Le pharaon Jules Grévy à Bibracte et la campagne de Tunisie contre les Khroumirs

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: How to bring together Captain Haddock, the Gauls of Bibracte and a little-known 19th Century Egyptologist around a translation exercise of Ancient Egyptian, about French colonial expansion during the Troisième République? The Egyptologist Philippe Virey dated his visit at Mont Beuvray in 1882 with a hieroglyphic formula following the regnal years of President Jules Grévy, inscribed in the Visitors’ Album. This interpretatio Ægyptiaca provides us with the most recent attestation of the name of a Berber nation transcribed in hieroglyphics. History of colonialism in the 19th century, history of Egyptology and Iron Age Archaeology.

Pdf : Colin_2020_Jules Grévy en pharaon_5_light

Figure 1. Page 52 de l’Album des visiteurs du Beuvray.

Je dédie cette recherche à Ma’m (un hypocoristique enfantin au départ de « Madame »), qui s’est occupée de ma tête blonde quand j’étais haut comme trois pommes, dans la Cité Benboulaïd. À mes parents, qui étaient alors coopérants belges au Technicum et au Lycée technique de Constantine. Aux Algériens et aux Tunisiens. Et sans rancune pour les bonnes sœurs françaises, de m’avoir un jour puni en m’enfermant dans le placard aux rats.


« Le hasard ne favorise que les esprits préparés »

Louis Pasteur

« … à condition d’écouter les femmes qui savent interpréter l’oracle de Google »

Cassandre


Introduction

Le hasard. Voici quelques mois, alors que la France vivait encore calfeutrée et que le temps suspendu se montrait propice au vagabondage intellectuel dans les sous-bois de dossiers buissonniers, l’équipe du projet Bulliot, Bibracte et moi. Transcription collaborative des archives archéologiques du site de Bibracte m’a transmis un feuillet numérisé de l’Album des visiteurs du Beuvray (figure 1) en me demandant s’il était possible de traduire les trois lignes de hiéroglyphes qui s’y trouvaient tracées1.

  1.      Au sein du vocabulaire déployé dans ce texte, l’enquête a révélé un hapax néologique, qui transcrit phonétiquement le nom d’une population berbère. Or, l’auteur des présentes lignes a mis en évidence, dans sa thèse de doctorat, les plus anciennes traces écrites de la langue ancestrale dont descendent les parlers berbères actuels, en répertoriant systématiquement les anthroponymes, les ethnonymes et quelques autres lexèmes issus des peuples que les égyptologues appellent traditionnellement les « Libyens ». Ce proto-langage, qui apparaît dans les sources à partir du XIVe siècle avant notre ère et n’est conservé qu’à l’état de fossile, fut baptisé « vieux libyque », en référence au stade plus récent et mieux documenté de la langue « libyque »2. Celle-ci fut pratiquée à l’intérieur d’une vaste aire géographique nord-africaine, qui s’étendait au moins des îles Canaries à la Libye modernes, comme en témoignent des inscriptions en écriture libyque (l’ancêtre des tifinaghs berbères3) et des transcriptions phonétiques occasionnelles que les épigraphies punique, grecque et latine attestent dans l’Antiquité classique.

  1.      Cet arrière-plan linguistique et historiographique invite à consacrer un commentaire spécifique à la notice égyptienne de l’Album des visiteurs : parmi les langues libyco-berbères dont le lexique fut emprunté par des locuteurs étrangers, le hapax de Bibracte constitue en effet, désormais, l’occurrence historique la plus récente d’un ethnonyme berbère transcrit phonétiquement en écriture hiéroglyphique.

  1.      L’Album, aujourd’hui conservé par la Société éduenne des lettres, sciences et arts d’Autun, comprend plus de 120 pages couvertes de notices manuscrites. De 1868 à 1897, ces textes commémorent des excursions sur le site de Bibracte, dont le fouilleur, Jacques-Gabriel Bulliot (1817-1902)4, est souvent loué pour son hospitalité. Pour manifester auprès de lui leur appartenance commune à la culture scolaire classique, les visiteurs font étalage de leur érudition en rédigeant en latin ou en grec des compositions dont la complexité s’échelonne entre le simple Vidi campos ubi Bibracte fuit, apposé par un enfant de douze ans et demi, et de savants poèmes versifiés en hexamètres dactyliques5.

  1.      C’est dans cette veine didactique que se situent les trois lignes hiéroglyphiques. Elles ont été écrites sur un petit billet volant, rapporté dans un second temps à la page 52 de l’Album. Le champ inscrit se compose de trois textes, en haut un poème en français de douze lignes très cursives, rédigé apparemment avec le même crayon à papier que les hiéroglyphes, qui occupent la partie médiane de la séquence. Les initiales de la signature tracée à la fin de la troisième ligne égyptienne, « P.V. », sont sensiblement penchées vers la droite, comme l’écriture du poème. Un dernier texte, dont la paléographie désigne visiblement une autre main, se trouve à la base du billet. Le terme « beûverie » y constitue peut-être un jeu de mot de potache, évoquant simultanément une inspiration alcoolisée et le paysage du Mont Beuvray.

Édition

  1.      Composé de trois lignes écrites de gauche à droite (figure 2), le texte hiéroglyphique fait suite au petit poème, qu’il a manifestement pour fonction de dater.

  1.      Pour une raison inconnue, l’auteur a hachuré le nom de la peuplade mentionnée à la fin de la deuxième ligne, ainsi que l’espace laissé vide au début de la troisième ligne, avant la signature.

Figure 2. Détail du billet de Philippe et Jean Virey.

Continuer la lecture de « Le pharaon Jules Grévy à Bibracte et la campagne de Tunisie contre les Khroumirs »

  1. Je remercie Oriane Rousselet de m’avoir fait connaître ce document et d’avoir, la première, identifié le personnage caché derrière les mystérieuses initiales « P.V. ». Merci aussi, pour leurs précieuses relectures, à Alexis D’Hautcourt, à Valérie Vander Osieren et à Cassandre Hartenstein, à qui je dois également la première identification des Khroumirs. Merci, enfin, à Pascal Barret pour avoir retrouvé Le trésor de Rackham le Rouge au plus fort du confinement. []
  2. Fr. Colin, Les Libyens en Égypte (XVe s. a.C.-IIe s. p.C.). Onomastique et histoire I, Libyque et vieux libyque. Vieux libyque et Libyens, Bruxelles, 1996, thèse en ligne https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00120038 ; Idem, « Le « vieux libyque » dans les sources égyptiennes (du Nouvel Empire à l’époque romaine) et l’histoire des peuples libycophones dans le nord de l’Afrique », BACTHS, n.s., Afrique du Nord, 25, 1996-1998 [1999], p. 13-18. []
  3. D. Casajus, « Sur l’origine de l’écriture libyque. Quelques propositions », Afriques [En ligne], Débats et lectures, 4 juin 2013, consulté le 1er août 2020, http://journals.openedition.org/afriques/1203. []
  4. Site du Comité des travaux historiques et scientifiques, Société éduenne des lettres, sciences et arts – Autun, fiches prosopographiques, http://cths.fr/an/savant.php?id=1164. []
  5. M.-H. Lidec, « L’Album des visiteurs du Beuvray », Bulliot, Bibracte et moi, 21 novembre 2019, consulté le 1er août 2020, https://bbm.hypotheses.org/187. []