Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019)

Par Frédéric Colin, Université de StrasbourgCNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of a bronze mirror figuring a bifrons head of Hathor, four lionesses and a papyriform column. It was uncovered in December 2019 amongst a rich assemblage of objects accompanying a mummy, within a sarcophagus from the beginning of the 18th Dynasty. As the first published record of the catalogue of artifacts found during the excavations of the French Archaeological Mission in Asasif – and in the circumstances of a worldwide lockdown because of pandemic –, this article will serve as a template for our project of contextual publication in rapid and full open access. May the usefulness for scholarly information of this fast result-report process overpass the defaults of a preliminary bibliographic survey.

Figure 1. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A. © Frédéric Colin, 2019.

Identification et caractérisation du miroir (fig. 1-2)

Numéro de fouille : Assassif-2019-1244-P.
Numéro d’inventaire : Salle 33 du Magasin Carter, inv. n° 700. Le Ministry of Tourism and Antiquities a inventorié l’objet sous un numéro d’inventaire unique, commun aux items découverts dans le même sarcophage (Assassif-1244-A-Q), selon le principe d’un enregistrement contextuel.
Lieu de conservation :
L’objet a été déposé en décembre 2019 dans le magasin Carter à Gourna et est conservé dans des compartiments sur mesure au sein d’une boîte regroupant les pièces provenant du sarcophage Assassif-1244.
Dimensions :
Poids 1,622 kg. Hauteur maximale du miroir 26,9 cm. Diamètres vertical et horizontal du disque 12 et 14 cm. Largeur maximale du support arqué (de la pointe d’une extrémité à l’autre) 11,5 cm. Longueur de la lionne à la droite d’Hathor, sur la face A 3,16 cm. Distance de la base de la crinière en collerette à l’oreille droite de cette lionne 1,06 cm. Longueur de la lionne à la gauche d’Hathor, sur la face A 2,9 cm. Distance de la base de la crinière en collerette à l’oreille droite de cette lionne 1,05 cm.
Matériau et état de conservation :
Alliage cuivreux doré. L’objet a été trouvé complet. Les images publiées dans le présent dossier montrent le miroir dans l’état où il se trouvait au moment de la découverte, avant toute restauration. Des particules de dorure, présentant parfois l’aspect de gouttelettes, sont conservées en divers emplacements, en particulier sur la face A. L’examen macroscopique suggère qu’une des causes de la détérioration de la dorure est le développement de la corrosion de l’alliage cuivreux sous-jacent1, mais cette hypothèse devrait être confrontée à une étude archéométrique.

Datation de l’artefact :
Aux origines de la 18e dynastie, d’après les parallèles typologiques de miroirs datés, d’après la typologie mixte du sarcophage contenant l’objet (couvercle rishi, cuve à fond blanc) et selon la datation au radiocarbone d’une sangle scellant un autre sarcophage rishi au sein du même assemblage (1633-1501 cal BCE à 2 σ, 95,4%, Pôle d’archéométrie de l’IFAO, Laboratoire de datation par le radiocarbone, Rapport d’analyse IFAO-0825).

Datation du contexte de découverte :
Vers la fin du règne de Thoutmosis III, d’après la position topographique et la séquence stratigraphique (cf. ci-dessous).
Figure 2. Miroir Assassif-2019-1244-P, face B. © Frédéric Colin, 2019.

Contexte archéologique

Cet artefact fait partie de l’ensemble des objets qui accompagnaient la momie contenue dans le sarcophage AS-2019-1244, au nom d’une dame Ta-abou (Tỉ-Ȝbw). Il cohabitait ainsi avec un pot à kohl (AS-2019-1244-C et O) et son bâtonnet applicateur (AS-2019-1244-M), deux cuillères en bois figurées (AS-2019-1244-E et G), trois rasoirs (AS-2019-1244-H, K2 et K3) dont deux rangés dans un étui en bois (AS-2019-1244-K1), un panier en vannerie (AS-2019-1244-B et F), un filet (AS-2019-1244-L), un rhyton en faïence bleue (AS-2019-1244-D), un petit vase en terre cuite à engobe noir brillant conservant une poudre orange (AS-2019-1244-J), pourvu d’un couvercle en albâtre (AS-2019-1244-N), un vase (AS-2019-1244-I) et son couvercle (AS-2019-1244-Q), contenant apparemment des restes alimentaires figés, un appuie-tête en bois et en os (AS-2019-1244-A), ainsi que des graines et des fruits dispersés dans la cuve.

