L’empreinte du roi Ahmosé Ier à Thèbes Expérimentation d’épigraphie numérique sur matériaux argileux

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: This paper reports on experiments in digital archaeology and epigraphy focused on stamped mudbricks discovered in al-Asasif in 2019 and 2021. It is intended both as a progress report on the project “Digital Archaeology in a Monumental Necropolis in Thebes, Egypt” sponsored by the University of Strasbourg Institute for Advanced Study and as a complement to the article “Un édifice au nom du roi Héqataoui (Ahmosé Ier) dans la nécropole thébaine” published in Polish Archaeology in the Mediterranean 30/1 (Colin 2021).

As a first objective, it will attempt to improve the methodology of the epigraphist by exploring the heuristic power of digital photogrammetry, a technical innovation whose potential is not yet fully explored. The main challenge is to reinforce the “falsifiability” (in Karl Popper’s sense) of the editor’s demonstration, and thus make the reader less dependent on subjective facsimiles produced in the field. A fast “digital squeezing” method was tested under real fieldwork conditions on prints typical of stamped clay materials. The “field survey” and “artifact survey” methods are described, as well as the building of models, the means of storage and publication, and most importantly, the heuristic tools used to highlight the inscribed micro-topography in order to decipher and edit the text, such as the QGIS software well-known to geographers and archaeologists. Counter-intuitively to anyone trained in 20th century methods (like the author), these tools allow for better viewing of details than the autopsy of the original would. The paper squeeze method used by Johannes Dümichen in the 19th century is also discussed on the basis of a specimen preserved at the University of Strasbourg, in order to place the experimentation into perspective and show that it responds to a methodological and practical preoccupation that was already of concern to the founders of our sciences. In the same vein, an unpublished request from 1892 preserved in the archives of the Kuratorium of the University of Strasbourg illustrates an early interest in photogrammetry among German art historians. At that time, this technique remained the exclusive domain of a specialized institute, the Meßbildanstalt. This methodological barrier has now been overcome, since the digitization and automation of photogrammetry has made it easily usable by all archaeologists and epigraphers in the field.

The second goal of this article is to confirm or refute the remaining uncertainties regarding the edition of the stamp of King Heqatawi, identified as Ahmose I. The tools for highlighting the micro-topography demonstrated that the inscriptions under study originate from the same stamp, despite the irregularities of the support and the prints that complicate the process of comparison. They also confirmed the presence of cord prints featuring the opening of a cartouche on the two examined specimens, an important conclusion for the royal status of the character named on the bricks. The most significant achievement resulted from 3D modeling’s ability to harmonize the philological and archaeological perspectives by encouraging a joint investigation of both approaches. In this case, it was possible not only to identify a common stamp on the two investigated bricks, but also to establish that the same workman had molded them both. In other words, to identify a brickmaker’s “industrious hand” in the same way that a paleographer identifies a scribe’s “writing hand”. The study thus enabled us to draw up a biography of artifacts from their production to their ultimate destination at the end of a sequence of uses. Finally, this online article is in itself a test of innovative publication of digital objects in 2, 3 or even 4 dimensions – since speech, movement and time are involved in the figures.

Je dédie affectueusement ces exercices d’épigraphie numérique à ma directrice de thèse Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier et à la mémoire de mon professeur Albert Deman, en me remémorant l’examen d’épigraphie latine, dans la Steinhalle du Landesmuseum à Mayence, où nous expérimentions la chorégraphie incidente de la lampe de poche.

Et à mon amie Valérie Vander Osieren, pour sa discrétion sur mon état au lendemain de la fête, pendant la visite du limes.

 

Sommaire

The figures in this article are permanently stored on nakala and freely available in full resolution by following this link: https://nakala.fr/u/collections/10.34847/nkl.42ff4hrc.

Introduction

 

La campagne de fouille 2019 de la mission archéologique de l’Ifao et de l’Université de Strasbourg (UMR 7044 Archimède) dans l’Assassif a mis au jour, à l’intérieur de l’enceinte de Padiamenopé, neuf briques crues estampillées au nom d’un roi Héqataoui. Ces adobes, de module comparable, étaient remployées comme matériaux bruts dans des structures vernaculaires, qui étayaient les remblais accumulés pour construire une rampe, sur le passage de la chaussée processionnelle menant au temple de Thoutmosis III à Deir el-Bahari (Djeser-akhet). Ces résultats ont été présentés dans un article paru en 2021 dans Polish Archaeology in the Mediterranean 30/1, où Ahmosé Ier est identifié comme le commanditaire de ces briques, dont la découverte dans la nécropole thébaine constitue un jalon important pour la localisation du lieu d’inhumation originel du fondateur de la XVIIIe dynastie1.

  1. Lors de la campagne de 2021, deux exemplaires complets, dont une dixième pièce révélée par la progression de la fouille (AS-2021-1050-01)2, ont été prélevés en vue de protéger ces documents historiques fragiles et pour mener une expéri­mentation d’épigraphie photogrammétrique en laboratoire de terrain.
  1. Le présent article livre les résultats de ces expériences, en poursuivant un double objectif.

I. Améliorer la méthodologie de l’épigraphiste en explorant le potentiel heuristique d’une innovation technique. Alors qu’à partir du Nouvel Empire3, divers sites ont livré de nombreuses briques crues estampillées, la proportion de pièces publiées est faible et de qualité parfois médiocre. Les adobes, probablement perçues comme des matériaux frustes par rapport à des artefacts jugés plus nobles par les fouilleurs, n’ont généralement pas fait l’objet de la première attention4, quand la difficulté de déchiffrement inhérente à l’épigraphie sur supports plastiques et sensibles à l’érosion ne les a pas tout simplement découragés.

  1. Par conséquent, pour ce type d’objets encore plus que pour d’autres, le spécialiste regrette souvent de ne pas bénéficier d’une documentation qui permette de réfuter (au sens poppérien) l’interprétation de l’éditeur grâce à des données objectives et facilement réutilisables5.
  1. À la recherche de solutions nouvelles pour améliorer la réponse au devoir de publication du fouilleur, une méthode d’estampage numérique rapide a été testée dans des conditions réelles de terrain, c’est-à-dire le jour de la fermeture du chantier, à quelques minutes du conditionnement final du mobilier, avec des limites de temps d’action, d’équipement et d’aménagement plus contraignantes que dans un studio de ville.
  1. Pour renforcer l’intérêt de la démarche, l’exercice a été pratiqué sur des objets à grande valeur patrimoniale et historique, puisque ces adobes estampillées démontrent pour la première fois une activité édilitaire d’Ahmosé Ier dans la nécropole royale de Thèbes. Après avoir été employées dans un monument de la nécropole, puis démontées, transportées et remployées quelques décennies plus tard dans un nouveau chantier, ces briques matériellement vulnérables et leurs inscriptions imparfaitement imprimées sont de véritables miraculées épigraphiques.
Figure 1 : Fragments de briques estampillées AS-2019-1068-03 et 04 en place dans la hague 1068 + 1262. Avant (A) et après (B) retrait du mortier de terre. Clichés Fr. Colin et S. Nannucci.
Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.2e9aj9j6/8b6f2d715acead7fde13947ba4c338b5df79480c.

  1. II. Pour le second objectif, proprement historique et archéologique, nous reviendrons sur deux questions abordées dans la première édition de l’estampille, dont nous nous efforcerons d’écarter les dernières incertitudes.
  1. À propos de l’exemplaire AS-2019-1261-01, j’observais en effet : « La brique est conservée dans son entier et l’essentiel de l’estampille est lisible. D’infimes traces inclinées pourraient correspondre à l’ouverture du cartouche, mais le haut de l’empreinte est trop érodé et/ou mal imprimé pour assurer cette identification »6. Les traces supposées correspondraient à deux ou trois torsades d’une cordelette, dont d’autres exemplaires mieux imprimés dans la pâte, mais malheureusement très fragmentaires, conservaient parfaitement l’empreinte (fig. 1).
  1. La signification de cette marque était interprétée comme l’ouverture d’un cartouche vertical, , dont la double rangée de torsades rappelle la représentation en épis attestée, par exemple, sur une hache comportant le cartouche de Kamosé (conservée au British Museum, inv. n. EA 36772)7. L’édition traitait l’ensemble des pièces complètes et des fragments comme une série cohérente, issue d’un même tampon, à transcrire. Mais la présence régulière de la cordelette peut-elle se démontrer de façon réfutable (cf. « D’infimes traces inclinées pourraient correspondre à l’ouverture du cartouche »), en particulier sur les exemplaires complets, qui sous-tendent l’interprétation ? Cette question est évidemment déterminante pour la signification historique de ces briques, puisque le signe du cartouche ouvert suggère le statut royal d’Héqataoui.
  1. L’autre question importante porte sur le processus d’impression des estampilles, dans le prolongement de l’analyse suivante : « (…) La coïncidence des empreintes de torsades, l’homogénéité de forme, de dimension et de position relative des signes (le haut du ḥqȝ est en contact avec la partie gauche de l’ouverture du cartouche) assurent, lorsque la comparaison est possible, que les inscriptions ne furent pas tracées au coup par coup à la pointe, mais imprimées en série avec un tampon »8.
  1. Ici encore, la possibilité de consolider objectivement cette analyse, jusqu’alors fondée essentiellement sur la confiance en l’expertise de l’épigraphiste (cf. « lorsque la comparaison est possible »), serait précieuse pour confirmer l’appartenance des dix spécimens à un seul lot de matériaux produits en série au sein d’un même atelier et démontés au départ d’un même monument. L’unicité de la matrice est-elle démontrable ?
  1. Au-delà de cette question centrée sur le texte, la méthode testée a permis de dépasser le tropisme épigraphique et de solidariser les questions philologiques et archéologiques, en étudiant simultanément les données textuelles et leur support matériel en trois dimensions. Pour caractériser deux interventions manuscrites d’un même scripteur, on parlerait, en paléographie, d’une même « main ». En l’occurrence, notre point de vue, focalisé initialement sur l’identification d’une « matrice » – une main artificielle affectée à la reproduction mécanique d’une inscription –, pourra s’élargir à la mise en évidence de la « main industrieuse » de l’ouvrier fabricant plusieurs adobes en accomplissant les mêmes gestes.

Méthode

Relevé photogrammétrique

  1. On distingue deux catégories de relevés photogrammétriques pour l’enregistrement des données de la fouille.
  1. Des relevés de terrain (field surveys)9 permettent de modéliser et de géolocaliser systématiquement la stratigraphie révélée, tout au long de la progression des travaux. L’ensemble des clichés d’un survey et des productions numériques qui en sont issues (modèles, orthophotographies, modèles numériques d’élévation) sont regroupés dans un dossier nommé « photogramme » et identifiés par un code incrémenté, par exemple AS-2021-C, pour le troisième relevé accompli dans l’Assassif en 2021 (ensuite AS-2021.2-A, etc., quand tout l’alphabet a été épuisé). Les modèles produits héritent de ce code et sont affectés d’un numéro de version, par exemple AS-2021-C-2.
  1. Les relevés d’artefact (artifact surveys)10, ac­complis sur le mobilier après son prélève­ment, suivent les mêmes principes d’archivage et de nomenclature, mais leur statut d’objet mis en examen est précisé dans la référence : AS-2021-OBJ-D. Il s’agit alors de documenter la pièce pour elle-même sous tous ses angles de vue, indépendamment de sa disposition dans le gisement et de sa face d’apparition (pour adopter le vocabulaire archéo-anthropologique) au moment de l’invention.
  1. La présente contribution se con­sacre spécifiquement aux expérimentations menées sur la seconde catégorie de relevés, mais les individus étudiés ont été documen­tés aussi bien in situ (field surveys) qu’en laboratoire de campagne (artifact surveys).
  1. La première opération a consisté à prélever les deux briques. L’exemplaire découvert en 2019, inséré sur la tranche dans la hague11 1261, est apparu avec la face estampillée tournée vers l’intérieur de la cellule en cours de fouille12. Les vidéos suivantes documentent le démontage de la brique, en 2021, et mettent en évidence son calage, dans la maçonnerie informelle, au moyen de petites pierres.

