Substantif + épithète adverbiale sujet de la Prédication de qualité. Les fluctuations de l’attracteur dominant en égyptien de tradition productif. À propos des conceptions kouchites de la légitimité royale

Par Pascal Vernus, Paris

Abstract: A substantive with an adverbial attribute as subject of an adjectival predicate is to be recognized in a text from Napata in « égyptien de tradition productif ». The text expresses the Kushite vision of pharaonic legitimacy. First Phase Egyptian is the dominant attractor in the passage implementing traditional conceptions, while Second Phase Egyptian is the dominating attractor in the passages reflecting new conceptions.

Pdf : Vernus_2020_égyptien_tradition_productif

On doit à Fr. Colin1 une admirable analyse d’un texte exprimant la conception de la légitimité royale à l’Époque Kouchite. Elle est formulée sur une stèle du Musée de Khartoum provenant de Napata, et rédigée en ce que j’appelle « égyptien de tradition productif », notion pas toujours bien comprise2. Le rédacteur a pris comme modèle idéal un état de langue jugé par lui reflétant au plus près la langue originelle, c’est-à-dire, en termes de linguistique égyptologique, l’Égyptien de la Première Phase ou Earlier Egyptian, ce qui correspond grosso modo à l’Ancien Égyptien et au Moyen égyptien, et non pas seulement à ce dernier, comme le suggèrent à tort des dénominations telles « Spätmittelägyptisch » ou « Neo-Mittelägyptisch »3.

  1.      Bien entendu, cette tension vers un modèle idéal procède avant tout d’une intention, plus ou moins pleinement réalisée. S’agit-il d’idées enracinées loin dans le temps que le rédacteur a beau jeu de puiser dans un répertoire reflétant l’Égyptien de la Première Phase, souvent à travers son utilisation au Nouvel Empire. C’est évident dans les lignes 2-4, qui mettent en oeuvre le thème de la prédestination du souverain, thème remontant au Moyen Empire4. L’attraction de la langue contemporaine ne se manifeste guère que dans l’emploi des sḏm⸗f perfectifs, substituts/successeurs néo-égyptiens du sḏm-n⸗f5 : Ḏd⸗ỉ r⸗k m ẖ.t n mw.t⸗k « j’ai dit à ton sujet dans le ventre de ta mère » ; rḫ⸗ỉ tw m my wnn⸗k m swḥ.t « je t’ai reconnu dans la semence alors que tu étais dans l’oeuf ».

  1.      Mais à la Période Kouchite, de nouvelles conceptions sont apparues s’ajoutant, voire modifiant la doctrine traditionnelle de légitimité royale. Elles sont fondamentalement exprimées dans une langue reflétant l’état contemporain de leur apparition6. Le rédacteur de la stèle leur fait droit à partir de leurs formulations originelles, se contentant de les adapter à un environnement sacralisé par le support, par l’apparat formel, par l’écriture hiéroglyphique. Quant à la sacralisation par la langue, elle s’effectue a minima, par quelques traits grammaticaux et/ou orthographiques, clairement utilisés comme indices d’un égyptien prestigieux parce que jugé proche des temps originaux, afin de donner une allure mimétique de l’Égyptien de la Première Phase. Selon le principe que j’ai défini ailleurs7, l’état de langue contemporain devient l’attracteur dominant, tandis que l’attraction des états linguistiques révolus ne s’y manifeste que très faiblement. C’est le cas des lignes 17-23, où la syntaxe, le vocabulaire et même les graphies sont fondamentalement ceux de l’Égyptien de la Seconde Phase, tandis que le filtrage des traits sentis comme trop contemporains se limite à la forme du participe sans l’augment j ou sans périphrase avec j.jr, et à la forme jn en place du néo-égyptien m de l’opérateur de la « cleft-sentence », comme l’a fort judicieusement noté Fr. Colin. Dans le même texte s’opposent donc :

  • d’une part des passages reflétant fondamentalement l’Égyptien de la Première Phase – par delà l’attraction restreinte de la langue contemporaine – s’agissant de notions traditionnelles, comme la prédestination du souverain ;
  • d’autre part, de passages reflétant fondamentalement l’Égyptien de la Seconde Phase – par delà l’attraction restreinte des états de langue du passé – s’agissant d’idées nouvelles, comme la doctrine révisée de la légitimité royale.