  1. Le miroir était déposé sur la tranche et appuyé, du côté de sa face B, contre le flanc gauche de la momie (fig. 3), dont le tissu de lin collait au disque, au support courbe et aux figurines de lionnes (fig. 2 ; 13-14), en raison d’une réaction chimique advenue au contact entre les fibres et le métal2. Dans l’agencement des objets, le miroir était étroitement associé, voire en contact direct avec le pot à kohl (AS-2019-1244-C), les cuillères figurées, le rasoir AS-2019-1244-H et avec le rhyton inséré un peu plus loin (fig. 3 a-b).
Figure 3. L’assemblage en place (gauche) et étape 4 du démontage (droite). © Frédéric Colin
  1. Le sarcophage de Ta-abou (AS-2019-1244), composé d’une cuve à fond blanc et d’un couvercle rishi, formait un assemblage avec quatre autres sarcophages, de type rishi (AS-2018-1090), à fond banc et colonnes jaunes (AS-2018-1070), à fond jaune et colonnes blanches (AS-2019-1245) et d’un type intermédiaire entre les cercueils rishi et à fond blanc (AS-2019-1246)3.
  1. À quelques mètres à l’ouest du môle nord du pylône de la TT 33, l’ensemble était inhumé en pleine terre (englobé dans les US 1240 et 1072)4, sur deux niveaux, dans un remblai stabilisé grâce à des structures cellulaires composées de murets de briques crues et de pierres entassées sans liant5. Toutes ces sépultures ont été aménagées pendant la même phase de construction d’un terrassement, qui nivelait le terrain pour y faire passer l’allée processionnelle menant au temple de Thoutmosis III à Deir el-Bahari. Une série d’indices révèle que les sarcophages avaient été inhumés dans un autre environnement avant d’être déplacés et installés sous cette chaussée6.

Description

  1. Le miroir est composé principalement de deux pièces assemblées, le disque et le manche, sur le couronnement duquel quatre figurines de félins sont appliquées (fig. 4-6).
Figure 4. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A. © Frédéric Colin, 2019.
Figure 5. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, détail des lionnes à la gauche d’Hathor. © Frédéric Colin, 2019.
Figure 6. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, détail des lionnes à la droite d’Hathor. © Frédéric Colin, 2019.
  1. Le diamètre du disque est plus large horizontalement que verticalement, conformément au type oblong le plus couramment attesté7. Une soie prolongeant la base du disque, à laquelle elle est visiblement soudée, s’insère dans une fente ménagée dans la partie sommitale du manche (fig. 7). Les deux pièces sont maintenues par une cheville métallique traversant la soie et le manche de part en part, au-dessus du front du visage hathorique. Les deux composantes sont ainsi solidarisées, mais la manipulation de l’objet révèle un léger jeu entre elles, car le disque se meut latéralement et d’avant en arrière selon la position du centre de gravité.
Figure 7. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, détail de l’insertion de la soie dans le manche. © Frédéric Colin, 2019.
  1. Le profil et le décor du manche évoquent le fût d’une colonne papyriforme, dont la base galbée8 est pourvue de nervures finement gravées, formant des motifs foliacés. Comme dans l’architecture, ce détail stylisé représente les feuilles lancéolées brunes disposées en écailles au pied de la tige du papyrus à l’état naturel9.
  1. En haut du manche, sous le menton de la déesse, trois tores horizontaux rappellent les liens qui, selon les codes de la transposition végétale dans le langage de l’architecture, attachent le faisceau des ombellifères sous le chapiteau des colonnes de type papyriforme10. Dans la configuration du miroir, le visage hathorique paraît émerger des tiges de papyrus, qui se prolongent en coiffe sous la forme d’un double panache retombant de part et d’autre de la tête (fig. 4). Selon cette analyse, il ne faudrait pas assimiler « le cintrage de la garde » à « une paire de cornes »11 tournée vers le sol, mais à la représentation stylisée en vision aspective, de face, d’une ramée d’ombelles épanouies en bouquet (ou d’une ombelle unique, selon une autre interprétation). Il s’agit du « Hathor and papyrus umbel-type », pour reprendre la nomenclature plus judicieuse de Christine Lilyquist12.
  1. Le visage simple et harmonieux de la déesse aux oreilles de vache est très finement sculpté (fig. 8). Le menton est souligné par un boudin horizontal tellement marqué, à la base du visage-chapiteau, qu’il confère à l’ensemble un accent quasi-cubiste (fig. 9). Les lèvres expriment un léger sourire, que ne dément pas l’expression des yeux fardés. La pilosité des sourcils et des oreilles est suggérée par des motifs gravés en épis, qui rythment également les bandes verticales du bandeau disposé sur le front.
Figure 8. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, détail du visage d’Hathor. © Frédéric Colin, 2019.
Figure 9. Miroir Assassif-2019-1244-P, face A, mise en évidence des profils. © Frédéric Colin, 2019.
  1. Sur le support arqué ont été fixées quatre appliques semblables, qui représentent des félins allongés, dos au disque. Leur position est décontractée, le visage tourné vers l’observateur, perpendiculairement à l’axe de l’échine, les pattes antérieures croisées et la queue ramenée le long du corps vers l’avant (fig. 4-6 ; 9). Ces fauves peuvent s’interpréter comme des lionnes, d’après la forme du museau, des oreilles et du pelage en collier souligné de traits rayonnants13 (fig. 10 a) – un attribut caractéristique, partagé par les femelles (fig. 10 b) et les mâles, qui se complèterait chez ceux-ci d’une crinière sous-jacente arborée sur le poitrail et remontant vers la nuque (fig. 10 c).
Figure 10. Codes de figuration de la crinière léonine. a) Femelle, miroir Assassif-2019-1244-P, face A. b) Femelle, statue de Sekhmet au Musée du Louvre, A 2 (règne d’Amenhotep III). c) Mâle, avec la crinière sur le poitrail, remontant vers la nuque, lion allongé de Saqqara, Musée du Louvre, N 432 C (30e dynastie). © Frédéric Colin, 2019 et 2020.
  1. Depuis le cou jusqu’à l’arrière-train, et sur les membres antérieurs, la fourrure est évoquée par une série de petits traits, selon une convention attestée, par exemple, sur des figurines de lionnes en or entourant un visage hathorique, appliquées sur un vase ramesside provenant du trésor de Tell Basta (New York, Metropolitan Museum of Art, Accession Number 30.8.370 ; fig. 11 b)14. Sur deux bracelets appartenant à des épouses de Thoutmosis III, le pelage de figurines de lionnes est pareillement évoqué par de petits traits, voire de simples ponctuations15 (fig. 11 a & d), tandis que sur deux autres bracelets, seule l’échine des chats correspondants est soulignée par une linéation de stries en biais (fig. 12)16.
Figure 11. Tiretés et ponctuations comme modes de figuration du pelage léonin sur des figurines. a) Sur le bracelet Metropolitan Museum of Art, accession number 26.8.123a–g, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication. b) Sur le vase Metropolitan Museum of Art, accession number 30.8.370, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication. c) Sur le miroir Assassif-2019-1244-P, face A. d) Sur le bracelet Metropolitan Museum of Art, accession number 26.8.124a–g, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication.
Figure 12. Tiretés de biais soulignant l’échine, sur des figurines de chat en or et en cornaline, bracelet Metropolitan Museum of Art, accession number 26.8.121a, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication.