Vidéo-AS-2021-A : Prélèvement de la brique AS-2019-1261-01, par le raïs Abdel Rahim. Caméra Fr. Colin, 2021. Attention, la vidéo contient du son, éteindre le haut-parleur dans un environnement public. Please note that the video contains sound, turn off the speaker in public.
Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.ff337291.

Vidéo-AS-2021-B : Explication du calage de la maçonnerie, par le raïs Abdel Rahim. Caméra Fr. Colin, 2021. Attention, la vidéo contient du son, éteindre le haut-parleur dans un environnement public. Please note that the video contains sound, turn off the speaker in public.
Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.08a11kdo.

  1. L’exemplaire trouvé en 2021 au sein de la hague 1050, en revanche, était posé face estampillée vers le bas et échappait donc à l’observation avant son prélèvement. Il a été repéré comme potentiellement inscrit en raison de son module semblable à celui des autres briques du roi Héqataoui. À cause de la pression longuement subie au sein de la hague, de petits graviers de shale appartenant au remblai de la rampe adhéraient à la face estampillée. La vidéo suivante documente son nettoyage pour faire apparaître l’empreinte.

Vidéo-AS-2021-C : Nettoyage de la brique AS-2021-1050-01 au moment du prélèvement, par l’auteur. Caméra C. Hartenstein, 2021. Attention, la vidéo contient du son, éteindre le haut-parleur dans un environnement public. Please note that the video contains sound, turn off the speaker in public.
Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.e1de78qw.

  1. Ensuite, la phase de prise de vues peut suivre deux plans de cheminement. Soit l’opérateur tourne autour de l’objet, notamment s’il est impossible de le déplacer. Dans ce cas une face de l’objet ne sera pas modélisée, celle qui repose sur le support – à moins de retourner l’artefact et de recommencer ensuite les prises de vue, puis de réunir les deux morceaux lors de la construction du modèle, suivant une procédure parfois longue. Soit l’appareil photo est fixé à un statif et c’est l’objet que l’on fait tourner sur lui-même. Cette méthode permet d’obtenir des angles de vue plus systématiques et réguliers, mais elle nécessite soit un arrière-plan parfaitement neutre et situé hors du champ de netteté – une situation délicate à obtenir dans l’encombrement d’un chantier –, soit de détourer chaque cliché avant la modélisation13.
  1. Comme la face inférieure des deux briques étudiées (celle reposant au sol lors de la fabrication et du séchage) ne comportait pas d’information indispensable pour l’enquête, la nécessité d’agir rapidement et sans incertitude de traitement a recommandé l’utilisation du premier plan de route : artefact fixe, opérateur mobile. L’objet a été posé sur une palette en bois, sur une table installée en extérieur, à l’ombre, mais dans un halo homogène engendré par la réverbération solaire ambiante. Un enrobage elliptique de clichés a enregistré le volume général de l’objet, tandis qu’un tapissage parallèle au plan de l’inscription a permis de mouler les moindres détails de l’estampille.
  1. L’équipement utilisé est un Canon EOS 800D, c’est-à-dire un appareil réflexe d’entrée de gamme, préféré à des modèles plus onéreux à cause du risque de casse sur le terrain. Le boîtier était combiné à un objectif Canon EF-S 18-135 mm, bloqué sur une longueur focale de 50 mm et fermé à F13 (priorité à l’ouverture). Sauf cas particuliers, la décision a été prise de formater les images en Jpg (résolution et taille réglées sur « fine, large »), parce qu’une sauvegarde systématique en format Raw engendrerait des besoins de mémoire disproportionnés pour sauvegarder les dizaines de milliers de clichés produits et archivés lors d’une seule campagne.

Construction des modèles

  1. Le modèle AS-2021-OBJ-Q-4 (brique crue estampillée AS-2021-1050-01)14 a été construit avec l’application MetashapePro 1.7.0.11736 au départ d’une série de 194 clichés. Une barre d’échelle a été introduite dans le modèle en se calant sur deux points de repère placés aux extrémités de l’échelle photographique de 30 cm disposée à côté de la brique. L’alignement des photos a été calculé avec la plus haute précision, le nuage de points dense, en qualité ultra haute, les cartes de profondeur, en qualité ultra haute (en prenant le nuage dense comme données sources). La version Q-3 du modèle obtenu comporte 33.863.761 faces et 16.981.059 sommets, la version Q-4 a été décimée à 3.599.999 faces et 1.819.526 sommets, pour l’alléger et permettre le partage sur la plateforme Sketchfab (figure 2).

Figure 2 : Modèle AS-2021-OBJ-Q-4 (version décimée) de la brique crue estampillée AS-2021-1050-01, partagé sur Sketchfab (https://skfb.ly/ouMA6). Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé et modélisation Fr. Colin, 2022d. Combinaisons tablette ou clavier pour faire pivoter l’éclairage : déplacement à 3 doigts ou ALT + bouton gauche de la souris. Lighting Rotate lighting: 3-finger drag or ALT + Left Mouse Button.

  1. Le modèle AS-2021-OBJ-R-5 (brique crue estampillée AS-2019-1261-01), produit au moyen de 219 clichés, a été construit avec les mêmes paramètres15. La version R-2 du modèle comporte 40.097.038 faces et 20.091.872 sommets, la version décimée (R-5) 3.599.999 faces et 1.816.710 sommets (figure 3).

Figure 3 : Modèle AS-2021-OBJ-R-5 (version décimée) de la brique crue estampillée AS-2019-1261-01), partagé sur Sketchfab (https://skfb.ly/owqGw). Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé et modélisation Fr. Colin, 2022e. Combinaisons tablette ou clavier pour faire pivoter l’éclairage : déplacement à 3 doigts ou ALT + bouton gauche de la souris. Lighting Rotate lighting: 3-finger drag or ALT + Left Mouse Button.

  1. La totalité du relevé sur le terrain a duré sept minutes pour AS-2021-OBJ-Q et dix minutes pour AS-2021-OBJ-R (temps mesuré du premier au dernier cliché).

Stockage et publication des modèles

  1. Pour assurer la pérennité des données du relevé, les photographies et le modèle sont stockés dans l’entrepôt de données de recherche Nakala (https://nakala.fr/), de la TGIR Huma-Num. L’attribution d’un DOI lors du dépôt permet de citer ces modèles de façon pérenne, indépendamment du lieu où ils sont stockés physiquement ou partagés virtuellement.
  1. Au moment de la parution de cet article, des versions décimées sont publiées sur la plate-forme de partage de modèles 3 D Sketchfab [https://sketchfab.com/IES, Colin 2022d (https://skfb.ly/ouMA6) et 2022e (https://skfb.ly/owqGw)] et il est prévu de les intégrer aussi sur la plate-forme de partage de données Pount (Plate-forme Ouverte Numérique Transdisciplinaire) de l’Université de Strasbourg16, lorsque son développement sera achevé.
  1. Les modèles publiés sur une plate-forme de partage sont cités de la façon suivante : Un(e)tel(le), « Asasif 2019, Ramp of Thutmose III, Mudbrick Stamped with the Name Heqatawy, inv. AS-2019-1261-01 », Artifact Survey AS-2021-OBJ-R-5, Strasbourg, 2022, suivi des mentions du DOI et de l’URL.
  1. On notera que l’indication systématique de l’année, AS(ASIF)-XXXX, permet de reconstituer la chaîne opératoire de la production numérique. Dans l’exemple ci-dessus, l’objet a été découvert et inventorié en 2019, le relevé en laboratoire de campagne, accompli en 2021, et le modèle, publié en 2022 à Strasbourg.
  1. Si plusieurs chercheurs ont collaboré à la construction du modèle, l’opérateur du relevé photographique sur le terrain est cité comme premier auteur, les contributeurs de la modélisation (en l’occurrence sur Metashape) sont nommés ensuite.

La modélisation comme méthode d’épigraphie numérique

  1. À la différence du déchiffrement papyrologique, essentiellement focalisé sur des contrastes de couleurs17, l’épigraphie est l’art de mettre en évidence les reliefs. Les générations qui nous ont précédés nous ont appris, à juste tire, que les meilleures conditions de lecture s’obtiennent dans la pénombre, en dirigeant une lampe de poche dans diverses directions pour souligner les formes signifiantes. Désormais, plusieurs outils permettent d’appliquer cette méthode virtuellement au départ d’un modèle 3 D. Une des méthodes consiste à traiter la surface de l’objet étudié comme un « terrain » dont on met en évidence la topographie grâce à divers procédés de visualisation.
  1. En l’occurrence, le traitement a été accompli au moyen du système d’information géographique QGIS18, un logiciel libre en open source. La première étape a consisté à définir dans Metashape un plan de projection parallèle au champ épigraphique, pour chacune des briques crues (dans le jargon du logiciel « pivoter l’objet/rotate object », pour fixer les « vues prédéfinies/predefined views »). Comme la surface de l’objet et celle de l’estampoir n’étaient pas parfaitement planes, il s’agit en réalité d’établir visuellement une orientation moyenne.
  1. Ensuite, un modèle numérique d’élévation est construit dans Metashape (« construire un MNE/build DEM »), puis exporté en format TIFF et importé dans QGIS. On obtient ainsi un modèle numérique d’élévation de la surface inscrite, que l’on visualisera en 2,5 D grâce à des ombrages produits en variant virtuellement l’orientation et l’angle d’incidence de la lumière (fig. 4). Cette méthode synthétise donc, dans le laboratoire numérique, le geste de l’épigraphiste dirigeant, dans la pénombre d’un lapidarium, l’éclairage rasant de sa lampe de poche. Outre le contrôle des paramètres imitant les conditions de la vision naturelle (azimuth et altitude de la source de lumière), l’opérateur peut moduler le « facteur z », pour exagérer l’effet de l’élévation sur les ombrages et renforcer ainsi la visibilité des microreliefs (fig. 4).
Figure 4 : Paramètres permettant de varier les propriétés de l’éclairage virtuel, avec un rendu du MNE en ombrages (propriété de la couche, symbologie), sur QGIS. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.2e9aj9j6/8b6f2d715acead7fde13947ba4c338b5df79480c.