     Ce genre de disparité linguistique n’est pas rare. Elle est illustrée, pour rester dans la même période, entre autres, par la proclamation de Taharqa à Karnak8. Là, à l’hymne à Amon, où l’Égyptien de la Première Phase est l’attracteur dominant, s’oppose la supplique du Pharaon impliquant l’évocation de l’actualité, et où c’est l’Égyptien de la Seconde Phase qui est l’attracteur dominant. Je ne puis dans cette courte note développer plus avant ce sujet complexe.

  1.      Je me bornerai à signaler une interprétation possible du passage, lignes 7-8, où l’attracteur dominant est l’Égyptien de la Première Phase :     šsp n⸗k wr.tj sḫʿ rʿ m zp tpy nfr jt ḥr smnḫ sȝ⸗f. 

    « Reçois les deux Puissantes que Rê a fait apparaître (ou : (dont) Rê s’est couronné9) la Première Fois. Un père est bien à parachever-le-statut-de son fils (lit. : à parfaire son fils). »

  2.      Je serais enclin à présenter la segmentation suivante de ce passage. L’expression zp tpy nfr me paraissant bien suspecte, même si l’expression zp tpy « la Première fois »10 était perçue comme un composé devenu spécifique ou pré-assigné11, je placerais après zp tpy la fin de la première phrase : « Reçois les deux Puissantes que Rê a fait apparaître (ou : (dont) Rê s’est couronné) la Première Fois. » Je postulerais ensuite une phrase construite sur la matrice de la Prédication de qualité (« Adjectival Predicate »). Nfr en constitue le prédicat, et le syntagme nominal jt ḥr smnḫ sȝ⸗f en constitue le participant unique fonctionnant comme sujet. Ce syntagme nominal est lui même constitué d’un substantif pourvu d’une épithète adverbiale constituée de ḥr, préposition ici grammaticalisée en tant que morphème régissant un infinitif dans la construction bien connue (Sujet) + ḥr + infinitif. L’infinitif est lui-même pourvu d’un participant immédiat, le syntagme nominal sȝ⸗f, fonctionnant comme objet direct, puisque le sujet de l’action exprimée par cet infinitif est représenté par jt « père ». L’ensemble constitue une formulation de style gnomique12.

  1.      Pour appuyer mon interprétation, voici quelques cas où le sujet d’un prédicat adjectival est constitué d’un syntagme comportant un substantif ou un pronom, pourvu d’une épithète adverbiale.

1. L’épithète adverbiale est constituée du tour grammaticalisé ḥr + infinitif

(j)n(n) ḫr nfr ṯw ḥr wnm jt mḥ nfr jw⸗j r tȝ

« N’es tu donc pas bien à manger de la bonne orge intégrale, alors que je suis à terre ? » Lettre de Heqanakht I, v° 213.

nḏm wsy ḫrw⸗k ḥr md.t m-ḏr qdj⸗k pr-r‘-ms-sw-mry-jmn ‘nḫ wḏȝ snb

« Combien agréable était-elle ta voix en train d’énoncer quand tu bâtissais Pi- Ramesses-Miamoun, Vie, Intégrité, Santé ! »
 pAnastasi III, 7, 314.

     Dans cet exemple, le sujet est retardé, annoncé d’abord par un pronom cataphorique contenu dans le morphème figé wsy, lequel provient de la fusion entre la particule intensive wy et le pronom troisième personne se (pour sw, sy, st)15.

2. L’épithète adverbiale est constituée d’un sḏm⸗f en fonction adverbiale

     À la différence de 1, la forme verbale comporte un pronom anaphorique du substantif dont elle est l’épithète.

ḥʿ(j).w(y) w(j) mȝȝ(⸗j) mnw⸗k jb⸗j ȝw(-w) wnn⸗k ḫr⸗j

« Combien réjoui je suis quand je vois ton monument, mon coeur se trouvant dilaté quand tu es près de moi ! »
 Temple d’Amada, Amenhotep II ; Urk. IV, 1550, 4.

     La combinaison de la particule intensive w(y), écrite  avec le pronom dépendant première personne du singulier w(j) est connue ailleurs16. A l’extrême rigueur, on pourrait lire ḥʿ(j)w w(y) mȝȝ (/mȝȝ(⸗j)) mnw⸗k « combien est joyeux le fait que je voie (ou : de voir) ton monument ! », en postulant une terminaison -w de l’adjectif prédicat17, mais ce n’est guère très satisfaisant.

wsr.wy jmn-rʿ nṯr mr(w)ty wbn⸗f m jp.t-s.wt njw.t⸗f nb.t ʿnḫ

« Qu’Amon-Rê est fort, le dieu objet d’amour, quand il se lève dans Karnak, sa ville maîtresse de vie ! »
 Tombe de jʿḥ-ms (TT 241)18. XVIIIe dynastie.