Commentaire

  1. Les dimensions du miroir sont proches de la moyenne pour ce type d’artefact. Si l’on compare, par exemple, avec les mesures observées par Georges Bénédite sur la collection hétérogène du Musée du Caire, le disque (hauteur 12 x largeur 14 cm) se range dans la partie basse de la « catégorie intermédiaire » (hauteur entre 11,8 et 17,1 cm ; largeur entre 13,5 et 16,8 cm), la moyenne de hauteur et de largeur des 69 individus se situant à 14 et 15,5 cm respectivement17. En revanche, du point de vue du poids, notre exemplaire (1,622 kg) se situe nettement parmi les individus les plus lourds. Il occuperait, en effet, la quatrième place s’il était inséré dans la série du Caire. On notera à ce propos que, dans cette collection, le parallèle technique et stylistique le plus proche – il ne diffère du nôtre que par ses dimensions maximales et par l’absence d’appliques figurées – est précisément la pièce la plus lourde du corpus (CGC 44032, 2,825 kg).
  1. Au contact du tissu de lin de la momie, la corrosion de l’alliage cuivreux a provoqué la minéralisation de la structure du textile, qui s’observe en plusieurs points de la face B, dans la partie droite du disque ainsi que sur le visage et les pattes des figurines, et sur le support ombelliforme (fig. 2 ; 13 ; 15). Ce phénomène, qui se manifeste souvent en contexte funéraire sur les miroirs égyptiens en bronze, a été bien décrit dans une étude portant sur une série conservée au Petrie Museum18. En se fondant étrangement sur de supposés parallèles issus des civilisations étrusque et chinoise, sans recourir de première main à la documentation proprement égyptienne, les auteurs considèrent que « it is likely that mirrors were purposely covered with textiles probably for more than pragmatic reasons, and that these textiles aided the controlling of their supernatural power within mortuary contexts »19. Toutefois, si l’on s’extrait de l’environnement strictement muséologique pour examiner les exemples décrits dans leur contexte funéraire, on constate que les conditions physiques des dépôts suffisent à expliquer l’interaction bronze-tissu par des facteurs matériels et pratiques, qui ne nécessitent pas de recourir à l’hypothèse d’une symbolique de l’occultation. Les auteurs de l’étude observent que plusieurs miroirs de leur corpus comportaient des traces de tissu minéralisé sur les deux faces : « mineralized textile traces on both faces, wrapping around the edge and preserving overlapping folds »20. Or, deux des quatre miroirs découverts par Bernard Bruyère dans le cimetière de l’est à Deir el-Médina, par exemple, étaient insérés entre les couches de tissu de la momie – ce qui implique un contact étroit sur les deux faces21. En outre, le miroir Assassif-2019-1244-P comporte lui aussi des fragments de lin repliés sur la tranche (fig. 13), alors qu’il n’était pas emballé, mais simplement appuyé sur le flanc de la momie, tandis que les yeux d’Hathor étaient laissés libres et grands ouverts vers l’espace vide du cercueil (fig. 3)… La présence de tissu sur le rebord du disque s’explique dans ce cas par l’affaissement de la momie, qui callait solidement le miroir au moment de la découverte – au point d’en rendre le prélèvement très délicat. Ces exemples contextualisés appellent à la prudence lorsqu’on remonte depuis les traces matérielles jusqu’aux gestes et, a fortiori, lorsqu’on interprète ces derniers en postulant une intentionnalité symbolique.
Figure 13. Miroir Assassif-2019-1244-P, tranche et face A du disque, fragments de tissu minéralisé à cheval sur les deux faces. © Frédéric Colin, 2019.
  1. Le thème composite intégrant une tête hathorique bifrons au miroir à manche papyriformeest attesté par une série de parallèles datés du Moyen Empire au début de la 18e dynastie22. Des origines du Nouvel Empire au règne de Thoutmosis III, deux modèles de figuration du visage se rencontrent : l’un présente la déesse coiffée d’une perruque, par-dessus laquelle les oreilles sont modelées en faible relief (Musée du Caire, JE 45630 ; New York, MMA, 36.3.13), tandis que l’autre (fig. 14) la montre sans perruque, avec les oreilles dégagées et très saillantes (toutes les autres pièces citées en note 22). Notre miroir, de même que l’exemplaire du Musée du Caire (CGC 44032) mentionné ci-dessus, appartient au second type, techniquement et stylistiquement homogène, malgré des variantes mineures dans la gravure du décor. Tous les exemplaires contextualisés (Assassif-2019-1244-P ; Berlin, Äg. Mus., 2818 ; New York, MMA, 16.10.449, 26.8.97 et 26.8.98) de ce groupe proviennent de la nécropole thébaine, au début de la 18e dynastie. Cette série fournit clairement le témoignage, si ce n’est d’un atelier, du moins d’une école bien délimitée dans le temps et dans l’espace.
Figure 14. Miroir en bronze provenant de la cour de la tombe thébaine C 62, Pit 3, Chamber D (terminus ante quem règne d’Hatchepsout), Metropolitan Museum of Art, accession number 16.10.449, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication.