Résultats

Validation de la méthode

  1. La haute résolution des deux relevés (AS-2021-OBJ-Q-4 et AS-2021-OBJ-R-5) enregistre le moindre détail de surface, comme les fissures de dessiccation ou les débris végétaux remarquablement bien conservés. Ces indices présentent un réel intérêt archéologique, puisqu’ils permettent, par exemple, de caractériser les briques, en documentant une des propriétés marquantes de la pâte : un dégraissant végétal grossier et abondant.
  1. Cependant, sur l’objet original comme sur son relevé photogrammétrique, ces accidents de surface brouillent la lisibilité de l’estampille (fig. 5 et 7). Pour remédier à cette difficulté typique de l’épigraphie sur matériaux irréguliers ou érodés, il suffit de supprimer les informations de couleurs et de texture, par exemple en visualisant le modèle sur Metashape en mode « solide » ou sur Sketchfab en mode « MatCap » (fig. 6 et 8). Dans ces conditions, les accidents sont estompés et les reliefs signifiants de l’inscription ressortent nettement sur le fond : les hiéroglyphes ḥqȝ tȝ.wy, mais aussi une partie du contour de l’estampoir et même quelques torsades de la cordelette du cartouche, à condition de l’avoir déjà repérée par un autre moyen d’observation.
Figure 5 : Capture d’écran de la visualisation sur Sketchfab du modèle AS-2021-OBJ-R-5 (brique AS-2019-1261-01). Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.ca8f34n5/779e6f50584e2edb769bd82125129f0a51999568.
Figure 6 : Capture d’écran de la visualisation sur Sketchfab du modèle AS-2021-OBJ-R-5 (brique AS-2019-1261-01), en utilisant le shader MatCap. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.4e74zd13/75861b8039d9389137b2ee557a03a99529994cd1.
Figure 7 : Capture d’écran de la visualisation sur Sketchfab du modèle AS-2021-OBJ-Q-4 (brique AS-2021-1050-01). Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.83e9v55a/c14708ae571d8b818882626761acff061c7c251c.
Figure 8 : Capture d’écran de la visualisation sur Sketchfab du modèle AS-2021-OBJ-Q-4 (brique AS-2021-1050-01), en utilisant le shader MatCap. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.ab7arm95/cd6471a1bfe0cebbe4bc2010d96826a1033aea6b.
  1. Ce premier résultat révèle un principe important de la modélisation épigraphique : la possibilité d’additionner ou de soustraire les informations de texture (couleurs, ombres naturelles à l’instant T du cliché) sur la géométrie du volume modélisé permet d’isoler les formes signifiantes plus efficacement que l’examen de l’original ou d’une simple photographie19. Quand cette dernière ou l’œil humain enregistrent indistinctement toutes les informations issues de la réflexion lumineuse sur la surface de l’objet, la modélisation 3 D permet de focaliser plus précisément la lecture sur la microtopographie ou sur les couleurs, alternativement. Ce résultat valide donc le choix de la modélisation photogrammétrique en complément de la photographie classique et de la simple autopsie de l’original.

Identifier la matrice

  1. Au départ d’une même matrice, il est peu probable de produire des empreintes absolument identiques sur la surface plastique des briques crues encore humides, en raison des irrégularités inhérentes au matériau. De nombreuses imperfections concourent à modifier la forme des signes observables aujourd’hui : les inclusions minérales ou végétales du dégraissant, le remplissage de la pâte dans le moule, puis son démoulage, qui affectent le support inscrit de courbes convexes et concaves ; ensuite, l’apparition de fissures lors du séchage, puis toutes les accidents superficiels et l’érosion subis par la brique. Enfin, la variabilité du mouvement accompli pour enfoncer la matrice dans la pâte induit son lot de déformations – le plan du support et celui de l’estampoir ne sont pas toujours parallèles, l’outil peut glisser latéralement, etc.
  1. En permettant d’observer finement le moindre détail de surface sous des éclairages variables, la construction d’un modèle numérique d’élévation du champ inscrit permet d’établir l’identité du timbre employé pour chacune des deux empreintes. La figure 9 synthétise le résultat de cette observation, en comparant l’estampille des briques AS-2019-1261-01 (à gauche, modèle AS-2021-OBJ-R-5) et AS-2021-1050-01 (au centre, modèle AS-2021-OBJ-Q-4).
Figure 9 : Vues topographiques des estampilles en niveaux de gris et niveaux de gris colorisés. À gauche : AS-2019-1261-01. Au centre : AS-2021-1050-01. À droite : incrustation des deux images démontrant que les empreintes proviennent de la même matrice. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.d3abjbj5/4627757f2b0209208f092956b5560e652f28b243.
  1. Séparément, les deux inscriptions sont assez semblables, sans paraître exactement identiques, en raison de toutes les déformations objectives évoquées – mais aussi parce que l’orientation subjective des plans de projection, opérée à vue lors de la construction des deux modèles numériques d’élévation, n’est pas parfaitement parallèle. En outre, la direction de la lumière virtuelle (orientée pour révéler au mieux certains détails), diffère d’une pièce à l’autre, ce qui n’est pas sans conséquence pour l’impression visuelle suggérée. Cependant, l’image composite de droite permet de tester la compatibilité des deux séries de traces. Elle a été produite sur Photoshop par l’incrustation de l’image colorée en sépia (centre), rendue partiellement transparente, dans l’image en niveaux de gris (gauche). En confirmant la bonne superposition des deux empreintes, cette opération établit qu’elles procèdent très probablement d’un même timbre.

Déceler des reliefs estompés

  1. En représentant les altitudes de la microtopographie de l’empreinte au moyen de dégradés de couleurs ajustables, QGIS permet de focaliser l’examen sur des détails du relief qui seraient peu visibles à l’œil nu ou sous un éclairage naturel (fig. 10 et 11). Grâce à divers paramètres, l’opérateur peut renforcer les contrastes, par exemple en mettant spécifiquement en évidence les intervalles d’altitude contenant les traces signifiantes pour le déchiffrement.
Figure 10 : Paramètres de visualisation de l’altitude du modèle numérique d’élévation AS-2021-OBJ-R-3, avec un rendu en pseudo-couleur à bande unique (propriété de la couche, symbologie), sur QGIS. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.e2cbu97z/e292011f3b18edf3991bb9a504f185a3b9826bad.
Figure 11 : Paramètres de visualisation de l’altitude du modèle numérique d’élévation AS-2021-OBJ-Q-3, avec un rendu en bande grise unique (propriété de la couche, symbologie), sur QGIS. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.fecb6l85/da8760100f2a701b6a6c9ccd6db26db73a89c728.
  1. Le bord inférieur droit de l’estampoir est déjà bien visible sur le modèle AS-2021-OBJ-R-5 (brique AS-2019-1261-01). Cependant, la vue topographique suivante (fig. 12) présente l’intérêt supplémentaire de rendre clairement perceptible l’enfoncement de l’outil dans la pâte. Cette image de démonstration apporte une nouvelle preuve que l’inscription ne fut pas tracée à la pointe, mais imprimée en série avec un timbre.
Figure 12 : Vue topographique en dégradé de couleurs de la surface de la brique AS-2019-1261-01, mettant en évidence l’enfoncement du timbre (nuances plus claires) par contraste avec la surface intacte (nuances plus foncées), modèle numérique d’élévation AS-2021-OBJ-R-3. Les flèches indiquent le bord de l’estampoir. L’altitude absolue (négative) est arbitraire, les altitudes relatives sont mesurées (l’unité est le mètre). Le dénivelé entre le point culminant (rouge) et le point bas (bleu) du relevé est de 1,36 cm. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.38617h46/3418190a62fbeca6f88bc2138615866a6de5dff4.
  1. Alors que plusieurs estampilles fragmentaires ont conservé l’empreinte très lisible d’une cordelette (fig. 1), interprétée comme l’ouverture d’un cartouche (voir l’introduction ci-dessus), sa présence sur les exemplaires complets est à peine perceptible, dans des conditions naturelles d’observation. En ciblant, sur les deux briques, la zone où l’empreinte recherchée pourrait apparaître, les méthodes décrites ci-dessus permettent à nouveau de mettre en évidence la marque très estompée, mais clairement visible, de plusieurs torsades de la cordelette (fig. 13-15).
Figure 13 : Vues topographiques en niveaux de gris de la surface de la brique AS-2019-1261-01, mettant en évidence l’empreinte estompée des torsades de la cordelette, indiquées par les flèches, modèle numérique d’élévation AS-2021-OBJ-R-3. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.d8f942mi/fa423ce54bcfe19497a2b9cb623d5948f7e69568.
Figure 14 : Vues topographiques en niveaux de gris de la surface de la brique AS-2021-1050-01, mettant en évidence l’empreinte estompée des torsades de la cordelette, indiquées par les flèches, modèle numérique d’élévation AS-2021-OBJ-Q-3. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.ec6bao2k/93587b71d7f8c17ff6268566b12ff42e8c12805e.
Figure 15 : Vue topographique en ombrages de la surface de la brique AS-2021-1050-01, mettant en évidence l’empreinte estompée des torsades de la cordelette, indiquées par les flèches, modèle numérique d’élévation AS-2021-OBJ-Q-3. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.f03bi7bd/07c00bd570cb3f42c35ca71cc091de99575c5782.
  1. La convergence des observations renforce ainsi l’interprétation épigraphique, qui apparaît désormais comme assurée (contra « mais le haut de l’empreinte est trop érodé et/ou mal imprimé pour assurer cette identification »20).

Identifier la main du briquetier

  1. Le résultat le plus intéressant dépasse l’objectif épigraphique de notre expérimentation, qui visait initialement l’identification de signes d’écriture et la confirmation de la méthode de marquage des briques. En effet, la modélisation de l’ensemble des données morphologiques, enregistrées sans opérer de tri (contrairement au dessin, dont l’auteur sélectionne les informations jugées signifiantes), permet de documenter solidairement le texte et son support, pour l’analyser dans une perspective proprement archéologique. Au-delà du procédé mécanique employé pour imprimer l’inscription – que démontre la mise en évidence d’un timbre commun aux deux briques –, l’étude globale des traces induites par la chaîne opératoire du moulage révèle des gestes identiques21.
  1. Observons ces indices, en orientant les briques dans le sens de la lecture de l’estampille (qȝ en haut, tȝ.wy en bas). On identifie les formes et les gestes suivants :