ʿȝ.wy sw pr⸗f r mȝȝ nwn

« Qu’il est grand quand il sort pour voir Noun ! »
 Mythe de la Vache céleste, version de la tombe de Séthy I, l. 9119.

nfr.wy mw.t ḥpt⸗s sȝ⸗s

« Combien beau une mère quand elle enlace son fils ! » 
Statue CGC 741, inscription du dos, col. 520. Troisième Période Intermédiaire.

3. L’épithète adverbiale est constituée d’une préposition et de son régime

nfr ȝ rn ḥr ʿḥȝ m-r-ʿ m-r-ʿ (tr.tw z ḥr ḫpš⸗f ḏr ẖr-ḥȝ.t)

« Que bon est donc le (re)nom fondé-sur le fait de combattre encore et encore ! (C’est à proportion de sa vaillance qu’on respecte un homme depuis le commencement.) » Bataille de Qadesh, récit § 257, version L2 ; KRI II, 79, 6-9.

     Il est inutile, ou peut-être pas inutile, après tout, de souligner que la grammaticalisation d’un élément n’empêche pas cet élément de continuer à fonctionner parallèlement avec sa valeur originelle. Ici, la préposition ḥr a sa pleine valeur lexicale21, et doit être soigneusement distinguée de ḥr en tant que morphème dans la construction grammaticalisée ḥr + infinitif évoquée plus haut22, de même que la préposition r à pleine valeur lexicale, dans jw⸗k r ḥqȝ « tu es voué à la position-de-souverain » (Fr. Colin, « Le faiseur de rois », p. 4 § 9), doit être soigneusement distinguée de r en tant que morphème grammaticalisé dans le Futur III jw⸗f r + infinitif23. En effet, dans l’exemple de la Bataille de Qadesh, postuler la construction grammaticalisée ḥr + infinitif conduirait à faire de rn « (re)nom » le sujet d’un infinitif ʿḥȝ, et on imagine mal un (re)nom en train de combattre !

Cite this article as: pascal vernus, « Substantif + épithète adverbiale sujet de la Prédication de qualité. Les fluctuations de l’attracteur dominant en égyptien de tradition productif. À propos des conceptions kouchites de la légitimité royale », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 20 septembre 2020, https://clae.hypotheses.org/878, consulté le 25 octobre 2020.