  1. L’originalité du nouvel exemplaire Assassif-2019-1244-P réside dans les quatre appliques figurant des lionnes allongées, sur le dessus de la coiffe ombellifère de la déesse. Un détail présente un réel intérêt iconologique : les félins n’adoptent pas la posture hiératique du sphinx, mais se reposent dans une attitude décontractée, la tête tournée de côté et l’une des pattes antérieures croisée sous l’autre (fig. 5 ; 9 ; 15). C’est la position caractéristique des lions du Sérapeum conservés au Musée du Louvre (fig. 16), et de leurs analogues du Museo Gregoriano Egizio au Vatican (inv. 22676 et 22677)23, sous la 30e dynastie (en l’occurrence une patte postérieure passe également sous le tronc). L’origine de cette composition dans la grande statuaire remonte au moins au règne d’Amenhotep III, comme en témoignent les lions « Prudhoe » du British Museum (fig. 17), originellement exposés à Soleb, puis transportés à Napata24.
Figure 15. Miroir Assassif-2019-1244-P, lionnes à la droite d’Hathor sur la face A, détail des pattes croisées. © Frédéric Colin, 2019.
Figure 16. Lion allongé de Saqqara, Musée du Louvre, N 432 C (30e dynastie). Cliché Frédéric Colin, 2020.
Figure 17. Lion « Prudhoe » provenant de Napata et auparavant de Soleb, British Museum, EA2 (Amenhotep III). © The Trustees of the British Museum. Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). https://www.britishmuseum.org/collection/image/775539001.
  1. Dans la petite plastique métallique, la position léonine décontractée s’observe déjà sur les bracelets des épouses de Thoutmosis III évoqués ci-dessus (fig. 11 a ; 11 d ; 12). La répartition des perles et des figurines sur ces quatre parures fut brillamment reconstituée par Christine Lilyquist25. Dans son hypothèse, deux bracelets portaient chacun cinq figurines de chats, en cornaline et en or alternativement, tandis que les deux autres sertissaient cinq petits lions d’or : « The cat identification is based on the pointed ears and more triangular, lean faces, and the lion cubs’ on the spotted bodies, block-like heads, and rounded ears » (p. 177). On observera une différence supplémentaire, dans les détails de représentation des deux espèces : tandis que les pattes antérieures des chats se croisent en convergeant symétriquement, les figures léonines n’infléchissent qu’une seule patte et maintiennent l’autre dans l’axe principal du corps.
  1. Au contraire des exemplaires de la Basse Époque, le membre antérieur courbé repose par-dessus la patte alignée, dans cet exemple de petit mobilier comme dans la grande ronde bosse (lions « Prudhoe »). En revanche, les lionnes allongées sur le miroir Assassif-2019-1244-P disposent leurs pattes antérieures de la même façon que les lions au repos de la Basse Époque (Louvre et Vatican), avec la patte croisée en dessous du membre aligné. Ces variantes formelles équivalentes expriment chacune la quiétude d’un fauve qui n’est pas sur le point de bondir, mais tourne son visage avec attention vers l’humain qui se présente à lui.
  1. La comparaison entre les bracelets des épouses de Thoutmosis III et le miroir de l’Assassif, manufacturé seulement quelques générations plus tôt, invite à nuancer l’interprétation de Christine Lilyquist sur un seul point. Sur le plan de la dénotation26, la crinière en collier suggérée, à l’échelle de la toreutique, par de petits traits rayonnants autour du cou (fig. 10 a ; 11 a ; 18), rappelle la représentation conventionnelle des femelles attestée dans la grande ronde bosse (fig. 10 b)27. Selon ce critère, on serait enclin à identifier ces félins comme des lionnes, plutôt que comme des lionceaux (« lion cubs »), même si cette dernière hypothèse est envisageable si l’on fait abstraction des parallèles. Sur le plan de la connotation, il est tentant de reconnaître en ces fauves décontractés une évocation propitiatoire d’Hathor – l’œil de Rê potentiellement furieux28 –, sous sa forme apaisée et bienveillante. Cette thématique féminine prendrait place avec cohérence aussi bien sur les bijoux de deux épouses royales qu’au sein du trousseau de toilette accompagnant dans l’au-delà la défunte Ta-abou.
Figure 18. Détail de la crinière en colerette, sur le vase Metropolitan Museum of Art, Accession Number 30.8.370 et sur le bracelet MMA, Accession Number 26.8.123a–g, CC0 1.0 Universal (CC0 1.0), Public Domain Dedication.
  1. Cette hypothèse invite d’ailleurs à revenir sur l’interprétation du décor d’un fragment de miroir du Moyen Empire, découvert dans le mobilier funéraire de princesses à Dahchour et conservé au Musée du Caire (CGC 53104). En haut du manche, une tête féline en or incrusté de pierres semi-précieuses, au sommet de laquelle s’insérait à l’origine la soie du miroir, fit l’objet d’identifications divergentes. Émile Vernier y voyait un lion29, tandis qu’Herbert Winlock la comptait dans une liste de têtes de léopard figurées sur des œuvres de joaillerie associées à des propriétaires féminines30. Cette seconde classification reposait manifestement sur l’absence de crinière crânienne et nucale, caractéristique des individus mâles (cf. « Heretofore these heads have been called those of lions, but I do not believe that the Egyptian in representing the lion would have omitted the lion’s most prominent feature – his mane », p. 42, à propos d’un collier). Cependant, sur le manche de miroir CGC 53104, seuls le museau et la tête de l’animal sont représentés ou conservés (l’objet est fragmentaire). Il est ainsi possible d’exclure l’hypothèse d’un lion mâle (absence de crinière crânienne), mais nullement celle d’une femelle panthera leo leo, dont le signe iconographique distinctif se situerait sous le niveau du museau. Au lieu d’un lion ou d’un léopard mâles, le manche de Dahchour, au même titre que celui de l’Assassif, est donc tout à fait susceptible d’avoir illustré, lui aussi, le thème de la lionne tournée avec bienveillance vers l’utilisatrice du miroir.