    1. à gauche de l’estampille, une dépression longe le bord de la brique (fig. 16 et 17, 1). Elle peut avoir été produite, par exemple, en balayant la surface avec le tranchant de la paume d’une main ou en compressant la pâte avec un objet lisse. La seconde hypothèse n’est pas exclue, car une légère bordure, le long du bord supérieur (fig. 18), pourrait résulter d’une telle impression.
Figure 16 : Vues topographiques en niveaux de gris de la surface des briques AS-2021-1050-01 (droite) et AS-2021-1261-01 (gauche), mettant en évidence les microreliefs. La double flèche jaune indique l’orientation de sillons digités courbes, à droite de l’estampille. À gauche de celle-ci, le symbole jaune indique un creux longitudinal rectiligne. La flèche rouge indique un relief longiligne parallèle au bord, peut-être imprimé au départ d’un objet lisse. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.d5fc631d/1547aaf3f73edca1c02f2a747d15e687c95f502e.
Figure 17 : Vues topographiques en dégradé de couleurs de la surface des briques AS-2021-1050-01 (en haut) et AS-2019-1261-01 (en bas), mettant en évidence les gestes du briquetier (1-4) et du récupérateur de matériaux (5), modèles numériques d’élévation AS-2021-OBJ-Q-3 et R-3. Les flèches bleues indiquent le mouvement digital du briquetier ; les noires, le négatif de l’enfoncement d’outils pour déboîter une assise de brique. Cinq zones peuvent être définies en fonction de l’altitude : 1. Enfoncement rectiligne (objet lisse ou balayage avec la paume de la main). 2. Du côté opposé à la zone 1, des sillons digités matérialisent un mouvement courbe de la main, pour gratter l’excédent de terre. 3. Le long d’un petit côté, bourrelet de pâte provoqué par le retrait ascendant du cadre du moule. 4. La surface centrale plus élevée est privilégiée pour imprimer le timbre. 5. Cassure conservant peut-être le négatif d’outil(s) parallélipipédique(s) ou pointu(s), à l’emplacement d’une arête longitudinale de la brique. L’altitude absolue (négative) est arbitraire, les altitudes relatives sont mesurées (l’unité est le mètre). L’altitude la plus basse correspond au plan de la table sur laquelle est posée la brique. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.df714i45/a0cf3f854d81f8f120f2199378744272a6fd3cd7.
Figure 18 : Vue topographique en niveaux de gris de la surface de la brique AS-2021-1050-01, mettant en évidence l’empreinte possible d’une bordure (flèche rouge), modèle numérique d’élévation AS-2021-OBJ-Q-3. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.200bin19/54ea862b0f8e8c247e57538403471060b8db6534.
  1. 2. Symétriquement à ce creux, des sillons digités courbes traduisent un geste de grattage superficiel, peut-être accompli pour ôter le surplus de terre (fig. 16 et 17, 2). Comme ces briques ne sont pas destinées à la construction d’une voûte, et compte tenu de la superficialité des stries, l’explication parfois avancée, selon laquelle ces marques digitées amélioreraient l’adhérence du mortier, paraît peu probable en l’occurrence. Il est possible que la dépression (1) et les sillons (2) aient été produits par la même main en un mouvement de raclage en aller-retour.
  1. 3. Un bourrelet de démoulage très marqué affecte le bord du petit côté supérieur de chaque brique (fig. 17, 3). Il s’accompagne de fissures transversales importantes dans la zone de rupture de pente, sur l’exemplaire AS-2019-1261-01. Le frottement du moule au moment du retrait a laissé des stries régulières sur les faces latérales des briques (voir les fig. 2 et 3, en visualisant le modèle en mode MatCap). Sur le long côté, ces stries sont légèrement courbes et inclinées dans la direction opposée au bourrelet principal (ces traces sont assez nettes sur la brique 1050-01), ce qui suggère un mouvement de préhension depuis un des deux petits côtés, où devai(en)t se trouver le(s) poignées(s) du moule.
  1. 4. Le timbre est enfoncé dans la zone centrale, la plus élevée de la surface (rouge), et, sur les deux exemplaires, orienté dans le même sens par rapport aux autres traces.
  1. La comparaison des deux briques, qui proviennent pourtant de deux hagues distinctes et séparées par des tonnes de remblai, aboutit à une constatation remarquable. La morphologie des deux exemplaires est semblable jusque dans les plus petits détails : l’ordre, la direction, le parcours (on est tenté de dire le « ductus ») et l’intensité du geste enregistré dans l’argile (fig. 16 et 17). Leur cartographie objective invite en l’occurrence à identifier une même « main » de briquetier, au sens quasi-paléographique.
  1. Quant au marquage du nom Héqataoui sur la brique achevée, était-il accompli par l’ouvrier fabricant, par un chef d’équipe ou par un officiel détenteur du tampon ? Cette question reste ouverte.

Des indices biographiques sur les usages successifs d’un matériau remployé

  1. L’arête située à gauche de l’estampille de la brique AS-2021-1050-01 est ébréchée. La morphologie de la cassure présente des formes régulières, qui se sont révélées fortuitement sur le modèle numérique d’élévation lors du paramétrage empirique des classes d’altitudes attribuée à chaque nuance de la palette de couleurs (fig. 17, flèches noires). Ces traces sont aussi matérialisées sur le modèle 3 D, en particulier lorsqu’on compare les modes de visualisation texturé et MatCap (fig. 19 et 20).
Figure 19 : Capture d’écran de la visualisation sur Sketchfab du modèle AS-2021-OBJ-Q-4 (brique AS-2021-1050-01), mettant en évidence des cassures près de l’arête de la brique, vraisemblablement produites lors du déboîtement d’une assise par les récupérateurs de matériaux. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.4a736k61/e7b61938eaedade25047072788f2ed66913e1c49.
Figure 20 : Capture d’écran de la visualisation sur Sketchfab du modèle AS-2021-OBJ-Q-4 (brique AS-2021-1050-01), en utilisant le shader MatCap, pour mettre en évidence des cassures près de l’arête de la brique, vraisemblablement produites lors du déboîtement d’une assise par les récupérateurs de matériaux. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.54fa11o7/8b389d138516f52f62ddceb8aabc4a5bd79b9421.
  1. La géométrie rectiligne et orthogonale de ces stigmates en négatif évoque la forme d’un outil étroit et allongé, qui pourrait avoir été enfoncé à l’emplacement du joint pour déboîter une assise de briques, au moment où les récupérateurs de matériaux démontèrent le bâtiment édifié au nom d’Héqataoui.
  1. Enfin, on observe une cassure à un des angles de la brique AS-2019-1261-01, fragilisée par le système de fissures (fig. 16). Cet accident, probablement advenu entre le démontage du monument originel et le remploi de la brique, fut compensé avec de petites pierres par l’ouvrier chargé d’élever la hague 1261 (voir les vidéos A-C).

De faux amis

  1. Les différentes techniques d’observation exposées ci-dessus doivent évidemment se combiner et se contrôler mutuellement lors de l’étude, pour éviter de fonder un raisonnement sur de faux amis ou sur des artefacts de modélisation.
  1. Par exemple, un éclairage rasant du modèle numérique d’élévation de la brique AS-2021-1050-01, dans le mode de visualisation en ombrages, révèle un bourrelet régulier, parallèle au bord gauche (fig. 21). Il pourrait être tentant d’y voir l’empreinte d’un objet anthropique, à cause de la régularité et de l’orientation de la forme. Ce serait cependant une erreur, car il s’agit simplement du négatif d’une brindille, qui était prise à l’origine dans le léger bourrelet de retrait du moule, comme le montre facilement le mode texturé du modèle 3 D (fig. 22-23).
Figure 21 : Vue topographique en niveaux de gris de la surface de la brique AS-2021-1050-01, mettant en évidence un « faux ami » parmi les microreliefs. Les flèches rouges indiquent une forme régulière mais aléatoire, composée d’un léger bourrelet et du négatif d’une brindille, à ne pas confondre avec l’empreinte d’un artefact. Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.b5c4or0w/8a6f1ef7ebee3eea584b7fdeb2571ad421347071.
Figure 22 : Capture d’écran de la visualisation sur Sketchfab du modèle AS-2021-OBJ-Q-4 (brique AS-2021-1050-01), en utilisant le shader MatCap, mettant en évidence un faux ami (le négatif d’une brindille). Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.1ff2m23z/f403d034b062b815c1ba78a3241e8156ddc97332.
Figure 23 : Capture d’écran de la visualisation sur Sketchfab du modèle AS-2021-OBJ-Q-4 (brique AS-2021-1050-01), mettant en évidence un faux ami (le négatif d’une brindille). Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.f10d67ml/7f345caeec98f4ef8c9eb2d63967f2cf4b4482ce.

La constitution d’un référentiel

  1. Ces résultats issus de relevés d’artefact produits dans des conditions de laboratoire contrôlées (artifact survey) constituent le début d’un référentiel susceptible d’être comparé à des exemplaires enregistrés in situ parmi les autres faits architecturaux et stratigraphiques (field survey), que les circonstances de la fouille ne permettent pas nécessairement de prélever.
  1. Les deux modèles suivants ont été construits au départ d’un choix de clichés extraits d’une série cohérente de 1700 vues réalisées le 3 décembre 2019, lors du relevé de terrain final de la campagne de fouille (le photogramme AS-2019.3-E).
  1. Produit au moyen de 741 photographies, le survey AS-2019.3-E-4-322 nous permettra de contextualiser la brique en place AS-2019-1262-03. La version AS-2019.3-E-3-4 se compose de 3.844.938 faces et 1.927.230 sommets, réduits à 3.599.999 faces et 1.804.481 sommets par décimation (version E-4-3), lors de la publication sur Sketchfab (fig. 24 et 25).

Figure 24 : Modèle AS-2019.3-E-4-3 (version décimée) des hagues SB 1039, SB 1068 + 1262, SB 1082, SB 1255, SB 1258, SB 1270 et localisation des briques crues estampillées AS-2019-1062-02, 03 & 04, AS-2019-1262-3 et AS-2019-1082-03, sur Sketchfab, https://skfb.ly/owqFP. Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé et modélisation Fr. Colin, 2022f. Combinaisons tablette ou clavier pour faire pivoter l’éclairage : déplacement à 3 doigts ou ALT + bouton gauche de la souris. Lighting Rotate lighting: 3-finger drag or ALT + Left Mouse Button.

Figure 25 : Élévation et coupe dans le réseau cellulaire de hagues stabilisant les remblais du terrassement, dans l’état de fin de fouille (2019). La partie supérieure des hagues 1068 et 1082 a déjà été démontée à ce stade de la fouille. Relevé photogrammétrique, modélisation, orthophotographie et dessin Fr. Colin, topographie C. Hartenstein. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.0bb5yd9u/fc57de69d485700f2defe1787b5c7f1a9b199209.
  1. Ensuite, un modèle 3 D spécifique de la brique AS-2019-1262-03 a été calculé au départ d’un choix de 44 vues (parmi les 741 clichés précédents), avec une résolution maximale, pour les besoins de nos expériences épigraphiques. Le relevé AS-2019.3-E-4-1 compte ainsi 3.905.381 faces et 1.960.013 sommets, réduits à 3.599.911 et 1.804.593 faces (AS-2019.3-E-4-2)23 sur Sketchfab (fig. 26). Notons au passage que le relevé d’une seule brique enregistre ainsi autant de nuances morphologiques que celui de la totalité de la structure dont elle fait partie.

Figure 26 : Modèle AS-2019.3-E-4-2 (version décimée), détail de la brique crue estampillée AS-2019-1262-02 in situ, sur Sketchfab, https://skfb.ly/owqCQ. Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé et modélisation Fr. Colin, 2022g. Combinaisons tablette ou clavier pour faire pivoter l’éclairage : déplacement à 3 doigts ou ALT + bouton gauche de la souris. Lighting Rotate lighting: 3-finger drag or ALT + Left Mouse Button.