  1. « Le faiseur de rois et de chefs libyens, sur la stèle de Napata au Musée de Khartoum, SNM 1851 », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 6 mai 2020, § 1-§ 30, https://clae.hypotheses.org/189, consulté le 15/9/2020. []
  2. La mauvaise compréhension de cette notion, due à une vison un peu simplifiée, voire simpliste du problème, est particulièrement évidente dans les commentaires de J. Quack, « Recension », BiOr 75, 2018, p. 300-301. []
  3. Pour le problème, voir P. Vernus, « Traditional Egyptian 1 (Dynamics) », in J. Stauder Porchet, A. Stauder & W. Wendrich (éds), UCLA Encyclopedia of Egyptology, 22 juin 2016, http://digital2.library.ucla.edu/viewItem.do?ark=21198/zz002k6th5. []
  4. E. Blumenthal, Untersuchungen zum ägyptischen Königtum des Mittleren Reiches I : Die Phraseologie, Berlin, 1970 (Abhandlungen der Sächsischen Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse 61), p. 35-37. []
  5. Sur cette vaste question, voir, exempli gratia, A. Spalinger, The Transformation of an Ancient Egyptian Narrative P. Sallier III and the Battle of Kadesh, Wiesbaden, 2002 (GÖF IV, 40), p. 204 sq. []
  6. A priori, les nouvelles idées sont exprimées dans un état de langue contemporain de leur apparition. C’est le cas, entre autres, des nouvelles conceptions de la piété personnelle au Nouvel Empire, voir P. Vernus, « Traditional Egyptian 1 (Dynamics) … ». Cela posé, secondairement, elles peuvent donner lieu à des adaptations s’efforçant, avec plus ou moins de réussite, d’imiter les états de langue jugés ceux d’un passé proche de l’origine, c’est-à-dire l’Égyptien de le Première Phase. []
  7. P. Vernus, « Modelling the Relationship between Reproduction and Production of « Sacralized » Texts in Pharaonic Egypt », in T. Gillen (éd.), Production and Reproduction in Ancient Egypt Proceedings of the Conference held at the University of Liege, 6th-8th February 2013, Liège, 2017 (Aegyptiaca Leodiensia 10), p. 482, § 13. []
  8. P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période Intermédiaire (I) », BIFAO 75, 1975, p. 65-66. []
  9. En postulant l’omission de jm=sn, ou simplement de jm. []
  10. Pour cette notion cruciale, voir P. Vernus, Essai sur la conscience de l’Histoire dans l’Égypte pharaonique, Paris, 1995 (Bibliothèque de l’École des Hautes Etudes, Sciences historiques et philologiques 332), p. 36-39. []
  11. Sur la notion de pré-assignation, bien utile pour clarifier la lexicographie, voir P. Vernus, « Lexique et grammaire en égyptien : lexicalisations en substantif préassigné », In I. Hafemann (éd.), Wege zu einem digitalen Corpus ägyptischer Texte. Akten der Tagung ”Datenbanken im Verbund” (Berlin, 30 September – 2 Oktober 1999), Berlin, 2003 (Thesaurus Linguae Aegyptiae 2), p. 237-276. []
  12. Pour la relation père fils, voir J. Assmann, « Das Bild des Vaters im Alten Ägypten », in G. Bornkamm, H. G. Gadamer et alii (éds), Das Vaterbild in Mythos und Geschichte, Stuttgart 1976, particulièrement p. 26-29. []
  13. J. Allen, The Heqanakht Papyri, New York, 2002 (Publications of the Metropolitan Museum of Art Egyptian Expedition XXVII), pl. 28-29, p. 30. []
  14. A. H. Gardiner, Late Egyptian Miscellanies, Bruxelles, 1937 (Bibliotheca Aegyptiaca VII), p. 28. []
  15. Étude détaillée dans P. Vernus, « La cataphore dans la prédication de qualité (« adjectival predicate ») – de l’ancien égyptien au néo-égyptien », in Festschrift pour une collègue distinguée, à paraître. []
  16. P. Vernus, « Observations sur la prédication de classe (“Nominal Predicate”) », LingAeg 4, 1994, p. 331 ; ajouter CT V, 68 j, B9C ; Livre des Morts chapitre 86, version pNou, l. 9 ; pBerlin 3055, IV, 8. Voir, par ailleurs, C. Peust, « Adjektiv und Adjektivverb im Mittelägyptischen », in C. Peust (éd.), Miscellanea in honorem Wolfhart Westendorf, Göttingen, 2008 (Göttinger Miszellen Beihefte 3), p. 64.
 []
  17. S. Uljas, « The Earlier Egyptian Adjective Reconsidered », LingAeg 15, 2007, 235, n. 27, et dans A. Loprieno, S. Uljas & M. Müller, Non-verbal Predication in Ancient Egyptian, Berlin, Boston, 2017 (The Mouton Companions to Ancient Egyptian 2), p. 652, s’est évertué à traquer de manière acharnée, à défaut d’être convaincante, des exemples d’un suffixe w après l’adjectif-verbe prédicat de qualité. []
  18. A. W. Shorter, « The Tomb of Aahmose, Supervisor of the Mysteries in the House of the Morning », JEA 16, 1930, pl. XVI J. []
  19. E. Hornung, Der ägyptische Mythos von der Himmelskuh. Eine Ätiologie des Unvollkommenen, Fribourg, Göttingen, 1983 (Orbis Biblicus et Orientalis 46), p. 29. []
  20. K. Jansen-Winkeln, « Zu Zwei Personen der frühen Dritten Zwischenzeit », SAK 35, 2006, p. 127, fig. 1. []
  21. A. H. Gardiner, The Kadesh Inscriptions of Ramesses II, Oxford, 1960, p. 9, traduit
 « won through fighting ». []
  22. Secondairement, la morpho-syntaxe peut venir différencier ḥr en tant que préposition à sens plein de ḥr en tant que morphème dans la construction (Sujet) + ḥr + infinitif. C’est le cas dans la formule juridique hr ḥr rdj.t « être satisfait du fait qu’est donné… », qui devient hr ḥr pȝ rdj.t, l’article devant l’infinitif impliquant que ḥr est la préposition à sens plein, voir P. Vernus,
 « Sur deux inscriptions du Moyen Empire (Urk. VII, 36 ; Caire JE 51911) », BSÉG 13, 1989, p. 174-175, ex. (3) et (4). []
  23. Pour le cas frappant de jw morphème du Futur III compatible avec jw en tant que morphème de circonstancielle, voir P. Vernus, « Processus de grammaticalisation dans la langue égyptienne », CRAIBL 1998, p. 197. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.