  1. Dans ce champ sémantique visuel, l’association de quatre lionnes détendues avec les visages attentifs d’une Hathor bifrons aux oreilles grandes ouvertes compose une compagnie fonctionnelle cohérente. Les commentatrices ont bien élucidé les connotations suggérées par la tête de déesse sur le manche papyriforme31. Cette combinaison manifeste l’écosystème symbolique de la vache divine, évoluant dans les fourrés de papyrus du Delta et aux abords inondables du Nil – tout en évoquant l’idée de fraîcheur et de rajeunissement, que véhicule la valeur idéographique = « wȝḏ » du manche-hiéroglyphe.
  1. Parmi les nombreuses illustrations de ce thème, une jarre du Nouvel Empire conservée au Princeton University Art Museum représente deux vaches pourvues de coiffes hathoriques, convergeant vers un fourré de papyrus32. Sur le col, un décor appliqué et peint figure un visage très stylisé, probablement celui d’Hathor. Deux pastilles évoquant des seins, sur l’épaule, suggèrent que le corps de la déesse s’incarne physiquement dans le vase, en la révélant comme une pourvoyeuse de boisson fraîche. Cette composition permet d’établir un lien thématique avec une jarre miniature en bronze conservée à Strasbourg33. Ce récipient anthropomorphe est semblable, en plus petit, au vase du Musée de Princeton : deux pastilles représentent les seins d’une déesse, dont le visage hathorique est ici très explicitement figuré sur le col (fig. 19). En outre, deux lionnes tournant la tête vers le spectateur, perchées sur la lèvre et coiffant symétriquement le visage hathorique, forment une structure comparable au triangle figuratif « lionne – Hathor – lionne » que compose le miroir Assassif-2019-1244-P. En l’occurrence, une dédicace à Anoukis invite à comprendre que la déesse vache est ici assimilée à la patronne syénite des sources mythiques du Nil. Ce détail, combiné à la fonction du contenant à liquide – vraisemblablement employé dans un contexte rituel où de l’eau intervenait –, suggère de rattacher l’imagerie d’Hathor encadrée de ses lionnes au champ sémantique de la fertilité retrouvée au retour de la crue du Nil34. Ce compagnonnage mythologique pourrait découler d’une observation écologique, si l’on suit une jolie hypothèse d’Anaïs Tillier : « Aux abords du désert, la présence de mares d’eau (prémices ou résidus de la crue) attirait de nombreux animaux assoiffés, et en particulier les lionnes chassant dans le désert. La lionne, image privilégiée de la Déesse Lointaine, se rapprochait volontiers de la vallée pour mettre bas »35.

Figure 19. Jarre anthropoïde du Nouvel Empire au Princeton University Art Museum, https://artmuseum.princeton.edu/collections/objects/24441, consulté le 28/11/2020.

Figure 20. Vase en bronze de la collection égyptienne de l’Université de Strasbourg, IES-NI-1190. © Frédéric Colin, 2020.
  1. Pour en revenir à l’architectonique des miroirs, le disque inséré au-dessus du visage hathorique a souvent été interprété comme une représentation du soleil36. Cette exégèse est validée explicitement sur un exemplaire conservé au British Museum (EA29428)37, où le sommet du manche présente un visage féminin coiffé d’une perruque, dont s’élancent deux cornes de vache enserrant la base du disque à la manière de la couronne solaire d’Hathor (fig. 21). La déesse apaisée et apaisante, assistée de ses léonines compagnes, est affiliée au dieu Rê par des liens dont on connaît des illustrations mythiques, rituelles et généalogiques38.
Figure 21. Miroir à visage féminin couronné d’une coiffe hathorique. On note les oreilles humaines et l’absence de motif papyriforme. British Museum, BM/Big number EA29428. © The Trustees of the British Museum. Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0). https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA29428
  1. Le relevé photogrammétrique détaillé de la scène funéraire conservée dans le sarcophage AS-2019-1244 permettra, dans une autre publication, d’examiner les derniers gestes posés par les fossoyeurs dans les circonstances d’une performance rituelle particulière. La cohabitation du miroir avec un pot à kohl, des cuillères et un rasoir, au sein du mobilier d’accompagnement de la défunte, contribue en effet à éclairer le fonctionnement du champ sémantique visuel que nous venons d’étudier, dans les circonstances spécifiques d’une inhumation. Dans ce cadre, la mise en image de la déesse sur un miroir la présente comme une patronne de la toilette ritualisée, laquelle jouait un rôle majeur dans différents contextes domestiques et funéraires39.