  1. Un modèle numérique d’élévation, établi dans un plan parallèle à la surface estampillée de la brique, a été exporté ensuite dans QGIS et étudié selon les protocoles précédemment décrits (fig. 27 et 28).
Figure 27 : Vues topographiques en ombrages et en dégradé de couleurs de la surface de la brique AS-2019-1262-03, relevée in situ, mettant en évidence les gestes du briquetier (1-4 ; 6-7) et la cassure, modèle numérique d’élévation AS-2019.3-E-4-2. Les flèches bleues indiquent le mouvement digital du briquetier. Sept zones peuvent être définies en fonction de l’altitude : 1. Enfoncement rectiligne (objet lisse ou balayage avec la paume de la main). 2. Du côté opposé à la zone 1, des sillons digités matérialisent un mouvement courbe de la main, pour gratter l’excédent de terre. 3. Le long d’un petit côté, bourrelet de pâte provoqué par le retrait ascendant du cadre du moule. 4. La surface centrale plus élevée est privilégiée pour imprimer le timbre. 6. Une dépression, dans un angle de la brique. 7. Une seconde série de sillons digités matérialisent un mouvement courbe de la main. 8. Une cassure probablement ultérieure à la première mise en œuvre du matériau. L’altitude absolue est arbitraire, les altitudes relatives sont mesurées (l’unité est le mètre). Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.a659rvrf/10fe54e07b4b1f966ab15c905f837532883fd154.
Figure 28 : Vues topographiques en dégradé de couleurs de la surface des briques AS-2021-1050-01 (en haut), AS-2019-1261-01 (au milieu), AS-2019-1262-03 (en bas), mettant en évidence les gestes du briquetier (1-4 ; 6-7) et du récupérateur de matériaux (5), et une cassure (8), modèles numériques d’élévation AS-2021-OBJ-Q-3 et R-3, et AS-2019.3-E-4-2. Les flèches bleues indiquent le mouvement digital du briquetier ; les noires, le négatif de l’enfoncement d’outils pour déboîter une assise de brique. Huit zones peuvent être définies en fonction de l’altitude : 1. Enfoncement rectiligne (objet lisse ou balayage avec la paume de la main). 2. Du côté opposé à la zone 1, des sillons digités matérialisent un mouvement courbe de la main, pour gratter l’excédent de terre. 3. Le long d’un petit côté, bourrelet de pâte provoqué par le retrait ascendant du cadre du moule. 4. La surface centrale plus élevée est privilégiée pour imprimer le timbre. 5. Une cassure conservant peut-être le négatif d’outil(s) parallélipipédique(s) ou pointu(s), à l’emplacement d’une arête longitudinale de la brique. 6. Une dépression, dans un angle de la brique. 7. Une seconde série de sillons digités matérialisent un mouvement courbe de la main. 8. Une cassure probablement ultérieure à la première mise en œuvre du matériau. L’altitude absolue est arbitraire, les altitudes relatives sont mesurées (l’unité est le mètre). Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.d81eded7/c0b277882c062201bd30714712db2d5322948578.

  1. Les caractéristiques générales des briques AS-2021-1050-01 et AS-2019-1261-01 se retrouvent sur l’exemplaire AS-2019-1262-03 (décrit ci-après en orientant à nouveau la pièce comme le timbre) : la dépression longitudinale parallèle au bord gauche (1), les sillons digitées du coté opposé, dont les traces sont conservées nettement dans l’angle inférieur droit se prolongent presque indistinctement jusque dans la dépression en haut à droite (2), le renflement de retrait du moule, qui cependant est ici léger et s’observe aussi le long de l’arête gauche (3). Enfin, l’estampille est apposée dans la zone centrale, la plus élevée de la face, et orientée comme sur les deux autres pièces (4).
  1. On constate aussi des particularités absentes des deux parallèles : une dépression assez marquée dans l’angle supérieur droit (6) et une autre série d’empreintes digitées courbes, dans l’angle supérieur gauche (7).
  1. En conclusion, les similarités morphologiques sont suffisamment marquées pour identifier un procédé de manufacture commun et pour établir que les trois briques proviennent d’un même atelier. Mais les quelques différences visibles sur le troisième exemplaire permettent plus difficilement d’y reconnaître la main du même briquetier – sans que cette éventualité soit absolument exclue.

Discussion

La méthode d’estampage au papier de Chine de Johannes Dümichen (19e siècle)

  1. L’expérimentation menée dans cet article répond à l’enjeu de réplication qui, dès l’origine de nos disciplines, anima la majeure partie des efforts déployés sur le terrain pour produire des données primaires textuelles, iconographiques et architecturales.
  1. Dès les premières expéditions dans les campagnes égyptiennes, les précurseurs de l’épigraphie ont cherché à reproduire à l’identique les inscriptions découvertes dans des conditions environnementales, physiques et d’érudition difficiles : éclairages extrêmes, contrastes de température, poussière, vent, pression humaine et éloignement de toute bibliothèque.
  1. En raison de ces contraintes de terrain, l’édition de fac-similés ne posait pas seulement un challenge d’exactitude et de fidélité de la copie, mais elle impliquait aussi de concevoir un moyen de dématérialiser le monument afin de déplacer les données brutes et de continuer le travail de lecture, d’interprétation et de dessin dans un laboratoire distant.
  1. Un fonds d’estampages conservé dans les archives scientifiques de l’Institut d’Égyptologie de l’Université de Strasbourg garde la mémoire des méthodes de reproduction employées par Johannes Dümichen24, un des pères fondateurs de l’épigraphie de terrain, qui inaugura en 1872 la chaire d’égyptologie de la Kaiser-Wilhelms-Universität Straßburg25.
  1. Pour obtenir un moulage fidèle des reliefs, le « papier de Chine » était imbibé d’eau et tamponné sur la paroi décorée pour en épouser la surface. Une fois sec, il était décollé et le côté au contact avec le monument conservait tous les microreliefs, mais aussi, le cas échéant, des pigments jusqu’alors préservés sur le décor original.
  1. Prenons l’exemple d’un estampage appliqué sur une scène de l’expédition à Pount (fig. 29), au temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, dont le savant prussien se servit pour réaliser les Tafeln XIV et LXII de ses Historische Inschriften Altägyptischer Denkmäler II, publiées à Leipzig en 1869 (fig. 30 et 31).
Figure 29 : Recto d’un estampage réalisé par J. Dümichen sur une scène de l’expédition de Pount à Deir el-Bahari, conservé à l’Institut d’Égyptologie de l’Université de Strasbourg. Photo Fr. Colin, 2018. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.3997l94y/60bca017f716ccdf16b8b63ba75457879f601621.
Figure 30 : J. Dümichen, Historische Inschriften Altägyptischer Denkmäler II, Leipzig, 1869, pl. XIV, numérisé par General Research Division, The New York Public Library, https://digitalcollections.nypl.org/items/510d47e2-9375-a3d9-e040-e00a18064a99. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.07a5f4a3/357cd4f90d023f698276cd4406c3b6ecbfe91c9b.
Figure 31 : J. Dümichen, Historische Inschriften Altägyptischer Denkmäler II, Leipzig, 1869, pl. LXII, numérisé par General Research Division, The New York Public Library, https://digitalcollections.nypl.org/items/510d47e2-93b3-a3d9-e040-e00a18064a99. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.a5c7144a/66c2c40e924267004e84d76cd0b78e65b242749f.

  1. On observe non seulement la finesse et l’objectivité du procédé – qui moule aussi bien les détails signifiants et les joints du parement –, mais encore ses effets nocifs, puisqu’une partie des pigments encore présents sur la paroi est restée collée dans la fibre du papier (voir la cheville gauche du personnage précédent le singe, fig. 32).
Figure 32 : Détail du recto de l’estampage (fig. 29), où l’ont voit un pigment orangé du décor pris dans la fibre du papier. Photo Fr. Colin, 2018. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.bbcfc8mn/a8be722e407436289ef290f80556555983703761.

  1. Pour contrebalancer l’effet miroir induit par cette technique d’empreinte (le singe regarde à droite sur la paroi, à gauche sur l’estampage, cf. fig. 33), Dümichen retournait ensuite le papier et surlignait certains traits au crayon (fig. 34).
Figure 33 : Recto et verso d’un estampage réalisé par J. Dümichen sur une scène de l’expédition de Pount à Deir el-Bahari, conservé à l’Institut d’Égyptologie de l’Université de Strasbourg. Photo Fr. Colin, 2018. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.d138b3z0/9331f1d300316cc60124a3de7f30b25c8b290cdc.
Figure 34 : Détails, à la même échelle, de la Tafel LXII et du verso de l’estampage, où l’ont voit des traits rehaussés au crayon et un carroyage sur l’estampage et des distorsions entre l’empreinte et le dessin. Photos Fr. Colin, 2018. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.8a9c4pv3/5acddb311e49bf562d050be475dcbed55dc5f8ca.

  1. La comparaison avec les planches publiées dans les Historische Inschriften révèle des différences sensibles, dans les détails et les proportions, entre l’original et la copie. De retour en Allemagne, il semble donc que Dümichen se servait de l’estampage pour dessiner à main levée, comme s’il procédait à vue devant le monument – d’où les approximations. Cette méthode expliquerait pourquoi le savant traçait quelquefois un carroyage de proportions au verso de l’empreinte (fig. 33 à droite et 34 à gauche).

  1. Grâce à cette technique, l’épigraphiste déplaçait virtuellement le monument jusque dans son laboratoire, pour y élaborer les documents de réflexion, de preuve et d’illustration.

  1. La méthode était destructive, contrainte par la disponibilité de l’eau et du papier et lourde au sens propre, puisqu’il fallait transporter à dos d’âne et par bateau les kilogrammes d’estampages aujourd’hui conservés à Strasbourg. Mais au regard des fondamentaux du relevé épigraphique – mettre en évidence les reliefs signifiants et les exposer si nécessaire à divers éclairages rasants –, la méthode était efficace26.

  1. Les vues photographiques suivantes montrent comment la réplique estampée permet de révéler des détails qui seraient peu visibles dans les conditions d’illumination ambiantes sur le terrain (fig. 35A-C).

Figure 35A-C : Détails de la tête du singe mettant en évidence des reliefs différents sur l’estampage selon l’orientation de l’éclairage rasant. Photos Fr. Colin, 2018. Identifiant et stockage pérennes : Figure 35A https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.1dffwj7d/43319f8f5b4577e37299ca27b1aff7e05f8e4c21. Figure 35B : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.c8efa405/3a7b170f001623081132c6cd32d1e9191d8797f8. Figure 35C : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.fea6i713/d9d940dc7b4b72fda3ec558362d5dbb0152dac00.

  1. Ces jeux d’éclairage, dans le monde physique, ne sont pas sans rappeler les méthodes de renforcement des ombrages virtuels au moyen du logiciel QGIS exposées ci-dessus. Dans l’un et l’autre cas, le déplacement de la source de lumière sur tous les points d’une demi-sphère rehausse spécifiquement les détails.

  1. Les uns et les autres explorent les microreliefs en variant l’orientation de la lumière. Les informations visuelles exploitables par l’épigraphiste sont comparables, mais les paramètres de la méthode numérique peuvent être raffinés à l’infini.

  1. Ce n’est pas ici le lieu d’écrire une histoire exhaustive des méthodes de relevé épigraphique, depuis les premiers devanciers de la discipline. L’exemple concret et inédit du procédé de Johannes Dümichen a cependant le mérite de montrer à quel point les percées numériques actuelles répondent aux préoccupations techniques des origines.

La méthode photogrammétrique inventée par Albrecht Meydenbauer et sa réception par les historiens de l’art (19e siècle)

  1. Dans le même ordre d’idée, la méthode photogrammétrique et ses applications au relevé d’architecture remontent, elles aussi, au 19e siècle. Elles furent systématisées par l’architecte Albrecht Meydenbauer27, qui dirigea à partir de 1885 un Institut de photogrammétrie (Meßbildanstalt) chargé de documenter par cette technique les monuments remarquables du Royaume de Prusse28. Les historiens de l’art en saisirent dès cette époque toute l’utilité pour la recherche et pour l’enseignement de leur discipline.

  1. Une incursion dans les archives scientifiques inédites de l’Université de Strasbourg va nous livrer à nouveau un instantané concret de l’intérêt que les professionnels du patrimoine manifestaient alors pour la photogrammétrie.

  1. Le professeur Georg Dehio29, directeur de l’Institut d’histoire de l’art, souhaitait acquérir des images photogrammétriques (Lichtmeßbilder) de monuments d’architecture ecclésiastique et profane présentant un intérêt particulier pour l’enseignement. On le sait grâce à la minute d’une requête de 1892, que l’administrateur (Kurator) de l’université adressa à cette fin au gouverneur d’Alsace-Lorraine, lui demandant de prendre attache auprès du Ministère des Affaires spirituelles, de l’enseignement et de la médecine, en vue d’obtenir une liste des clichés disponibles à la vente (fig. 36A-B)30.

