), un vase (AS-2019-1244-I) et son couvercle (AS-2019-1244-Q), contenant apparemment des restes alimentaires figés, un appuie-tête en bois et en os (AS-2019-1244-A), ainsi que des graines et des fruits dispersés dans la cuve. Continuer la lecture de « Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019) »

  1. Comparer par exemple avec la stratigraphie de la corrosion d’une dorure couvrant une statue en bronze dans Robcis et alii 2017, fig. 6. []