Bibliographie

  • Anlen, L. & Padiou, 1989, R., Les miroirs de Bronze anciens : symbolisme et tradition. Collection des auteurs et pièces des musées, Paris.
  • Arnette, M.-L., 2014, « Purification du post-partum et rites des relevailles dans l’Égypte ancienne », BIFAO 114, p. 19-71.
  • Backhouse, J., 2020, ‘Scènes de gynécées’. Figured Ostraca from New Kingdom Egypt: Iconography and Intent, Oxford (Archaeopress Egyptology 26).
  • Bénédite, G., 1907, Miroirs, Le Caire (CGC 4401-44102).
  • BM, Collection online, https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA2. https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA29428. https://www.britishmuseum.org/collection/object/Y_EA38150.
  • Bruyère, B., 1937, Rapport sur les fouilles de Deir el Médineh (1934-1935), II, La nécropole de l’est, Le Caire (FIFAO 15).
  • Budge, E. A. Wallis, 1925, The Mummy: a Handbook of Egyptian Funerary Archaeology, Cambridge.
  • Burges, M., Sandkühler, B. (éd.), 2013, Ägypten, base de données d’images en ligne, Uni Dia Verlag, https://www.uni-dia-verlag.de/katalog/aegypten.html, consulté le 10 novembre 2020.
  • Capel, A. K., Markoe, G. E., 1996, (éd.), Mistress of the House, Mistress of Heaven: Women in Ancient Egypt, New York.
  • Colin, Fr., 2019, « Archéologie urbaine dans une nécropole monumentale : Assassif 2017­2018 (Ifao/Université de Strasbourg) », BSFÉ 201, p. 121-147.
  • Colin, Fr., 07/02/2020, « L’archéologie n’est pas une chasse aux trésors, c’est une fabrique d’histoire(s) », communication à la Nuit Alumni 2020 : Le Bal des Talents de l’Université de Strasbourg, https://clae.hypotheses.org/166, consulté le 23 novembre 2020.
  • Colin, Fr., 28/08/2020, « Anoukis, Hathor et les lionnes sur un vase à libation en bronze (IES-NI-1190) », Recollecta Aegyptiaca, https://recaeg.hypotheses.org/577, consulté le 05/11/2020.
  • Colin, Fr., 2020, « Des femmes nues dans le Sahara égyptien (Bahariya, 750-600 av. notre ère). Champ sémantique visuel et approche contextuelle », in S. Donnat, R. Hunziker-Rodewald, I. Weygand (éd.), Figurines féminines nues. De l’Égypte à l’Asie centrale, Paris, p. 75-106.
  • Colin, Fr. et alii, 06/09/2020, « Early 18th Dynasty Burials at Al-Asasif, Luxor (Field Seasons 2017-2019, MoTA, Ifao, University of Strasbourg) », communication au workshop « Upper Egypt: The Last Five Years of Archaeological Discovery », organisé par Luxor University, https://clae.hypotheses.org/860, consulté le 23 novembre 2020.
  • Colin, Fr., Clapuyt, G., Dupuis, C., Gavazzi, Br., Hartenstein, C., Marchand, S., Mi, F., Nannucci, S., Smets, H., 01/11/2020, « Assassif », BAÉFÉ, http://journals.openedition.org/baefe/985 consulté le 27/11/2020.
  • Craig Patch, D., 2005, « Jewelry in the Early Eighteenth Dynasty », in C. H. Roehrig (éd.), Hatshepsut from Queen to Pharaoh, New York, p. 191-222.
  • Daressy, G., 1893, « Notes et remarques », RecTrav 14, p. 165-185.
  • Daumas, Fr., 1977, « Hathor », in II, col. 1024-1033.
  • Fekri, M. M., 2004, « Les attributs de la déesse Hathor », ASAE 79, p. 95-105.
  • Goedicke, H., 1993, « The Living Image », GM 134, p. 41-54.
  • Griffiths, J. G., 2001, « Solar Cycle », in D. B. Redford (éd.), The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, II, p. 476-480.
  • Hugues, H. R., 1959, « The Cosmetic Arts in Ancient Egypt », Journal of the Society of Cosmetic Chemists 10/3, p. 159-176.
  • Laroche, D., Laroche-Traunecker, Fr., à paraître, « La conception d’éléments de colonnes égyptiennes et gréco-romaines : fûts, chapiteaux, abaques et dés ».
  • LGG II : Leitz, C., 2002, Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen, Leuven, Paris, Dudley (OLA 111).
  • Lilyquist, C., 2003, The Tomb of Three Foreign Wives of Tuthmosis III, New York.
  • Lilyquist, C. (éd.), 2020, Excavations at Thebes: The Earl of Carnarvon and the Metropolitan Museum of Art at Carnarvon Tomb 62 and Surrounds, New York, Digital publication, https://oi.uchicago.edu/research/individual-scholarship/individual-scholarship-christine-lilyquist.
  • Menei, E., 2017, « Le papyrus comme support d’écriture », in C. Laroque (éd.), Papiers et protopapiers : les supports de l’écrit ou de la peinture, Paris, p. 138-160, https://hicsa.univ-paris1.fr/documents/pdf/PublicationsLigne/Actes Laroque 2017/08_Menei.pdf.
  • MMA, site web, accession numbers 16.10.449, 36.3.13, 26.8.121a, 26.8.123a-g, 26.8.124a-g https://www.metmuseum.org/, consulté les 06 et 25.11.2020.
  • Morris, E., 2017, « Middle Kingdom Clappers, Dancers, Birth Magic, and the Reinvention of Ritual », in G. Miniaci, M. Betrò, S. Quirke (éd.), Company of Images. Modelling the Imaginary World of Middle Kingdom Egypt (2000-1500 BC). Proceedings of the International Conference of the EPOCHS Project Held 18th-20th September 2014 at UCL, London, Leuven, Paris, Bristol (OLA 262), p. 285-335.
  • Passalacqua, J., 1826, Catalogue raisonné et historique des antiquités découvertes en Égypte, Paris.
  • Pinch, G., 1993, Votive Offerings to Hathor, Oxford.
  • Price, K., Gleba, M., 2012, « Textiles on Egyptian Mirrors: Pragmatics or Religion », Archaeological Textiles Review 54, p. 2-14.
  • Robcis, D., Descamps-Lequime, S., Pingaud, N., Mille, B., 2017, « Dorure et redorure de la statuaire antique en bronze : une nouvelle lecture de l’Apollon de Lillebonne », Technè, 45, mis en ligne le 19/12/2019, http://journals.openedition.org/techne/1324, consulté le 06/11/2020.
  • Roehrig, C. H., 2002, « Life along the Nile: Three Egyptians of Ancient Thebes », BMMA 60/1, p. 1-56.
  • Smith, S. T., 1992, « Intact Tombs of the Seventeenth and Eighteenth Dynasties from Thebes and the New Kingdom Burial System », MDAIK 48, p. 193-231.
  • Tillier, A., 2010, « Notes sur l’icherou », ENiM 3, p. 167-176.
  • Vatican, Musée Grégorien égyptien, chefs d’œuvre en ligne, http://www.museivaticani.va/content/museivaticani/it/collezioni/musei/museo-gregoriano-egizio/terrazza-del-nicchione/leoni-di-nectanebo.html.
  • Vernier, E., 1925, Bijoux et orfèvreries, III, Le Caire (CGC 52640-53171).
  • Vischak, D., 2001, « Hathor », in D. B. Redford (éd.), The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, II, p. 82-85.
  • Winlock, H. E., 1934, The Treasure of El Lâhûn, New York.