Figures 36A-B : Requête du Kurator de la Kaiser-Wilhelms-Universität Straßburg auprès du gouverneur (Statthalter) d’Alsace-Lorraine datée du 23 juillet 1892, Archives départementales du Bas-Rhin, AL 103 868. Photos Fr. Colin, 2017. Identifiant et stockage pérennes : Figure 36A https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.352ayy0v/7a26e0269c6b8f8692d75b7641fbe2237dec38ec. Figure 36B : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.3de5f9p0/fb238e0f355475df09be85b5825e8d97a03f6d57.

  1. Ce document est conservé dans les archives du Kuratorium de la Kaiser-Wilhelms-Universität Straßburg. L’édition suivante présente d’abord une copie diplomatique de la minute, puis décompose les deux versions successives de la missive.

  1. Copie diplomatique

Straßburg, den 23. Juli 1892

An den Herrn Statthalter

Wie mir mitgetheilt worden ist, werden im Königreich Preußen auf Veranlassung des Herrn Ministers der geistlichen, Unterrichts- und Medizinalangelegenheiten Lichtmeßbilder von \die geschichtlich und künstlerisch/ interessanten Bauwerken \der kirchlichen und Profanarchitektur/ nach einer von dem Architekten Meidenbauer31 erfundenen Methode hergestellt \in sogenannten Lichtmeßbildern aufgenommen/. Für das kunstgeschichtliche Institut der hiesigen Universität wäre es von großem Werthe, in den Besitz eines Theils \derjenigen/ dieser Lichtmeßbilder und zwar derjenigen \Aufnahmen/, welche sich besonders zu Unterrichtszwecken eignen, zu gelangen. Eure Durchlaucht gestatte ich mir daher gehorsamst zu bitten, mit dem genannten Herrn Minister wegen Ueberlassung solcher Lichtmeßbilder geneigtest in Verbindung und treten und zunächst ein Verzeichniß der bereits fertig zustellten Bilder erwirken und mir mittheilen zu wollen, um hiernach die erforderliche Auswahl treffen zu können.

Der Kur(ator) der Univ(ersität)

  1. Version 1

Straßburg, den 23. Juli 1892

An den Herrn Statthalter

Wie mir mitgetheilt worden ist, werden im Königreich Preußen auf Veranlassung des Herrn Ministers der geistlichen, Unterrichts- und Medizinalangelegenheiten Lichtmeßbilder von interessanten Bauwerken nach einer von dem Architekten Meidenbauer erfundenen Methode hergestellt. Für das kunstgeschichtliche Institut der hiesigen Universität wäre es von großem Werthe, in den Besitz eines Theils dieser Lichtmeßbilder und zwar derjenigen, welche sich besonders zu Unterrichtszwecken eignen, zu gelangen. Eure Durchlaucht gestatte ich mir daher gehorsamst zu bitten, mit dem genannten Herrn Minister wegen Ueberlassung solcher Lichtmeßbilder geneigtest in Verbindung treten und zunächst ein Verzeichniß der bereits fertig zustellten Bilder erwirken und mir mittheilen zu wollen, um hiernach die erforderliche Auswahl treffen zu können.

Der Kur(ator) der Univ(ersität)

  1. Version 2

Straßburg, den 23. Juli 1892

An den Herrn Statthalter

Wie mir mitgetheilt worden ist, werden im Königreich Preußen auf Veranlassung des Herrn Ministers der geistlichen, Unterrichts- und Medizinalangelegenheiten die geschichtlich und künstlerisch interessanten Bauwerke der kirchlichen und Profanarchitektur nach einer von dem Architekten Meidenbauer erfundenen Methode in sogenannten Lichtmeßbildern aufgenommen. Für das kunstgeschichtliche Institut der hiesigen Universität wäre es von großem Werthe, in den Besitz derjenigen dieser Aufnahmen, welche sich besonders zu Unterrichtszwecken eignen, zu gelangen. Eure Durchlaucht gestatte ich mir daher gehorsamst zu bitten, mit dem genannten Herrn Minister wegen Ueberlassung solcher Lichtmeßbilder geneigtest in Verbindung treten und zunächst ein Verzeichniß der bereits fertig zustellten Bilder erwirken und mir mittheilen zu wollen, um hiernach die erforderliche Auswahl treffen zu können.

Der Kur(ator) der Univ(ersität)

  1. Traduction de la version 2

« Strasbourg, le 23 juillet 1892,

à Monsieur le gouverneur,

On m’a informé que dans le Royaume de Prusse, à l’initiative de Monsieur le Ministre des Affaires spirituelles, de l’Instruction publique et de la Médecine, les édifices de l’architecture ecclésiastique et profane intéressants du point de vue historique et artistique sont photographiés au moyen de ce qu’on appelle des « Lichtmeßbilder (images photogrammétriques) », selon une méthode inventée par l’architecte Meidenbauer. Il serait très précieux pour l’Institut d’histoire de l’art de notre université d’entrer en possession de ceux de ces clichés qui se prêtent particulièrement à l’enseignement. Je me permets donc de prier très humblement votre Altesse de bien vouloir entrer en contact avec le ministre susmentionné pour la mise à disposition de telles Lichtmeßbilder et d’obtenir tout d’abord une liste des clichés déjà achevés et de me la communiquer, afin de pouvoir ensuite faire le choix nécessaire.

Le Kurator de l’université »

  1. Comme le révèlent les ratures et les transformations syntaxiques et lexicales, le rédacteur de la lettre hésite sur les tournures adéquates, en particulier pour nommer la méthode de relevé novatrice. La désignation des « sogenannten Lichtmeßbilder » ne paraît pas encore pleinement familière sous la plume du responsable administratif, qui en perçoit manifestement la méthode comme une invention récente. En cette fin de siècle, la photogrammétrie est encore une spécialité jeune et rare.

  1. La technique et les équipements nécessaires étaient trop spécialisés pour permettre à la plupart des archéologues et des historiens du patrimoine de se l’approprier. Les relevés étaient l’œuvre d’un institut spécialisé, le Meßbildanstalt, dont on achetait les productions en faisant son choix, pour ainsi dire, sur catalogue (cf. la « Verzeichniß » réclamée « um hiernach die erforderliche Auswahl treffen zu können »). Cette institution livra encore un lot d’images à l’Institut d’histoire de l’art de Strasbourg en 190932.

La photogrammétrie numérique en archéologie et en épigraphie égyptiennes

  1. Dans le prolongement de cet état de l’art, le développement des applications de photogrammétrie numérique est longtemps resté cantonné à l’expertise de laboratoires de topographie33 ou d’entreprises privées spécialisées34.

  1. Le véritable tournant dans les méthodes de documentation en archéologie, à l’image de la photographie au début du 20e siècle, s’est produit lorsque la mise en œuvre de la technique sur le terrain est devenue accessible aux archéologues eux-mêmes, en se popularisant et en s’automatisant. Force nous est de constater, en effet, que l’usage de la photogrammétrie numérique se répand désormais à grande vitesse dans les bonnes pratiques de documentation, dans les projets d’archéologie régionale et au sein des équipes internationales.

  1. Une recherche dans les titres et les notices des publications répertoriées dans l’Online Egyptological Bibliography révèle que les occurrences du mot clef photogrammetry s’y multiplient à partir de 2014 (tableau 1).
Tableau 1 : Nombre de publications contenant le mot clef « photogrammetry » dans le titre ou le résumé de la notice de l’Online Egyptological Bibliography le 7 juillet 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.3810f6ku/f206f1a669ae92f36e8fc6f4f57d5a2fa40a56c4.

  1. La même année, O. Onézime et G. Pollin, représentant les points de vue de l’archéologue topographe et du photographe d’archéologie, encourageaient à renforcer « La place de la photogrammétrie en égyptologie et en archéologie égyptienne »35. Pour illustrer ce mouvement dans le domaine de l’épigraphie thébaine, on songe à la superbe documentation numérique du projet Karnak36, qui produit notamment un relevé systématique des parois décorées au moyen d’orthophotographies issues de modèles 3 D. On peut aussi évoquer les méthodes du Gebelein Archaeological Project, mettant à profit la photogrammétrie automatisée pour renforcer la lisibilité de parois difficiles37, de même que les relevés de The Oxford Expedition to Elkab, particulièrement adaptés à l’étude de graffiti en contexte38.

  1. Dans le cadre d’un projet d’archéologie numérique39, les présentes réflexions visent à contribuer à ces efforts de généralisation et de normalisation, en explorant le potentiel proprement heuristique d’un nouvel univers documentaire.

  1. Parvenus à ce stade de l’expérimentation, il serait légitime de se demander si cet investissement de temps et de mémoire numérique se justifie face aux méthodes traditionnelles de relevé. Il n’y a aucune raison d’opposer la photogrammétrie au dessin, puisque la modélisation facilite justement ce dernier, notamment en produisant des orthophotographies utilisables dans une application de dessin vectoriel. Mais quid des avantages comparés de la photographie et de la photogrammétrie ? Pourrait-on observer et mettre en évidence les mêmes détails plus rapidement avec un simple cliché ?

  1. Les expériences exposées ici constituent une première réponse, car elles ont mené à un examen beaucoup plus fin, contrôlé et quantifié que ne le permettrait un logiciel de traitement de l’image. Mais l’argument le plus déterminant concerne sans doute les conditions pratiques de travail sur le terrain et en bibliothèque.

  1. Le chercheur ne bénéficie peut-être pas d’un droit à l’erreur. Mais il est tenu par un devoir d’errance. Il doit intégrer la probabilité de ses incompréhensions, de ses imprécisions, de l’imperfection de son examen dans son système d’enregistrement et d’interprétation. Assumer et valoriser avec créativité la part de vagabondage dans le parcours de son enquête.

  1. C’est sous cet angle que la modélisation photogrammétrique confère un apport majeur à la recherche, en permettant de figer les données objectives et de déporter l’interprétation vers la phase d’étude en laboratoire. Et de se libérer ainsi de l’irréversibilité des observations subjectives accomplies sur le terrain40.

  1. En effet, le profane présente souvent la photographie comme un acte de documentation objectif (par opposition au dessin). Or, tous les photographes professionnels, et particulièrement ceux qui consacrent leurs compétences à l’archéologie, savent à quel point ce jugement ne rend que partiellement justice au métier. En épigraphie, en particulier, le contrôle de l’éclairage est primordial pour révéler les détails philologiquement signifiants – raison pour laquelle l’opérateur devrait toujours savoir lire l’écriture photographiée et, symétriquement, l’épigraphiste ou l’archéologue, maîtriser les bases de la photographie technique.

  1. Ces principes étant posés, une simple photographie n’est-elle pas souvent suffisante, voire préférable à un modèle 3 D, s’il s’agit seulement de mettre en évidence, en 2 D, la texture de surface et un détail bien identifié dès la phase de terrain ? Sans doute. Les clichés suivants, parmi un ensemble de 38 photos des briques AS-2021-1050-01 (fig. 37A-B) et AS-2019-1261-01 (fig. 38A-B), ont été réalisés deux jours avant les relevés photogrammétriques, dans le cadre de la campagne de photographie systématique du mobilier livré par la fouille.

