L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts. Entre texte et pratique

Par Isabelle Régen, Ingénieure de recherche, université Paul Valéry – Montpellier 3, UMR 5140 CNRS

Abstract: The archaeology of ritual in the Book of the Dead raises the question of the relationship between two media of expression of ritual, text and archaeology (without forgetting the existence of a third form, oral, since these formulas were recited). This notion was highlighted more than twenty years ago by John Scheid in an article in which he called for scholars to become a kind of scientific policemen adopting an interdisciplinary approach in the analysis of the most tenuous traces of a ritual act. In the absence of being able, like the ethnologist, to witness the ritual in vivo, the Egyptologist finds himself confronted with “cold cases”. In this research, an immaterial part of the ritual is difficult to access, in particular the sensory aspect, which reminds us that our knowledge of the Egyptian ritual world is more than fragmentary.

     In the absence of being able to assemble a multidisciplinary team, a relatively accessible approach is that which consists in confronting texts and archaeology for a given ritual. Indeed, in the different types of notices accompanying the spells of the Book of the Dead, there are what are commonly called “prescriptive notes” or “prescription notes”, so named because they seem to describe the modus operandi of the ritualist. The relevance of this term will be questioned by invoking cases where text and archaeology agree, and others where they diverge. We will ask to what degree the archaeological and the textual data are connected, and what function(s) these so-called “prescriptive” notices fulfil.

Résumé : L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts soulève, en filigrane, la question des relations entre deux médias d’expression du rituel, le texte et l’archéologie (sans oublier l’existence d’une troisième forme, orale, puisque ces formules étaient déclamées). Cette notion a été mise en lumière il y a plus de vingt ans par John Scheid dans un article où il appelait de ses vœux les antiquisants à se muer en policiers scientifiques adoptant une approche interdisciplinaire dans l’analyse des traces les plus ténues d’un acte rituel. À défaut de pouvoir, comme l’ethnologue, assister au rituel in vivo, l’égyptologue se retrouve en effet face à des « cold cases ». Dans cette recherche, un pan immatériel du rituel est difficilement accessible, en particulier l’aspect sensoriel, ce qui vient nous rappeler que notre connaissance du monde rituel des égyptiens est plus que fragmentaire.

À défaut de pouvoir rassembler une équipe pluridisciplinaire, une approche relativement accessible est celle qui consiste à confronter pour un rituel donné, les textes et l’archéologie. En effet, dans les différents types de notices accompagnant les formules du Livre des Morts, figurent ce que l’on désigne communément sous l’appellation « notices prescriptives » ou « notices de prescription » nommées ainsi car elles paraissent décrire le modus operandi du ritualiste. On s’interrogera sur la pertinence de cette dénomination en invoquant des cas où texte et archéologie concordent, et d’autres où ils divergent. On se demandera jusqu’à quel point les données archéologiques et les données textuelles sont connectées et quelle(s) fonction(s) remplissai(en)t ces notices dites « prescriptives ».

Cite this paper as Isabelle Régen, « L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts. Entre texte et pratique », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 1er avril 2021, https://clae.hypotheses.org/1634, accessed XX/XX/XXXX.

Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires

Par Silvia Einaudi, Collaboratrice scientifique de l’UMR 8546 AOrOc Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (CNRS/ENS/EPHE)

Abstract: This lecture examines two particularly interesting aspects related to the monumental tombs of the Theban necropolis of Assassif (25th-26th dynasties). The first concerns the indissoluble link that exists between the elaborate decorative programs and the architecture of these funerary monuments. Based on the analysis of these elements and the relationship they have to each other, a specific function of the Late Period tombs come to light. They turn out to be the “theatrical scenery” for the double journey of the deceased, who – on the one hand – enters the monument (the Duat) and – on the other- leaves it to go forth by day. The second aspect is about the textual, iconographic and architectural models used to conceive these tombs and their decoration: these models date back to different periods (from the Old to the New Kingdoms) and refer to monuments scattered throughout Egypt: Saqqara, Lisht, Assiut, Abydos and Thebes.

Cite this paper as Silvia Einaudi, « Les tombes monumentales tardives de l’Assassif : une mise en scène théâtrale pour rituels et croyances funéraires », conférence du cycle « Culte mortuaire et accompagnement funéraire sur les terrains de l’archéologie égyptienne », organisé par Fr. Colin & C. Hartenstein à l’Université de Strasbourg le 18 février 2021, https://clae.hypotheses.org/1613, accessed XX/XX/XXXX.