Cite this article as: Frédéric Colin, « Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019) », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 30 novembre 2020, https://clae.hypotheses.org/1041, consulté le 5 décembre 2020.
  1. Comparer par exemple avec la stratigraphie de la corrosion d’une dorure couvrant une statue en bronze dans Robcis et alii 2017, fig. 6. []
  2. À cause d’un processus de corrosion décrit sur des miroirs égyptiens en bronze par Price & Gleba 2012, p. 2. []
  3. Colin 07/02/2020 ; Colin et alii 06/09/2020. []
  4. US 1240 : gravier de fragments de shale mêlé à du sable fin comprenant des débris végétaux très fins et peu abondants ; couleur de la fraction fine : 7.5 YR 5/3 brown. Le sédiment englobait quelques fragments de briques crues et un gros fragment de liant de terre conservant l’empreinte de trois briques. US 1072 : cette couche, couvrant la précédente, était aussi composée d’un gravier de shale, englobant aussi des cailloux, mais elle contenait une fraction de silt plus marquée et plus claire (7.5 YR 6/4 light brown). []
  5. Colin et alii 01/11/2020, § 15-16. []
  6. Colin 2019, p. 142-143. []
  7. Bénédite 1907, p. III-IV. []
  8. Laroche & Laroche-Traunecker à paraître, fig. 3c (d’après Borchardt). []
  9. Voir par exemple Menei 2017, fig. 7. []
  10. Ibidem. []
  11. Bénédite 1907, p. XXIII. []
  12. Lilyquist 2003, p. 152. []
  13. Colin 28/08/2020, fig. 8-10. []
  14. Ibidem, fig. 14-15. []
  15. Lilyquist 2003, p. 235 ; fig. 169, cat. 138 ; MMA, site web, accession number 26.8.123a-g et 26.8.124a-g. []
  16. MMA, site web, accession number 26.8.121a. À propos de ces bracelets, voir le commentaire ci-dessous. []
  17. Bénédite 1907, p. XIII-XVII. []
  18. Price & Gleba 2012. []
  19. Ibidem, p. 12. []
  20. Ibidem, p. 5 ; 7. []
  21. Bruyère 1937, p. 76. []
  22. Par exemple Musée du Caire, CGC 44035 (11e dynastie, miroir d’une prêtresse d’Hathor inhumée à Deir el-Bahari ; alliage cuivreux, argent, or, incrustations diverses ; Bénédite 1907, p. 18 ; pl. IX ; Anlen & Padiou 1989, p. 494-495 ; Fekri 2004, fig. 3 A, cf. Daressy 1893, p. 166) ; Musée du Caire, CGC 52663 (mobilier funéraire de la princesse Sat-Hathor-Iounet à El-Lahoun, règne d’Amenemhat III, or, électrum, argent, pierres semi-précieuses ; Vernier 1925, p. 213-214 ; pl. XLVII ; Winlock 1934, p. 60-62 ; pl. XV ; Anlen & Padiou 1989, p. 486-487 ; Fekri 2004, fig. 3 B) ; Chicago, Oriental Institute (visage hathorique au sommet d’un manche papyriforme, comportant le nom d’Ahmes Nefertari, selon Capel & Markoe 1996, p. 197 et Lilyquist 2003, p. 152, renvoyant à Hugues 1959, p. 175, fig. 8, où la mauvaise photographie ne permet pas de lire l’inscription ; alliage cuivreux) ; Musée du Caire, JE 45630 (début de la 18e dynastie, terminus ante quem lors de la construction de la chaussée d’Hatchepsout ; cour de la tombe C 62, Pit 3, Chamber B ; Lansing 2017, p. 21 ; Lilyquist 2020, Objects, cat. 764) ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 16.10.449 [début de la 18e dynastie, terminus