Figures 37A-B : Vues générale et de détail de la brique estampillée AS-2021-1050-01, en lumière rasante. Photos Fr. Colin, 2021. Identifiant et stockage pérennes : Figure 37A https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.623ey44l/1b516d694806539cf24c8bdaaddce470fd8ca9d0. Figure 37B : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.7248qo64/9f71a67122275219cc6c02ab19849d2e53d27062.

Figures 38A-B : Vues générale et de détail de la brique estampillée AS-2019-1261-01, en lumière rasante. Photos Fr. Colin, 2021. Identifiant et stockage pérennes : Figure 38A https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.ca4a86yv/cfac4c4e04e092eb078ed8943a5fb0c7386d69bc. Figure 38B : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.52a8xbx6/4b3770519cdc5b59868179d826999bac34a92440.

  1. Les reliefs principaux de l’inscription, la texture de la surface, la composition du dégraissant, l’aspect de l’argile, les informa­tions essentielles sont enregistrées – tandis que la couleur est plus facile à contrôler en photographie grâce à la balance des blancs. Mais l’épigraphiste dépend entièrement de l’œil du photographe au moment où le cliché a été pris, il ne dispose pas d’une cartographie fine du relief et il lui est plus difficile de solidariser l’étude du texte et celle du support pour considérer le fait archéologique dans sa globalité.

  1. La rapidité différente des deux méthodes n’est-elle pas, enfin, un critère déterminant en faveur de la photographie classique ? Cela peut jouer, selon la complexité du relevé, mais, contrairement à une idée reçue, pas toujours aux dépens de la photogrammétrie. Comme la photographie archéologique nécessite une interprétation immédiate pour déterminer l’éclairage adéquat, la préparation d’une prise de vue classique peut s’avérer plus longue qu’une photogrammétrie. La durée cumulée du relevé photogrammétrique de nos deux briques (413 vues) s’est élevée à 17 minutes, tandis que la série de 38 clichés des mêmes objets a demandé 30 minutes au même opérateur, en méthode classique, compte tenu de la recherche d’un éclairage rasant idéal.

  1. Enfin, la souplesse et la finesse de ces outils d’examen et de cartographie des microreliefs, qui combinent modèles 3 D et modèles numériques d’élévation, offrent une véritable alternative à la Reflectance Transformation Imagery (RTI)41. Cette technique modélise les reflets et ombrages provoqués par les reliefs d’une surface en fonction de l’orientation de la source de lumière. Dans une perspective épigraphique, la RTI présente évidemment l’intérêt de se substituer de façon numérique à la « méthode de la lampe de poche » rappelée au début de cette étude42. Cependant, sa mise en œuvre sur le terrain est très contraignante. Soit il faut transporter in situ (éventuellement par avion) un dôme permettant d’illuminer l’objet photographié selon des angles d’incidence réguliers et successifs43, ce qui limite nécessairement la dimension des artefacts étudiés. Soit le système de fixation sur un statif doit garantir que la position relative de l’objet, de l’appareil photo et de sphères de référence restera absolument immobile entre le début et la fin du relevé, alors que le risque d’un déplacement même léger est difficile à exclure dans un environnement meuble, sous une tente dont tous les composants sont sensibles au vent44.

  1. La photogrammétrie permet en revanche d’obtenir des résultats fiables et plus rapides sans la contrainte d’une immobilité absolue et d’une régularité parfaite de la source de lumière. Et la fonction de visualisation en ombrages via QGIS offre des possibilités d’observation du relief comparables à celles d’un modèle RTI45.

Conclusion

  1. Les nouveaux protocoles de relevé, d’étude et de publication présentés dans ce compte-rendu d’expériences offrent des moyens d’observation approfondis tout en limitant la durée de mise en œuvre sur le terrain.
  1. Leur intérêt majeur est d’objectiver l’enregistrement des données in situ, tout en étendant l’étape de la lecture sur l’original jusque dans la phase d’interprétation et d’érudition, dans l’environnement d’une bibliothèque. L’errance créative de l’enquête peut ainsi se déployer librement, en aller-retour entre la critique interne et la critique externe du document, au service des objectifs les plus classiques de l’épigraphie.
  1. À ces avantages heuristiques s’ajoute un progrès en termes d’inclusivité : en évitant que la qualité du relevé (photographique ou sous forme de fac-similé à main levée) soit irréversiblement conditionnée à la santé optique de l’épigraphiste, sans possibilité de retour à la source, le moulage objectif des formes obtenu par estampage numérique permet d’inclure dans la chaîne de production des données de terrain les personnes souffrant d’un handicap visuel (c’est-à-dire la majorité des chercheurs, à l’ère des écrans permanents).
  1. Cependant, l’apport le plus original est ailleurs. Ces méthodes facilitent, voire encouragent, en effet, l’étude simultanée du texte et de son support, afin de réconcilier les démarches épigraphique et archéologique.
  1. Pour illustrer cette affirmation, concluons sur l’objectif proprement historique de notre enquête : l’édition de l’estampille d’Héqataoui a été consolidée, l’existence d’une matrice commune, démontrée, et les derniers doutes sur la présence systématique d’une cordelette figurant l’ouverture d’un cartouche royal, éliminés.
  1. Sur le plan archéologique, le croisement des données épigraphiques, manufacturières et contextuelles élaborées autour de nos deux briques a permis d’établir une biographie d’artefact sur la longue durée, en remontant le temps jusqu’à leur confection. Nous savions qu’après plusieurs générations de fonctionnement, un édifice élevé au nom d’Ahmosé Ier fut démonté systématiquement et ses adobes, récupérées, transportées, puis réutilisées afin de construire une rampe, sur le trajet de la chaussée processionnelle menant au temple de Thoutmosis III. Il est désormais permis d’ajouter que ces matériaux, pourtant découverts dans un contexte secondaire, en remploi dans des structures distinctes, appartiennent à un même lot et furent vraisemblablement moulées par le même briquetier.

Données numériques en ligne

  • BM, Collection online, https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA36772.
  • Colin, Fr., 2022a, « Asasif 2019, Ramp of Thutmosis III », Field Survey AS-2019.2-Z-3, Strasbourg, DOI : 10.34847/nkl.b0dbku0v, https://skfb.ly/ouRCt.
  • Colin, Fr., 2022b, « Asasif 2019, Ramp of Thutmosis III, Detail of Stamped Mudbrick 1261-01 in Context », Field Survey AS-2019.3-B-3-3, Strasbourg, DOI : 10.34847/nkl.21a97q6p, https://skfb.ly/owqIJ.
  • Colin, Fr., 2022c, « Asasif 2019, Ramp of Thutmose III, Stamped Mudbrick 1261-01 in Context », Field Survey AS-2019.3-E-3-5, Strasbourg, DOI : 10.34847/nkl.409et7f1, https://skfb.ly/owqIN.
  • Colin, Fr., 2022d, « Asasif 2021, Ramp of Thutmose III, Stamped Mudbrick with the Name Heqatawy, AS-2021-1050-01 », Artifact Survey AS-2021-OBJ-Q-4, Strasbourg, 2022, DOI : 10.34847/nkl.87dfx6qf, https://skfb.ly/ouMA6.
  • Colin, Fr., 2022e, « Asasif 2019, Ramp of Thutmose III, Mudbrick Stamped with the Name Heqatawy, inv. AS-2019-1261-01 », Artifact Survey AS-2021-OBJ-R-5, Strasbourg, 2022, DOI : 10.34847/nkl.06bbft3j, https://skfb.ly/owqGw.
  • Colin, Fr., 2022f, « Asasif 2019, Ramp of Thutmose III », Field Survey AS-2019.3-E-4-3, Strasbourg, 2022, DOI : 10.34847/nkl.684260gw, https://skfb.ly/owqFP.
  • Colin, Fr., 2022g, « Asasif 2019, Ramp of Thutmose III, Detail of Stamped Mudbrick 1262-03 », Field Survey AS-2019.3-E-4-2, Strasbourg, 2022, DOI: 10.34847/nkl.02bd6znu, https://skfb.ly/owqCQ.