ante quem lors de la construction de la chaussée d’Hatchepsout ; cour de la tombe C 62, Pit 3, Chamber D ; Lansing 2017, p. 22 ; fig. 8 ; MMA, site web, accession number 16.10.449 ; Lilyquist 2020, Objects, cat. 802] ; Berlin, Ägyptisches Museum, 2818 (début de la 18e dynastie d’après la typologie, sépulture multiple dans la nécropole thébaine, à l’intérieur d’un sarcophage, sous la tête de la momie ; alliage cuivreux ; Möller 1910, p. 25 ; 29 ; pl. 7 ; Passalacqua 1826, p. 37 ; 158-160 ; 199-203 ; 238 ; 255-256) ; Berlin, Ägyptisches Museum, 2774 (début de la 18e dynastie d’après la typologie ; alliage cuivreux ; cité par Möller 1910, p. 29 ; cf. Burges, Sandkühler 2013, Uni-Dia-Nr. : 32257) ; Cincinnati Art Museum, 1947.366 (début de la 18e dynastie d’après la typologie, provenance inconnue ; alliage cuivreux ; Capel & Markoe 1996, p. 76-77) ; London, British Museum, EA38150 (début de la 18e dynastie d’après la typologie ; BM, Collection online, EA38150, consulté le 15/11/2020, cf. Budge 1925, p. 262) ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 36.3.13 (inhumation sous le règne d’Hatchepsout/Thoutmosis III ; le miroir provient de la tombe de Hatnefer et Ramosé, les parents de Senenmout, à Cheikh Abd el-Gourna (cf. PM I, 1, p. 139), et se trouvait dans un autre sarcophage que ceux qui abritaient ces personnages ; alliage cuivreux ; Smith 1992, p. 207, Table 10 ; 225-227 ; Roehrig 2002, p. 5 ; 25-39 ; fig. 35 ; MMA, site web, accession number 36.3.13) ; New York, Metropolitan Museum of Art, accession number 26.8.97 et 26.8.98 (deux miroirs appartenant à des épouses de Thoutmosis III, nécropole thébaine ; disques en argent, manches dorés ; Lilyquist 2003, p. 152, n. 106 et 107 ; p. 222, fig. 149-151 ; Craig Patch 2005, p. 221-222 ; MMA, site web, accession number 26.8.97 et 26.8.98). []
  23. Vatican, Musée Grégorien égyptien, chefs d’œuvre en ligne, Invv. 22676, 22677, consulté le 22//11/2020. []
  24. Goedicke 1993 ; BM, Collection online, EA2, consulté le 17/11/2020. []
  25. Lilyquist 2003, p. 176-178 ; fig. 169-170. []
  26. J’emploie ici les concepts sémiologiques de dénotation, de connotation, de performance et de champ sémantique visuel tels que définis dans Colin 2020, p. 76-78. []
  27. Colin 28/08/2020, fig. 10. []
  28. Pinch 1993, p. 286 ; 297 (la lionne comme personnification d’Hathor protectrice du soleil) ; Griffiths 2001, p. 478. []
  29. Vernier 1925, p. 361 ; pl. LXXX. []
  30. Winlock 1934, p. 43, n. 29. []
  31. Backhouse 2020, p. 82. []
  32. Colin 28/08/2020, fig. 16. []
  33. Ibidem, fig. 2. []
  34. Sur le rôle d’Anoukis pour l’arrivée de la crue du Nil, LGG II, p. 172 B3a-173Da-c. []
  35. Tillier 2010, p. 174. []
  36. Backhouse 2020, p. 82, 5.4e. []
  37. BM, Collection online, EA29428, consulté le 15/11/2020. []
  38. Daumas 1977, col. 1026 ; Pinch 1993, p. 191-193 ; Vischak 2001, p. 84 ; Morris 2017, p. 307-308 (sur les liens entre Hathor, Rê et les miroirs). []
  39. Arnette 2014 ; Backhouse 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.