Bibliographie

  • Altshuler, B. F. S., Mannack, T., 2014, « Shedding New Light on Ancient Objects », Arion: A Journal of Humanities and the Classics 22, 1, p. 53-74, https://www.jstor.org/stable/10.2307/arion.22.1.0053, consulté le 13 juillet 2022.
  • Atanasiu, V., Marthot-Santaniello, I., 2022, « Personalizing Image Enhancement for Critical Visual Tasks: Improved Legibility of Papyri Using Color Processing and Visual Illusions », International Journal on Document Analysis and Recognition (IJDAR) 25, p. 129–160, https://doi.org/10.1007/s10032-021-00386-0, consulté le 27 juillet 2022.
  • Baudouin, E., 2020, « Modelées ou moulées ? Les premières briques crues du Caucase au Néolithique », e-Phaïstos VIII-2, https://journals.openedition.org/ephaistos/7912, consulté le 30 juin 2022.
  • Choimet, G., 2020, « De la pertinence de l’utilisation de comparatifs ethnoarchéologiques pour l’étude des structures architecturales antiques. Exemple de la confection des briques au Soudan à l’époque méroïtique », Sources 1, https://www.sources-journal.org/92, consulté le 1er juillet 2022.
  • Colin, Fr., 2019, « Archéologie urbaine dans une nécropole monumentale : Assassif 2017-2018 (Ifao/Université de Strasbourg) », BSFE 201, p. 121-147.
  • Colin, Fr., 2021, « Un édifice au nom du roi Héqataoui (Ahmosé Ier) dans la nécropole thébaine », Polish Archaeology in the Mediterranean 30/1, p. 17-48, DOI : 10.31338/uw.2083-537X.pam30.1.07, https://pam-journal.pl/resources/html/article/details?id=227048.
  • Colin, Fr., 28/08/2021, « Les briques estampillées du pylône de Padiamenopé », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, https://clae.hypotheses.org/1856, consulté le 04 juillet 2022.
  • Colin, Fr., Hartenstein, C., Asensi Amorós, V., Dupuis, C., Marchand, S., Mérigeaud, S., Micheau, A., Mulot, B., Nannucci, S., 2022, « Assassif (2021). La construction d’une rampe à la XVIIIe dynastie pour niveler une paléo-rivière pléistocène », BAÉFÉ, http://journals.openedition.org/baefe/6128, consulté le 04 juillet 2022.
  • Driesch (von den), U., 1994, « Meydenbauer, Albrecht », Neue Deutsche Biographie 17, p. 286-287, https://www.deutsche-biographie.de/pnd118581724.html – ndbcontent, consulté le 25 juillet 2022.
  • Duvette, C., Colin, Fr., 2018, « De l’acquisition à la publication numérique en archéologie : quelle solution pour la 3D ? », communication au colloque Des données aux savoirs. Les enjeux du numérique dans la recherche en Sciences Humaines et Sociales, organisé par la MISHA, le 2 octobre 2018, https://clae.hypotheses.org/1064, consulté le 19 juillet 2022.
  • Earl, G., Martinez, K., Malzbender, T., 2010, « Archaeological Applications of Polynomial Texture Mapping: Analysis, Conservation and Representation », Journal of Archaeological Science 37, 8, p. 2040-2050, https://doi.org/10.1016/j.jas.2010.03.009.
  • Eigner, D., 1984, Die monumentalen Grabbauten der Spätzeit in der thebanischen Nekropole, Wien (ÖAWDG 8).
  • Ejsmond, W., Chyla, J. M., Witkowski, Takács, D., Wieczorek, D. F., Xu-Nan, L., Oeters, V., Kuronuma, T., Grylak, A., 2017, « Report on the Archaeological Survey at Gebelein in the 2014, 2015 and 2016 Seasons », PAM 26 (1), p. 239-268, DOI : 10.5604/01.3001.0012.1783, https://pam-journal.pl/resources/html/article/details?id=175162.
  • Ejsmond, W., Wieczorek, D. F., Wieczorek, A., 2018, « Gebelein Archaeological Project 2018: Temple and Fortress Area on the Eastern Mountain. Polish Archaeology in the Mediterranean », 27 (1), p. 235-244. DOI : 10.5604/01.3001.0013.2002, https://pam-journal.pl/resources/html/article/details?id=189040.
  • Gall, E., 1957, « Dehio, Georg », in Neue Deutsche Biographie 3, p. 563-564, https://www.deutsche-biographie.de/sfz31595.html, consulté le 25 juillet 2022.
  • Hunziker-Rodewald, R., Fornaro, P., 2019, « RTI Images for Documentation in Archaeology: The Case of the Iron Age Female Terracotta Figurines from Buṣayra, Jordan », Journal of Eastern Mediterranean Archaeology and Heritage Studies 7, 2, p. 188-204, https://doi.org/10.5325/jeasmedarcherstu.7.2.0188.
  • Mélard, N., 2010, « L’étude microtopographique et la visualisation 3D dans l’analyse de gravures préhistoriques – L’exemple des pierres gravées de La Marche », In Situ 13, DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.6837, consulté le 24 juillet 2022.
  • Körber, 05/02/1908, « Über Meßbildverfahren », Zentralblatt der Bauverwaltung 28, 10, p. 73-76.
  • Meyer, E., Grussenmeyer, P., Tidafi, T., Parisel, Cl., Revez, J., 2004, « Photogrammetry for the Epigraphic Survey in the Great Hypostyle Hall of Karnak Temple: a New Approach », in Altan, O. (éd.), Geo-imagery Bridging Continents: Proceedings of the XXth International Society for Photogrammetry and Remote Sensing Congress. Technical Commission V. 12-23 July 2004 Istanbul, ISPRS Archives 35 (B5), p. 377-382, https://www.isprs.org/proceedings/XXXV/congress/comm5/papers/582.pdf.
  • Onézime, O., Pollin, G., 2014, « La place de la photogrammétrie en égyptologie et en archéologie égyptienne. Réflexions méthodologiques et premiers résultats sur les chantiers de l’Ifao », BIFAO 114, p. 375­396.
  • Prada, L., Wordsworth, P. D., 2018, « Evolving Epigraphic Standards in the Field: Documenting Late Period and Graeco-Roman Egyptian Graffiti through Photogrammetry at Elkab », in F. A. J. Hoogendijk, S. M. T. van Gompel (éd.), The Materiality of Texts from Ancient Egypt. New Approaches to the Study of Textual Material from the Early Pharaonic to the Late Antique Period, Leiden, Boston, p. 76-93.
  • Sagory, Th., 19/06/2020, « La série “Patrimoine du Proche-Orient” – La genèse ½ », ArchéOrient – Le Blog, https://archeorient.hypotheses.org/15093 consulté le 13 juillet 2022.
  • Schröder, C., 2022, « Une exposition pour partir « Sur la piste de Thèbes », Savoir(s), https://savoirs.unistra.fr/campus/sur-la-piste-de-thebes, consulté le 19 juillet 2022.
  • Spencer, A. J., 1979, Brick Architecture in Ancient Egypt, Warminster.
  • Spiegelberg, W., 1904, « Dümichen, Johannes », Allgemeine Deutsche Biographie 48, p. 162-163, https://www.deutsche-biographie.de/pnd116235624.html – adbcontent, consulté le 26 juillet 2022.
  • Takács, D., Ejsmond, W., Chyla, J., Witkowski, P., 2016, « An Erased Queen in the Hathor Temple at Gebelein », Egyptian Archaeology 48, p. 42-45, https://gebelein.files.wordpress.com/2019/01/an_erased_queen_in_the_hathor_temple_at.pdf.
  • Witz, R., Sesé, J., Schwartz, A., Cheviron, St., Lucas, V., 2022, « Science ouverte : sauvegarder, visualiser et partager vos données », Journées Réseaux de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (JRES). 13e édition, 2019, Dijon, https://doi.org/10.5281/zenodo.6827576, consulté le 16 juillet 2022.

Cite this article as: Frédéric Colin, « L’empreinte du roi Ahmosé Ier à Thèbes Expérimentation d’épigraphie numérique sur matériaux argileux », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 31 juillet 2022, https://clae.hypotheses.org/3663, consulté le 9 août 2022.

 

  1. Colin 2021. []
  2. Colin et alii 2022. []
  3. Colin 28/08/2021, § 34, note 21. []
  4. Un sort longtemps réservé à l’architecture en briques en général, par opposition aux monuments de pierre, Spencer 1979, p. 1. On signalera un projet en cours (2021-2024), motivé notamment par le même diagnostic : « Nile’s Earth. Étude et conservation de l’architecture de terre de l’ancienne vallée du Nil », https://nilesearth.hypotheses.org/le-projet. []
  5. Voir par exemple les transcriptions et restitutions différentes d’une même empreinte par Lepsius et Quibell, dans Spencer 1979, p. 155, ou encore une estampille attribuée à Padiamenopé (TT 33), mais non éditée, dans Eigner 1984, p. 77. []
  6. Colin 2021, p. 24. []
  7. BM, Collection online, EA38150, consulté le 06/06/2022. []
  8. Colin 2021, p. 29. []
  9. Voir par exemple le choix de modèles publiés par l’Institut d’égyptologie de Strasbourg, dans la collection Asasif Artifact Surveys sur la plate-forme de partage Sketchfab : https://sketchfab.com/IES/collections/asasif-field-surveys. []
  10. Quelques exemples, dans la collection Asasif Field Surveys : https://sketchfab.com/IES/collections/asasif-artifact-surveys. []
  11. Sur ce terme technique, Colin 2021, p. 21, note 2. []
  12. Colin 2022a (https://skfb.ly/ouRCt), 2022b (https://skfb.ly/owqIJ), 2022c (https://skfb.ly/owqIN). []
  13. Il est aussi possible de soustraire automatiquement l’arrière-plan si on l’a photographié d’abord sans l’objet, mais les conditions de parfaite immobilité nécessaires pendant toute la durée du relevé sont également difficiles à remplir sur le terrain. []
  14. Colin 2022d (https://skfb.ly/ouMA6). []
  15. Colin 2022e (https://skfb.ly/owqGw). []
  16. Witz et alii 2022. []
  17. Atanasiu & Marthot-Santaniello 2022. []
  18. https://www.qgis.org/fr/site/about/index.html. []
  19. Ce principe de la modélisation 3 D épigraphique a été observé depuis longtemps, par exemple pour l’étude de gravures rupestres préhistoriques, Mélard 2010, § 12. []
  20. Colin 2021, p. 24. []
  21. Sur la chaîne opératoire du moulage de briques crues, voir par exemple Choimet 2020, § 46-51, et Baudouin 2020, § 8-13. []
  22. Colin 2022f (https://skfb.ly/owqFP). []
  23. Colin 2022g (https://skfb.ly/owqCQ). []
  24. Ces méthodes ont été évoquées auparavant dans Duvette & Colin 2018, et dans l’exposition « Sur la piste de Thèbes », conçue et organisée par Cassandre Hartenstein, cf. Schröder 2022. []
  25. Spiegelberg 1904. []
  26. L’auteur du présent article a lui-même testé cette méthode en plein Sahara, sur un graffito bédouin (gravé en creux et dépourvu de pigment), au moyen d’une feuille de papier de Chine que lui avait confiée le professeur Jean Bingen. Ce savant en conservait un lot acquis pour ses relevés d’épigraphie en Grèce. []
  27. Driesch 1994. []
  28. Körber 05/02/1908. []
  29. Gall 1957. []
  30. Archives départementales du Bas-Rhin (abrégé désormais ADBR) AL 103 868, 23/07/1892. Voir aussi la réponse du Ministère au Kurator (15/08/1892), puis la transmission de celui-ci à Dehio (06/09/1892). []
  31. Sic pour Meydenbauer. []
  32. Le dossier d’acquisition (« Betreffend Überweisung von Meßbildern der Kgl. Meßbildanstalt an das hiesige kunstgeschichtl. Institut ») est conservé sous la référence ADBR AL 103 870, 17/02/1909, 01/05/1909, 09/02/1909, 22/02/1909, 06/05/1909. []
  33. Par exemple le laboratoire MAP-PAGE de l’INSA à Strasbourg, pour le relevé épigraphique de la salle hypostyle de Karnak, Meyer et alii 2004. []
  34. Par exemple la société Iconem, sur des sites de haut prestige patrimonial, https://iconem.com/fr/. Le projet « Mémoires digitales – Le Crac des Chevaliers » constitue une belle illustration de valorisation, https://archeologie.culture.gouv.fr/memoires/crac-chevaliers/ – /home, cf. Sagory, Th., 19/06/2020. []
  35. Onézime, Pollin 2014. []
  36. http://sith.huma-num.fr/. []
  37. Takács et alii 2016 ; Ejsmond et alii 2017 ; Ejsmond et alii 2018, p. 241-242. []
  38. Pour une belle discussion sur l’intérêt de la contextualisation des relevés, voir en particulier Prada & Wordsworth 2018, p. 79-81. []
  39. Voir Colin 2019, p. 127-134, et la présentation du projet sur le site de l’USIAS : https://www.usias.fr/fellows/fellows-2019/frederic-colin/ – c104619. []
  40. Cette analyse issue d’expériences en épigraphie du petit mobilier rejoint les conclusions de Prada & Wordsworth 2018, p. 93, focalisées sur la publication de graffiti : « Digital tools such as lighting and contrast enhancement are commonly incorporated in 3D viewers, and would allow users to check the inscriptions for themselves, rather than having to take the editors’ word » (je souligne en gras). []
  41. Earl et alii 2010 ; voir la présentation de la méthode sur le site de l’association Cultural Heritage Imaging (CHI), https://culturalheritageimaging.org/Technologies/RTI/, consulté le 13 juillet 2022. []
  42. Voir par exemple le site du Digital Marmor Parium, un projet de l’Université de Leipzig, http://www.digitalmarmorparium.org/RTI.html, consulté le 13 juillet 2022. []
  43. Pour une illustration de l’intérêt de cette méthode sur un terrain éloigné, voir Hunziker-Rodewald & Fornaro 2019, p. 194-195. []
  44. Ce sont les conclusions de tests menés en 2018 dans le laboratoire de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg, cf. https://egypte.unistra.fr/musee-virtuel/, consulté le 13 juillet 2022. Selon Altshuler & Mannack 2014, p. 55 : « A second technique – perhaps better adapted to field-work due to its smaller size and more robust construction – uses a mobile flash unit as its light source and solid reflective spheres to provide precise reference points ». Sur le plan pratique, ce jugement est contredit par l’expérience. []
  45. Comme alternative à l’imagerie RTI, Prada & Wordsworth 2018, p. 87, signalaient déjà, à juste titre, l’intérêt du logiciel de visualisation 3 D Meshlab, pour sa capacité d’orientation contrôlée de la lumière artificielle. La méthode topographique présentée aujourd’hui, empruntée à un logiciel de système d’information géographique, paraît encore plus adaptée à l’étude des microreliefs épigraphiques. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search